ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

article du monde

Partagez

sepamoi

Messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 58
Localisation : 22

article du monde

Message  sepamoi le Dim 9 Déc 2012 - 12:02

Bonjour,
Cet article en ligne sur le monde peut interreser les personnes atteintes de SEP.
Bonne journée
Maladies rares, le long parcours des patients


LE MONDE SCIENCE ET TECHNO |
06.12.2012 à 14h56
• Mis à jour le
09.12.2012 à 11h50


Par Sandrine Cabut


Dernière édition par Fred1208 le Dim 9 Déc 2012 - 12:37, édité 1 fois (Raison : rajout du lien)
avatar
Domyleen

Messages : 7789
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: article du monde

Message  Domyleen le Lun 10 Déc 2012 - 22:21



Article intéressant, qui ne fait que rappeler les problèmes de diagnostic auxquels beaucoup de patients sont confrontés ...
Mais la SEP, qui n'est pas considérée comme une "maladie rare" souffre d'un autre problème de diagnostic (à mon avis), c'est le fait que les médecins ont tendance à étiqueter "SEP" des pathologies qui "ressemblent à la SEP", sans approfondir plus .... Et cela revient aux mêmes constatations:

Quand les symptômes de Mme G. ont commencé, en 2000, par des fourmillements dans le bras gauche, elle a consulté son généraliste. Puis un neurologue libéral. Puis un neurologue d'un hôpital de l'Assistance publique. Le diagnostic de PIDC a été finalement posé des mois plus tard par le professeur Léger, vu en quatrième ligne. Un parcours banal pour de telles maladies, où l'errance diagnostique peut durer des années. Au prix parfois de traitements inappropriés. Face à des picotements dans un bras, chez une femme, les médecins ont tendance à évoquer en premier lieu un syndrome du canal carpien - atteinte du nerf médian au niveau du poignet, ce qui peut conduire à une chirurgie. Alors que le traitement des polyneuropathies inflammatoires démyélinisantes chroniques consiste en des perfusions d'immunoglobulines ou des corticoïdes. "Pour les patients, une maladie rare est une double peine, ils souffrent d'une pathologie grave, que personne ne connaît", résume le professeur Léger.

    La date/heure actuelle est Ven 20 Oct 2017 - 5:16