ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

Controverses sur l'Alemtuzumab (Lemtrada).

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7789
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Controverses sur l'Alemtuzumab (Lemtrada).

Message  Domyleen le Lun 2 Juin 2014 - 21:27

 Sur MS-UK:


   Alemtuzumab: les avantages l'emportent-ils sur les risques?? 
    
(01/06/14)
 
De sérieuses questions demeurent concernant les effets secondaires et les avantages associés à l'utilisation de l'Alemtuzumab pour le traitement de la sclérose en plaques. La réunion annuelle 2014 du Consortium des Centres de Sclérose En Plaques (CMSC) et la sixième réunion de coopération avec le Comité américain pour le traitement et la recherche dans la sclérose en en plaques (ACTRIMS) a conclu samedi sur des "Controverses dans le traitement de la sclérose en plaques," une session consacrée aux débats sur plusieurs sujets brûlants. 
    Le troisième et dernier segment "Controverse III: L'Alemtuzumab est-il trop toxique pour être utilisé chez la plupart des patients atteints de SEP», a comporté un débat sur ​​l'avantage par rapport au profil de risques de l'Alemtuzumab, un anticorps monoclonal anti-CD52 qui est actuellement approuvé pour le traitement de plusieurs formes de leucémie et lymphomes et qui est testé est  pour le traitement de la sclérose en plaques.
     L'année dernière, la FDA avait rejeté le médicament pour le traitement de la sclérose en plaques, en disant qu’il fallait davantage de preuves provenant d'essais cliniques de haute qualité. (…)
    Un participant à la session de débat, Olaf Stüve, MD, Ph.D., a déclaré: «il y a un besoin pour des thérapies sûres encore plus efficaces; actuellement les options de traitement ne sont que partiellement efficaces et ont des effets secondaires potentiellement mortels. " Stüve est professeur agrégé au Département de « Neurologie et Neurotherapies »,  et professeur agrégé au département d'immunologie de l'Université du Centre Sud-Ouest du Texas et chef du département Neurologie du Secteur Nord du Systèmes de Soins du Texas. 
     L'essai clinique de phase II de CAMMS223 (qui n'était pas une étude ouverte), portait sur « l’Alemtuzumab par rapport à l'interféron bêta-1a chez des patients nouvellement diagnostiqués SEP RR active ». 
     Après un suivi de plus de cinq ans, les chercheurs ont constaté que le traitement par Alemtuzumab avait réduit le risque d'aggravation du handicap de 72% par rapport à l'interféron bêta-1a. Le traitement par Alemtuzumab avait également abaissé le taux de rechute de 69% par rapport à l'interféron bêta-1a. 
    Dans l'étude CARE-MS I, le traitement par Alemtuzumab avait conduit à une réduction du risque de rechutes de 55% par rapport à l'interféron bêta-1a. 
     Stüve a également noté que dans CARE-MS II, les critères d'évaluation primaire et  secondaire (aggravation du handicap) avaient été atteints, et qu’il y avait une amélioration de 42% de réduction des risques dans le groupe Alemtuzumab par rapport au groupe interféron bêta-1a.
     "L'alemtuzumab est très efficace; permettant aux patients d’être traités rapidement afin d’éviter l'accumulation de handicaps », a-t-il dit. "Il n'est pas nécessaire de traiter des patients à long terme, côtés effets sont généralement d'intensité légère à modérée, la maladie et organe spécifique, et un programme de pharmacovigilance pourraient être mis en place pour patients de l'écran », a déclaré Stüve. 
      Un participant au débat, d’un avis contraire, Mitchell Wallin, MD, MPH, a fait part de son désaccord en soulignant le fait qu'il y avait des «effets secondaires gastro-intestinaux graves» liés au traitement par Alemtuzumab, dont des douleurs abdominales …
     M.Wallin est directeur adjoint de la clinique de la SEP, au Centre Médical Mémorial des Anciens Combattants (VA), basée à Baltimore/Université de Maryland, et professeur agrégé de médecine à l'Université de Georgetown. 
     Les problèmes de sécurité qui pourraient potentiellement empêcher l'approbation de l'Alemtuzumab sont «des cytopénies auto-immunes, la néphropathie, des infections graves et malignes », a déclaré M.Wallin.  Il a noté qu’il y avait aussi des inquiétudes sur l'observance du traitement et des défis quand au maintien de l'injection à long terme.
   L'observance des traitements modificateurs de la maladie auto-administrés dans la sclérose en plaques a fait l'objet de plusieurs articles basés sur les résultats d’une étude : entre 12 à 87% des patients atteints de sclérose en plaques ne respectent pas l’observance pour leurs traitements modificateurs de la maladie. De plus, en raison du risque d'infections potentiellement mortelles, le diagnostic rapide des cytopénies auto-immune est impératif. . Il dit que la compagnie avait recommandé le suivi hémogramme chez les patients S'il est approuvé pour le traitement de la sclérose en plaques, la notice du médicament devrait faire figurer les risques concernés, a dit Wallin. 
 
Source: HCPLive 2006-2013 Intellisphere, LLC. Tous droits réservés. (06/01/14)
avatar
Domyleen

Messages : 7789
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Controverses sur l'Alemtuzumab (Lemtrada).

Message  Domyleen le Lun 2 Juin 2014 - 22:02

   La néphropathie est une affection des reins, au sens large du terme.
    La cytopénie est un déficit quantitatif d'un certain type de cellule du sang.

    La date/heure actuelle est Ven 20 Oct 2017 - 3:31