ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Un nouveau modèle pour classer mles différentes formes de SEP;

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7789
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Un nouveau modèle pour classer mles différentes formes de SEP;

Message  Domyleen le Mer 29 Avr 2015 - 23:17

    Sur MS-UK:



   Des chercheurs proposent un nouveau mode pour déterminer les différentes formes de SEP.

 

(22/04/15)

 
    La Sclérose En Plaques pourrait être davantage un continuum, que trois formes distinctes de la maladie, et un nouveau modèle tente de saisir cette nuance rapporte « MedPage Today ».
     Le modèle "topographique" pourrait fournir une nouvelle façon de considérer l’évolution de la maladie, affirme Stephen Krieger, MD, de « Mount Sinai » à New York. "Nous pensons que la SEP est plus qu’un continuum," a déclaré le Dr Krieger. "Nous ne devrions pas penser en termes à propos de ces catégories, mais plutôt percevoir qu’il s’agit d’un mélange de rechutes et de progression et (déterminer) comment spécifiquement tout cela se mélange " 
      Actuellement, la SEP est classée selon trois groupes: rémittente, secondaire progressive et primaire progressive. Mais le Dr Krieger, un protégé de Fred Lublin, MD, qui a créé ce modèle des trois catégories, dit que ce système ne rend pas fidèlement toute la gamme de la maladie. "Il y a une réelle incertitude diagnostique", a déclaré le Dr Krieger dans  MedPage Today."Il nous faut des années pour comprendre dans quelle catégorie se situe une personne.
    Beaucoup de patients diagnostiqués  « Progressive » restent comme ils sont pendant des années. Vous n'êtes pas jamais sûr de savoir à quelle catégorie doit être inscrit un patient, et, les catégories ne nous informent pas sur le « comment la maladie va évoluer. " 
    Pour son nouveau modèle, qui Dr Krieger propose de «mixer l'inflammation et la progression" , ce qui permettra une description de l'évolution clinique de la SEP de manière plus informative biologiquement. A cette fin, il a pris en compte cinq facteurs: la distribution topographique des lésions et les rechutes qu'elles causent, la fréquence des rechutes, la gravité de la rechute, la récupération, et le taux de progression
     Cela suggère pour l’essentiel, que les manifestations cliniques de la SEP seraient une conséquence de l'interaction entre les lésions inflammatoires - la partie récurrente de la maladie - et la perte généralisée de la capacité fonctionnelle, comme on le voit dans la partie progressive de la maladie. Pour illustrer le concept, le Dr Krieger est venu avec un  « peack and pool model » (scuzi : pas de traduction exacte, mais je pense qu’il s’agit d’une sorte de baignoire « ergonomique » pour bébé, avec un côté plus élevé (pour maintenir la tête hors de l’eau), et des « bosses » pour épouser l’anatomie de l’enfant, assurer son maintien et son confort). Il y a une partie peu profonde qui tombe dans une extrémité profonde, où la partie peu profonde représente la moelle épinière et le nerf optique, la section du milieu représente la fosse postérieure, et les hémisphères cérébraux constituent la partie profonde. Dans le même temps, des lésions cérébrales apparaissent sous forme  de pics (bosses) qui s’élèvent du fond de la baignoire. La surface de l'eau figure le seuil clinique, et quand les pics représentant  des lésions du système nerveux central font irruption, une rechute ou une poussée se produit. « La progression de la maladie est matérialisée par à une baisse du  niveau d'eau, correspondant essentiellement à une perte de neurones et la baisse du volume du cerveau, c’est quelque chose qui peut être mesuré à l'IRM », explique le Dr Krieger. « Le modèle implique également la progression qui pourrait prendre la forme de rechutes quand ces pics commencent à émerger au-dessus de l'eau ».La représentation  visuelle  de la maladie était le résultat d'une collaboration pro bono avec Harrison et Star, une société de communication sanitaire
   . Lorsqu'on lui a demandé ce que son mentor Lublin pensait du défi qu’il s’était lancé, le Dr Krieger a répondu  que ce dernier avait été "un soutien incroyable." "Il pense que c’est vraiment intéressant, et il veut me voir en faire un modèle appliqué pour la prédiction (de la maladie)," a déclaré le Dr Krieger. "Nous allons essayer de le rendre opérationnel au cours des deux prochaines années et  essayer de comprendre comment faire des mesures précises Nous allons chercher une base de données d'essais cliniques et appliquer cette méthode afin de comprendre des choses que nous ne pouvions pas expliquer autrement ». 
 
    Source: MedPage Aujourd'hui © 2015 MedPage LLC (22/04/15)

    La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 13:09