ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Vitamine D et maladies de la moelle épinière autres que la SEP.

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7914
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Vitamine D et maladies de la moelle épinière autres que la SEP.

Message  Domyleen le Sam 26 Nov 2011 - 13:21



Sur MSRC :

Une étude (encore une) sur la vitamine D !! Et comme j’en ai un peu ras le bol de ces études sur « la SEP et la vitamine D », qui se contredisent tous les deux mois, je l’avais zappée ! Or, je viens de m’apercevoir qu’il s’agit d’une étude qui porte sur la relation Vitamine D –et- certaines maladies neurologiques inflammatoires de la moelle épinière , autres que la SEP (dont une forme de Myélite Transverse, au sujet de laquelle une étude, il y a environ deux ans avait conclu que 80% des MT évoluaient vers la SEP!). ????



Maladies de la moelle épinière autres que la SEP, et faible taux de vitamine D.


Une étude rétrospective a trouvé peu de 25-hydroxyvitamine D chez les personnes qui ont développé des formes récurrentes de maladies de la moelle épinière autres que la SEP, comme la Myélite Transverse, la Neuromyélite Optique, et le spectre des troubles liés à la Neuromyélite Optique.

En revanche, les niveaux de vitamine D étaient normaux chez les personnes ayant une maladie de la moelle épinière monophasique telle que la Myélite Transverse Idiopathique.

"Il existe un lien bien connu entre le faible de vitamine D et les niveaux de risque de développement la SEP », a déclaré à Mdscape Medical News, l’auteur de l'étude Michael Levy, MD, PhD, professeur adjoint, Université Johns Hopkins School of Medicine, et directeur général en milieu hospitalier du service de neurologie, à l’Hopital Universitaire Johns Hopkins de Baltimore, dans le Maryland,.

"Nous voulions voir si ce lien était présent dans la myélite transverse et la Neuromyélite optique - des maladies qui peuvent partager des mécanismes immunopathogènes avec la SEP », at-il expliqué.
«Notre résultat", a déclaré lele Dr Levy , "est en phase avec les attentes de l'impact de la vitamine D sur le système immunitaire. Chez les patients ayant une maladie récurrente, les niveaux de vitamine D étaient faibles, alors que pour les maladies monophasiques, cela ne se produit pas, le niveau de vitamine D étant dans les limites de la normalité "

L'étude a été publiée en ligne le 14 Novembre dans "Archives of Neurology".

Observations inattendues :

L'analyse a inclu 33 adultes atteints de Myélite Transverse récurrente et 44 adultes ayant une Myélite Transverse monophasique Idiopathique. Le groupe monophasique était composé de patients qui étaient suivis depuis moins d’un an à partir de l’événement inflammatoire, et qui étaient sans traitement immunomodulateur ou immunosuppresseur depuis ce temps.

Les chercheurs rapportent que le taux de 25-hydroxyvitamine D était significativement inférieur dans le groupe de Myélite Transverse récurrente par rapport au groupe monophasique. Avant l’ajustement pour les différences démographiques, cela signifiait que les niveaux de vitamine D étaient de 18 ng / mL (plage, 4 - 54 ng / mL) dans le groupe Myélite Transverse récurrentes contre 33 ng / mL (plage, 8 - 60 ng / mL) dans le groupe MTI monophasique.

Le laboratoire de l'hôpital Johns Hopkins définit la carence en vitamine D comme correspondant à un niveau inférieur à 20 ng / mL, et le niveau optimal dés que supérieur à 30 ng / mL, notent les auteurs.

Après ajustement pour l'âge, la race, le sexe et la saison, les niveaux de vitamine D étaient de 10 ng / mL inférieurs, en moyenne, chez les patients souffrant de Myélite Transverse récurrentes, de Neuromyélite Optique, et le spectre des troubles de Neuromyélites Optiques, par rapport aux patients atteints de Myélite Transverse Idiopathique monophasique (P = 0,002; 95% d’intervalle de fiabilité [IC], 3,9 à 16,3).

Les auteurs ont noté que la race est un facteur bien connu de confusion qui affectent les niveaux de vitamine D, et que le groupe Myélite Transverse récurrente avaient un nombre nettement disproportionné de patients de race noire. Les chercheurs ont donc mené une analyse distincte qui a exclu les patients noirs de chaque groupe pour déterminer si le cours de la maladie pouvait, seul, expliquer les différences dans les niveaux de vitamine D. Cela n’a rien changé.

Même lorsque les patients noirs ont été exclus, il y avait une différence significative entre les niveaux de vitamine D des groupes « récurrents » et « monophasiques », le niveau de vitamine D a été en moyenne de 9 ng / mL plus faible dans le groupe Myélite Transverse « récurrente » que dans le groupe MTI « monophasique » (P = 0,01, IC 95%, de 1,9 à 15,9).

«Étant donné que la carence en vitamine D pourrait jouer un rôle dans le développement de la SEP et que le risque de rechutes chez ceux est connu en ce qui concerne la SEP, cette étude s'ajoute à un ensemble croissant de preuves que l'insuffisance en vitamine D peut affecter le développement et la récurrence des autres maladies auto-immunes du système nerveux central, dont des maladies récurrentes comme la Myélite Transverse et la Neuromyélite Optique] », écrivent les auteurs.

Une « Etude exploratoire »:

Joint pour un commentaire, Alberto Ascherio, MD, DrPH, professeur d'épidémiologie et de nutrition, Harvard School of Public Health, Boston, Massachusetts, qui n'était pas impliqué dans l'étude, a prévenu qu'il s'agissait d'une "étude exploratoire avec plusieurs limitations méthodologiques."

«Par exemple, certains patients ont eu les niveaux de vitamine D mesurés au moment de l'apparition des premiers symptômes, et d'autres plus de 20 ans plus tard. De plus, les niveaux de vitamine D ont été mesurés dans des laboratoires différents, utilisant des méthodes différentes. Pour comparaison, il est difficile d'obtenir des résultats cohérents, même au sein d’un même laboratoire ou avec l'utilisation de lamême méthode ", at-il noté dans un courriel à Medscape Médicales News.

«Fondamentalement, les auteurs faisaient de leur mieux pour sauver les anciennes données des dossiers médicaux. Rien de mal à cela, mais en raison de l'absence de données de meilleure qualité, ce document peut avoir quelque intérêt pour ceux (qui œuvrent) dans le domaine, mais pas pour un public plus large», selon le Dr . Ascherio.

L'étude a été soutenue par la Fondation Jackson Guthy. Le Dr Levy a reçu le soutien de la recherche commerciale et des honoraires de ApoPharma Inc, les voyages financés par Amplimmune, des soutiens pour la recherche académique de la part de la Fondation Guthy Jackson, des redevances en livres de Lippincott, ainsi que les défraiement des coûts juridiques des spécialistes (relatifs) aux services rendus par les témoins(…). Dr Ascherio n'a eu aucune compensation financière pertinente à divulguer.

Source: Aujourd'hui Copyright © 1994-2011 Medscape par WebMD LLC & Arch Neurol.2011. Publié en ligne le 14 Novembre, 2011. (23/11/11)


"La vitamine D, qu’elle soit d’origine cutanée ou alimentaire, est métabolisée par le foie en25-hydroxy-vitamine D, forme qui est dosable communément dans le sang" (Wiki)
avatar
Domyleen

Messages : 7914
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Vitamine D et maladies de la moelle épinière autres que la SEP.

Message  Domyleen le Mer 18 Avr 2012 - 23:29


Encore une!! (Sur MSRC):

Un coupable à considérer dans la sclérose en plaques?



Résumé de l'étude

La vitamine D est une hormone impliquée dans les voies de stérol immunologiques plusieurs, et par conséquent, il peut aider à prévenir isolés auto-immunes du système nerveux central attaques de se développer en une maladie récurrente. Les faibles niveaux de 25-hydroxy vitamine D ont été liés à un risque accru de sclérose en plaques (MS) et les taux de rechute plus élevés chez les patients atteints de SEP. Le but de cette analyse rétrospective était d'évaluer l'association entre de faibles taux sériques de vitamine D et les maladies récurrentes de la moelle épinière.

Des chercheurs du centre de la myélite Transverse, Johns Hopkins, à Baltimore, Maryland, mesurée de 25 hydroxy-vitamine D chez 77 patients qui avaient des maladies inflammatoires monophasiques et récurrentes de la moelle épinière. Après ajustement en tenant compte de la saison, de l'âge, du sexe et de la race, les patients qui ont développé la maladie récurrente de la moelle épinière avaient des taux sensiblement plus faibles en vitamine D.

Point de vue
Les limites de l'étude comprennent la conception rétrospective, la taille réduite de l'échantillon, et l'incapacité à rendre compte de certaines co-variables de la vitamine D. En outre, les taux de vitamine D n'ont pas été obtenus dans le même temps du stade de la maladie pour chacun des patients. Néanmoins, les résultats suggèrent une association possible entre la partie inférieure au total de 25 hydroxyvitamine D chez les patients atteints de maladie récurrente inflammatire de la moelle épinière par rapport aux patients qui ont une maladie monophasique. Les résultats de cette étude justifient la réalisation d'un essai prospectif pour mesurer de 25 hydroxyvitamine D dans ces populations de patients et de déterminer l'effet de la supplémentation en vitamine D sur la fréquence des rechutes chez les patients avec une maladie de la moelle épinière inflammatoire récurrente.

Faible taux sériques de vitamine d et maladie inflammatoire récurrente de la moelle épinière.
Arch Neurol. 2012; 69 (3) :352-6 (ISSN: 1538-3687)
Mealy MA; Newsome S; Greenberg BM; Wingerchuk D; Calabresi P; Levy M
Département de neurologie, Université Johns Hopkins, 600 N Wolfe St, Pathologie 509, Baltimore, MD 21287.

CONTEXTE:
Un taux bas de 25-hydroxy-vitamine D a été associé à un risque plus élevé de développer la sclérose en plaques et là l’augmentation du taux de rechute chez les patients. Comme une hormone stérol impliquée dans les multiples pistes immunologiques, la vitamine D pourrait jouer un rôle dans la prévention des attaques monophasiques à médiation immunitaire du système nerveux central permettant de se développer en une maladie récurrente.

OBJECTIF:
Pour étudier l'association entre de faibles taux sériques de vitamine D et les maladies récurrentes de la moelle épinière. Nous avons effectué une analyse rétrospective au centre « Myélite Transverse » Johns Hopkins, Baltimore, Maryland, l'évaluation du 25-hydroxyvitamine D chez les 77 patients atteints de maladies inflammatoires monophasiques et récurrentes de la moelle épinière. Principalement : mesurer les résultats des niveaux de la 25-hydroxy-vitamine D.

RÉSULTATS:
Les niveaux de vitamine D sont significativement plus faibles chez les patients qui ont développé la maladie récurrente de la moelle épinière, en ajustant par rapport à la saison, l'âge, le sexe et la race.

CONCLUSIONS:
Cette étude fournit une base pour une étude prospective afin de mesurer les taux de 25 hydroxy-vitamine D dans ces populations de patients et d'évaluer l'influence de la supplémentation en vitamine D sur la fréquence des rechutes chez les personnes ayant une maladie de la moelle épinière inflammatoire récidivante.

Source: Nouvelles Copyright © 1994-2012 Medscape par WebMD LLC (17/04/12)

Mugiwara

Messages : 35
Date d'inscription : 24/03/2013

Re: Vitamine D et maladies de la moelle épinière autres que la SEP.

Message  Mugiwara le Mar 26 Mar 2013 - 23:06

Très intéressant. Dans la plupart des cas de lyme, la vitamine D est très inférieur à la moyenne. D'ailleurs, il faut SURTOUT pas donner de complément alimentaire en vitamine D ça renforce encore plus les bactéries. On avait fait des tests de vitamine D pour mon frère, et le médecin m'avait dit que c'était la première fois qu'il voyait des taux aussi faible!

Moimeme

Messages : 133
Date d'inscription : 30/04/2010

Re: Vitamine D et maladies de la moelle épinière autres que la SEP.

Message  Moimeme le Sam 1 Juin 2013 - 20:12

Faible comment ?

je viens de faire une Prise de sang:

Folate Sérique 2.6 ng/ml
Vitamine D - 25-oh-vit F (d2+d3) 5 ng/ml

Et ça depuis 2009 ...

Invité
Invité

Re: Vitamine D et maladies de la moelle épinière autres que la SEP.

Message  Invité le Mar 4 Juin 2013 - 3:29



Dernière édition par panasonic le Dim 1 Sep 2013 - 2:34, édité 2 fois
avatar
Domyleen

Messages : 7914
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Vitamine D et maladies de la moelle épinière autres que la SEP.

Message  Domyleen le Mar 4 Juin 2013 - 10:55



Intéressant, ce lien: merci, Panasonic!
avatar
Domyleen

Messages : 7914
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Vitamine D et maladies de la moelle épinière autres que la SEP.

Message  Domyleen le Mar 4 Juin 2013 - 11:23



Sur MS-UK:

Encore une étude sur la vitamine D:

http://www.ms-uk.org/index.cfm/vitaminD

Vitamin D benefit in MS: molecular, genetic evidence
(03/06/13)

Conclusion:


«C'est une étude qui était utile pour démontrer la probabilité", a -t-il dit. » Cela suggère que, sur la base de l'IRM principalement, qu'il y a un avantage supplémentaire (à prendre de la vitamine D) au-delà de l'intérêt de l'interféron, ce qui est considérable."

L'étude «ne prouve pas que la vitamine D par elle-même ne fait rien, mais suggère que l'ajout de vitamine D à l'interféron bêta ne ferait certainement pas de mal", a déclaré le Dr Lisak.

Toutefois, il a souligné que la vitamine D ne doit pas être à un "niveau toxique», et que les patients ne doivent pas développer une hypercalcémie.

Que l'ajout de vitamine D à d'autres traitements de la SEP (autres que l'interféron bêta) aurait le même avantage "ne me surprendrait pas», a ajouté le Dr Lisak.

Contenu sponsorisé

Re: Vitamine D et maladies de la moelle épinière autres que la SEP.

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 19 Nov 2018 - 21:55