ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  Domyleen le Lun 9 Juil 2012 - 16:37



Sur MSRC:

Une défaillance génétique expliquerait pourquoi les traitements pour la SEP ont échoué.

Les scientifiques ont identifié la raison pour laquelle une classe de médicaments prometteurs ne sont d’aucune aide pour les personnes SEP !

D’après une équipe de l’Université d'Oxford, une variante génétique liée à la SEP expliquerait pourquoi des médicaments qui marchent pour certains patients atteints d’autres maladies auto-immunes, ne marchent pas ceux (atteints de SEP).

Les chercheurs qui ont publié dans le magazine « Nature », prétendent que les médicaments peuvent, en fait, provoquer l’aggravation des symptômes.

Les experts expliquent que l’étude a permis de démontrer comment le travail de maquillage des gènes d'une personne pouvait affecter la façon de répondre au traitement.

Les médicaments, appelés anti-TNFs, marchent pour des patients avec la polyarthrite chronique évolutive et la maladie d'intestin (maladie de Crohn), mais il n’en n’a pas été de même pour les patients avec la SEP et les chercheurs ne savaient pas pourquoi.

L'équipe d'Université d'Oxford a examiné une variante génétique particulière, trouvée dans un gène appelé TNFRSF1A, qui avait, par le passé, été associé au risque de développer la SEP.

La version normale, longe, de la protéine se tient à la surface des cellules et se lie à la molécule de signalisation du TNF, ce qui est important pour un certain nombre de processus dans l’organisme.

Mais l'équipe a découvert la variante qui est responsable d'une altération, une version abrégée, qui «éponger» le TNF, l'empêchant de déclencher des signaux - essentiellement la même chose que ce que font les médicaments anti-TNF.

A l'avenir, cela pourrait permettre d’offrir, aux patients SEP, des traitements médicamenteux qui seront plus susceptibles de marcher pour eux.

Les chercheurs pensent que c’est ce qui explique pourquoi une étude d’il y a 10 ans avait trouvé que les traitements aggravaient la maladie chez les personnes SEP.

Le Professeur Lars Fugger du Département Nuffield des Neurosciences cliniques, qui a dirigé les travaux, a déclaré: "Nous pouvons espérer que les analyses de l'ensemble du génome humain mèneront à des résultats qui seront cliniquement pertinents.

"Nous montrons que cela est possible. C'est l'un de ces premiers exemples, certainement dans la maladie auto-immune."

Il a ajouté: «Alors que la variante du gène TNFRSF1A est liée à un risque faible de développer la SEP, le médicament qui imite l'effet de la variante aura un impact beaucoup plus important.

"Les effets des variantes génétiques influençant le risque de maladie ou de résistance peuvent être amplifiés par les médicaments. Cela a souvent été complètement négligé, mais il sera essentiel de tenir compte des conclusions génétiques dans un contexte médical."

Nick Rijke, directeur de la politique et de la recherche à la MS Society, a déclaré: "Il y a de nombreux gènes associés à la SEP, mais nous savons peu de choses sur le rôle qu'ils jouent ou l'influence qu'ils ont sur la maladie.

"Cette étude a démontré que certains de nos gènes peuvent jouer un rôle important dans la décision qui consiste à voir si oui ou non, nous pourrions répondre à un traitement.

"A l'avenir, cela pourrait nous aider à nous assurer que les personnes atteintes de SEP se verront proposer les traitements médicamenteux les plus susceptibles de marcher pour eux."

Source: BBC News © British Broadcasting Corporation 2012 (09/07/12)

Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Re: Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  Domyleen le Lun 9 Juil 2012 - 16:42




Bien, bien, on avance .... De plus en plus d'études font état de l'inefficacité des traitements ... et maintenant, on reconnait qu'ils pouvaient, dans certains cas, aggraver la maladie!!

Et ... Exit les Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   1811742144
avatar
sylviane

Messages : 327
Date d'inscription : 02/05/2010

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Re: Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  sylviane le Lun 9 Juil 2012 - 17:06

Et maintenant on comprend mieux pourquoi l'on passe d'une sep bénigne à une secondairement progressive...

Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Re: Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  Domyleen le Lun 9 Juil 2012 - 21:26




Pour moi, il semble que j'étais passée de SEP "RR"(une poussée tous les 4-5 ans) à 5 poussées en 1 an, au bout de 4 ans d'Avonex, et ... passage en Progressive Secondaire: alors, je me demande bien comment ils peuvent expliquer qu'aujourd'hui, je sois considérée comme étant SEP "bénigne"???
Et ce, depuis 4 ans ... Question
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Re: Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  Domyleen le Lun 9 Juil 2012 - 21:43



... une variante génétique liée à la SEP expliquerait pourquoi des médicaments qui marchent pour certains patients atteints d’autres maladies auto-immunes, ne marchent pas pour ceux (atteints de SEP).

Il y aurait des maladies "auto-immunes" et ... des maladies "auto-immunes", mais différemment "auto-immunes": il va falloir qu'on nous explique ...

Et les modèles de Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   1811742144 ??? A quoi servent-ils???

Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Re: Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  Domyleen le Lun 9 Juil 2012 - 21:55




Les chercheurs pensent que c’est ce qui explique pourquoi une étude d’il y a 10 ans avait trouvé que les traitements aggravaient la maladie chez les personnes SEP.

Je ne me souviens pas avoir entendu parler de cette étude en France .... ??? (seulement sur Thisisms; il y a 2 ou 3 ans!)
Dom88
Dom88

Messages : 102
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 64
Localisation : Vosges

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Re: Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  Dom88 le Mar 10 Juil 2012 - 6:34

@Domyleen a écrit:


Les chercheurs pensent que c’est ce qui explique pourquoi une étude d’il y a 10 ans avait trouvé que les traitements aggravaient la maladie chez les personnes SEP.



Alors pourquoi continuer à nous refiler leurs traitements à la gomme ?
avatar
sylviane

Messages : 327
Date d'inscription : 02/05/2010

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Re: Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  sylviane le Mar 10 Juil 2012 - 7:13


Pour faire du fric sur le dos des malades.

Il faut bien comprendre que les malades sont "un fond de commerce" inépuisable, contrairement aux puits de pétrôle, et que, plus il y a de malades et plus ils peuvent fabriquer "leurs molécules" pour faire monter leurs actions et gagner des gros sous...

En fait, il suffisait de comprendre comment cela fonctionne... Hélas, il ne s'agit pas seulement de la SEP .

Il faut espérer que de par le monde, l'honnêteté et la morale finiront par l'emporter. Un grand espoir se dessine à l'horizon avec la médeçine réparatrice à base de cellules souches. Croisons les doigts pour que cela fonctionne aussi sur la SEP..
avatar
Invité
Invité

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Re: Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  Invité le Mar 10 Juil 2012 - 7:58


Quel ttt ??? A-t-on déjà proposé à qqun affligé d'une SEP le "médicament, appelé anti-TNFs qui marche pour des patients avec la polyarthrite chronique évolutive et la maladie d'intestin (maladie de Crohn), mais il n’en n’a pas été de même pour les patients avec la SEP et les chercheurs ne savaient pas pourquoi." ?

TNF = Tumor Necrosis Factor

La fixation des TNF sur des récepteurs (TNFR 1 et 2) peut aboutir à au moins trois évènements aujourd’hui découverts :
- Activation de la voie NF-κB (inhibition apoptose) 1
- Apoptose
- Nécrose programmée

Le TNFα est libéré par les leucocytes, l'endothélium et d'autres tissus généralement en réponse à un dommage, par exemple une infection. Sa libération est stimulée par plusieurs autres médiateurs, comme l'interleukine 1 ou l'endotoxine bactérienne. Il possède plusieurs actions sur divers organes et systèmes, généralement en coopérations avec les interleukines 1 et 6 :
effets sur l'hypothalamus :
stimulation de l'axe hypothalamo-hypophysaire, via la libération de corticotropin releasing hormone (CRH) ;
suppression de l'appétence, faim (d'où son nom de « cachexine » - la cachexie étant une perte de poids sévère lors de processus pathologiques) ;
fièvre ;
sur le foie : stimulation de la phase de réponse aiguë, conduisant à une augmentation de CRP et d'autres médiateurs ;
il attire très efficacement les polynucléaires neutrophiles, et les aide à adhérer à la paroi des cellules endothéliales, d'où elles sortiront par diapédèse ;
sur les macrophages : stimulation de la phagocytose, production d'IL-1, d'oxydants et de lipides pro-inflammatoires, p.e la prostaglandine E2 (PGE2) ;
autres tissus : augmentation de la résistance à l'insuline.
Une augmentation locale de la concentration en TNFα cause les signes cardinaux de l'inflammation : Rubor (rougeur, érythème), Calor (chaleur, due à la vasodilatation), Tumor (tuméfaction, œdème), Dolor (douleur), Functio laesa (atteinte de la fonction du membre ou de l'organe, signe plus inconstant).

from Wikipédia
avatar
Birmancat

Messages : 1289
Date d'inscription : 02/06/2018

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Re: Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  Birmancat le Jeu 20 Déc 2018 - 14:56

C'est encore moi …

Je viens de lire un article sur ms news today, du 20.12.2018, dont 
je vous propose des extraits, traduits via translate google, et comme
d'habitude, la réserve suivante s'applique, à savoir, que seul le texte original fait foi :

https://multiplesclerosisnewstoday.com/2018/12/20/genetic-variant-affects-brain-cells-astrocytes-study/

"Une étude révèle que la variante génétique liée à la SEP affecte davantage que les cellules immunitaires.

Une étude montre qu'une variante génétique associée à un risque accru de sclérose en plaques (SEP) en raison de son impact sur certaines cellules du système immunitaire peut également toucher des cellules du cerveau appelées astrocytes.

Rapportés dans l'étude, «Les réponses astrocytaires améliorées sont motivées par un allèle (*) de risque génétique associé à la sclérose en plaques», dans la revue Nature Communications, ces résultats suggèrent que le dysfonctionnement de ces cellules cérébrales pourrait également contribuer à la susceptibilité à la SEP.

Plus de 200 variantes génétiques ont été identifiées comme facteurs de risque de développer la SEP, plusieurs étant liées à des modifications des lymphocytes - des cellules qui interviennent dans la réponse excessive du système immunitaire qui caractérise la SEP.

Cependant, la question de savoir si les variantes génétiques peuvent également affecter les cellules du cerveau, affectant la fonction du système nerveux central (cerveau et moelle épinière), reste incertaine.

Des chercheurs de l'Université de Yale ont étudié comment une variante du risque de sclérose en plaques appelée rs7665090G, qui augmente l'expression d'un médiateur clé de l'auto-immunité appelé NF-KB dans les lymphocytes, peut modifier le fonctionnement des astrocytes. 

Les astrocytes sont un groupe de cellules en forme d'étoile qui fournissent de l'énergie aux neurones et servent de plate-forme pour nettoyer leurs déchets. Ils ont également d'autres fonctions dans le cerveau, telles que la régulation du flux sanguin et l'inflammation.

"NF-KB joue un rôle critique dans l'auto-immunité, y compris dans la SEP, où l'on estime que 18% de tous les variants alléliques à risque de SEP affectent ou intersectent la voie de signalisation NF-KB", ont écrit les chercheurs.



Pour déterminer si la variante à risque avait un effet sur des cas réels de SEP, les chercheurs ont analysé au total 10 échantillons de cerveau présentant des lésions claires de la substance blanche du cerveau de patients décédés porteurs de la variante à risque ou protectrice.

Les astrocytes agrandis dans les lésions positives pour la variante à risque présentaient des niveaux accrus de gènes cibles de NF-κB, similaires à ceux observés avec les astrocytes in vitro dérivés d'iPSC. Les astrocytes non activés situés à proximité des lésions et dans la substance blanche normale présentaient de faibles niveaux de signalisation par NF-κB.

De plus, par rapport à la variante protectrice, le nombre de lymphocytes T immuns (à savoir les lymphocytes T CD3-positifs) était significativement plus élevé dans les lésions associées à la variante à risque.



L’équipe a conclu que leur étude «prouve pour la première fois que les variants génétiques associés au risque de SEP perturbent directement les fonctions des cellules du système nerveux central».
Ils ont également suggéré que «la fonction cellulaire perturbée du SNC aide à établir une inflammation auto-immune locale»."

(*) allèle : https://fr.wikipedia.org/wiki/Allèle, soit :
Un allèle (abréviation d'allélomorphe) est une version variable d'un même gène, c'est-à dire une forme variée qui peut être distinguée par des variations de sa séquence nucléotidique. En général, il existe deux allèles pour chaque gène, mais certains gènes (par exemple ceux du CMH) possèdent plusieurs dizaines d'allèles. Les allèles d'une paire de chromosomes homologues peuvent être identiques, c'est l'homozygotie, ou différents, c'est l'hétérozygotie.
C'est ainsi qu'au sein d'une même espèce, le génome d'un individu est différent de celui d'un autre individu, c'est le polymorphisme génétique. Ce polymorphisme est également dû à l'apparition de mutations qui sont des variations de la séquence nucléotidique. Il peut donc exister dans les populations naturelles plusieurs séquences différentes d'ADN pour un même locus."



"La vie, c'est maintenant, pas demain"

Contenu sponsorisé

Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)   Empty Re: Défaillance génétique: cela expliquerait l’inefficacité des traitements (???)

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 20 Juil 2019 - 20:40