ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Prendre un traitement SEP précocement ...

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Prendre un traitement SEP précocement ...

Message  Domyleen le Mer 7 Déc 2011 - 11:53



Sur MSRC:

Sclérose en plaques: L'importance du traitement


Quand Michael Williamson avait 16 ans, il a remarqué, un jour alors qu’il faisait du ski de fond, qu’il avait des crampes. (…). Un jour ou deux plus tard, il se réveilla complètement paralysé de la taille jusqu’en bas.
Après plusieurs examens, on lui a dit qu’il avait quelque chose qui s'appelle myélite transverse. "J'ai vu beaucoup de spécialistes, mais personne n'a mentionné la SEP», dit Williamson, maintenant 27, et le propriétaire d'une entreprise de voyages d'aventure dans le Colorado .
Il s'est rétabli et a poursuivi sa vie active et sportive. Il a fallu attendre un autre épisode de paralysie - celui-ci à l'université – pour que Williamson soit finalement diagnostiqué sclérose en plaques. Depuis lors, il a consciencieusement pris un traitement modificateur SEP, conçu pour espacer les poussées, et n'a pas eu d’autre attaque en près de 10 ans.

Les avantages des traitements contre la SEP

Si Williamson n’a pas eu d’autres poussées jusqu’à aujourd’hui, c’est probablement, parce que le traitement a été mis en route tout de suite après la première poussée

C'est parce que les médecins ont changé la façon dont la sclérose en plaques est diagnostiquée, en se basant sur des preuves solides, que les thérapies modifiant la maladie apportent des bienfaits Les traitements de fond pour les personnes atteintes de sclérose en plaques ont démontré qu’ils présentent deux avantages importants, selon Mark Keegan, MD, professeur associé à la Chaire de neurologie (section sclérose en plaques et maladies neurologiques auto-immunes) à la Clinique Mayo :
- Une réduction des «attaques» liées à la maladie, telles que des périodes de paralysie, la perte de la vision, ou d'autres symptômes débilitants .
- Moins d'invalidité à court terme. Cela signifie que dans les six mois à deux ans après le diagnostic, les personnes qui ont commencé un traitement étaient moins handicapées que ceux qui ont commencé le traitement plus tard.

(….)
Une étude sur le traitement Avonex pour traiter la SEP a démontré que le traitement précoce entraînait une baisse du taux de rechutes. Mais qu’il n'y avait pas beaucoup de différence avec le taux de handicap à long terme entre les patients ayant eu un traitement précoce et ceux qui l’ont pris tardivement. La bonne nouvelle, c’est que : peu importe quand le traitement a été initié, les personnes qui sous traitements pour la SEP avaient des taux d’invalidité relativement bas. Et les deux groupes n'ont montré aucune aggravation significative de la maladie entre les 5 et 10 ans suivant le diagnostic.
(…)
Même si les avantages à long terme ne sont pas clairs, la plupart des personnes atteintes de SEP préféreraient probablement avoir moins de rechutes et moins le handicap, du moins dans le court terme. C'est une des raisons pour lesquelles les médecins ont récemment modifié leur façon de diagnostiquer la sclérose en plaques.

Dans le passé, les médecins, en général, attendaient un second syndrome clinique isolé, ou une poussée de SEP, avant de réellement diagnostiquer la maladie et commencer un traitement. Mais à la suite de récentes études, ils ont apporté quelques modifications.

Deux facteurs médicaux sont utilisés pour diagnostiquer la sclérose en plaques:
Un «syndrome cliniquement isolé." Ce sont de réels symptômes physiques associés à la sclérose en plaques qui durent au moins 24 heures. Cela peut être aussi dramatique que la paralysie de Williamson, ou des symptômes plus subtils, comme un engourdissement persistant dans un bras ou une jambe, ou une perte soudaine de la vision dans un œil (névrite optique ).
La reuve de lésions sur le cerveau. (…)

Un seul syndrome clinique isolé est maintenant suffisant pour diagnostiquer la SEP, si les médecins voient des preuves à l'IRM.
(…).
… . En 2010, le groupe qui établit des procédures pour diagnostiquer SEP a publié de nouvelles directives. "Maintenant, les patients qui ont eu une seule attaque et ont des preuves de lésions anciennes et nouvelles à l'IRM initiale peuvent être diagnostiqués SEP», déclare Keegan.

Quel traitement de la SEP choisir?

Il y a beaucoup de médicaments à l'horizon - dont certains pourront être sur le marché dès 2012 - mais dès l'automne 2011, huit médicaments différents ont été approuvés « expressément » par la Food and Drug Administration américaine pour traiter la SEP récurrente-rémittente:
Avonex (interféron bêta-1a) Betaseron (interféron bêta-1b) Copaxone (acétate de glatiramère) Extavia (interféron bêta-1b) Gilenya (fingolimod, FTY720) Novantrone(mitoxantrone), Rebif (interféron bêta-1a) Tysabri (natalizumab)




Ces médicaments sont-ils mieux que d'autres pour le traitement de la SEP? Non à tous les niveaux, affirme Keegan. "Actuellement, il n'y a aucun traitement de première ligne qui soit connu pour être absolument supérieur aux autres, et pour cette raison, il y a une conversation détaillée entre le patient et le médecin -. Afin de considérer les risques, avantages, effets secondaires, et les coûts - pour voir quel traitement convient le mieux ".

Un médicament peut vous donner plus d’effets secondaires qu'un autre, par exemple. Ou vous pouvez trouver les effets secondaires d'un médicament plus faciles à vivre que d’autres. Certains ont un coût plus élevé que les autres (même si tous sont coûteux), et votre compagnie d'assurance peut aussi avoir des règles au sujet de la couverture.

Même si le traitement est bénéfique pour la plupart, certains patients atteints de SEP, tous n'ont pas besoin de commencer un traitement immédiatement, a ajouté Keegan.

Il n'y a pas de critères formels, mais si vous avez:
- Un épisode de symptômes légers qui se résorbent complètement
- Un examen neurologique normal
- Une IRM montrant des lésions minimes

Keegan explique que les médecins peuvent tenter une approche, telle qu’une «attente vigilante» . C'est parce que les médicaments disponibles ne sont pas parfaits. "Ils ne résolvent pas complètement la maladie, ils ont des effets secondaires, et ils sont coûteux. Mais nous devons toujours examiner attentivement les options de traitement pour tous nos patients, dès le début."

Source: WedMD © 2005-2011 WebMD, LLC (12/06/11)

    La date/heure actuelle est Mar 19 Juin 2018 - 2:50