ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


GeNeuro

Partagez
avatar
MPascale

Messages : 3192
Date d'inscription : 29/04/2010
Age : 57
Localisation : IdF (Essonne)

GeNeuro

Message  MPascale le Mar 12 Mar 2013 - 11:05

Ca y est, GeNeuro arrive, on en parle... je n'accède pas à l'article entier, pas envie de m'inscrire et payer pour ce site :

GeNeuro cible la sclérose en plaques
Le Progrès
GeNeuro cible la sclérose en plaques. Publiée le 11/03/2013 à 19:10. GeNeuro cible la sclérose en plaques. Cette biotech helvético-lyonnaise (CA 2011: 3,3 M€) a développé un anticorps qui va peut-être révolutionner la sclérose en plaques. « Nos essais ...

(fin de l'article réservée aux intimes dt je ne suis pas !)
avatar
MPascale

Messages : 3192
Date d'inscription : 29/04/2010
Age : 57
Localisation : IdF (Essonne)

Re: GeNeuro

Message  MPascale le Mar 12 Mar 2013 - 12:52

Sur un autre site :

GeNeuro cible la sclérose en plaques

Samedi, 03 Mars 2012 09:09 | Écrit par g-station | |

La biotech helvético-française a développé un anticorps monoclonal dont les essais cliniques de phase II vont démarrer.

La biotech helvético-française GeNeuro SA va-t-elle révolutionner le traitement de la sclérose en plaques ? In vitro et sur la souris, son anticorps monoclonal GNbAC1 a donné des résultats positifs. Les essais de phase I viennent de confirmer sa bonne tolérance chez une quarantaine de sujets sains à l'hôpital de Bâle, en Suisse. Les tests cliniques de phase II vont démarrer et une demande d'autorisation a été déposée dans ce sens pour que les hôpitaux de Genève et Bâle puissent recruter des malades. Dans une étape suivante, et afin d'apporter la preuve du concept, le spectre sera étendu à un panel de patients européens.

Tout est parti de la thèse d'Hervé Perron, à l'Université de Grenoble, mettant en évidence, à la fin des années 1980, la présence de virus, qui se révéleront être des rétrovirus endogènes, dans les cellules de personnes souffrant de cette affection chronique et invalidante. Ce chercheur de l'Université de Grenoble, et aujourd'hui directeur scientifique de GeNeuro, a ensuite poursuivi ses recherches au sein d'une unité mixte de bioMérieux. Que cette maladie, dont la cause n'est pas connue et qui s'attaque au système nerveux central, puisse être provoquée par un virus suscitait un certain scepticisme, au départ. L'hypothèse gagne aujourd'hui en crédibilité dans les milieux scientifiques. «Nous sommes accompagnés par un board scientifique composé de grands spécialistes de la sclérose en plaque à Dusseldorf, Milan, Londres, Boston...», en veut pour preuve François Curtin, DG de GeNeuro et ancien de Merck-Sereno SA.

En savoir plus sur la SEP et le rétrovirus MSRV
La sclérose en plaques (SEP) est une maladie démyélinisante du système nerveux central. Il est généralement admis que la SEP est médiée par un processus auto-immun. Des épisodes aigus d'inflammation dans le système nerveux central conduisent à une démyélinisation des nerfs qui est suivie par des lésions axonales et de la perte de leur activité.

L'étiologie de la SEP est inconnue, mais l'évidence suggère que des facteurs génétiques et environnementaux agissent en combinaison pour aboutir à la SEP. Plusieurs études ont démontré le rôle potentiel du rétrovirus MSRV dans la SEP.

MSRV a d'abord été été isolé à partir de cellules de patients atteints de SEP. MSRV est normalement latent dans le génome des individus, mais lorsqu'il est activé par certains co-facteurs tels que les virus les plus répandus, par exemple Herpès simplex virus 1 ou virus d'Epstein Barr, il peut être réactivé et exprimer une protéine d'enveloppe. Cela semble être un déclenchement majeur et un facteur aggravant dans le développement et la progression de la SEP, comme indiqué dans de nombreux articles scientifiques publiés par l'équipe de GeNeuro et d'autres grands centres universitaires.

La protéine MSRV-Env a été localisée dans les plaques de SEP de patients, avec expression de l'ARN MSRV, et présentait une prévalence élevée dans le sérum de patients atteints de SEP par rapport aux témoins. La présence de MSRV chez les patients SEP est en corrélation avec la progression, la gravité clinique et le pronostic de la maladie, tels que rapportés par plusieurs laboratoires indépendants. Le niveau de concentration de protéines pathogènes rétrovirales augmente également avec la progression de la maladie. Dans une étude menée par GeNeuro, la prévalence des taux sériques de MSRV-Env chez les patients SEP était d'environ 75% (= proportion de patients SEP qui présentent cette protéine). La protéine MSRV-ENV a également des propriétés inflammatoires qui se traduisent par la production de différentes cytokines.

L'évolution clinique de la SEP varie considérablement selon les patients. Trois formes cliniques principales de la SEP sont décrites: rémittente-récurrente, progressive secondaire et progressive primaire. La première forme est caractérisée par des attaques et des rémissions et les deux autres par la progression des symptômes neurologiques et des déficits. La sévérité de la maladie est difficile à prévoir.

Actuellement,une demie douzaine de médicaments sont commercialisés pour la SEP et plus de 20 sont en développement clinique. Aucun d'entre eux n'a vraiment prouvé arrêter la progression de la maladie jusqu'à présent. Aujourd'hui, les traitements de la SEP peuvent être essentiellement divisés en deux catégories : les médicaments immunomodulateurs, qui modulent le système immunitaire, sont efficaces, mais seulement pour un certain pourcentage de patients, et ils induisent des effets indésirables fréquents et parfois graves ; des médicaments symptomatiques qui réduisent les symptômes spécifiques associés à la SEP, comme la spasticité, ils n'interagissent pas avec le mécanisme de la maladie et n'affectent pas la progression de la maladie. En outre, la plupart des traitements -actuels et en développement- sont indiqués pour la forme rémittente-récurrente de sclérose en plaques, mais les formes progressives de sclérose en plaques ont peu d'options thérapeutiques.

Par conséquent, des besoins médicaux non satisfaits existe pour traiter la SEP, qui offriraient une meilleure efficacité en termes de taux de réponse et de bénéfice thérapeutique, qui soient bien tolérés et traitent aussi les formes progressives de la maladie.

GeNeuro a généré un anticorps monoclonal humanisé, ciblant la protéine MSRV-Env. Il répond à un besoin médical non satisfait pour les patients atteints de SEP en ciblant MSRV-Env qui est considéré comme un facteur critique dans le développement de la SEP. L'anticorps doit agir en amont de la cascade inflammatoire, ce qui représente donc une solution thérapeutique nouvelle, sans cibler directement le système immunitaire lui-même, et il est bien toléré. Avec un profil d'innocuité amélioré et un mécanisme d'action unique, le traitement peut être indiqué pour le traitement de la forme rémittente-récidivante ainsi que les formes progressives de sclérose en plaques.

_Voir : http://www.bioparclyon.com/articles/geneuro-69-1.html

    La date/heure actuelle est Sam 25 Nov 2017 - 7:42