ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


SEP et Grossesse

Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

SEP et Grossesse Empty SEP et Grossesse

Message  Domyleen le Jeu 8 Mar 2012 - 12:12



Sur MSRC:

La grossesse peut protéger contre la SEP, selon une étude

Une nouvelle recherche suggère que la grossesse peut diminuer le risque pour les femmes de développer la sclérose en plaques.
L’auteure de l'étude, Anne-Louise Ponsonby, chef du service de l'épidémiologie environnementale et génétique et de la recherche à Murdoch à l’institut de recherche pour l'enfance à Melbourne, en Australie. L'équipe a également constaté que les femmes qui étaient enceintes à deux reprises ou plus avaient un quart seulement de risque de développer des symptômes de SEP que celles qui n'ont jamais été enceintes.

L'étude a été publiée en ligne le 7 Mars dans la revue Neurology .

Suite sur: http://www.msrc.co.uk/index.cfm/fuseaction/show/pageid/2479

Source: Droit d'auteur © 2012 HealthDay HealthDay (03/08/12)
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

SEP et Grossesse Empty Re: SEP et Grossesse

Message  Domyleen le Jeu 8 Mar 2012 - 12:17



Perso, je reste dubitative ...

(Toutes les femmes SEP que je connais, ont, au moins deux enfants, ... à l'exception de trois qui, ayant été diagnostiquées vers 20 ans, ont refusé de créer une famille ...) ???
avatar
Invité
Invité

SEP et Grossesse Empty Re: SEP et Grossesse

Message  Invité le Ven 9 Mar 2012 - 2:07

Il est seulement fait question d'une diminutiondu risque. Dc mm si les femmes ont des enfants, elles peuvent qd mm avoir la SEP, juste un peu moins svt. On ne peut jamais faire des stats sur quelques cas. Et pour chq cas particulier, la proba monte à 100%;
Birmancat
Birmancat

Messages : 1387
Date d'inscription : 02/06/2018

SEP et Grossesse Empty Re: SEP et Grossesse

Message  Birmancat le Mer 27 Fév 2019 - 18:05

Bonsoir,

Voici un article, en anglais, de MS International Federation, révisé le 27 février 2019 sur la question de traiter la SEP avant/pendant une grossesse :

https://www.msif.org/news/2019/02/26/treating-ms-in-pregnancy/

Le consensus de l'association des neurologues britanniques y est décrit de même que les résultats d'une étude ayant porté sur 1500 patientes.



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1387
Date d'inscription : 02/06/2018

SEP et Grossesse Empty Re: SEP et Grossesse

Message  Birmancat le Mar 12 Mar 2019 - 17:36

Bonsoir,

Voici un article, en anglais, paru aujourd'hui sur Multiple sclerosis Newstoday, parlant d'une étude qui sera présentée lors du prochain congrès de l'académie américaine de neurologie (AAN2019), du 4-10 mai 2019, sur les risques de poussées après l'accouchement :

https://multiplesclerosisnewstoday.com/2019/03/12/aan2019-risk-ms-relapses-not-higher-after-giving-birth/

Le titre traduit :

"Une étude suggère que le risque d'avoir une poussée n'augmente pas juste après l'accouchement…"

cf. 
https://www.aan.com/PressRoom/Home/GetDigitalAsset/12898


Je n'ai pas le temps de traduire l'intégralité, mais je suggère une lecture dans le texte, au  moyen d'un traducteur en ligne.



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1387
Date d'inscription : 02/06/2018

SEP et Grossesse Empty Re: SEP et Grossesse

Message  Birmancat le Mer 11 Sep 2019 - 19:43

Bonsoir,

Parmi les nombreux sujets abordés lors de l'ECTRIMS 2019, qui se tient du 11-13 septembre 2019, j'ai choisi de relayer ici celui de la grossesse, publié le 11 septembre 2019 par :

https://multiplesclerosisnewstoday.com/news-posts/2019/09/05/ectrims2019-talk-hot-topic-2-ms-pregnancy-in-the-treatment-era/


Extraits de cet article, traduits via google traduction, seul, le texte original, en anglais, fait foi :

"# ECTRIMS2019 - Selon les experts, les patients atteints de SEP devraient être informés des risques de grossesse et du planning familial.

Bien que la grossesse ne semble pas influer sur l'évolution de la sclérose en plaques (SEP), des questions demeurent quant au meilleur moment pour arrêter ou reprendre le traitement avant la conception et après l'accouchement, la sécurité des nouveaux médicaments et l'importance de la planification familiale.

La grossesse a été le «sujet brûlant» de la discussion d'aujourd'hui au cours d'une séance intitulée «La grossesse avec la SEP à l'ère du traitement», lors du 35e Congrès du Comité européen pour le traitement et la recherche sur la sclérose en plaques (ECTRIMS), qui s'est tenu le 11 septembre - 13 à Stockholm, en Suède.Trois exposés ont été consacrés à différents aspects de la grossesse, notamment les risques pour la mère et l’enfant, ainsi que l’importance du conseil précoce pour les patientes souhaitant devenir parents.

Jusque dans les années 1980, les femmes atteintes de SEP étaient découragées d’avoir des enfants en raison de la fausse croyance selon laquelle une grossesse aggraverait l’évolution de la maladie.

Les connaissances ont changé en 1998 lorsque l’étude PRIMS (étude européenne multicentrique sur la grossesse dans la sclérose en plaques) a montré que, dans l’ensemble, la grossesse n’affectait pas l’évolution clinique à long terme de la SEP. En fait, l’étude a démontré que les taux de rechutes diminuent pendant la grossesse chez les femmes atteintes de SEP, puis redémarrent après l’accouchement. Il est à noter que les rechutes peuvent s’aggraver dans les trois mois suivant l’accouchement.

L'étude PRIMS a également montré que la progression de l'invalidité était similaire chez les femmes enceintes atteintes de SEP et dans la population générale atteinte de sclérose en plaques, ce qui suggère que l'impact global de la grossesse sur l'évolution de la maladie semble être neutre.

Cependant, au cours des trois dernières décennies, l’émergence d’une variété de thérapies modificatrices de la maladie a soulevé de nombreuses questions sur les risques de chaque thérapie pour le fœtus, ainsi que sur les médicaments à arrêter ou à recommencer et à quel moment le faire.

Le point de vue de la mère.

Certains DMTs pouvant nuire au fœtus, de nombreuses femmes atteintes de SEP s'inquiètent des risques liés à la prise de médicaments en essayant de devenir enceinte. De plus, étant donné les informations limitées sur la sécurité des traitements, la plupart des médecins hésitent à les prescrire aux femmes qui envisagent de concevoir.

Bien que les médecins ne découragent plus la grossesse elle-même, la plupart des femmes interrompent leur traitement si elles essaient de tomber enceintes ou s’apprennent qu’elles sont enceintes sans le vouloir.

Cependant, comme il devient de plus en plus clair que les DMTs doivent être instaurés le plus tôt possible, le fait de retarder ou d'interrompre le traitement en raison d'une grossesse «peut priver les patientes des avantages du traitement, les exposant ainsi au risque potentiel de rechute et de progression de l'invalidité, en particulier après l'accouchement. période », a déclaré Emilio Portaccio, neurologue et spécialiste de la sclérose en plaques à l'hôpital San Giovanni di Dio, en Italie, dans son exposé à l'ECTRIMS:« La perspective maternelle - Quand arrêter / reprendre le traitement et le risque de progression ».

Dans un article de recherche publié en 2014, Portaccio et ses collègues ont présenté des résultats conformes à ceux de l'étude PRIMS. En outre, les chercheurs ont indiqué que les femmes présentant une activité de la maladie élevée avant et pendant la grossesse présentaient un risque accru de rechutes après l'accouchement et d'accumulation d'invalidité. 

À l’époque, l’équipe a suggéré qu’une reprise précoce du DMT «devrait être encouragée [en post-partum], en particulier chez les patients présentant une maladie plus active».En ce qui concerne les différents DMTs disponibles, Portaccio a noté que chez les femmes non traitées ou recevant des interférons bêta (noms de marque Avonex, Rebif, Betaseron, Extavia, Plegridy) ou en acétate de glatiramère (nom de marque Copaxone, ou son générique Glatopa), le taux de récidive chutait progressivement pendant la gestation et culminait peu après l'accouchement. Reprendre le traitement DMT post-partum aide à réduire ces rechutes, a déclaré Portaccio.

Selon une étude menée en 2018 par Portaccio, le scénario semble différent pour ceux qui prennent Tysabri (natalizumab). Chez ces patientes, des rechutes et une aggravation de l'invalidité surviennent pendant la grossesse et après l'accouchement. Par conséquent, pour ces femmes, prendre Tysabri jusqu'à la conception et le reprendre tôt après l'accouchement peut aider à prévenir les rechutes et à réduire la progression de l'invalidité.

«Le maintien du traitement par natalizumab [Tysabri] au moins jusqu'à la conception et le redémarrage du traitement tôt après l'accouchement ont confirmé être la stratégie optimale du point de vue du risque maternel», a déclaré Portaccio, bien qu'il ait ajouté que la décision "doit prendre en compte les risques potentiels pour le fœtus et choix d’allaitement. "Dans l'ensemble, «le processus décisionnel lié à la grossesse doit être partagé avec la patiente et son partenaire, au cas par cas, avec des informations complètes sur les risques possibles connus ainsi que sur les lacunes actuelles en matière de connaissances», a déclaré Portaccio.

Le chercheur a noté que les risques pour les nouveaux médicaments pris par la mère et le fœtus sont peu connus. Il faut donc disposer de vastes ensembles de données «pour éclairer l'information des patients et la prise de décision clinique».

La perspective de l’enfant.

Lorsque de nouveaux médicaments sont approuvés, la plupart des données disponibles sur la toxicité pour la reproduction proviennent d'études sur des animaux - qui ne permettent pas toujours de prédire le risque chez l'homme - et on en sait peu sur les grossesses exposées au cours des essais cliniques, a déclaré la neurologue Kerstin Hellwig, PhD, fr.
de l'hôpital St. Josef de l'Université de la Ruhr, en Allemagne, dans sa présentation: «Perspective fœtale / enfant - Risques liés à l'exposition aux médicaments de l'enfant, allaitement et quand reprendre le traitement».

Ce manque de données constitue un défi pour les neurologues. Il est donc difficile de choisir le meilleur compromis risque-bénéfice pour la mère et l'enfant, de décider quand arrêter ou reprendre le traitement et de conseiller les futurs parents, a-t-elle déclaré.

L'un des problèmes rencontrés dans la mesure et la collecte des résultats de grossesse est le «très lent recrutement des registres de grossesse», a déclaré Hellwig.En outre, "nous avons besoin de nombreuses grossesses exposées pour mesurer le risque [d'une thérapie], car les résultats négatifs ne sont pas très fréquents", a-t-elle ajouté.

Un autre problème est le manque de standardisation des données; par exemple, la prévalence et les détails des malformations congénitales majeures chez les cas de foetus varient en fonction de la source de données.

Selon les données actuelles sur les risques d'exposition fœtale aux traitements pendant la grossesse, «la plupart des médicaments contre la SEP ne sont pas tératogènes [provoquent des malformations congénitales]», et les traitements par interférons et acétate de glatiramère en particulier peuvent être utilisés sans danger «jusqu'à la conception et probablement au-delà». Hellwig a ajouté «Aucun des médicaments actuels contre la sclérose en plaques ne justifie une interruption de grossesse élective en soi», a-t-elle souligné, soulignant la nécessité de disposer de davantage d'informations sur les nouvelles thérapies.

Hellwig a également déclaré que l'allaitement devrait être encouragé pour les mères qui le souhaitent.«Il n’y a aucune raison de croire que c’est nocif d’allaiter avec des médicaments…. L'allaitement ne devrait PAS être découragé en faveur de la reprise des médicaments contre la SEP chez la plupart des femmes », a-t-elle déclaré.

La taille des molécules thérapeutiques détermine leur probabilité d'atteindre le lait maternel, les molécules plus grosses étant moins susceptibles d'entrer dans le lait maternel, a noté Hellwig. Selon elle, les traitements à base d'interféron bêta et d'acétate de glatiramère sont compatibles avec la lactation et ceux à base d'anticorps monoclonaux sont les plus sûrs.

D'autre part, «si une femme ne veut pas allaiter, [elle peut] commencer tôt (de 7 à 14 jours) le traitement de la sclérose en plaques, en particulier celles qui sont atteintes d'une maladie active», a déclaré Hellwig.

Planning familial.

Il est important que les médecins «encouragent les patients à réfléchir à la planification familiale» et précisent que la SEP en tant que telle ne semble pas avoir d'effet sur les résultats en matière de procréation, notamment en termes de fertilité, de grossesse ou de conséquences néonatales, a déclaré Marie D'Hooghe, MD, PhD, qui a donné la dernière présentation de la session, intitulée «La sensibilisation des patients à la planification familiale représente un déficit de connaissances majeur en matière de sclérose en plaques».

La fécondité, la grossesse et l'accouchement, l'allaitement, le risque de rechute post-partum et le retard ou l'abandon du traitement DMT sont l'une des principales préoccupations des femmes atteintes de SEP, a déclaré D'Hooghe, neurologue au Centre national de la sclérose en plaques Melsbroek et professeur à la Vrije Universiteit Brussel, en Belgique. 

Une étude danoise de 2018, basée sur un sondage en ligne mené auprès de 590 patients atteints de SEP, a révélé un manque de connaissances sur les risques associés aux DMTs et à la grossesse chez les femmes et les hommes atteints de SEP. Environ 10% des femmes atteintes de SEP ont déclaré avoir eu une grossesse non planifiée alors qu'elles suivaient un traitement pour la SEP, et parmi elles, 49% ont choisi d'avorter.

Une étude précédente menée en 2013 - basée sur une enquête du NARCOMS (Comité de recherche nord-américain sur la sclérose en plaques) auprès de 5 949 participants atteints de SEP - a montré qu'environ 79% des patientes ne prévoyaient pas une future grossesse ou une grossesse après le diagnostic de SEP. Les principales raisons de leur décision d'éviter une grossesse étaient : les symptômes de SEP interférant avec la parentalité (71,2%), suivis des préoccupations concernant la charge pour leur partenaire (50,7%), des raisons financières (39,4%) et des préoccupations concernant le fait que les enfants puissent "hériter" la SEP (34,7%).Cependant, malgré ces résultats, le taux de grossesse est en augmentation chez les patientes atteintes de SEP, ainsi que le nombre de grossesses conçues sous traitement DMT, a noté D’Hooghe.

Les neurologues et les médecins devraient «vérifier les plans de grossesse chez les femmes en âge de procréer qui souhaitent une grossesse», a-t-elle déclaré.

«Le calendrier de la grossesse souhaitée et la nécessité de prévenir les grossesses non désirées doivent être considérés individuellement, afin de permettre aux patientes de prendre des décisions éclairées», a-t-elle déclaré.

Elle a également déclaré que pour les patients essayant de concevoir, les médecins devraient éviter de prescrire des médicaments :

- qui ont un potentiel tératogène connu, tel que le tériflunomide (marque Aubagio) et le fingolimod (marque Gilenya, entre autres).

- un risque connu de rechute sévère par rebond, comme le fingolimod et le natalizumab (Tysabri)

- des risques incertains mais plausibles, tels que le diméthyle fumarate (Tecfidera) et l’alemtuzumab (nom de marque Lemtrada, entre autres).

Une approche au cas par cas, basée sur des facteurs personnels et liés à la SEP, devrait être prise en compte, a déclaré D’Hooghe.

La chercheuse a souligné la nécessité d'essais cliniques prenant en compte les différences de sexe et d'âge, ainsi que d'un registre international des grossesses pour les patientes atteintes de sclérose en plaques contenant des données sur les DMTs, ainsi que sur les résultats de la grossesse et de la progéniture.

Ana Pena, PhD

..."



"La vie, c'est maintenant, pas demain"

Contenu sponsorisé

SEP et Grossesse Empty Re: SEP et Grossesse

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 22 Sep 2019 - 22:41