ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

SEP et Traumas:

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

TRAUMA et SEP:

Message  Domyleen le Ven 11 Mar 2011 - 23:18



Je place ce sujet dans "Symptômes", mais j'ai hésité avec "CCSVI" (Trauma et CCSVI), car depuis que l'on parle d'une possible origine veineuse de la SEP, les liens entre les traumatismes physiques, conséquences d'accidents -- souvent-- et l'apparition, ou l'aggravation des symptômes de la SEP nous interpellent...
Avant la "découverte" de Zamboni, le lien "Trauma et SEP" se posait déjà comme question récurrente...

J'initie ce Topic, afin de récolter (j'espère), qques infos pour aider un(e) de nos membres qui a été victime d'un accident de la route, il y a qques années, et a eu "le coup du lapin" ("Whiplash", in english) et a donc subi diverses opérations (nez, cou..).... et, ensuite, ....DIAGNOSTIC SEP!
Curieux, non?

Je sais qu'il y a eu des discussions "about this whiplash" sur Thisisms (avec dct Flanagan, entre autre), mais, comme je n'ai pas trop le temps de rechercher, je compte sur vous tous, ici pour glaner qques liens qui pourraient nous faire avancer...
Bien sûr, je conseille à cette personne de faire les examens radiologiques du cou, de la nuque et du crâne (en principe, si je me souviens bien, les sinus sont impliqués...??), car elle n'est pas la seule à avoir un diag de SEP, aprés un accident (je vais poster un article trouvé sur MSRC, qui confirme)...

Merci d'avance pour l'aide précieuse et les conseils que vous nous pourriez apporter!

Hélène


Dernière édition par Domyleen le Sam 12 Mar 2011 - 1:49, édité 1 fois
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Sam 12 Mar 2011 - 0:18


Sur MSRC:

Y a-t-il un lien entre le traumatisme et la SEP?

Un aperçu des publications du Dr Gay & D Sylvia Brown,
.. qui rapportent fréquemment (le fait) que des patients atteints de sclérose en plaques ont déclaré la maladie ou une détérioration des symptômes, suite à un épisode traumatique de leur vie. Cela peut être une blessure physique tel qu'un coup à la tête avec une commotion cérébrale, ou un moment trop grand stress, comme un divorce ou un deuil. Moins souvent, je me suis demandé si une affaire pouvait être jugée devant les tribunaux démontrant si un accident peut déclencher une SEP ou une exacerbation n'aurait pas eu lieu sans cela.

J'ai seulement entendu parler d'un succès dans un affaire de ce genre - celle de M. Dingley en 1996, un ancien policier âgé de 31 ans lors du procès, qui a reçu £ 547,250.00 de dommages-intérêts, auprès d'un juge de la Haute Cour, en Ecosse, qui avait admis la preuve que les entorses cervicales subies lors d'un accident de la route étaient responsables de son état. Le jugement avait été confirmé en appel devant la Cour de Justice écossaise. M. Dingley avait fait appel, mais, malheureusement, le 9 Mars 2000, la Chambre des Lords a confirmé la décision de la cour d'appel.

Personne ne sait ce qui provoque la SEP. Les idées reçues est que le facteur génétique est en cause. Il est constament admis que le traumatisme du système nerveux central (SNC) ne peut pas être la cause. La controverse est de savoir si ceux qui sont génétiquement à risque (demyelinisants potentiels) pourraient être devenus symptomatiques suite à un traumatisme du SNC. à savoir si un traumatisme peut déclencher la SP. Dans le cas de Dingley, Les requérants invoquaient principalement le témoignage de deux neurologues seniors: Dr Charles Poser (Harvard Medical School) et le professeur Peter Behan (Université de Glasgow). Ils ont déclaré qu'une blessure comme un "coup du lapin" cervical pouvait produire une altération temporaire ou une rupture de la barrière hémato-encéphalique (BHE), le mécanisme biologique qui sépare le système nerveux central de la circulation sanguine dont la fonction est de permettre aux éléments nutritifs essentiels pour passer de la sanguin vers le cerveau.

L'hypothèse est que, lorsque (la BHE) est ouverte par une telle lésion, des cellules appelées lymphocytes T ont la possibilité de se frayer un passage du flux sanguin vers le SNC où ils contribuent au développement des plaques de SEP. Ainsi, "un coup du lapin" peut déclencher la SEP asymptomatique chez un demyelinisant potentiel. Bien qu'il soit généralement admis qu'une lésion du SNC ne produise pas une altération de la BHE, il est vivement contesté que ce phénomène est associé avec le développement des symptômes de la SEP. Qu'il pourrait y avoir un lien entre le traumatisme et la sclérose en plaques est un thème récurrent dans la littérature en remontant aussi loin que le grand neurologue Charcot qui a défini la SEP dans le milieu des années 1860. Le neurologue Chales Poster, qui a vécu à Harvard, a établi de solides arguments théoriques prouvant qu'un traumatisme à la tête ou du système nerveux central peut être un déclencheur potentiel d'exacerbations (dûes) à cette lésion de la barrière hémato-encéphalique. Poser ne pense pas que le traumatisme soit la cause de la SEP, mais qu'il active un défaut sous-jacent et peut-être hérité de petits vaisseaux sanguins du cerveau.


Dernière édition par Domyleen le Sam 12 Mar 2011 - 0:32, édité 1 fois
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Sam 12 Mar 2011 - 0:21

avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Sam 12 Mar 2011 - 1:32


Suite traduc de "Trauma et SEP":



Y a-t-il un lien entre le traumatisme et la SP?


Des études visant à étudier le rôle des traumatismes dans la SEP sont dispersées à travers la littérature.

Dawson, dans sa célèbre étude de 1916, cite des cas où «l'association d'un traumatisme et l'apparition de la maladie était étroite et très frappante". Les meilleurs avis contemporaine de la preuve peut être trouvée dans l'édition de 1991 de McAlpine "la sclérose en plaques". Le professeur Bryan Matthews conclut que la preuve est loin d'être convaincante et souffre d'un manque d'études contrôlées dans lesquelles les patients seraient suivis après le diagnostic (prospective l'étude). Lorsqu’un suivi controlé a été entrepris, cependant, aucune différence n'a été observée sur l'incidence des traumatismes chez les personnes SEP et les témoins. Il doit être admis que les cas particuliers où le traumatisme est suivi de près par une exacerbation de la SEP apparaissent dans de nombreux rapports, tels que ceux de Keschner et Burke et Cheshire, mais quand des comparaisons contrôlées sont éffectuées avec soin, ces indices alléchants semblent se produire plus fréquemment que si’ils étaient dûs au hasard.
Une vaste étude des dossiers de 1905 à 1991 sur les traumatismes et la SEP a été menée à la Mayo Clinic ( Siva, A et al, Neurology 43:1878-82 ), sur environ 100.000 habitants du comté d'Olmsted dans le Nord Est des USA. Ce qui est impressionnant à propos de cette étude est qu'elle semble être entreprise sur l’ensemble de la population et comprend des visites à domicile ainsi que les hospitalisations. Il y avait 225 cas de SEP et 819 cas de « blessures à la tête » entre 10 ans et 50 ans lorsque la SEP aurait pu se développer. Seuls deux patients sur 819 ont développé la SEP (0,024%) et aucune des personnes atteintes de SEP n’avaient de blessures à la tête après l'apparition de la maladie. Les chercheurs ont comparé la période précédant le traumatisme, et ensuite, la période après un traumatisme et ont constaté que la SEP avait été plus active avant, que suite aux fractures ou autres blessures. Ils concluent que les blessures à la tête ne peuvent pas être incriminées pour la SEP et les blessures en général sont les plus susceptibles d'être impliqués de quelque façon.

Ces résultats impressionnants, en accord avec les études de suivi , du dct Sibley ( Sibley, WA et al, Journal of Neurology, Neurosurgery, et de psychiatrie 54:584-9 ) n’ont pas réussi à démontrer une association entre les traumatismes en général et les exacerbations de la SEP. S'il ya le moindre doute sur le fait, plus de preuves directes peuvent provenir de ces patients SEP qui sont actuellement suivis en utilisant l'imagerie par résonance magnétique (IRM). Si un coup sur la tête peut perturber la barrière hématoencéphalique, il peut être démontré que la lésion SEP se développe autour du site du dégât , et nous pourrions en apprendre davantage sur le sujet dans l'avenir.

Toutefois, il convient de noter que les patients pouvant être atteints de SEP, peuvent développer plus tard d'autres maladies du cerveau telles que les attaques cérébrales ou des cancers dans lesquelles la barrière hémato-encéphalique est gravement perturbée, sans occasionner de plaques de SEP aux sites endommagés. Il est donc extrêmement improbable que les traumatismes qui ne peuvent pas produire quelque chose comme le degré de lésions cérébrales pouvant causer ou aggraver la sclérose en plaques, soient (pris en compte). Donc, pour le moment du moins, ceux qui développent des blessures SEP, à la suite (du trauma) ont (peu de chances) d'être en mesure d'établir, selon la prépondérance des probabilités, que l'apparition de leur maladie est liée à leur accident.

Les deux études ne montrent pas, cependant, que plus d’ événements traumatiques surviennent chez des personnes atteintes de SEP que dans le groupe témoin sain. Beaucoup de ces traumatismes ont été causés par des symptômes tels que le manque de coordination, les troubles de l'équilibre, les anomalies de la démarche ou la déficience visuelle . Ces événements ont eu lieu, cependant, en raison des symptômes de la SEP et ne sont pas des facteurs causals de la maladie.

Une étude de cas publiée récemment, a toutefois montré que la correction des blessures dans la partie supérieure du cou peut inverser la progression de la SEP. La recherche a été effectuée par Erin Elster DC, un chiropraticien spécialiste du travail sur la zone cervicale supérieure à Boulder, Colorado. Il a corrigé des blessures chroniques chroniques de la partie supérieure du cou chez un patient SEP, qui peut avoir stimulé un renversement de ses symptômes de la SEP.
"Selon la recherche médicale, les préjudices à la tête et au cou ont longtemps été considérés comme une cause de la sclérose en plaques», explique le Dr Elster. "Mais c'est la première étude qui démontre que la correction de ces blessures peuvent avoir des effets spectaculaires sur l'inversion de la SEP." Ce rapport apparaît dans le Journal de la subluxation vertébrale de la recherche (JVSR).

Il a également été signalé par Klaus Fassbender ( Arch Neurol;. 55:66-72 1998 Janvier 1998 ) que les personnes atteintes de SEP sont plus sujettes à l'anxiété et la dépression et les troubles affectifs et neuroendocriniens ont été liés à l'activité inflammatoire, mais ne concernent pas le degré de handicap. Cela confirme l'hypothèse que l'anxiété et la dépression sont directement reliées à une lésion cérébrale. Ainsi, les patients atteints de SEP, peuvent devenir plus anxieux et déprimés à la suite de la SEP mais cela ne semble pas un facteur déclenchant dans l'état.


Conclusion:

Alors, quand il s'agit de prouver un lien entre le traumatisme physique et la SEP les éléments de preuve à ce jour sont encore limités et ce sera à vous, en effectuant un travail de recoupements, de le prouver de manière irréfutable devant un tribunal de droit. Toutefois, en dépit de cela, il ya une quantité substantielle de preuves anecdotiques de personnes atteintes de SEP, dont l'apparition des symptômes a coïncidé avec un événement traumatique.
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Sam 12 Mar 2011 - 1:59



Un témoignage (belge): paru en ...2004!

Un fâcheux coup du lapin (23/09/2004)

Edouard se bat depuis 8 ans contre les assurances pour faire reconnaître les séquelles d'un accident


HAL Imaginez-vous au volant de votre voiture à l'arrêt dans une file sur la petite ceinture de Bruxelles. Alors que vous êtes le dernier véhicule dans la file, l'automobiliste qui arrive derrière vous ne freine pas à temps et emboutit violemment l'arrière de votre véhicule.
Cette mésaventure, somme toute assez courante dans le trafic, est arrivée à Edouard Finné, le 29 mai 1997, sur le chemin du travail. Une date qui marque pour lui et sa famille le début d'ennuis de santé très importants et d'un long combat contre les assurances. En effet, au bout de plus de sept ans de procédure, Edouard n'a toujours pas touché un franc pour ce qui est au départ un simple coup du lapin (ou whiplash en anglais). En général, ce genre de blessure est anodin mais dans le cas d'Edouard, c'est quelque peu différent.
Après son accident, il a ressenti de vives douleurs mais aussi des fourmillements dans sa main droite. Après avoir passé une batterie de tests (radio, IRM,...), un médecin découvre qu'Edouard est porteur d'un maladie génétique dite orpheline: la maladie de Charcot-Marie-Tooth. Cettee maladie s'attaque au sytème nerveux périphérique, un peu comme la sclérose en plaques le fait dans le système nerveux central. Elle a pour résultat une dégénérescence musculaire, des changements de la voix, des pertes d'équilibre ou encore des troubles de la mémoire.
Edouard ignorait avant son accident qu'il était porteur de la maladie puisque jusque-là - à 51 ans au moment de l'accident - aucun symptôme ne s'était déclaré.
L'apparition de cette maladie a singulièrement compliqué le dossier d'Edouard auprès des assurances qui estiment que ses malheurs ne proviennent pas de son accident mais que la maladie est antérieure à celui-ci. En gros, on lui fait clairement comprendre que ce n'est pas un bête coup du lapin qui peut entraîner de telles conséquences.
Car depuis ce premier accident, Edouard ne sait plus travailler. En 1999, après avoir épuisé tous ses congés maladie, il fait une demande pour reprendre à mi-temps. Mais le 1er mars 1999, une nouvelle fois sur le chemin du travail, Edouard est accroché de la même manière que la première fois mais de façon plus violente encore. Deuxième coup du lapin alors que le traumatisme lié au premier n'a pas encore totalement disparu. On vous passe les détails qui montrent que des médecins travaillant pour les assurances se sont occupés d'Edouard pour l'assurance de son employeur, mais aussi de la partie adverse. Notre victime a des dossiers plein ses armoires qui prouvent toutes sortes d'anomalies dans le traitement de son cas.
Au lendemain de ce deuxième choc, ses ennuis de santé ne font que s'aggraver. D'expertise médicale en examen, personne ne veut entendre Edouard, ni les médecins renommés qui affirment qu' «un traumatisme de type whiplash peut être à l'origine de l'aggravation de la maladie». Car le fond du problème est là.
Edouard est convaincu que, sans son premier accident, la maladie ne se serait pas déclarée. Il estime donc qu'il mérite d'être indemnisé de manière décente.
Edouard a en effet refusé l'offre de 12.500 euros qui lui a été faite et a introduit une requête en justice pour se faire entendre.
La prochaine audience contradictoire est fixée au 14 décembre. Une décision n'est pas attendue avant le début de l'année prochaine, voire plus tard, et pourrait, si la justice donne raison à Edouard, faire jurisprudence.

Renseignements: www.victime.be.tf
Michael Kaibeck
© La Dernière Heure 2004


http://www.coupdulapin.net/P07b16.htm

M

Messages : 696
Date d'inscription : 25/08/2010

Re: SEP et Traumas:

Message  M le Sam 12 Mar 2011 - 6:04

Je me souviens d'une étude sur la ccsvi du côté de Miami où 19 personnes sur les 20 sépiens avaient un ccsvi! dont un à cause d'un accident de jet ski!

Mais je ne trouve plus!

Sur docti, j'ai lu que pas mal de sépiens avaient eu un coup du lapin avant la SEP lors d'accidents de voiture! Pas mal d'hernie discale je trouve aussi!

C'est troublant...

M

suzy

Messages : 1
Date d'inscription : 08/05/2010

Re: SEP et Traumas:

Message  suzy le Sam 12 Mar 2011 - 20:33

La personne dont Domyleen parle, c'est moi ! J ai la sep depuis 13 ans. Elle est apparu 3 semaines après mon accident de voiture dans lequel j'ai eu le nez de cassé et le fameux "coup du lapin". Je compte me lancer et faire les radios du coup, de la tete, ect... On verra bien ce que ça donne. Je compte bien tout faire pour m'en sortir ! Courage à tous !
avatar
joma2

Messages : 543
Date d'inscription : 02/05/2010
Localisation : Chez la dame de Haute Savoie

Re: SEP et Traumas:

Message  joma2 le Sam 12 Mar 2011 - 21:22

Bien venu parmi nous Suzi!
je te souhaite de trouver les bonnes personnes (docs) pour tes investigations!
C'est pas toujours évident, il y a parfois des mauvais diagnostique (mais comme nous n'y connaissons pas grand chose en médecine, les mauvais diagnostique ne sont pas facile a détecter). Alors il faut être têtu, persévérant!

Courage a toi aussi Suzi
A+
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Dim 13 Mar 2011 - 0:49


Bienvenue Susy,

En effet, j'ai mis en ligne le sujet sur le lien entre SEP et "coup du lapin", car c'est un sujet réccurent, et dont j'avais déjà entendu parler avant qu'on ne parle de CCSVI, mais depuis, cette coïncidence paraît encore plus troublante (comme le dit M.), et donc, je suis persuadée que les chercheurs qui s'étaient déjà intéressés à cette éventualité d'un lien entre le trauma crânien et l'apparition de la SEP, vont redoubler d'ardeur pour expliciter cette coïncidence...
Pour l'instant, ce sont surtout les chiropracteurs qui semblent le plus sensibilisés: ils ne guérissent pas, mais les manipulations du cou soulagent beaucoup de symptômes, comme la migraine ou la fatigue...(ce qui correspond, finalement, aux "petites améliorations" que ressentent la majorité des "libérés"...(et beaucoup moins cher, tout en étant peu remboursé, par certaines mutuelles et non par la sécu... )

Dans un premier temps, essaye de passer des radios précises afin de voir s'il y a des séquelles visibles de ton opération du nez, et fais part à ton neuro de tes doutes, que la coïcidence est pour le moins troublante, etc... (nous allons essayer de retrouver d'autres témoignages, ainsi que les références des publications qui parlent de ça... )

De plus, tu as subi deux "blessures traumatiques", qui chacune a causé trés probablement des lésions: le coup du lapin (choc par derrière), et le nez (choc frontal), suivi en plus de l'opération du nez...ça fait beaucoup, et il es normal que tu te poses des questions concernant le rapport de ces "blessures" avec la SEP! Wink

Bon courage, et nous continuons à nous informer!

Bon week-end!

Ps: tu peux te présenter (topic "présentation" ), juste pour nous permettre de mieux te connaitre (âge, enfants, traitements et évolution de ta SEP) Nous sommes tous ici pour la même maladie, ...et en même temps, personne n'a exactement la même SEP...
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Lun 14 Mar 2011 - 1:04


Suzy, (et tous ceux qui se sentent concernés par le rapport entre "traumatismes physiques et SEP"...), voici un rapport trés instructif: il date de 2001--donc avant CCSVI-- et comporte de nombreuses references à des études sérieuses publiées dans des revues scientifiques comme "le lancet", mais format pdf et en anglais:

http://www.erinelster.com/files/jvsr%20ms%20article.pdf
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Lun 14 Mar 2011 - 3:12



Un des topics que je recherchais sur Thisisms:

http://www.thisisms.com/ftopic-13708-days0-orderasc-whiplash-90.html

Le témoignage de "Costume national" est trés parlant...
Cet intervenant avait été diagnostiqué SEP aprés un accident de moto, il a subi une angioplastie qui a permis des "petites améliorations" et maintenant il fait des "manipulations chiropratiques" ciblées pour réajuster sa colonne vertébrale (radios montrant un grave "désalignement"), et cela semble lui réussir...

avatar
danolo59

Messages : 18
Date d'inscription : 07/05/2010

Re: SEP et Traumas:

Message  danolo59 le Lun 14 Mar 2011 - 12:21


Bonjour à tous,
voici résumé rapidement une étape de ma vie, importante à comptabiliser ici si on peut établir un jour la coorelation SEP et traumatisme : février 62, j'ai 6 ans, je traverse entre 2 fourgons stationnés de l'autre côté de la rue, face à mon école, j'y vais franco, je ne vois bien entendu pas la voiture qui déboule de ma gauche (pas de limitation de vitesse à cette époque). Le choc à la tête est violent, ça va sans dire, à cet âge je suis juste à la hauteur du phare! trauma crânien, multiples plaies et contusions profondes à l'oeil droit (qu'on ne sauvera pas),à la face, au cuir chevelu, à l'aile du nez, coupure profonde de la région frontale droite nécessitant de nombreux points de suture, longues opérations, longue hospitalisation.
Pas de SEP immédiate après ça bien sûr, mais dès 15 ans des bizarreries très furtives, fourmillements, vertiges, brûlures de la peau, (selon les dires de ma mère, pas de réels souvenirs personnels) une mononucléose à 16 ans et davantages de symptômes...
Voilà peut être ceci à ajouter à celà !
J'ai souvent posé la question à savoir s'il pouvait y avoir un rapport,seule ma doc que je consulte régulièrement (qui suit mon parcours CCSVI depuis juillet 2010)nel'exclut pas.
à suivre...

avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Ven 8 Mar 2013 - 11:51


SEP et Traumas :

(Posté par Cece sur Thisisms)

Un lien entre les Traumas à la tête et les maladies neurologiques ?

Cette étude effectuée sur des joueurs de foot : et ça tombe bien, car je me suis souvent demandée pourquoi, parmi les « célébrités » touchées par la SEP, il y avait beaucoup d’athlètes, et en particulier … des joueurs de foot ! ( ???)

Traumatisme crânien:

Des coups, même légers, à la tête provoquent la rupture de la barrière hémato-encéphalique.

Par Nancy Walsh, rédactrice, MedPage Today.

Publié: 06 Mars 2013

Commenté par Robert Jasmer, MD , professeur agrégé de médecine clinique à l’Université de Californie, San Francisco et ses collègues.


Les joueurs de football qui ont reçu des coups légers répétés à la tête, même sans avoir eu de véritable commotion cérébrale, montraient des signes de rupture de la barrière hémato-encéphalique et une réponse auto-immune dans le cerveau, ce qui peut aider à expliquer la neurodégénérescence prématurée chez de plus en plus d’athlètes, suggèrent les chercheurs.

La fuite de la protéine antigénique S100B, du cerveau dans le sérum – ce qui indique une perméabilité accrue de la barrière hémato-encéphalique - était significativement plus élevée chez les joueurs qui avaient reçu le plus grand nombre de coups à la tête lors d'un match, selon Damir Janigro, PhD, de la Cleveland Clinic, et ses collègues.

Ces personnes avaient également des taux élevés d'auto-anticorps dirigés contre la protéine S100B - qui à son tour, était corrélée à la fois à un indice moyen de diffusivité dans la substance blanche, à l’IRM, ( r = 0,63, P = 0,05) et à la perte de contrôle des impulsions (r = 0,58, P = 0,07 )- ont rapporté les chercheurs dans la revue PLoS ONE en ligne.

En conclusion : selon (le résultat) des marqueurs sérologiques, en corrélation avec les changements cognitifs, et de IRM, on suggère que cela pourrait être utilisé, éventuellement, pour déterminer la pertinence, pour un participant, de continuer à jouer avec un coup léger à la tête, a expliqué à JanigroMedPage Today .

"En plus de la numérisation des personnes, ce qui n'est pas très pratique, nous devrions adopter une approche diagnostique basée sur des marqueurs sanguins pour voir si un joueur peut revenir au jeu», a-t-il déclaré lors d’une interview.

"Rupture de la barrière hémato-encéphalique ou une perméabilité accrue de la vascularisation cérébrale a été associée à une variété de troubles neurologiques, dont des convulsions, la maladie d'Alzheimer, les accidents vasculaires cérébraux et les traumatismes cérébraux," ont écrit Janigro et ses collègues.

En outre, la perte de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique peut avoir des conséquences encore plus graves dans le cadre de l'auto-immunité, lorsque les anticorps anti-SNC attaquent le cerveau, comme c'est le cas dans la sclérose en plaques.

"La perte d'intégrité de la barrière hémato-encéphalique dévoile le fait que les antigènes du système nerveux central et périphérique déclenchent une réponse immunitaire. La circulation des auto-anticorps contre les antigènes du système nerveux central deviennent pathogènes dés lors qu’ils ont la possibilité de pénétrer dans le cerveau», expliquent-ils.

Pour étudier les effets à court et à long terme de la rupture de la barrière hémato-encéphalique après avoir reçu plusieurs chocs, les chercheurs ont recruté 67 joueurs de trois équipes universitaires, ont mesuré les taux d’anticorps S100B, avant et après les matchs, et ensuite ont effectuer des IRM et des tests cognitifs .

Les joueurs ont rempli un questionnaire après chaque partie, indiquant le nombre de « collisions » et les différents symptômes qu'ils ont vécus, et ces données ont été enregistrées afin de vérifier le nombre de chocs.
Les chercheurs ont ensuite calculé les scores indexés des chocs, et ont divisé les joueurs en trois groupes: ceux qui sont restés sur le banc, ceux qui ont joué mais n'avaient pas reçu de coups à la tête, et ceux qui ont eu plusieurs chocs.
Aucun des joueurs n’avait eu de commotion véritable pendant les jeux pris en compte.

Le recoupement des taux de S100B associés à la rupture de la barrière hémato-encéphalique a été établie à 0,12 ng / mL, ce qui avait une spécificité de 0,875% et une sensibilité pour les changements à l'IRM de plus de 90%.
Ils ont constaté que l’augmentation des S100B dans le sérum ne se produisait que chez les joueurs qui avaient reçu plusieurs coups ( P <0,01), et que la simple participation au jeu n'a pas entraîné l'élévation des taux de cette protéine.

"Alors que la protéine S100B est normalement indépendante dans le cerveau, son augmentation dans le sang peut être perçue comme un antigène « non-soi » par les cellules dendritiques. Cette découverte pourrait fournir une justification biologique pour la réponse auto-immune de S100B», expliquent les chercheurs.

La présence de l’auto antigène S100B est étayée par l'observation que la protéine contient une séquence spécifique d'acides aminés qui ne se trouvent pas dans d'autres protéines humaines, ont-ils noté
D'autres protéines antigéniques potentiellement impliquées dans la neurotransmission peuvent être impliquées dans ces premiers changements neuronaux, tels que la synapsine 1, la tubuline bêta-3, et la protéine tau.

De plus, les molécules sériques comme l'albumine et les immunoglobulines peuvent passer dans le cerveau, conduisant à d'autres troubles de l'homéostasie.
Les effets persistants et potentiellement dommageables des effets immédiats de visites subconcussive ont été confirmées 6 mois après la saison se termine, lorsque l'IRM du tenseur de diffusion identifié signaux similaires à ceux observés chez les joueurs qui ont eu des commotions véritables.

Tests cognitifs a également révélé des difficultés persistantes, en particulier dans la perte de contrôle du lobe frontal impulsion, qui a de nouveau été observé à la suite des commotions plus graves.

«Nos résultats appuient l'idée que, même en l'absence d'une commotion cérébrale franche, répétitifs coups de tête subconcussive peut conduire à de subtils changements pathologiques détectables par imagerie et des tests de comportement,» disaient-ils.

Source primaire: PLoS ONE

http://www.medpagetoday.com/Neurology/HeadTrauma/37724?utm_content=&utm_medium=email&utm_campaign=DailyHeadlines&utm_source=WC&xid=NL_DHE_2013-03-07&eun=g417883d0r&userid=417883&email=maren.rasmussen@gmail.com&mu_id=5517461
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Ven 8 Mar 2013 - 11:58



Donc, attention quand on marque des buts avec la tête, et surtout ... éviter les "coups de boule"! (Zinedine court un risque accru de choper Alzheimer?)

M

Messages : 696
Date d'inscription : 25/08/2010

Re: SEP et Traumas:

Message  M le Ven 8 Mar 2013 - 16:41

Football américain Domyleen! Un sport qui se joue avec un casque sur la tête: les gars se prennent des chocs terribles. Si la tête est protégée, le cou ne l'est pas...Wink
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Ven 8 Mar 2013 - 18:07



Ouf, tu me rassures, Manu! Very Happy

En fait, pas tant que ça, car: le nombre d'athlètes "de haut niveau" qui sont victimes de maladies neurologiques, dont la SEP, est impressionnant!

Dont: les rugbymen:


Football, rugby : les chocs répétés ont un impact sur le cerveau

Extrait:

Le sport, c'est la santé. Sauf qu'un ballon sur le crâne, un placage au sol et un uppercut, ça fait non seulement mal sur le coup, mais ça peut causer, surtout quand c'est fréquent, des dégâts irréversibles au cerveau.

Une étude a mis en évidence les risques sur le cerveau que fait courir la pratique du football professionnel. Il n’y a pas que la boxe qui abîme la matière grise des sportifs. Des études expérimentales ont démontré que les "têtes" des footballeurs, notamment pour les arrières, qui redirigent avec la tête le ballon dégagé par le goal de l’équipe adverse, sont très dangereuses. Ces gestes provoquent des commotions cérébrales, de véritables traumatismes crâniens.

(...)
Dès qu’il y a eu commotion, le fonctionnement intime du cerveau est altéré pendant au moins 48 heures. Pendant cette période de vulnérabilité, si les chocs sont répétés, les effets seront amplifiés. Et les conséquences sont particulièrement aggravées chez les jeunes. On parle ainsi du syndrome de deuxième impact : la pression du cerveau se dérègle, ce qui va jusqu’à causer, dans de très rares cas, une hypertension intracrânienne qui peut conduire à la mort.

Cette maladie était connue dès les années 1920 dans le milieu de la boxe. On l’appelait à l’époque le "punch drunk" – l’idée était que les coups de poing reçus par les boxeurs les rendait fous. Plus de 50 cerveaux d’athlètes, victimes de commotions cérébrales répétées, ont ainsi été examinés jusqu'à ce jour, après leur mort. On y a retrouvé des dépôts de la protéine tau, marqueur de la maladie d’Alzheimer.

... Le syndrome parkinsonien de Mohammed Ali est typique de cette "démence pugilistique", tout comme son hypophonie (le fait de parler très bas) en était un signe évocateur.


Progressivement, on a pris conscience que ce phénomène ne touchait pas que la boxe. Malheureusement, les joueurs ne sont pas assez informés. C’est pourquoi, lorsque l’on aura terminé de mettre en place les règles pour les 2000 rugbymen professionnels et de haut niveau, restera à s’occuper des 300.000 du monde amateur. Sans compter le football, avec ses millions de licenciés, le handball, le basketball, le hockey sur glace ou encore le cyclisme, l’équitation…

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/323162-football-rugby-les-chocs-repetes-ont-un-impact-sur-le-cerveau.html


Mais alors??? Question féministe (normal, c'est "notre" journée, Laughing ):

Pourquoi le ratio Hommes/femmes dans la SEP devient-il de plus en plus important???
Et là, ce sont les femmes qui gagnent le match: 3 à 1!!! cheers

Pourtant, nous ne pratiquons pas, massivement, de sports "virils"! Alors??? C'est quoi nôtre SEP???

avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Ven 4 Oct 2013 - 21:02

 Je (re)-mets le site du dct Flanagan (Upright doc, sur Thisisms),
à propos des "entorses cervicales", "coup du lapin" ... et  ... CCSVI!
  Il y a des témoignages intéressants .. 


    http://uprightdoctor.wordpress.com/uc-subluxations/
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Jeu 21 Nov 2013 - 21:13

   Une étude canadienne sur le lien "SEP et Traumatisme crânien":

   http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24246497
  
Traumatisme physique et risque de sclérose en plaques: une revue systématique et une méta-analyse d'études observationnelles.
[url=http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Lunny CA[Author]&cauthor=true&cauthor_uid=24246497][/url]
[url=http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Lunny CA[Author]&cauthor=true&cauthor_uid=24246497]Lunny CA[/url] , [url=http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Fraser SN[Author]&cauthor=true&cauthor_uid=24246497]SN Fraser[/url] , [url=http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Knopp-Sihota JA[Author]&cauthor=true&cauthor_uid=24246497]JA Knopp-Sihota[/url] .
Source
Faculté des sciences de la santé, Université Athabasca, en Alberta, au Canada. Adresse électronique: carolescomputer@gmail.com.


Résumé

CONTEXTE:
Nous avons cherché à examiner si un traumatisme physique peut être un facteur de risque pour le diagnostic ultérieur de la SEP.
MÉTHODES:
Nous avons cherché des études observationnelles qui ont évalué le risque de développer la SEP après un traumatisme physique survenu dans l'enfance (≤ 20 années) ou «pré-morbide» (> 20 années). Nous avons effectué une méta-analyse en utilisant un modèle à effets aléatoires.
RÉSULTATS:
Nous avons recensé 1 362 études individuelles, dont 36 études cas-témoins et 4 études de cohorte répondant aux critères d'inclusion de l'étude. Dans ces études cas-témoins de grande qualité, il y avait des liens statistiquement significatifs entre celles qui font état d'un traumatisme crânien dans l'enfance (OR = 1,27, IC 95% 1,12 à 1,44, p <0,001), un traumatisme crânien  prémorbide (OR = 1,40, IC 95%, 1,08 à 1,81, p = 0,01), et d'autres traumatismes pendant l'enfance (OR = 2,31, p = 0,04),  et le risque d'être diagnostiqué avec la SEP, IC 95% 1.6 à 5.4. 
   Dans les études de moindre qualité, il y avait un lien statistique entre les «autres traumatismes" et les traumatismes prémorbides avec des lésions médullaires. Aucune lien n'a été trouvé entre la lésion de la moelle pendant l'enfance, ou des fractures et des brûlures à n'importe quel âge et le diagnostic de la SEP. L'OR combiné des quatre études de cohorte sur un rapport avec un traumatisme crânien prémorbide n'était pas statistiquement significatif.
CONCLUSIONS:
Le résultat de la méta-analyse d'études cas-témoins de haute qualité suggèrent un lien statistiquement significatif entre traumatisme crânien prémorbide et le risque de développer une sclérose en plaques.Cependant, il n'y a pas eu d'études de cohortes. Des  études prospectives futures qui définissent un traumatisme sur la base d'instruments validés, et notamment la fréquence des traumatismes par participant à l'étude, sont nécessaires.
© 2013.
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Jeu 21 Nov 2013 - 21:25

 Un "mémoire de maîtrise en psychologie" d'une étudiante canadienne, sur les traumas crâniens prémorbides et les conséquences psychologiques, neurologiques ou scolaires ... 
   Intéressant (bien qu'on n'y parle pas de risque de SEP).


   http://depot-e.uqtr.ca/3129/1/000671523.pdf
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Jeu 21 Nov 2013 - 21:39

J'y pense: dans les "traumas légers" et les micro-lésions, il serait intéressant de savoir s'il y a un rapport "significatif" avec les naissances difficiles, nécessitant l'utilisation de forceps, de ventouses ou autre matériel ... 


    (Je commence: perso, je suis née à l'aide de forceps ...)

Tuslanes

Messages : 272
Date d'inscription : 19/06/2011

Re: SEP et Traumas:

Message  Tuslanes le Ven 22 Nov 2013 - 18:41

Et oui, j'ai lu aussi de mon coté des études sur le sujet et les liens entre traumatismes, problèmes vasculaires et neurologiques semblent pertinents.

Plusieurs personnes étant diagnostiquées SEP relatent aussi une naissance avec Forceps, cela expliquant ceci très logiquement.

Quelques soient les causes, individuelles ou cumulées, leurs répercussions semblent niées par le corps médical et les assureurs qui ne veulent assumer.

Pour ma part, pas de Forceps mais violent coup du lapin et vaccin Hépatite B au début des symptômes.

Bonne soirée à tous
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Ven 22 Nov 2013 - 22:38

Oui, les forceps et le coup du lapin peuvent avoir des répercussions sur les vertèbres cervicales (Atlas, Axis), lesquelles, si elles sont légèrement déboîtées (désalignement de l'Atlas), peuvent, à leur tour, comprimer un nerf crânien, ou un vaisseau ... Et, si en plus, on a eu le vaccin HB, alors, nous sommes des candidats pour la SEP.


   (par contre, je pose toujours la question pour le vaccin HB: est-ce que l'aluminium inclus dans certains vaccins est plus nocif que le fer? 
  Je pense que oui, car j'ai une amie qui a eu ses premiers symptômes SEP, 3 jours seulement après le rappel du vaccin HB, et à qui on a diagnostiqué la SEP, 3 mois plus tard.)
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: SEP et Traumas:

Message  Domyleen le Ven 22 Nov 2013 - 22:56

Super, je viens d'avoir un début de réponse en "googlelant": pourtant, je me souviens avoir chercher, il y a 2 ou 3 ans, sans rien trouver ... 


   Donc:
  D'après cet article d'un médecin, 
  http://www.vacunacionlibre.org/aluminium.pdf
   (en bas de la page 56, il est expliqué que l'aluminium, non seulement, pénètre dans le sang, mais, qu'il détruit la Barrière Hémato-Encéphalique! Donc, du coup, je pense qu'il ouvre la voie à toute sorte de toxiques ... affraid )


    Franchement, très très intéressant, ce PDF!! (j'finirai de le lire demain ...)
avatar
besaid

Messages : 465
Date d'inscription : 16/03/2012
Age : 32
Localisation : Metz

Re: SEP et Traumas:

Message  besaid le Sam 23 Nov 2013 - 2:01

les canettes de soda sont très très mauvaises au passage !

sepamoi

Messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2012
Age : 58
Localisation : 22

vaccin et alu

Message  sepamoi le Sam 23 Nov 2013 - 8:57

j'ai eu les premiers signes physiques de sclérose (perte de sensibilité à la température dans toute la jambe droite) dix jour après un rappel DTP.
je pense que c'est surtout les adjuvants et en particulier l'aluminium mis dans les vaccins pour booster le système immunitaire qui peuvent aussi booster la production d'auto anticorps et donc faire apparaitre les signes de la SEP.
Pour moi ce sont des révélateurs car ils augmentent les anticorps circulants et donc les anticorps anti myéline ce qui provoque les symptomes mais pour moi ce ne sont que des révélateurs et non pas les agents qui induisent cette pathologie.
Bien sur ce n'est que mon analyse à partir de mon expérience personnelle de cette maladie.
Sepamoi
PS j'ai également eu plus de 20 ans avant les signes physiques de la SEP un traumatisme cranien. Lors d'une glissade dans des escaliers en ardoise qui étaient mouillés par la pluie alors que j'avais les deux bras chargés de courses. Mon front a heurté un angle de mur en granit j'ai fini à l'hospital mais uniquement pour des points de suture car comme je n'avais pas perdu connaissance aucunes autres analyses des conséquence de ce choc n'ont été faites. Moins d'un an après je découvrais la spirale infernale de la dépression, j'avais presque 30 ans et n'avait jamais connu de passages dépressifs. Cette première dépression resemblait plus à un burn out avec une énorme fatigue autant morale que physique!!

    La date/heure actuelle est Sam 19 Aoû 2017 - 5:17