ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Lun 13 Aoû 2012 - 14:58


Je poste cette étude, dans ce topic, bien qu'il ne s'agisse pas d'une étude sur CCSVI, mais sur le flux du liquide céphalo-rachidien ... et il s'agit d'une étude du BNAC, avec l'utilisation de l'IRM ...

Une étude du BNAC (Robert Zivadinov et consorts):

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22733409

Imagerie Cine (imagerie dynamique) du liquide céphalo-rachidien dans la sclérose en plaques.

Magnano C , C Schirda , Weinstock-Guttman B , Wack DS , Lindzen E , D Hojnacki , Bergsland N , C Kennedy , Belov P , Dwyer MG , Poloni GU , Beggs CB , Zivadinov R .

Source
Buffalo Neuroimaging Analysis Center, Université de l'État de New York, Buffalo, New York, Etats-Unis.


Résumé:

OBJECTIF:
Recherche sur le liquide céphalorachidien (LCR) dans la dynamique de l'aqueduc de Sylvius dans la sclérose en plaques (SEP) des patients et les témoins sains (SC) en utilisant l'imagerie à contraste en phase ciné.

MATÉRIAUX ET MÉTHODES:
En tout, 67 patients atteints de SEP (48 rémittente-récurrente [RR], 19 ayant une forme progressive secondaire [SP]), neuf patients atteints du syndrome cliniquement isolé (CIS), et 35 "témoins sains" appariés en âge et sexe, ont été examinés. L'écoulement de CSF et des mesures de vitesse ont été quantifiés à l'aide d'une méthode semi-automatique et comparés avec les résultats cliniques et d'imagerie par résonance magnétique (IRM).

RÉSULTATS:
Le flux du LCR a été constaté comme diminué chez les patients SEP par rapport aux contrôles sains (SC) (-3,7 vs -7,1 ul / beat, P = 0,005). Il y avait une tendance à l'augmentation du débit net positif entre les SP, RR, et les patients CEI. L'altération du débit du LCR et des mesures de vitesse ont été associés à la gravité et au volume des lésions en T1 et T2, les volumes des ventricules latéraux et quatrième ventricule, et la largeur de troisième ventricule chez les patients SEP et CEI (P <0,01 pour tous). Chez les patients CEI, la conversion en SEP cliniquement définie dans l'année qui suit a été liée à une nette diminution de l'écoulement de CSF (P = 0,007). Il y avait une tendance entre l'accroissement des taux de rechutes annuelles et une modification des flux de LCR / vitesse des mesures chez les patients RRMS (P <0,05).

CONCLUSION:
La dynamique des flux de LCR sont altérés chez les patients atteints de SEP. Les résultats cliniques et l'IRM, les plus graves, chez les patients SEP RR et CEI se rapportent à la modification du débit du LCR et des mesures de vitesse.

J. Magn. Reson. Imaging 2012;. © 2012 Wiley Periodicals, Inc
Copyright © 2012 Wiley Periodicals, Inc
avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Lun 13 Aoû 2012 - 15:10



Quelques explications (Wiki):

Le système ventriculaire est un ensemble de cavités situées à l'intérieur du cerveau en continuité avec le canal de l'épendyme (ou canal central) de la moelle épinière. Il participe à la sécrétion et à la circulation du liquide céphalorachidien qui baigne le système nerveux central. Il est constitué principalement de quatre ventricules :
ventricule latéral droit (situé dans l'hémisphère cérébral droit)
ventricule latéral gauche (situé dans l'hémisphère cérébral gauche)
troisième ventricule (situé dans le diencéphale)
quatrième ventricule (situé dans le rhombencéphale)
Chacun de ces ventricules est tapissé d'un plexus choroïde qui sécrète le liquide céphalorachidien à partir des éléments contenus dans le plasma sanguin.
Les ventricules communiquent entre eux :
entre les ventricules latéraux et le troisième ventricule : les deux trous de Monro
entre le troisième et le quatrième ventricule: l'aqueduc de Sylvius ou l'aqueduc du mésencéphale
Le liquide cérébro-spinal sort ensuite du quatrième ventricule pour aller dans la cavité subarachnoïdienne par le trou de Magendie (ou ouverture médiane du quatrième ventricule) et les deux trous de Luschka (ou ouvertures latérales du quatrième ventricule).
Une augmentation pathologique du volume des ventricules peut engendrer une hydrocéphalie.
avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Lun 13 Aoû 2012 - 15:14

avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Lun 13 Aoû 2012 - 23:04



Je vais poster ici quelques notions relatives au LCR, afin de mieux comprendre les articles/études qui risquent fort de paraître dans les mois qui viennent, car les techniques IRM (en particulier le "Fonar debout") permettent des découvertes (et surtout, des preuves par l'image) qui vont chambouler notre connaissance des maladies du cerveau et de la moelle épinière.

. LA PHYSIOLOGIE DU LCR

Les flux du LCR : il existe deux sortes de flux du LCR qui agissent simultanément et en permanence : le flux net global, qui résulte des mécanismes de sécrétion - résorption, et les flux pulsatiles qui résultent des pulsations artérielles cérébrales, c'est-à-dire, fondamentalement, des modifications systolo-diastoliques du volume du lit vasculaire encéphalique.
- Le flux net global (bulk flow) est le produit de la secrétion du LCR, égal (en situation d'équilibre) au volume de LCR résorbé. Ce volume a été évalué à 600 ml par jour, soit 0,4 ml par minute, ce qui est extrêmement faible en comparaison du flux sanguin cérébral global qui est d'environ 700 ml par minute, prés de 2000 fois plus élevé. Pour 60 %, le LCR est secrété au niveau des plexus choroïdes, les 40 % restants étant produits sur l'ensemble de la surface cérébrale, à partir de l'espace liquidien intersticiel. Pour 50 à 60 % également, il est résorbé au niveau des granulations arachnoïdiennes de Pacchioni, dans le système des sinus veineux duremeriens, ainsi qu'au niveau des manchons méningés des nerfs rachidiens, les 40 à 50 % restants étant eux mêmes résorbés au niveau du parenchyme cérébral. Il y a donc, à l'échelle du débit de production et de résorption du liquide céphalorachidien, une continuité fonctionnelle entre les espaces liquidiens interstitiels parenchymateux (drainés par les veinules cérébrales) et le LCR. Le mouvement net de sécrétion - circulation - résorption est engendré par le gradient de pression entre le système artériolaire, les espaces liquidiens, et le système veineux intradural.
- Les flux pulsatiles résultent des modifications du volume sanguin cérébral encéphalique entre les stades de systole et de diastole. Cette pulsation vasculaire s'exerçant dans une cavité crânienne rigide, repousse le LCR encéphalique vers le sac dural plus expansible. En effet, la dure mère crânienne est inexpansible car attachée à l'os, tandis que la dure mère rachidienne est contenue dans une atmosphère épidurale constituée de graisse et de plexus veineux, ce qui lui laisse une liberté d'expansion. Cette notion d'inexpansibilité crânienne appelle cependant une remarque : elle ne s'applique pas totalement au nouveau-né ou au petit nourisson, dont la fontanelle est plus élastique ; en corollaire, la boite crânienne du foetus est contenue dans le sac amniotique dont la pression est supérieure à la pression atmosphérique ; par conséquent, elle ne répond pas aux mêmes mécanismes que celle du nouveau-né.

http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/edicerf/NR/NR015.html
avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Lun 13 Aoû 2012 - 23:12



Le Plexus Choroïde:

Le Plexus choroïde est le tissu dans le cerveau chargé de fabriquer le liquide céphalo-rachidien (LCR). Il existe plusieurs domaines du cerveau qui contiennent du plexus choroïde; tous ces domaines appartiennent à une partie du cerveau appelée le système ventriculaire, qui est l'endroit où le LCR s'écoule.La seule partie du système ventriculaire qui ne contient pas de plexus choroïde est l'aqueduc cérébral, qui relie le troisième ventricule au quatrième ventricule.
Les cellules qui composent le plexus choroïde sont des cellules spécialisées qui tapissent le système ventriculaire. Dans toutes les autres parties des ventricules, ces cellules de la muqueuse sont appelées cellules épendymaires. Ces cellules dans le plexus choroïde sont hautement spécialisés pour la fabrication du LCR par filtration du sang. Pour accomplir cette tâche de générer suffisamment de CSF (flux cérébro-spinal) le tissu du plexus choroïde reçoit un approvisionnement en sang important par rapport à sa taille.

Read more: http://wiki.answers.com/Q/What_is_the_choroid_plexus#ixzz23RXOhxtH
avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Lun 13 Aoû 2012 - 23:36



Un post explicatif de Joan Beal,

Voici comment le BNAC a fait cette étude: Le BNAC a utilisé l'imagerie à contraste de phase afin de quantifier le liquide céphalo-rachidien (LCR) par le biais du drainage de l'aqueduc de Sylvius. Le CSF (cérébro-spinal fluid) est pour l’essentiel, formé dans le plexus choroïde dans les ventricules latéraux, le troisième et le quatrième, et il coule dans un mouvement de va-et-vient avec un flux net caudal (également appelé "antérograde" ou "négatif") à travers l'aqueduc cérébral et les foramens de Luschka et de Magendie dans l'espace sous-arachnoïdien rachidien. Dans l'aqueduc de Sylvius, en utilisant des techniques cinématographiques MR, il a été démontré que le flux du LCR est du à l'expansion systolique des hémisphères cérébraux, qui causent un flux antérograde (vers le ventricule suivant ) pendant la systole et le flux rétrograde (vers le troisième ventricule, également dénommé «céphalique» ou «positif») pendant la diastole. L’utilisation de l’analyse quantitative semi-automatique de ces images, a permis de démontrer que le flux net de CSF par l'aqueduc de Sylvius est considérablement réduit chez les patients atteints de sclérose en plaques par rapport aux témoins normaux.

http://www.bnac.net/?page_id=605
avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Lun 13 Aoû 2012 - 23:56



Un document de Juin 2009, très intéressant sur ce sujet:
C'est en anglais, mais facile à comprendre avec la traduction Google.


Les stases du liquide céphalo-rachidien et leur signification clinique

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2842089/
avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Mar 14 Aoû 2012 - 10:51


Ouh, lala! Mais on continue d'évoluer sur Thisisms!
Au départ, les partisans farouches de la théorie de Zamboni, ne défendaient QUE cette dernière hypothèse, mais on prend de plus en plus au sérieux, une nouvelle approche de la SEP, qui peut venir en complément de la théorie veineuse ... Joan Beal, Cece, Sharon et les autres pionniers qui ont eu des résultats excellents grâce à l'angioplastie, commencent (enfin!) à prendre très au sérieux les travaux des chiropracteurs, comme les docteurs Rosa, Flanagan ou Amir ... et cela grâce à la précision des techniques d'IRM, qui fournissent des "preuves" incontestables sur la perturbation des flux du LCR, chez les patients SEP ... Du coup, on s'intéresse à un autre LIEN, celui entre les perturbations vasculaires et celles des flux de LCR ...

On avance, on avance!! cheers
avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Mar 14 Aoû 2012 - 11:19


Un post de Joan Beal, pour rappeler que Zamboni s'était intéressé au LCR, au cours de ses recherches ...

Le Dr Zamboni a été le premier chercheur à noter que les niveaux de LCR étaient réduits chez les patients SEP. Il y a deux ans, il avait publié cet article avec le BNAC. Il avait trouvé une corrélation dans le sévérité de la sténose extracrânienne et les niveaux de LCR.

http://members.sirweb.org/members/misc/Zamboni_CSF.pdf
avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Mar 14 Aoû 2012 - 11:34



Le site du dct Flanagan: la page consacrée au LCR dans les maladies comme Parkinson, Alzheimer et Sclérose en Plaques:

http://uprightdoctor.wordpress.com/
avatar
RnRrider

Messages : 1222
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 54
Localisation : The 13th Floor

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  RnRrider le Lun 27 Aoû 2012 - 14:00

Une traduction (simplifiée) du dernier article de Wheelchair Kamikaze.

Un rapport de première main – L'importance du débit du liquide céphalo-rachidien (LCR) dans la SEP, et une approche chiropratique possible pour le traitement des maladies neuro-dégénératives

Récemment, plusieurs études ont mis en lumière le rôle important que le bon écoulement du liquide céphalo-rachidien (LCR) dans le cerveau et le système nerveux central joue dans le maintien de la santé neurologique, et suggèrent également qu'une perturbation de l'écoulement du LCR peut jouer un rôle dans un certain nombre de maladies neuro-dégénératives, la SEP incluse. Comme la CCSVI, qui postule qu'une mauvaise circulation sanguine dans le système nerveux central joue un rôle dans le développement de la sclérose en plaques, les nouvelles recherches indiquent un rôle similaire pour l'écoulement du liquide céphalo-rachidien à travers le système nerveux central.

Le liquide céphalo-rachidien est un liquide clair qui s'écoule autour du cerveau et de la moelle épinière, et remplit également les vides naturels dans l'anatomie du cerveau. Le LCR a plusieurs fonctions. Le cerveau et la moelle épinière sont entourés par le LCR, le fluide maintien le cerveau en suspension de telle sorte que le poids de l'organe est neutralisé. En effet, le cerveau flotte dans une piscine de LCR, qui agit également comme un coussin contre les coups à la tête. Dans les cas où le choc est trop fort pour être compensé par le LCR, des commotions cérébrales peuvent survenir. De plus, et non moins important, le LCR aide à nettoyer le cerveau des déchets métaboliques et contribue également à réguler le flux du sang dans le système nerveux central.

La plupart des patients SEP le connaisse en raison de la procédure toujours très populaire et tellement agréable dénommée ponction lombaire. Le fluide que le neuro tire hors de votre colonne vertébrale après avoir planté une aiguille dans votre dos est le LCR, dont l'analyse peut fournir des indicateurs utiles pour diagnostiquer la maladie, tels que les bandes oligoclonales. Les bandes oligoclonales sont un indicateur de l'inflammation et de l'activité immunitaire en cours au sein du système nerveux central, un environnement dans lequel ces activités ne sont pas les bienvenus. Une grande majorité des patients atteints de SEP (plus de 90%) ont de multiples bandes oligoclonales, et la combinaison de l'analyse du LCR et de multiples lésions sur les images IRM sont des composants majeurs dans la réalisation d'un diagnostic de sclérose en plaques.

Un certain nombre d'études récemment publiées suggère que la rupture de l'écoulement naturel du LCR peut être très préjudiciable au système nerveux central et peut être une force motrice dans les facteurs qui aboutissent dans les maladies neuro-dégénératives. Une étude a découvert une série inédite de voies qu'emprunte le LCR tout au long du système nerveux central, offrant de nouvelles perspectives sur l'importance du LCR dans les efforts du cerveau pour se débarrasser des produits potentiellement toxiques des déchets métaboliques. Une autre étude, réalisée par le docteur Robert Zivadinov et les bonnes gens du BNAC, qui ont également fait des recherches approfondies sur la CCSVI, a montré que la dynamique d'écoulement du LCR est modifiée dans les cerveaux de patients atteints de SEP.

S'appuyant sur le travail de chiropraticien du docteur Michael Flanagan, qui a fait des recherches et écrit abondamment sur le rôle des flux de LCR et les maladies neuro-dégénératives, une autre étude, qui a utilisée une IRM spécialisée en position verticale, connue comme IRM FONAR, pour scanner des patients avec des traumatismes liés à la partie supérieure du cou et le bas du crâne et trouver un écoulement anormal et le développement éventuel de la SEP chez les sujets de l'étude. Cette recherche, à son tour, conduit à une étude en cours à l'aide de l'IRM FONAR en association avec une technique de chiropractie spécialisée, connue sous le nom d'Atlas Orthogonal, afin de démontrer que non seulement l'écoulement du LCR est anormale chez les patients SEP, mais que ce flux peut être corrigé par une manipulation physique de l'Os de l'atlas, la vertèbre cervicale supérieure de la moelle épinière. L'os doit son nom parce que le poids de la tête entière repose sur lui, de même que, dans la mythologie grecque, le poids du monde repose sur les épaules d'Atlas. Cette étude est dirigée par un chiropraticien le docteur Scott Rosa et le docteur Raymond Damadian, l'homme qui a réellement inventé l'IRM dans les années 1970.

Le graphique ci-dessous illustre bien l'impact négatif qu'un mauvais alignement des os Atlas pourrait avoir sur les vaisseaux sanguins et les nerfs associés au système nerveux central:


Dans la description ci-dessus, le point jaune représente le nerf vague, le point bleu la veine jugulaire interne, et le point rouge l'artère carotide interne. Comme le montre l'animation, un os Atlas mal aligné peut faire pression sur chacun de ces trois éléments. La chiropratique de l'Atlas Orthogonal tente de remettre l'os Atlas dans l'alignement en utilisant des techniques spécialisées utilisées à l'origine par le docteur Roy Sweat, qui sont enseignées au Sweat Institute à Atlanta, Georgia. La technique utilise une légère pression appliquée sur l'os mastoïde (derrière l'oreille) pour ré-aligner l'os Atlas, en utilisant une table spécialisée et un instrument soigneusement calibré pour les besoins de chaque patient.

Depuis Janvier 2012, j'ai pris part à l'étude en cours menée par les docteurs Rosa et Damadian. Mon implication a commencé par un voyage à Albany, New York, en janvier dernier, où j'ai été numérisé dans une position verticale par l'IRM FONAR qui était équipée d'une bobine prototype développée spécifiquement pour suivre les flux de LCR par le docteur Damadian, et qui utilise également un logiciel propriétaire pour diriger le balayage. Après mon analyse initiale, on m'a ré-aligné l'os Atlas, puis de nouveau analysé. En effet, les différences entre les deux scans ont été assez étonnants. Dans mon analyse de prétraitement, l'écoulement du LCR était perturbé et semblait revenir en arrière en jet contre ma moelle épinière juste à l'endroit où ma grande lésion est située. Après le traitement , l'analyse a montrée un débit beaucoup plus normale du LCR, résultant en une plus grande quantité de fluide séparant mon cerveau de la base du crâne, et un flux plus régulier tout au long de mon Système Nerveux Central.

Il est important de noter que le docteur Rosa utilise sa propre technique, avec l'aide de l'IRM FONAR pour calculer les paramètres très spécifiques et des angles de traitement (connu comme "vecteurs"). Par conséquent, son approche diffère de celle effectuée par les autres praticiens, tant et si bien qu'il est en attente de brevet.

J'ai reçu un suivi de traitement hebdomadaire ici à New York par le docteur Scott Bender, qui travaille en étroite collaboration avec le Docteur Rosa sur l'étude, et a été formé par le docteur Rosa sur ces techniques spécifiques. Cela ne veut pas dire que les techniques pratiquées par les autres chiropraticiens ne sont pas potentiellement utile, mais la méthodologie précise que le docteur Rosa utilise est unique pour le moment. Si les résultats de l'étude le justifient, le docteur Rosa formera beaucoup de pratiquants supplémentaires dans son approche, mais jusqu'à aujourd'hui les techniques exactes utilisées dans cette étude ne sont généralement pas disponibles, sauf de rares praticiens qui ont déjà été formés dans le cadre des orientations du Docteur Rosa.

Bien que l'étude du Docteur Rosa soit toujours en cours, les premiers résultats semblent être prometteurs. Certains patients font état d'améliorations symptomatiques, mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions. Ma propre expérience n'a jusqu'à présent pas été couronnée de succès, car je n'ai pas (encore) tiré de bénéfices du traitement. Je suis un très mauvais exemple pour juger car ma condition est très atypique, et, comme je l'ai déjà écrit, a défiée tous les efforts de diagnostic définitif. De plus, mon corps semble avoir des difficultés à maintenir l'ajustement de l'Atlas. Quelques patients ont signalé rester dans l'alignement pendant plusieurs semaines après l'ajustement, je suis généralement sur l'ajustement le temps que je revienne de ma visite hebdomadaire chez le docteur Bender.

Provocantes, les conclusions et les hypothèses du Docteur Rosa et ses associés sont sûrs d'être controversées, pour les mêmes raisons que la CCSVI a secouée les choses. Les deux théories vont à l'encontre du dogme SEP traditionnel, et proposent des explications sur la maladie neuro-dégénérative qui diffèrent grandement de celles proférées par la neurologie classique. La sclérose en plaques n'est rien si elle n'est pas compliquée, et sa pathogénie est presque certainement multi-factorielle. Il est douteux qu'une quelconque théorie se révélera être la clé pour résoudre le puzzle SEP entier, mais, étant donné l'attention nécessaire, certaines de ces théories «radicales» peuvent avoir le potentiel pour percer les nombreux mystères détenus par la SEP, même si elles le font tangentiellement. Les études sur la théorie auto-immune largement acceptées n'ont pas encore offert quelque chose d'approchant un remède, et l'exploration de théories alternatives, de façon responsable, ne peut que bénéficier aux patients comme aux chercheurs d'élargir leurs horizons et de commencer à comprendre la SEP comme pas strictement une maladie auto-immune limitée au système nerveux central, mais une condition impliquant des mécanismes dégénératifs pas encore compris.

Comme toujours, l'espoir est à l'horizon, et la patience est la clé. Malheureusement, pour ceux d'entre nous qui souffrent d'une maladie invalidante progressive, la patience a un prix très élevé.

L'article original
avatar
Domyleen

Messages : 7889
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Domyleen le Lun 27 Aoû 2012 - 22:56



Merci RnRrider pour la traduc!

Il est douteux qu'une quelconque théorie se révélera être la clé pour résoudre le puzzle SEP entier, mais, étant donné l'attention nécessaire, certaines de ces théories «radicales» peuvent avoir le potentiel pour percer les nombreux mystères détenus par la SEP, même si elles le font tangentiellement. Les études sur la théorie auto-immune largement acceptées n'ont pas encore offert quelque chose d'approchant un remède, et l'exploration de théories alternatives, de façon responsable, ne peut que bénéficier aux patients comme aux chercheurs d'élargir leurs horizons et de commencer à comprendre la SEP comme pas strictement une maladie auto-immune limitée au système nerveux central, mais une condition impliquant des mécanismes dégénératifs pas encore compris.

Tout à fait d'accord!!!

Je rappelle que pour mon cas, après un dépistage CCSVI au cours duquel, dct F. ne m'a pas trouvé de sténoses "flagrantes" au niveau des jugulaires, mais des "problèmes" de veines cervicales "étroites", "de petit calibre", avec un faible flux, (donc intervention déconseillée "pour l'instant", en attendant davantage de données ...), j'ai, avec son approbation, continué à dormir "inclinée", et à faire des soins chiropratiques "doux" au niveau des cervicales ... et beaucoup de symptômes ont disparu ... Mon seul problème reste lié à ma jambe gauche (plutôt, mon pied "tombant") pour lequel je fais toujours des séances de kiné avec des hauts et des bas ... et là, je pense toujours (j'suis entêtée) qu'il s'agit d'un problème "mécanique", qui n'a rien à voir avec l'auto-immunité ...

En principe, dans 3 semaines, je consulte un autre éthiopathe, que l'on m'a conseillé, pour ma jambe, car cela pourrait (??) être lié à la colonne vertébrale (les vertèbres l4-l5 ayant déjà été concernées pour une hernie discale)!
Je ne suis absolument pas convaincue du résultat, cela fait un bout de temps que ma jambe traîne ... mais... sait-on jamais? Le "miracle" s'est bien réalisé pour le bras gauche ... et pour l'hernie discale, l'espoir est permis! Very Happy

Contenu sponsorisé

Re: Flux du LCR et SEP: étude du BNAC:

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 22 Avr 2018 - 20:23