ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Possible percée dans l'aggravation de la SEP ...

Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Possible percée dans l'aggravation de la SEP ... Empty Possible percée dans l'aggravation de la SEP ...

Message  Domyleen le Jeu 4 Oct 2012 - 22:35


Sur MSRC:

Possible percée dans la progression de la Sclérose en plaques.

Les scientifiques de l’université d'Adelaide (Australie) ont révélé une recherche révolutionnaire qui a le potentiel d’empêcher la progression de la sclérose en plaques.

Les chercheurs ont, avec succès, stoppé la maladie autoimmune chez les souris.

Ils ont grand espoir que ces mêmes résultats pourront être reproduits chez l’humain. Le directeur de recherches sur la SEP, en Australie, le docteur Lisa Melton, a assuré que les résultats de l'étude étaient "extrêmement passionnants".

(…)

"Ce ne sera pas un remède mais c'est une autre piste nous permettant de réduire l'inflammation qui endommage le cerveau et la moelle épinière," a-t-elle expliqué.

"Si cette approche marche chez l’humain, cela arrêterait l'inflammation,","Mais ça ne réparera pas les dégâts déjà faits aux nerfs."

Dans les essais sur l’animal, Dr Iain Comerford et ses collègues ont, avec succès, empêché la progression de la SEP en neutralisant la molécule, connue sous le nom de PI3Kgamma, qui active les cellules qui font que le système immunitaire s'attaque à lui-même et cause les dégâts aux nerfs.

La même molécule a été concluante dans des essais pour d’autres maladies auto-immunes.

Des essais sur l’humain étaient en route dans d'autres laboratoires dans le monde entier, mais n'importe quel médicament n’aboutira pas avant cinq ans, au moins, assure le Dr Comerford a dit.

(…)
Il a précisé que les dégâts, chez les patients SEP, étaient causés par des globules blancs se déplaçant lors de l’attaque du système nerveux central.

"Nous avons maitrisé une enzyme, PI3Kgamma, qui est impliquée dans l'activation et la migration »


"Les globules blancs doivent se déplacer du sang vers le système nerveux pour faire des dégâts, dans la SEP ».

"En le faisant, nous réduisons l'activation des globules blancs et réduisons la migration des cellules dans le système nerveux central."

Dr Comerford et son équipe ont constaté que lorsque les PI3KGAMMA étaient présents, les dégâts à la myéline s’intensifiaient, aboutissant à l'inflammation dans la moelle épinière et à la perte de myéline.

Le système immunitaire du patient fonctionnerait toujours et fournirait les réactions immunitaires protégeant contre l'infection.

Il a déclaré qu'aucun des médicaments existants pour la SEP, n'était entièrement efficace.

La recherche de Dr Comerford, qui a été publiée dans le journal PLOS One, a pu se poursuivre pendant 3 ans, grâce à la participation de l’association Australienne pour la recherche sur la SEP.

Dr Melton a dit que la recherche avait fourni une approche plus ciblée, que se que les médicaments existants avaient l'habitude de traiter la SEP.

"Nous avons les médicaments qui sont vraiment bien pour la réduire les rechutes de la SEP, mais aucun n'est parfait," a-t-elle dit. "Ils présentent tous des effets secondaires,"

Source : Herald and Weekly Times Pty Limited (03/10/12)

    La date/heure actuelle est Dim 21 Juil 2019 - 8:50