ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Diagnostics SEP: des erreurs! Une étude!

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Diagnostics SEP: des erreurs! Une étude!

Message  Domyleen le Jeu 10 Mai 2012 - 23:59



Sur MSRC:

Pourquoi des centaines de patients par an sont diagnostiqués à tort comme SEP ?

Trop compter sur les scanners du cerveau semble être une raison, qui fait que chaque année, des centaines de patients sont diagnostiqués SEP par erreur alors que leurs symptômes sont liés à une autre pathologie.

Des chercheurs de l'Oregon du « Health & Science University » à Portland et du « Veterans Affairs Medical Center » ont interrogé 242 spécialistes de la sclérose en plaques aux États-Unis pour savoir comment ils voyaient souvent que des patients avaient été mal diagnostiqués. Parmi les 122 qui ont répondu, plus de 95% ont dit avoir vu au moins un patient au cours de la dernière année avec un diagnostic de sclérose en plaques fait par un autre praticien, mais le spécialiste avait "fortement ressenti" que le patient avait une autre maladie. Trois spécialistes sur quatre ont dit avoir vu trois patients, voire plus, mal diagnostiqués dans l'année écoulée.

Les auteurs estiment que les 122 spécialistes ont vu 600 patients en une année qui avaient reçu un mauvais diagnostic de la SEP. On a estimé que 280 de ces patients mal diagnostiqués recevaient un traitement modificateur pour la SEP , ce qui peut provoquer des effets secondaires graves et coûte 40 000 $ ou plus par patient et par an.

"Certains de ces patients ont eu ce diagnostic pendant des années," explique l'auteur principal Dr Andrew Solomon, professeur assistant à l'Université du Vermont College of Medicine, qui a commencé la recherche alors qu'il était à OHSU. "Nous avions tous vu des patients comme ceux-ci, qui avaient reçu un diagnostic de la SEP, mais nous pouvions être certains qu'ils n'avaient pas la SEP. C'est ce qui a incité cette étude. "

La SEP est une maladie chronique qui attaque le système nerveux central. Les symptômes varient, d'un léger engourdissement dans les membres à la paralysie sévère et la perte de la vision. La gravité et la progression de la maladie varient de façon imprévisible.

Les médecins n’ont pas de test sanguin définitif ni de balayage d'imagerie pour confirmer le diagnostic. Ils doivent prendre en compte l'histoire de la santé du patient et les résultats aux tests de mouvement, l'équilibre, la vision, et la fonction mentale. L’analyse du liquide céphalorachidien et les examens IRM du cerveau peuvent être utiles.

Le modèle d'erreur de diagnostic, révélé par l'enquête, suggère que les médecins se sont trop penchés sur les résultats de l'IRM, affirme Salomon.
Cela correspond avec les rapports précédents, y compris une étude de 2003 dans laquelle deux tiers des 281 patients qui avaient été adressés pour une possible SEP avaient, en fait, d'autres pathologies neurologiques.
Parmi les patients visés en raison de résultats anormaux d'IRM qui n'avaient pas de SEP, 70% avaient eu une explication plus évidente pour l'IRM anormale, dont la pression artérielle, la migraine, ou une autre maladie neurologique.

"IRM n’est pas un substitut d’un bon historique ni d’un examen neurologique dans le diagnostic de la SEP», a mis en garde le Dr John R. Corboy du centre de Sclérose en plaques de l'Université du Colorado et ses co-auteurs.

«Une Frénésie thérapeutique»

L'utilisation inutile de médicaments puissants pour la SEP chez les patients mal diagnostiqués étaient chose courante depuis 1997. Dans une revue de cette année-là sur 366 cas, le neurologue Charles Poser de Harvard Medical School, avait constaté que 130 patients n'avaient pas de SEP, et que 14 d'entre eux recevaient un traitement pour la SEP combinant le β-interféron. 10 autres patients mal diagnostiqués ont déclaré que leur neurologue avait recommandé le traitement.

À l'époque, Poser avait émis l'hypothèse que la commercialisation récente de ce nouveau traitement approuvé, le β-interféron, avait créé une "frénésie thérapeutique" qui a propulsé la poursuite de l’erreur de diagnostic. "J'ai trouvé que certains patients m’avaient expliqué qu’avec le diagnostic de la sclérose en plaques, on leur avait déjà donné ces médicaments, quelle que soit les caractéristiques cliniques de leur maladie », écrit-il. "J'ai également noté que de nombreux patients qui reçoivent des β-interférons n'ont pas la sclérose en plaques, et certains patients ont commencé à prendre les médicaments, même après qu'on leur ait dit que je ne pouvait pas confirmer le diagnostic de la sclérose en plaques. "

Solomon et ses collègues espèrent que leur enquête effectuée à Portland montrera la voie à l'amélioration de la précision du diagnostic.

"Nous avons beaucoup de données sur tous les problèmes qui peuvent être confondus avec la SEP», dit-il. "Cela fournit un aperçu de ce que nous sommes en train de voir dans la pratique." La revue Neurology publie l'étude, financée par le ministère des Anciens Combattants, le National Institutes of Health et les Partenaires SEP, Fellowship Award.

Environ 1/7 spécialistes de la SEP interrogés qui avaient identifié une erreur de diagnostic ont dit qu'ils ne l’avaient pas toujours dit au patient. Ils ont raisonné sur le fait que si le patient ne recevait pas un traitement pour la sclérose en plaques, ou que si on modifiait le diagnostic, cela pouvait causer des dommages psychologiques.

L'étude du Colorado a constaté que les troubles psychiatriques étaient à la racine du problème pour plus d'un cinquième des patients adressés pour une « possible » sclérose en plaques. "Ces patients vont souvent d’un médecin à un autre, avec des problèmes importants, et (s’ils) ne reçoivent pas d'évaluation ou de traitement approprié, ils s’enfoncent dans une grande détresse émotionnelle » ont noté Corboy et ses collègues.

Le Dr Dennis Bourdette, directeur du Centre OHSU de la sclérose en plaques et co-auteur de la nouvelle enquête, affirme que les patients mal diagnostiqués restent exposés au risque d'obtenir un traitement nuisible, tout en étant privé d'un traitement susceptible d'aider.
L'argent gaspillé en raison d'un mauvais diagnostic est difficile à chiffrer, mais devrait dépasser les 11 millions de dollars par an, juste en ce qui concerne le traitement médical des cas identifiés dans l'enquête.

Source: l'Oregon Live.com © 2012 Oregon Live LLC. (09/05/12)

    La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai 2018 - 17:12