ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

Masse corporelle et LEMP!

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Masse corporelle et LEMP!

Message  Domyleen le Ven 5 Avr 2013 - 11:57


Sur MS-UK: cette étude, pour le moins, surprenante!


Une masse corporelle faible serait liée à un plus grand risque de LEMP sous natalizumab dans la SEP


(04/04/13)

Une nouvelle étude fascinante suggère que la masse corporelle faible pourrait être associée à un risque accru de développer une leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) dans le cadre d'un traitement par natalizumab (Tysabri, Biogen Idec) pour la sclérose en plaques (SEP)

"L’incidence de la LEMP serait certainement aurait tendance à être plus élevée, lorsque la masse corporelle est plus faible », a déclaré John Foley, MD, neurologue à la Clinique SEP de Rocky Montain, Salt Lake City, Utah.

Il y a un excès d'environ 54% de cas de LEMP, dans l’Union Européenne, par rapport au pourcentage dans le monde entier » souligne le dct Folley dans Medscape Medical News « la .concentration de natalizumab augmente clairement avec le temps, et dans cette étude, des concentrations élevées de natalizumab sont apparues en particulier chez les patients ayant un faible poids corporel. "
« Les saturations en Natalizumab sont corrélées à la fois avec un faible poids corporel et le niveau très élevé du médicament par kilogramme.

La poursuite (du traitement) à dose thérapeutique peut diminuer la concentration et la saturation que l’on pourrait en attendre, et cela pourrait être une thérapie viable pour la réduction de risque de LEMP."

Les résultats ont été présentés à la 65ème assemblée de l'American Academy of Neurology (AAN).

L'étude a été financée par Biogen Idec / Elan Pharmaceuticals.

Poids faible, plus à risque?

Le Natalizumab est un traitement efficace pour la SEP, mais le risque de LEMP est une préoccupation importante, compte tenu de son utilisation, note l'étude.
Les facteurs qui ont déjà été identifiés comme facteurs prédictifs de susceptibilité à la LEMP incluent la durée du traitement et la positivité aux anticorps contre le virus JC au début du traitement.

Le soi-disant paradoxe UE / US dans les cas de LEMP avait déjà été décrit.
Si on réparti les cas uniformément entre ces régions sur la base de l'utilisation, il devrait y avoir environ 125 cas de LEMP dans l'UE. Au lieu de cela, il y a eu 193 cas, un excès de 54% sur les chiffres attendus, dont une grande partie a été précédemment attribuée à une utilisation accrue d'immunosuppresseurs dans l'UE, a-t-il noté.

Dans cette étude, le Dr Foley examiné les effets pharmacocinétiques et pharmacodynamiques de l’allongement de l'intervalle entre les doses de Natalizumab en tant que stratégie d'atténuation des risques possibles contre la LEMP.
Il a recueilli des données démographiques et cliniques à partir d'une cohorte de 301 patients Natalizumab et a comparé leurs données avec une cohorte de 38 patients du monde entier ayant la LEMP.

En recherchant des concentrations du médicament, nous avons pu obsever un coefficient de corrélation étroite entre la saturation médicamenteuse dans les lymphocytes VLA-4 et la concentration par kilogramme, allant de 85% de saturation moyenne à 95% chez ceux dont le poids était le plus faible. «Cette relation avec le poids a également été reconnue dès le début des expériences Natalizumab, ce qui était, en fait, dans la PI [information posologique] qui met en garde face au médicament, et a été observé chez les patients ayant un poids corporel plus élevé", a noté le Dr Foley.

Les chercheurs ont ensuite stratifié par saturation selon le poids et la concentration et ont constaté que la plupart des patients atteints de saturation de 90% à 95% appartenaient à la catégorie des poids « faibles », mais ils ont également trouvé des traces de concentration élevée dans l’autre groupe.
(…),
" Nous avons émis l'hypothèse que si l'augmentation des concentrations et des saturations se produisaient dans les populations à faible poids corporel, et qu’il y avait un rapport avec le risque de LEMP, alors nous devrions voir davantage de cas de LEMP chez les patients ayant une faible masse corporelle "

En collaborant avec plusieurs autres centres, ils ont pu recueillir des données sur 38 patients ayant une LEMP (près de 12% des cas rapportés associés au traitement natalizumab) pour examiner la répartition du poids entre les populations de l'UE et des États-Unis.

Dans cette cohorte de LEMP, le poids moyen était de 64 kg, avec une moyenne de 70 kg sur l’ensemble des patients, et aucune différence significative n'a été observée entre les populations européennes et américaines dans la répartition du poids chez les patients LEMP. Toutefois, dans leur établissement, à Salt Lake City , le Dr Foley a déclaré: «notre poids moyen était de 78 kg, 14 kg de plus que la moyenne. Et en accord avec la théorie, nous voyons dans la cohorte suédoise, que nous utilisons en tant que substitut de la population de l'UE, car étant beaucoup plus proche de la cohorte LEMP, à 69 kg. "

Les chercheurs ont ensuite réparti les patients selon un poids "poubelle" pour tenter d'élucider la relation. Dans leur clinique, 13% des patients sont « tombés » dans la « poubelle » des 60 kg ou moins, alors que dans la population suédoise 1127 patients étaient traités par Natalizumab, 22% se situaient donc dans la « poubelle » des 60 kg ou moins.

"Et ce que nous avons constaté, c'est qu'il y avait un pourcentage élevé, frappant, de cas de LEMP dans cette catégorie de masse corporelle « faible », une différence de près de 3 fois plus importante par rapport aux États-Unis et près de 2 fois par rapport à la moyenne des données UE et Etats-Unis ». " L'autre question est alors de savoir ce qui se passe si on étale la fréquence des doses, qui est actuellement d’une dose tous les 28 à 30 jours, à un traitement toutes les 6 semaines ", a conclu le Dr Foley.

Les chercheurs n'ont pas encore beaucoup de patients recevant ce traitement toutes les 6 semaines, mais ils ont vu une réduction significative de la concentration moyenne avec ce cycle de dosage de 6 semaines, en outre, la saturation a chuté d'environ 6,5% dans cette petite cohorte.

«Je pense que nous allons éviter ces saturations vraiment élevées pendant une longue période ", a-t-il dit lors de la discussion.

"Observation Fascinante», a commenté, Lily Jung Henson, MD, directrice de l’Institut Suédois des Neurosciences, à Seattle, Washington, qui déclare avoir trouvé cette relation potentielle entre un poids inférieur et un risque supérieur de contracter la LEMP, très intéressante.
"C'est un de ces observations, où seul le temps permettra de voir, mais il c’est vraiment fascinant», at-elle déclaré à Medscape Medical News.

"La question, cependant, qui m’est venue en premier, c’est si la masse corporelle "faible" signifie que les patients sont en meilleure santé, ou si cela peut signifier qu'ils sont plus malades, et donc, courent plus de risques de contracter une LEMP. Donc, il y a beaucoup d'inconnues, mais je pense que c'est tout simplement fascinant ", a-t-elle conclu.

L'étude a été financée par Biogen Idec / Elan Pharmaceuticals.
Le Dr Foley déclare avoir reçu une compensation personnelle pour des activités avec Biogen Idec, Teva Neuroscience, et Genzyme Corporation en tant que consultant et le soutien de la recherche de Biogen Idec et Novartis.
Dr Jung Henson a reçu une compensation pour ses activités avec Biogen Idec, Teva Neuroscience, Genzyme Corporation, Novartis et Pfizer Inc , un des membres de sa famille détient des actions et / ou options sur actions chez Merck & Co Inc et a obtenu un financement pour la recherche de Biogen Idec, Novartis et Genzyme Corporation

Source: Copyright © 1994-2013 Medscape par WebMD LLC (04/04/13)

avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Masse corporelle et LEMP!

Message  Domyleen le Ven 5 Avr 2013 - 12:15



La question que se pose la docteure Lily Yung Henson:
La question, cependant, qui m’est venue en premier, c’est si la masse corporelle "faible" signifie que les patients sont en meilleure santé, ou si cela peut signifier qu'ils sont plus malades, et donc, courent plus de risques de contracter une LEMP. "

Et moi, je me demande si le fait d'espacer les perfs de Tysa d'un tiers (de 4 semaines à 6 semaines) ne remet pas en cause "l'efficacité" de Tysa!

En attendant les américains en sur-poids peuvent être rassurés!

(Mais, M-Pax, pour toi, il est préférable de ne plus re-prendre cette "drogue")
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Masse corporelle et LEMP!

Message  Domyleen le Ven 5 Avr 2013 - 22:44



Pour info: les interférons, globalement, réduiraient le nombre de poussées d'environ 30%, et Tysabri, jusqu'à 68%!

Les études cliniques ont montré que le natalizumab a pu faire baisser le taux de poussée jusqu’à 68% et réduire l’apparition de nouvelles lésions ou l’aggravation des lésions existantes pouvant être constatées par IRM. Il n’existe pas d’étude comparative avec les médicaments autorisés depuis longtemps pour traiter la SEP, ces derniers permettant de réduire le taux de poussée de 30 à 35% par rapport au placébo.

http://www.multiplesklerose.ch/Details-Tysabri-R.540.0.html?L=1

Donc, nul doute, Tysa est plus efficace!

Mais si, afin de limiter le risque de LEMP, les perfs de Tysa sont espacées de 30%, que devient son efficacité???
Mathématiquement, cela peut réduire également de 30% son efficacité, et ce n'est plus une efficacité pouvant aller jusqu'à 68% que nous aurons, mais de 68%-30% de 68%, soit environ de 46%.
Le simple calcul mathématique n'a probablement rien à voir avec la réalité: le fait d'espacer les perfs de Tysa peut très bien, dans certains cas ne produire aucun changement quand à l'efficacité du produit, et pour d'autres, le rendre totalement inefficace, et seules, de nouvelles études pourront permettre d'y voir plus clair ... Bref, on ne sait pas où on va, mais on y va!
Mais Biogen envisage probablement de nouvelles stratifications sur les risques de Tysa, cette fois, en rapport avec la masse corporelle des patients, et si l'indice de masse corporelle est estimé trop faible, alors, ces patients "plus malades" (une éventualité qu'évoque le dct Hensen), seront écartés de ce traitement.

Nous sommes tous des cobayes ... Mais les cobayes fatiguent! Rolling Eyes

    La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû 2017 - 22:07