ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


SEP: toujours des questions ...

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

SEP: toujours des questions ...

Message  Domyleen le Ven 12 Oct 2012 - 12:02



Sur MSRC: (traduc Google améliorée)

Sclérose en plaques livre ses secrets mais des questions demeurent

Plus de deux millions et demi de personnes dans le monde souffrent de sclérose en plaques (SEP). Dans une tendance préoccupante, le nombre de nouveaux patients semble être en augmentation - en particulier le nombre de femmes par rapport aux hommes, cette maladie chronique incurable du système nerveux central se développe.

Cette semaine, plus de 7000 médecins (spécialistes SEP) de premier plan et des chercheurs sont à Lyon, en France, pour assister à la conférence scientifique annuelle du Comité européen pour le traitement et la recherche en sclérose en plaques (ECTRIMS).

Dans le communiqué de presse officiel de la Conférence, les principaux cliniciens SEP décrivent quelques-unes des questions sans réponse actuellement, qui rendent perplexe la communauté de la SEP.

"L'une des préoccupations est la proportion croissante de femmes, comparativement aux hommes qui développent la SEP. Depuis les années 1950, cette proportion est passée d'un ratio de 2/1 (femmes et d'hommes) à 3/1." Nous ne savons pas pourquoi », a déclaré le professeur Christian Confavreux, Hôpital Neurologique, Lyon, France et président de l'ECTRIMS 2012.

Lorsqu'on l'interroge sur l'augmentation apparente de la SEP actuellement au Moyen-Orient, le Groupe spécialiste a dit que c'était un mystère, mais qu'il y avait des indices.

"La SEP semble être une maladie de la« vie moderne », a déclaré le professeur Confavreux. Alors que les sociétés les moins développées en modernisation, il y a les nombreux facteurs de changement, tels que l'hygiène de base, les vaccinations, le tabagisme et l'alimentation.

"Nous ne savons pas ce que c'est, mais quelque chose à propos de ce nouveau mode de vie se traduit par une augmentation de la sclérose en plaques." Il a souligné le cas des Antilles françaises, où une importante étude a donné des résultats surprenants.

Les gens des îles comme la Martinique et de la Guadeloupe qui ont émigré en France dans les années 1950 et par la suite revenus dans leur pays d'origine, ont montré un taux cinq fois plus élevé de SEP que les personnes nées à peu près en même temps, qui n'ont jamais quitté leurs îles. La théorie selon laquelle cela avait quelque chose à voir avec une meilleure hygiène dans le pays hôte [France] était «très séduisante» , a-t-il précisé - l'idée théorique étant que lorsque l'hygiène s'améliore, le système immunitaire du corps devient moins aguerri et cela, en quelque sorte, pourrait contribuer à déclencher la SEP, suite à une infection virale ou autre.

ECTRIMS:
Plusieurs présentations portent sur ​​le rôle potentiel du virus dans le déclenchement de la SEP. "Il est concevable qu'un microbe, bien qu'inoffensif chez une personne, peut contribuer à déclencher la SEP chez une autre», explique le professeur Renaud Du Pasquier, CHUV, Lausanne. Il cite le virus d'Epstein-Barr, qui cause la mononucléose infectieuse et qui augmente le risque de développer la SEP trois fois chez les individus infectés.

Beaucoup de nouveaux traitements à venir

Professeur Confavreux a dit que la communauté de la SEP a maintenant de nombreux traitements pour aider à prévenir les rechutes chez les patients atteints de SEP, mais le défi qui demeure, est de trouver des traitements qui empêchent la progression de la maladie (l'accumulation du handicap).

Lorsqu'on lui demande pourquoi une abondance de nouveaux médicaments sont en cours d'élaboration ou mises en service, le Professeur Michel Clanet, Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse (CHU) de France et Président de l'ECTRIMS a souligné une nouvelle compréhension de la base auto-immune de la SEP et une série de de nouvelles recherches par des collègues de l'immunologie, qu'il décrit comme "très intelligents".

«Ils comprennent le système immunitaire, la cascade de médiateurs inflammatoires tels que les cytokines et ils savent comment modifier cette cascade de sorte qu'il existe davantage de nouveaux médicaments en cours d'élaboration», a-t-il dit.

Professeur Confavreux exhorte à une note de prudence quand il s'agit de bricoler le système immunitaire - en particulier lorsque les patients pourraient avoir besoin de traitement pendant trois ou quatre décennies. Il presssent une évaluation des risques nécessairement prudente. "Nous avons besoin de connaître les véritables risques avant d'effectuer une thérapie immunitaire" , a-t-il dit.

Professeur Confavreux a souligné l'importance de la détermination de l'efficacité à long terme pour l'usage clinique quotidien, plutôt que dans le cadre quelque peu artificiel des essais cliniques. Le Professeur Clanet en a convenu. "Nous avons besoin de voir ce qui se passe sur de grandes populations, parce que les patients (qui participent) aux essais cliniques sont très sélectionnés. Il est très important de suivre les patients en phase IV [à long terme] dans des études d'observation».

Heureusement, de ces données, sont en train d'émerger de nouveaux traitements immunomodulateurs.

Mardi soir, un symposium a permis de récapituler les expériences mondiales réelles, du premier traitement SEP quotidien immunomadulateur par voie orale, le Gilenya (fingolimod).

Depuis le lancement du médicament, il y a deux ans, il a été rapporté qu'environ 49.000 patients dans 65 pays, cumulant 52.000 années-patients, sont sous traitement Fingolimod (Gilénya) a déclaré le professeur Jean Pelletier, chef du département de neurologie de l'hôpital universitaire de la Timone, Marseille, France.

Dr Martin Duddy, neurologue consultant au Royal Infirmary Victoria, Newcastle-upon-Tyne, UK a dit que d'après une une base de données, (il y a) un accroissement du suivi des traitements SEP, dont les données cumulées montrent la lutte rapide et soutenue contre la maladie, ainsi qu'un profil d'innocuité caractérisé.

Source: Nouvelles médicales Aujourd'hui Medilexicon International Ltd © 2004-2012 (10/12/12)

    La date/heure actuelle est Sam 26 Mai 2018 - 12:08