ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

L'atrophie du thalamus est un indicateur de la SEP! Zivadinov dixit!

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

L'atrophie du thalamus est un indicateur de la SEP! Zivadinov dixit!

Message  Domyleen le Ven 22 Mar 2013 - 23:27


Sur MS-UK: cette étude menée par le professeur Robert Zivadinov, et présentée aujourd'hui à l'ANN!

L’atrophie du thalamus est un prédicteur important pour définir cliniquement la SEP, d’après une étude

Les chercheurs de l'Université de Buffalo et leurs partenaires internationaux nous fournissent de nouvelles preuves que la matière grise du cerveau reflète des changements importants dans la SEP, qui pourraient permettre aux cliniciens de diagnostiquer plus tôt, de mieux surveiller et de prédire comment la maladie va progresser.

Au cours des trois dernières années, les chercheurs (…) ont publié des articles dans des revues et donné des présentations pour faire la démonstration que la région du thalamus, en particulier, est essentielle à un tas de questions portant sur la SEP.

"Le thalamus nous ouvre une nouvelle fenêtre sur la SEP», a déclaré Robert Zivadinov, MD, PhD. «Dans nos études récentes, nous avons utilisé de grands ensembles de données pour étudier l'évolution de l'atrophie du thalamus et son association avec la déficience clinique dans la SEP, en commençant dés les premiers stades de la maladie.

L'emplacement du thalamus dans le cerveau, sa fonction unique et sa vulnérabilité aux changements provoqués par la maladie font du thalamus un baromètre essentiel pour évaluer les dégâts que provoque la SEP, au cerveau.

" Lors de la réunion annuelle de l'Académie Américaine de Neurologie aujourd'hui, Zivadinov discutera d'une étude qu'il a réalisée en collaboration avec des collègues de l'Université Charles à Prague. L'étude a révélé que l'atrophie du thalamus, constatée par l'IRM, peut aider à identifier les patients présentant un syndrome cliniquement isolé (SCI), qui sont à risque de développer une SEP cliniquement définie.

Un tel outil pourrait être extrêmement utile pour les cliniciens, note Zivadinov. «Cette étude, qui comprenait plus de 200 patients, démontre que l'atrophie thalamique est l'un des plus importants prédicteurs pour définir cliniquement la SEP», explique Dana Horakova, chercheure principale à l'Université Charles. "Par conséquent, sur la base de ces résultats, nous pensons que l'IRM devrait être utilisée pour déterminer quels sont les patients les plus à risque pour une deuxième attaque», explique Zivadinov.

La SEP est traditionnellement considérée comme une maladie de la substance blanche du cerveau, au cours de laquelle, la myéline, la matière grasse qui entoure les neurones et qui leur permet de transmettre les signaux de manière efficace, est progressivement détruite.

Les chercheurs UB vont maintenant pouvoir révéler la façon dont le thalamus et d'autres parties de la matière grise du cerveau, jouent un rôle clé, central, dans une grande variété de fonctions neurologiques : le thalamus est impliqué dans les fonctions motrices et sensorielles, la régulation du sommeil et l'éveil , la mémoire, l'émotion, la conscience et l'attention.

Il fonctionne comme une sorte de centre de relais dans le cerveau, en passant l'information sensorielle qu’il renvoie vers le cortex cérébral, et il traite également des informations provenant du cortex.

Une autre étude, que les chercheurs UB avaient menée, en collaboration avec l'Hôpital Universitaire Stavanger en Norvège, était la première à examiner l'évolution de l’atrophie thalamique au cours d'une période de 10 ans chez les patients SEP. Les résultats seront également présentés à la réunion d'AAN.

Cette étude sur 81 patients révèle que l'atrophie du cortex et de la matière grise profonde sous-corticale, comprenant le thalamus, est significativement liée à la baisse des capacités cognitives chez les patients.

"Nous avons constaté que le dysfonctionnement cognitif apparaît tôt dans le cours de la SEP et que l'atrophie du thalamus joue un rôle central dans la prédiction de la détérioration cognitive sur le long terme», explique Zivadinov.

Dans un article de synthèse publié en début d’année dans la revue « Neurology », Zivadinov et ses co- auteurs notent que les lésions de la matière grise ne peuvent être détectées que dans les premiers stades de la maladie, mais que ces lésions sont associées à un large éventail de symptômes allant du déclin cognitif aux déficits moteurs (en passant) par la fatigue et des douleurs chroniques.

Les résultats UB révèlent que l'atrophie du thalamus, confirmée par l'imagerie par résonance magnétique (IRM) de routine, peut être un outil important dans la détection, l'évaluation et la prévision de l'évolution de la SEP chez les enfants et les adultes.
Cela peut également devenir une méthode utile pour évaluer les nouveaux traitements de la SEP.

La perte de volume thalamique et de l’intégrité de son tissu peut également permettre de prévoir la déficience cognitive chez les patients atteints de SEP, selon une étude publiée récemment dans le « UB MS Journal » dirigé par le professeur de neurologie Benoît Ralph en collaboration avec Jeroen JG Geurts, PhD, du centre VU de l’Université de Médecine à Amsterdam, aux Pays-Bas.

Aujourd'hui, avec l'appui l'équipe UB et réalisée en collaboration avec des collègues de l'Université Charles à Prague, cette étude a aussi été la première étude prospective longitudinale à enquêter et à chercher des associations entre l'atrophie de la matière grise et la progression de l'invalidité physique chez les patients atteints de SEP récurrente-rémittente, la forme se SEP la plus fréquente et la moins active.

L'étude de cinq ans, qui portait sur 180 patients, a également constaté que l'atrophie thalamique est un moyen potentiel d'évaluer de nouvelles thérapies pour la SEP, selon Eva Havrdova, chercheur principal.
"On a pu démontrer que le thalamus était lié à la progression de la pathologie dans chacune des formes de la maladie, y compris les SEP Pédiatriques, nous devons considérer le thalamus comme biomarqueur pour évaluer de nouvelles thérapies ", explique Zivadinov.

«La mesure de l'atrophie thalamique par IRM, peut devenir un outil idéal pour les essais cliniques sur la SEP. "L’’atrophie chez les patients SEP qui se produit plus rapidement dans le thalamus que dans d'autres structures cérébrales," poursuit Zivadinov.
"Elle est détectable très tôt dans la maladie et est moins affectée par les changements de liquide dans le cerveau, du fait des anti-inflammatoires utilisés dans la SEP, et cette fonction, en particulier, fait de l'atrophie thalamique, un candidat idéal pour l'évaluation de nouvelles thérapies.

" Ces résultats", explique Zivadinov, ne sont qu'un début. «Jusqu'à présent, les informations existantes sur l'atteinte thalamique dans la SEP découlaient principalement d'études neuropathologiques et de neuro-imagerie avec un nombre limité de sujets et ne contiennent pas des implications claires et pratiques pour les cliniciens. L'équipe UB, de chercheurs et de stagiaires, de concert avec nos partenaires internationaux, envisage d'entreprendre plus d'études longitudinales afin de déterminer la meilleure façon exhaustive d’appliquer ces résultats très prometteurs. "

Le CBNA, qui fait partie du Département de neurologie UB, se trouve dans le centre de Buffalo General Medical sur le campus de Buffalo Niagara

Medical UB co-auteurs avec Zivadinov sur ces études sont les suivants: Ralph Benoît, Bianca Weinstock-Guttman, Murali Ramanathan, Michael G. Dwyer et Niels Bergsland. Co-auteurs de VU University Medical Center sont Jeroen JG Geurts, Hanneke E Hulst et Menno M Schoonheim; à l'Université Charles à Prague:. Dana Horakova, Eva Havrdova, Michaela Tyblova, Zdenek Seidl, Manuela Vaneckova, Jan Krasensky et Tomas Kalincik co Autre -auteurs sont Alireza Minagar, Louisiana State University, Michael H. Barnett de l'Université de Sydney, en Australie, Daniel Pelletier, Université de Yale, Mohamad Ali Sahraian, Université de Téhéran des sciences médicales; Istvan Pirko, la Clinique Mayo, Elliott Frohman, UT Southwestern Medical . centre; Cecilie Jacobsen, Turi O Dalaker, Elisabeth Farbu, Jan Petter Larsen et Kirsten Lode de Stavanger University Hospital, et Kjell-Morten Myhr et Harald Nyland, Haukeland University HospitalSource: Université de Buffalo © 2013 Université de Buffalo (22/03 / 13)

avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: L'atrophie du thalamus est un indicateur de la SEP! Zivadinov dixit!

Message  Domyleen le Sam 23 Mar 2013 - 0:23

avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: L'atrophie du thalamus est un indicateur de la SEP! Zivadinov dixit!

Message  Domyleen le Sam 23 Mar 2013 - 0:39



Zivadinov, et Schirda C, Dwyer MG, Haacke ME, Weinstock-Guttman B, Menegatti E, Heininen-Brown M, Magnano C, Malagoni AM, Wack DS, Hojnacki D, Kennedy C, Carl E, Bergsland N, Hussein S, Poloni G, Bartolomei I, Salvi F, Zamboni P.en 2010, avaient fait le rapprochement entre CCSVI (flux anormal dans le cerveau) et les dépôts de fer, surtout dans la région du Thalamus:

RÉSULTATS:
Tous les 16 patients atteints de SEP ont rempli le diagnostic de l'IVCC (médiane VH = 4), comparativement à aucun des HC. Chez les patients atteints de SEP, la plus forte concentration de fer était dans le noyau pulvinar du thalamus, le thalamus, le globus pallidus, et l'hippocampe était liée à un plus grand nombre de critères VH (P <0,05). Il y avait aussi une association significative entre un plus grand nombre de critères de VH et de la concentration en fer plus élevée de lésions en phase de chevauchement en T2 (r = -0,64, p = 0,007) et T1 (r = -0,56, p = 0,023)

Mesures de la concentration de fer étaient liés à la durée plus longue des maladies et d'invalidité a augmenté telle que mesurée par l'échelle EDSS et MSFC, et à la charge des lésions IRM a augmenté et une diminution du volume du cerveau.

CONCLUSION:
Les résultats de cette étude pilote suggèrent que l'IVCC peut être un mécanisme important lié aux dépôts de fer dans le parenchyme cérébral des patients atteints de SEP. À son tour, les dépôts de fer, tels que mesurés par SWI, est un prédicteur modeste à forte progression de l'invalidité, de l'accumulation du volume des lésions et du développement de l'atrophie chez les patients atteints de SEP.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20351672
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: L'atrophie du thalamus est un indicateur de la SEP! Zivadinov dixit!

Message  Domyleen le Mar 23 Avr 2013 - 12:28



Sur MS-UK, aujourd'hui:

Un article similaire (même étude)à celui qui a initié le sujet:


L’atrophie dans la région clé du cerveau associée à la sclérose en plaques

(23/04/13)

Les données de l’Imagerie par Résonance Magnétiques (IRM), celles représentant l'atrophie dans une région importante du cerveau seraient un indicateur précis de la sclérose en plaques (SEP), selon une nouvelle étude publiée en ligne dans la revue Radiology.
Selon les chercheurs, ces mesures d'atrophie offrent une amélioration par rapport aux méthodes actuelles d'évaluation des patients à risque de sclérose en plaques. (…)
Environ 85 % des personnes atteintes de SEP ont eu un premier épisode de troubles neurologiques, connu en tant que Syndrome Cliniquement Isolé (CIS).
Un diagnostic SEP définitif est basé sur une combinaison de facteurs, dont les antécédents médicaux, les examens neurologiques, le développement d'une deuxième attaque clinique et la détection de nouvelles lésions ou le développement (de celles existantes) avec renforcement du contraste, pondéré en T2.
«Depuis quelques temps, nous avons essayé de comprendre les biomarqueurs IRM qui permettent de prédire le développement de la SEP dés la première apparition de la maladie ", a déclaré Robert Zivadinov, MD, Ph.D., FAAN, du BNAC (Buffalo Neuro-imagerie Analysis Center) de l'Université de Buffalo, NY" Mais au cours de ces dernières années, la recherche est devenue beaucoup plus axée sur le thalamus. "

Le thalamus est une structure de la matière grise profondéme dans le cerveau qui agit comme une sorte de centre de relais de l'influx nerveux. Des études récentes ont montré une atrophie du thalamus dans toutes les différentes formes de SEP, et ont détecté une perte de volume thalamique chez les patients atteints de SEP Pédiatrique.
«L’atrophie du thalamus peut devenir une caractéristique de la façon dont nous voyons la maladie et la façon dont nous développons des médicaments pour la traiter", a déclaré le Dr Zivadinov.

Pour cette étude, le Dr Zivadinov et ses collègues ont étudié l'association entre le développement de l'atrophie du thalamus et la conversion en SEP cliniquement définie. "Une des raisons les plus importantes pour l'étude était de comprendre quelles régions du cerveau sont à même de prédire une deuxième poussée ", a-t-il dit. «Personne n'a vraiment regardé cela sur le long terme lors d’essais cliniques."

Les chercheurs ont utilisé l’IRM de contraste pour l'évaluation initiale de 216 patients ayant eu un CEI. Ils ont effectué un suivi des analyses à six mois, un an et deux ans. En deux ans, 92 des 216 patients, soit 42,6 %, ont vu leur CIS converti en SEP cliniquement définie.
La diminution du volume thalamique et l’augmentation du volume des ventricules latéraux étaient les seules mesures IRM indépendamment associées avec le développement de la SEP cliniquement définie.
"Tout d'abord, ces résultats montrent que l'atrophie du thalamus est associée à la SEP», a déclaré le Dr Zivadinov. "Deuxièmement, ils montrent que l'atrophie du thalamus est un meilleur prédicteur de la SEP cliniquement définie que l'accumulation de lésions en T2 avec renforcement du contraste."

Les résultats suggèrent que la mesure de l'atrophie du thalamus et l’augmentation de la taille du ventricule peuvent aider à identifier les patients à haut risque pour la conversion en SEP cliniquement définie, dans les futurs essais cliniques impliquant des patients atteints de la CEI.

«L’atrophie thalamique est un biomarqueur IRM idéal parce que c'est détectable à un stade très précoce", a déclaré le Dr Zivadinov. ".C’est une très bonne valeur prédictive, et vous verrez que cela le sera de plus en plus à l'avenir."

L'équipe de chercheurs continue à suivre le groupe de patients étudiés, avec l'intention de publier les résultats de quatre ans de suivi, l'été prochain. Ils tentent également d'en apprendre davantage sur la physiologie de l'implication thalamique dans la SEP. «La prochaine étape est de regarder où les lésions se développent sur deux ans par rapport à l'emplacement de l'atrophie," a déclaré le Dr Zivadinov.

«L’atrophie thalamique ne peut s'expliquer entièrement par l'accumulation de lésions, il doit y avoir un composant indépendant qui mène à la perte de thalamus."

La SEP affecte plus de 2 millions de personnes dans le monde, selon la MS Society Internationale. .
Il n'existe aucun remède, mais le diagnostic précoce et le traitement peut ralentir le développement de la maladie.

Source: MedicalXpress © médicale Xpress 2011-2013 (23/04/13)


    La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû 2017 - 4:30