ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Articles

Partagez
avatar
Fred1208

Messages : 2790
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Articles

Message  Fred1208 le Ven 26 Aoû 2016 - 15:03

Interview de Jesus Martin-Garcia, PDG de GeNeuro.
Cercle Finance le 26/08/2016 à 16:110
  Partager 0 Tweet

(CercleFinance.com) - Débuts en Bourse difficiles pour GeNeuro. Introduit en avril dernier sur Euronext Paris à un cours de 13 euros, le titre de la société biotechnologique genevoise s'échange désormais autour de 7,3 euros, en dépit de son entrée sur l'indice de référence CAC Mid & Small et du soutien de plusieurs analystes (SG, Bryan Garnier,...). Jesus Martin-Garcia, le PDG et co-fondateur de l'entreprise, revient avec Cercle Finance sur ce baptême du feu compliqué.

Cercle Finance: Malgré une actualité encourageante, votre titre affiche une baisse de presque 40% depuis son introduction. N'êtes-vous pas trop déçu de ces premiers bas en Bourse?

Jesus Martin-Garcia: Personne ne peut être satisfait de voir le cours de l'action baisser, mais nous sommes en route pour atteindre les objectifs qui avaient été annoncés lors de notre introduction, ce qui reste la meilleure des manières pour garantir à terme la satisfaction de nos actionnaires. Il faut également rappeler que la Bourse peut parfois mettre du temps à réaliser la valeur intrinsèque d'une entreprise, particulièrement dans un contexte économique mouvementé.

CF: Pouvez-vous nous en dire plus sur l'approche 'disruptive' de GeNeuro louée par certains analystes?

JM-G: GeNeuro développe le composé GNbAC1, premier candidat-médicament utilisé en phase clinique ciblant directement une cause potentielle de la sclérose en plaques (SEP). Il s'agit d'un anticorps monoclonal visant à neutraliser la MSRV-ENV, une protéine dont les effets toxiques semblent être clés à la fois sur les composantes inflammatoires et sur les effets neurodégénératifs de la maladie. En bloquant l'effet de MSRV-ENV, le GNbAC1 pourrait bloquer à la source des composantes inflammatoires de la maladie et restaurer la capacité de remyélinisation du cerveau. Une action qui pourrait être déterminante pour arrêter la progression de cette maladie.

Alors que les traitements de la SEP ont aujourd'hui pour cible le système immunitaire du patient, en vue de réduire le nombre de crises inflammatoires, aucun médicament n'a démontré d'impact déterminant sur la progression du handicap à long terme, en particulier dans les formes progressives de la maladie. En bloquant en amont un facteur toxique commun à toutes les formes de SEP et potentiellement clé dans les causes de la maladie, nous voulons ouvrir une nouvelle voie thérapeutique pour les patients.

CF: Vous avez démarré au mois de mai un essai clinique de phase IIb. Quand les résultats de cette étude sont-ils attendus?

JM-G: L'essai 'Change-MS' est une étude clinique en double aveugle contre placebo. Elle prévoit le recrutement de 260 patients au travers de 69 centres cliniques situés dans 13 pays européens. Les premiers résultats de l'étude sont attendus au quatrième trimestre 2017.

Cette étude est entièrement financée par un partenariat avec Servier de 362,5 millions d'euros signé en 2014. Il s'agit d'un accord qui porte uniquement sur la SEP et qui ne concerne ni le marché américain (marché le plus important au monde) ni le marché japonais. GeNeuro préserve ainsi tous ses droits sur les deux-tiers du marché mondial de la sclérose en plaques, et conserve les droits pour le développement de sa technologie pour d'autres maladies.

CF: Avez-vous déjà une idée sur le calendrier de phase III?

JM-G: L'évolution est conforme au plan de marche présenté lors de notre introduction en Bourse concernant le GNbAC1 dans l'indication de la sclérose en plaques. En obtenant les premiers résultats de l'étude de Phase IIb Change-MS fin 2017 et, sur la base de résultats positifs, nous pourrions lancer une ou plusieurs études de phase III dans différentes formes de SEP courant 2018.

CF: De grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux ont récemment annoncé l'échec de molécules qui en étaient à un stade avancé de leur développement. Votre approche 'novatrice' peut-elle s'appliquer à d'autres maladies auto-immunes?

JM-G: Depuis l'arrêt du développement d'anti-LINGO-1de Biogen, le GNbAC1 est le seul traitement de fond proposant une alternative à l'approche actuelle contre la SEP, qui consiste à réduire l'activité du système immunitaire des patients.

Notre approche résulte de 25 années de recherches sur les rétrovirus endogènes humains (HERV), dont 15 au sein de l'Institut Mérieux et de l'Inserm, avant la création de GeNeuro en 2006. Les HERV sont des restes de rétrovirus qui ont contaminé nos ancêtres et se sont intégrés dans l'ADN humain, où ils représentent aujourd'hui 8% de notre génome! L'expression de certaines de ces protéines ancestrales pourrait expliquer plusieurs maladies, notamment auto-immunes. C'est pourquoi, comme annoncé lors de l'IPO, nous planifions de lancer prochainement des études de phase IIa dans d'autres indications, telles que le diabète de type 1. Plus généralement, GeNeuro poursuit ses recherches dans le domaine des HERV afin de maximiser le potentiel thérapeutique de sa technologie.

CF: Quelles actualités faut-il attendre sur le court terme?

JM-G: Nous présenterons en septembre à l'occasion de l'ECTRIMS (European Committee for Treatment and Research in Multiple Sclerosis) les détails de l'essai de phase IIb CHANGE-MS en cours et ferons le point sur le niveau de recrutement de patients, qui a démarré en mai. D'ici à la fin de l'année, nous devrions aussi avoir l'autorisation de la FDA (IND) pour l'ouverture de centres pour un essai clinique contre la sclérose en plaques aux Etats-Unis. Enfin, comme annoncé lors de l'IPO, nous lancerons avant la fin de l'année de nouvelles études cliniques contre d'autres maladies auto-immunes, comme le diabète de type 1.

CF: Vous avez levé 33 millions d'euros en entrant sur Euronext. Un autre appel au marché est-il envisageable à terme?

JM-G: Au 30 juin dernier, nous disposions d'une trésorerie de 42,4 millions d'euros due en grande partie aux fonds levés lors de notre introduction en Bourse. Cette solide position de trésorerie nous permet de poursuivre de front les différents objectifs que nous nous sommes fixés. Par ailleurs, l'accord de partenariat signé avec Servier pour la SEP prévoit des versements échelonnés à GeNeuro jusqu'à un total de 362,5 millions d'euros, le financement d'un essai clinique global de Phase III pour la SEP et des redevances sur les futures ventes sur les territoires couverts par Servier (hors Etats-Unis et Japon). En conséquence, nous ne prévoyons pas à ce jour de faire de nouveau appel au marché pour la réalisation de nos projets.



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2790
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Sur le rôle des rétrovirus endogènes

Message  Fred1208 le Mar 11 Oct 2016 - 6:41




Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2790
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Articles

Message  Fred1208 le Ven 14 Oct 2016 - 5:58




Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2790
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Articles

Message  Fred1208 le Mer 4 Jan 2017 - 6:44




Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2790
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Articles

Message  Fred1208 le Lun 27 Fév 2017 - 15:54




Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2790
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Articles

Message  Fred1208 le Ven 28 Avr 2017 - 9:54




Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2790
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Articles

Message  Fred1208 le Jeu 28 Sep 2017 - 21:33

Geneuro résultats S1 2017 et perspectives :

http://www.geneuro.com/data/news/GeNeuro-1H2017-Results-FR.pdf



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2790
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Articles

Message  Fred1208 le Jeu 25 Jan 2018 - 14:29

Article US, merci Christophe.

Traduction : 

La Sclérose En Plaques - La vérité se trouve en nous
Les données présentées lors du congrès récent ECTRIMS offrent de nouvelles perspectives et potentiellement une nouvelle direction concernant la cause de la sclérose en plaques.

Par Daniel Kantor, MD 
 
Les conférences sont ennuyeuses

Depuis que les communiqués de presse ont précédé et préempté les présentations de plateformes scientifiques lors de prestigieuses conférences internationales, la communauté de la Sclérose En Plaques a beaucoup moins de données nouvelles à attendre, lors de grandes conférences médicales, comme le Congrès annuel du Comité européen sur le traitement et la recherche sur la SEP (ECTRIMS). C'était vrai jusqu'au 28 octobre 2017, lorsque Hans-Peter Hartung, MD, président du département de neurologie de l'Université de Düsseldorf en Allemagne, a donné une conférence de dernière heure sur les résultats à 24 semaines de CHANGE-MS (essai clinique évaluant l'antagoniste Env pHagon-W Env pour l'efficacité dans la SEP) (note 1)

DÉBLOQUER LES MYSTÈRES DE LA SEP
Le summum du plus important rassemblement mondial des spécialistes de la SEP furent les présentations de dernière minute qui furent soumises à un embargo jusqu'à ce moment-là, ce qui signifie que même le spécialiste le plus influent attend impatiemment de connaitre les nouveautés. À 9 h 30, heure de Paris, lorsque le Dr Hartung est monté sur scène pour l'avant-dernier créneau horaire, peu de personnes, parmi l'auditoire de plusieurs milliers de médecins, scientifiques et autres, savaient à quoi s'attendre. Ce qui semblait être une analyse post hoc assez standard des résultats d'essais négatifs constituait en fait ce qui pourrait révéler les mystères de la SEP.

GNbAC1 n'est pas seulement un autre composé pharmaceutique sans nom, mais plutôt le moyen et la nouvelle façon de comprendre la cause réelle de la SEP. Notre compréhension actuelle de la SEP est qu'il s'agit d'une maladie auto-immune affectant le système nerveux central (SNC). Plus de 200 gènes ont été associés au risque de SEP, et on croit qu'un facteur environnemental précoce (durant l'enfance) déclenche la cascade neuro-inflammatoire qui se caractérise, chez la grande majorité des patients, par des poussées de dysfonctionnement du SNC. Depuis que la maladie a été décrite pour la première fois par Jean-Martin Charcot au XIXe siècle, il y a eu de multiples théories concernant sa cause sous-jacente; la théorie virale reste la plus largement citée. Bien que toutes les personnes atteintes de SEP aient des antécédents d'exposition au virus d'Epstein-Barr (EBV), basé sur les taux d'immunoglobulines et même les particules virales identifiées dans les méninges dans certaines études, le problème avec la théorie virale est que presque tout le monde a également été exposé à EBV.

Ainsi, si un virus commun cause vraiment la SEP, alors pourquoi la SEP affecte-t-elle seulement une petite fraction (1%) de la population ? De plus, s'il n'y a pas de cause virale pour la SEP, alors pourquoi agit-elle comme un syndrome neurologique postviral ?

Les réponses à ces questions importantes résident dans les connaissances acquises par CHANGE-MS.

8% D''ADN CACHE À L'INTÉRIEUR DE NOUS
Plutôt qu'une exposition virale pendant la petite enfance chez un individu génétiquement prédisposé, CHANGE-MS suggère la possibilité que la base virale initiale de la SEP soit en fait un ADN viral ancien qui sommeille en nous, et soit réveillé après avoir été incorporé dans notre génome depuis des années. Au cours du dernier siècle, au lieu de rechercher une cause externe pour la SEP, nous aurions dû nous concentrer sur les 8% d'ADN étranger déjà incorporés dans notre génome. Ces éléments d'ADN sont appelés rétrovirus endogènes humains pathogènes (pHERVs), et on pense que la protéine d'enveloppe pHERV-W exprimée (Env) est pathogène dans la SEP; pHERV-W Env est présent dans les lésions actives de la SEP sur les monocytes et les microglies. (note 2 à 7) Il faut de plus une exposition environnementale, comme une infection virale à EBV, pour déprimer le gène pHERV-W Env, permettre la transcription de l'ARNm (ARN messager ) et l'expression de la protéine Env pHERV-W. pHERV-W Env est un agoniste du récepteur 4 de type toll (TLR4), menant à une cascade pro-inflammatoire et à une inhibition de la maturation des cellules progénitrices oligodendrocytaires (OPC) par le stress nitrosatif (note 2 à 7) GNbAC1 est un anticorps monoclonal IgG4-kappa humanisé recombinant , qui se lie avec une forte affinité à pHERV-W Env, bloquant ainsi l'activation de TLR4 par pHERV-W et sauvegardant l'expression de la myéline dans les OPC.

UN NOUVEL ESPOIR
Puisque le GNbAC1 ne semble pas avoir d'autres mécanismes d'action, il semblerait que l'hypothèse HERV dans la SP soit correcte, et cela envisagerait une toute nouvelle compréhension de la cause sous-jacente de la SEP. Malheureusement, le communiqué de presse du 28 août 2017 des sociétés développant GNbAC1 (GeNeuro SA et Servier) a rapporté que bien que sûr et bien toléré, le GNbAC1 n'atteignait pas son objectif primaire de six mois pour réduire les lésions IRM cumulatives de gadolinium à 12, 16, 20 et 24 semaines par rapport à la ligne de base. La présentation du Dr Hartung a expliqué ces résultats primaires à cause du fait que le  GNbAC1, qui n'est pas un immunosuppresseur, pourrait simplement mettre plus de temps pour être actif dans la SEP, et dans l'analyse post hoc des patients avec IRM active, il y a une réduction statistiquement significative des lésions. De plus, il y a une tendance statistique favorisant la remyélinisation, mise en évidence par l'amélioration du rapport de transfert d'aimantation dans la substance blanche d'apparence normale, et le cortex cérébral des personnes atteintes de SEP traitées avec la plus forte dose de GNbAC1 étudiée dans CHANGE- MME. Ces résultats prometteurs soulignent pourquoi GNbAC1 est le composé MS le plus intéressant à surveiller l'année prochaine; Fait à noter, les résultats de 48 semaines sont attendus au cours des premiers mois de 2018.

Image reproduite avec l'aimable autorisation de GeNeuro SA.

Figure 1. Rétrovirus endogène humain de type W, protéine d'enveloppe.

REGARDER AU-DELÀ DE LA SEP
Depuis l'approbation par la FDA du premier traitement modificateur de la maladie pour la SEP en 1993, il y a eu une explosion de nouveaux traitements approuvés, avec un nombre actuel de 13 produits de marques distinctes, un générique de marque et deux traitements génériques (avec un à deux nouveaux prévus chaque année pour les prochaines années). L'hypothèse HERV dans la SEP ouvre la voie à d'autres sous-classes de pHERV dans d'autres maladies neurologiques et auto-immunes. Par exemple, il y a un intérêt et une recherche continue sur pHERV-K dans la Sclérose Latérale Amyotrophique et un essai de phase 2 pour le GNbAC1 concernant le diabète de type 1. Le sort de notre compréhension des maladies neurologiques et non neurologiques actuellement incurables réside dans les résultats de GNbAC1 dans la SEP. Nous avons de quoi etre très optimistes pour 2018.

Daniel Kantor, MD est directeur de la neurologie à la Florida Atlantic University à Boca Raton, en Floride, et le président fondateur du partenariat médical 4 MS (MP4MS).

1. Hartung HP, F Curtin, HM Schneble, et al. Examen des résultats de la semaine 24. GNC-003: essai international de phase IIb en double aveugle, randomisé et contrôlé contre placebo visant à évaluer l'efficacité, l'innocuité et la pharmacocinétique de GNBAC1 chez des patients atteints de sclérose en plaques rémittente-récurrente. ECTRIMS-ACTRIMS 2017: Paris, oct. 2017.

2. Dolei A, Uleri E, Ibba G, et al. Les extraterrestres à l'intérieur de l'ADN humain: HERV-W / MSRV / syncytin-1 rétrovirus endogènes et neurodégénérescence. J Infect Dev Ctries. 2015; 9 (6): 577-587.

3. Kremer D, Schiché T, Forster M, et al. La protéine d'enveloppe du rétrovirus endogène humain de type W inhibe la différenciation des cellules précurseurs oligodendrogliales. Ann Neurol. 2013; 74 (5).

4. Rolland A, Jouvin-Marche E, Viret C, et al. La protéine d'enveloppe d'une famille de rétrovirus-W endogène humain active l'immunité innée par CD14 / TLR4 et favorise les réponses de type Th1. J. Immunol. 2006; 176 (12), 7636 à 7644.

5. Mameli G, Poddighe L, Mei A, et al. Expression et activation par le virus Epstein Barr des rétrovirus endogènes humains-W dans les cellules sanguines et les astrocytes: inférence pour la sclérose en plaques. PLoS One. 2012.7 (9), e44991.

6. Kremer D, Forster M, Schichel T, et al. L'anticorps neutralisant GNbAC1 abroge le blocage de la maturation oligodendrogliale à médiation par la protéine de l'enveloppe HERV-W. Mult Scler. 2015 août; 21 (9).

7. Li W, Lee MH, Henderson L, et al. Le retrovirus-K endogène humain contribue à la maladie du motoneurone. Sci. Trad. Med. 2015.; 7 (307), 307ra153.in MS.



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2790
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Articles

Message  Fred1208 le Jeu 25 Jan 2018 - 14:31




Is it always like this ?

avatar
Domyleen

Messages : 7873
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Articles

Message  Domyleen le Jeu 25 Jan 2018 - 23:19

 Bon, .... N'étant pas scientifique, j'avoue que je ne comprends plus rien au rôle des Anticorps monoclonaux.
   Dans cet article, on souligne l'importance de l'Anticorps monoclonal GNbAC1, (lequel, sans être un immunosuppresseur, comporterait néanmoins des effets secondaires ... D'après mes anciennes recherches!), et le fait que certains traitements SEP proposés, comme le Plegridy (et sûrement d'autres "Mab", ont pour but de lutter contre ce fameux GNbAC dans la SEP. 
     Fred, est-ce que tu peux éclairer un peu ma lanterne (lueur trop vacillante, en ce moment ....). Merci!! Smile
avatar
Fred1208

Messages : 2790
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Articles

Message  Fred1208 le Ven 26 Jan 2018 - 7:18

Hello,

Lire le post d'Hervé Perron, qui explique la différence entre les anticorps.

L'anticorps de Geneuro ne cible QUE la protéine générée par le retrovirus endogène, qui ne devrait pas être là.

Donc pas de modification du système immunitaire = pas d'effets secondaires, ce qui est évidemment la cerise sur le gâteau.

http://www.forseps.org/t1921-reponses-sur-le-retrovirus



Is it always like this ?

avatar
Domyleen

Messages : 7873
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Articles

Message  Domyleen le Ven 26 Jan 2018 - 9:39

  Ah, ok ... Merci Fred!


  Je suis tellement "anti "Mab" que j'en perds la raison .... Very Happy


  Donc, rappel de ce qu'écrivait Hervé Perron:

  
HervéPerron: a écrit:

Enfin, je voudrais apporter une petite précision concernant une remarque sur les "anticorps thérapeutiques". En effet, les anticorps ne sont pas en eux-mêmes une source d'effets secondaires car, depuis longtemps on les a utilisés par exemple pour les sérums anti-tétanique, anti-venin et, aussi, aux temps de l'épidémie, anti-polio. Comme ces anticorps peuvent être dirigés contre des cibles spécifiques, on les utilise pour les neutraliser ou les inactiver. C'est très bénéfique et sans risque important quand la cible est une protéine de bactérie ou de virus qui n'est pas présente normalement dans l'organisme et qu'il fuat neutraliser et éliminer pour guérir. C'est cette approche que nous développons, en ciblant une protéine du rétrovirus endogène qui est très vraisemblablement responsable de l'activation (initiale et chronique par la suite) de la cascade "pathologique" dans la SEP et , grâce aux anticorps recombinants "humanisés" on peut les utiliser de façon répétée sur le long-terme, si besoin.

 

Par contre, les graves effets secondaires rapportés par une personne sur votre blog (il y a de nombreuses publications médicales qui le décrivent maintenant) ne sont pas dus à l'utilisation de ces anticorps, mais bien au fait qu'on les a générés contre des molécules (marqueur cellulaire, récepteur à fonction essentielle, etc..) qui ont un rôle physiologique vital, notamment dans le système immunitaire. La stratégie thérapeutique reste la même: bloquer les cellules immunitaires pour freiner l'inflammation et ses troubles associés (poussées etc...), et il n'y a pas que les anticorps, car il y a de petites molécules chimiques utilisées aussi pour faire de même. Donc le problème n'est pas l'anticorps, mais ce qu'on lui fait reconnaitre et bloquer: une molécule virale étrangère (ou une toxine, un venin) ...ou bien des molécules qui ont un rôle majeur dans les défenses immunitaires. Dans le deuxième cas, malheureusement, les effets secondaires sont implicitement liés au blocage de fonction immunitaires correspondant aux fonctions des cellules ou des récepteurs ciblés!

Donc, ce n'est pas l'anticorps qui est un produit à risque, c'est la nature et les fonctions (physiologiques, ou totalement anormales) de la cible choisie (molécule de l'organisme normal ou molécule étrangère et sans rôle physiologique).

Contenu sponsorisé

Re: Articles

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 18 Fév 2018 - 6:57