ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Hulot

Partagez
avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mer 20 Avr 2016 - 21:58

Une dernière chose, après j'arrête jusqu'au mois prochain je jure  Smile

Mars 2016 est le 11 ième mois consécutif où le record de température est battu depuis 1880. 
+1,22°C par rapport à la moyenne.
Avril 2015 c'était +0,77°C.
Avril 2016 pourrait bien être le 12 ième mois consécutif de record battu.



Is it always like this ?


cerise36

Messages : 10
Date d'inscription : 17/05/2015

Re: Hulot

Message  cerise36 le Jeu 21 Avr 2016 - 17:23

Une bonne nouvelle au sujet de la chaleur : en 2011, Paul2 parlait d'un dispositif pour supprimer le syndrome d'Uhtoff : un appareil dans lequel on place la main et qui amène en 3 minutes un important refroidissement du sang et de tous les organes.: le Core-control: malheureusement il était très encombrant à l'époque et très coûteux (4500 dollars). Or un modèle beaucoup plus petit,léger , facilement transportable, et d'un prix abordable(environ 700 dollars ) vient de sortir. Le succès est phénoménal , les sportifs se l'arrachent car cela leur permettrait de doubler leurs performances . Ils sont de ce fait en complète rupture de stock. Ce dispositif semble particulièrement intéressant pour nos amis Sepiens, et la Société Américaine de SEP vient de lui décerner un Award. Pour le moment il n'est pas encore possible de l'obtenir en Europe, mais cela ne saurait tarder. Je vous tiendrai au courant. en tout cas moi je l'acheter illico pour mon sepien chéri.

rupture de stock, et aux USA
avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Les poissons

Message  Fred1208 le Sam 30 Avr 2016 - 11:30

Le poisson mieux que la viande ?

Non.




Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mer 18 Mai 2016 - 15:14

Avril 2016 est le 12 ème mois consécutif où le record de température globale de la planète est battu, avec +1,1 °C par rapport à la moyenne du 20 ième siècle. 
Nous en sommes à une moyenne sur 4 mois de +1,14°C en 2016, en 2015 c'était + 0,9°C sur 12 mois.
La banquise de l'arctique n'a jamais été au plus bas à cette période de l'année.

Tout continue à ne pas aller au mieux.

Terres et océans avril  
Banquises
Tracé interactif banquises
Analyse


Dernière édition par Fred1208 le Lun 30 Mai 2016 - 15:56, édité 1 fois



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Jeu 19 Mai 2016 - 11:34




Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Ven 20 Mai 2016 - 11:56

En France en avril 2016, la température fut plus faible que la moyenne comme le montre cette image.
On voit qu'ailleurs ce n'est pas la même histoire, ce qui explique que le record mensuel global soit battu depuis le début des relevés, pour mémoire démarrant en 1880..




Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Lun 23 Mai 2016 - 9:13

Source : http://www.noaa.gov/warming-due-carbon-dioxide-jumped-half-25-years

18 mai 2016 


L'activité humaine a augmenté l'effet du réchauffement direct par le dioxyde de carbone dans l'atmosphère, de 50 pour cent au-dessus des niveaux pré-industriels, au cours des 25 dernières années, selon le 10 ième Indice de gaz à effet de serre annuel, fourni par la NOAA.

En 2015, la concentration globale moyenne de dioxyde de carbone (CO2) a atteint 399 parties par million (ppm), augmentant d'un montant record de près de 3 ppm. Dès la fin de l'âge de glace jusqu'au début de l'ère industrielle, le taux de dioxyde de carbone atmosphérique est resté remarquablement stable à 278 ppm.

«Nous montons le thermostat de la terre d'une manière qui induit plus de chaleur dans l'océan et dans l'atmosphère pendant des milliers d'années à venir», a déclaré Jim Butler, directeur de la Division de la surveillance mondiale de la NOAA.

Globalement, les émissions de tous les gaz à effet de serre qui retiennent la chaleur, ont amplifié l'impact sur le réchauffement de la planète de plus d'un tiers depuis 1990, déclarent les scientifiques du rapport mondial de la division de surveillance de la NOAA.

L'indice annuel des gaz à effet de serre est une mesure de la variation annuelle de l'influence du réchauffement par les gaz à effet de serre. Il a été développé par la NOAA pour aider les décideurs, les enseignants et le public à plus clairement saisir la rapidité avec laquelle ce réchauffement croît.

«Le climat est lié à des systèmes complexes et notre capacité à prévoir les futurs impacts climatiques proviennent de modèles complexes», a déclaré Butler. "Ceci n'est pas un modèle. Ce sont des mesures précises et exactes, et elles nous disent comment les humains sont en train de changer l'équilibre de la chaleur dans le système de la Terre ".

Plus de points importants dans le rapport :

L'impact sur le réchauffement des gaz autres que le CO2 est équivalent à un 85 ppm supplémentaires de dioxyde de carbone. En d'autres termes, l'atmosphère se réchauffe comme si elle contenait 21 % de dioxyde de carbone de plus qu'elle en contient aujourd'hui.

A partir de 2014 à 2015, les niveaux du gaz à effet de serre puissant, le méthane, a augmenté beaucoup plus rapidement que de 2007 à 2013. De même, les niveaux de dioxyde d'azote, un autre gaz à effet de serre, ont augmenté à un rythme plus rapide récemment.

Les chlorofluorocarbones, les réfrigérants appauvrissant la couche d'ozone interdits par le protocole de Montréal, sont en baisse. Cependant, les niveaux atmosphériques des deux produits chimiques de remplacement sont à la hausse.


Dernière édition par Fred1208 le Lun 23 Mai 2016 - 10:08, édité 1 fois



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Lun 23 Mai 2016 - 9:30

Et là, vous vous dites certainement, "ah ça se réchauffe, mais au moins on a résolu le problème des CFC qui détruisaient l'ozone".

Oui, c'est vrai pour l'ozone, on a remplacé les CFC par les HFC, les hydrofluorocarbures.

Effectivement, inoffensifs pour l'ozone. Leur taux monte dans l'atmosphère, comme le souligne l'article précédent...

Mais malheureusement, et ce n'est pas une blague, ils sont de 14 000 fois à 23 000 fois plus puissants que le CO2 comme gaz à effet de serre..

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hydrofluorocarbure

Oui, c'est assez déprimant..



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Lun 23 Mai 2016 - 9:48

L'index annuel des gaz à effet de serre donné par la NOAA est pour 2015 de 1,37.

Ce qui signifie entre autres que leur influence sur le réchauffement a augmenté de 37% depuis 1990.
Cela a pris 240 ans pour que cet index passe de 0 à 1, et 24 ans pour augmenter de 37%.

En terme d'équivalent CO2, l'atmosphère 2015 contient 485 ppm, 399 ppm pour le seul CO2, le reste provenant d'autres gaz.
Le CO2 reste le plus grand contributeur, que ce soit en quantité ou en terme de vitesse d'augmentation.

L'IPCC (groupe de travail inter-gouvernemental sur le changement climatique), suggère qu'un taux du seul CO2 de 550 ppm entraînerait une hausse de la température globale de la terre d'environ 3 °C.

Source : 
http://esrl.noaa.gov/gmd/aggi/


Dernière édition par Fred1208 le Lun 23 Mai 2016 - 10:04, édité 1 fois



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Lun 23 Mai 2016 - 9:51

Rapport complet sur cet index :

http://esrl.noaa.gov/gmd/aggi/aggi.html



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Lun 23 Mai 2016 - 12:38

Bon c'est décidé, je me lance dans le commerce de tongs et de parasols, c'est un métier d'avenir.

"27 avril 2016

Le changement climatique augmentant les températures et modifiant le régime des précipitations à travers l'Amérique du Sud, les scientifiques craignent que la forêt amazonienne passe d'un état d'absorption de carbone à une source de carbone.

Une nouvelle recherche publiée aujourd'hui dans la revue Global Change Biology met en évidence cette question inquiétante.

John Miller, scientifique NOAA du Earth System Research Laboratory (ESRL), en collaboration avec une équipe internationale, a mené une étude en analysant des échantillons d'air prélevés par des avions, sur quatre sites dans le bassin amazonien en 2010-2012. L'étude a révélé des preuves solides indiquant que la sécheresse 2010 a beaucoup réduit l'absorption du carbone par l'Amazonie durant ces deux années.

La forêt amazonienne est un entrepôt pour le dioxyde de carbone. Avec les changements climatiques, les écosystèmes tropicaux du bassin amazonien peuvent faire face à des sécheresses qui provoquent la libération de plus de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, plus que ce que les forêts peuvent absorber. 

Environ 10 milliards de tonnes de carbone sont émis chaque année par l'activité industrielle, avec environ la moitié captée par les océans et les écosystèmes forestiers comme l'Amazonie, selon les données recueillies par la division de la surveillance mondiale du ESRL.

Ce que les scientifiques ne savent pas, c'est comment un changement climatique aura une incidence sur l'Amazonie. La nouvelle étude prend source sur des travaux antérieurs menés par Miller et son principal auteur Caroline Alden, actuellement à l'Université du Colorado. Leur recherche, commencée quand ils étaient tous les deux à l'Institut coopératif pour la recherche en sciences de l'environnement, a examiné les niveaux de CO2 dans l'atmosphère à travers le bassin de l'Amazonie. Des études de petites parcelles forestières de l'Amazonie ont montré une réponse similaire à la chaleur et à la sécheresse.

Si le changement climatique cause l'arrêt de l'absorption du carbone par les forêts tropicales qui inversement dégagent de grandes quantités de CO2 par désintégration ou combustion, cela accélérerait le changement climatique mondial.

«Nous avons besoin de savoir si le changement climatique va diminuer ou d'éliminer l'absorption du carbone par la forêt tropicale", a déclaré Miller. "Comprendre comment les extrêmes climatiques actuels affectent la forêt tropicale nous aidera à prévoir plus précisément les changements climatiques futurs."

Source :
http://esrl.noaa.gov/news/2016/042716.html



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mer 25 Mai 2016 - 16:04

25 ans de diminution de la banquise de l'Arctique en 1 minute..




Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mer 25 Mai 2016 - 16:23

Moins de banquise, moins de surface réfléchissante, donc moins d'albedo, donc plus de chaleur absorbée, donc élévation de température, donc moins de banquise et vous pouvez revenir au point de départ, le phénomène s'auto-entretient.

Si une voix écologiste de qualité apparaît, je voterai pour elle en 2017.

Je suis de plus en plus convaincu que ce qui s'annonce sera, et de loin, le problème le plus important à traiter, et conditionnera notre futur.
Je ne sais pas si cela suffira pour changer les choses, mais une chose est sûre, ne rien faire nous mènera dans le mur.

J'ajoute que ceci n'est nullement incitatif, c'est un choix personnel, qui n'engage rien ni personne d'autre que moi Smile .



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Jeu 16 Juin 2016 - 16:17

Record mensuel encore battu de température pour le 13 ième mois consécutif.
Cependant en mai 2016 on n'est qu'à +0,87 °C en global, alors qu'on était à plus de 1 °C les 5 mois précédents.
Il reste néanmoins le plus chaud de tous les mois de mai depuis 1880.
Moyenne sur 5 mois 2016 : +1,08 °C par rapport à la moyenne du 20 ième siècle.
Par ailleurs, depuis début avril le niveau de glace de l'arctique n'a jamais été aussi bas.

Terres et océans mai
Graphiques interactifs banquise
Analyse mai 2016
Taux de CO2



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mar 19 Juil 2016 - 16:11

Juin 2016 avec + 0,9 °C par rapport à la moyenne du 20 ième siècle, a à nouveau battu le record de température global mensuel de la planète depuis 1 880.
C'est le 14 ième mois consécutif où ce record est battu, du jamais vu.
Aux US, depuis le début de l'année, les catastrophes climatiques ont déjà coûte 8 milliards de dollars, à comparer aux 2,8 milliards de moyenne annuelle et 30 morts... 
il est à noter qu' El Niño n'est plus opérant depuis plusieurs mois..

Juin terres et océans
Analyse
Graphiques interactifs banquises
Taux CO2
Coût catastrophes climatiques US



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mar 26 Juil 2016 - 7:56

Il faudra rajouter au coût des désastres climatiques aux US le coût du "Sand fire" qui ravage actuellement la Californie à coté de Los Angeles, région sous canicule (plus de 43°C par endroits).
Une région de plus en plus sujette à la sécheresse, donc de plus en plus sujette aux feux de forêts. 

La moitié des feux de forêts de Californie les plus importants se sont déroulés les 10 dernières années, l'autre moitié s'est produite durant les 71 années précédentes.

Evidemment, ces feux émettent du CO2 supplémentaire...

http://www.climatesignals.org/headlines/events/sand-fire-2016

9 000 hectares détruits, 10% du feu sous contrôle..


Dernière édition par Fred1208 le Mar 26 Juil 2016 - 9:45, édité 1 fois



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mar 26 Juil 2016 - 9:37

Source : 

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1439_feux_forets_USA_quantites_CO2.php

Incendies californiens

Les incendies recensés fin octobre au sud de la Californie se sont déclarés après la publication du rapport mais cela n’a pas empêché Mme Wiedinmyer d’utiliser son nouveau modèle informatique pour analyser les émissions de carbone provoquées lors de ceux-ci. D’après ses premières estimations, il semblerait que ces feux aient entraîné l’émission de 7,9 millions de tonnes de dioxyde de carbone sur la seule semaine du 19 au 26 octobre, soit environ 25 % des émissions mensuelles de CO2 de toute la Californie liées à la combustion de carburants fossiles.


« Les incendies de cette ampleur peuvent rejeter d’impressionnantes quantités de dioxyde de carbone dans l’atmosphère en un temps record », insiste Wiedinmyer. « Cela ne nous aide malheureusement ni à comprendre notre bilan de carbone, ni à lutter efficacement contre le réchauffement global. »

Les incendies de forêt sont liés au réchauffement climatique : 
 
http://www.consoglobe.com/incendies-causes-effets-rechauffement-3282-cg

Il s'agit aussi ici d'une boucle de rétraction positive :

http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/dico/d/climatologie-retroaction-13071/

En l’occurrence, plus il y a réchauffement, plus il y a de feux de forêts, donc plus l'émission de CO2 est renforcée, donc plus il y a de réchauffement, retour au point de départ, les phénomènes s'auto-entretiennent..



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mar 26 Juil 2016 - 19:06

Ce mardi 26 juillet au matin, la surface du Sand Fire en Californie était de 15 164 hectares, dont 25% sous contrôle.



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mer 27 Juil 2016 - 16:55

Aîe..

Du 26/07/16

Les effets du réchauffement climatique se font déjà sentir. C'est notamment le cas en Sibérie, où des bulles de gaz se forment sous la surface du sol rendant la terre complètement élastique ! Lors d'une expédition scientifique menée sur l'île Bely (péninsule du Yamal, en Sibérie, Russie), des chercheurs ont fait une découverte particulièrement étrange. En effet, le sol sous leurs pieds se déforme complètement et toute la prairie autour d'eux semble touchée par ce phénomène. Alexander Sokolov, de l'Institut d'écologie des plantes et des animaux, qui travaille dans la région depuis plus de 20 ans, explique n'avoir jamais vu ça ! En réalité, ces bulles de méthane qui remontent à la surface proviennent du dégel exceptionnel du pergélisol sous l'effet du réchauffement climatique. Il s'agit pour la communauté scientifique d'une véritable bombe à retardement ! En effet, la fonte inhabituelle de cette couche terrestre, normalement gelée en permanence, pourrait libérer dans l'atmosphère des émissions de méthane en très grande quantité, ce qui pourrait accentuer l'effet de serre avec un effet beaucoup plus nocif que le gaz carbonique...

En savoir plus : http://www.ohmymag.com/planete-terre/rechauffement-climatique-le-phenomene-qui-inquiete-reellement-les-scientifiques_art98478.html
Copyright © Ohmymag




Dernière édition par Fred1208 le Sam 24 Déc 2016 - 15:20, édité 2 fois



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Jeu 28 Juil 2016 - 19:17

J'avais déjà mis le lien d'en dessous  il y a quelques temps.
Cette fois j'ai traduit.. Voir document original pour les images

Comparatif intéressant entre le phénomène appelé PETM (Paléocène-Éocène Thermal Maximum) et le réchauffement actuel : 

"Un réchauffement climatique, naturellement.

Le précédent réchauffement global s'est produit il y a 56 millions d'années, lorsque la Pangée s'est divisée en continents séparés. On soupçonne que d'énormes quantités de carbone ont été libérées dans l'atmosphère et les océans sous forme de dioxyde de carbone et de méthane. Le globe s'est réchauffé de 5 à 9 °C. La plupart des écosystèmes ont pu s'adapter.
Les mammifères tropicaux ont migré vers l'Amérique du Nord et en Europe, et la vie marine s'est déplacée vers les pôle pour se refroidir. Mais le taux de réchauffement au cours du PETM est faible en comparaison de ce que nous sommes en train de vivre. Aujourd'hui, la température mondiale pourrait monter trop vite pour que les écosystèmes s'adaptent.

Figure 1. Des éruptions volcaniques violentes au cours de la fin de l'époque Paléocène ont contribué à la hausse initiale des GES qui ont causé le PETM. Image de Mount St. Helens en éruption en 1980 - Wikipedia.

La Terre a subi de nombreux épisodes de réchauffement climatique naturel et de refroidissement de diverses causes. Le mécanisme le plus commun de la Terre pour le changement climatique sont les cycles de Milankovitch, variations de l'orbite de la Terre qui changent la distance du Soleil, qui entraînent des glaciations et des réchauffements ultérieurs. D'autres changements dans le climat passé de la Terre ont été causés par les mêmes processus qui causent le réchauffement d'aujourd'hui. 
Le maximum thermique du passage Paléocène-Éocène (PETM), qui a eu lieu il y a environ 56 millions d'années, est l'événement le plus récent que nous pouvons comparer au réchauffement d'aujourd'hui. Les températures mondiales ont augmenté d'au moins 5 °C, et le phénomène PETM a duré 200.000 ans avant que le système de la terre soit en mesure d'éliminer le surplus de CO2 de l'atmosphère. L'incidence sur le climat de la terre fut si grave qu'une nouvelle ère géologique est née, l’Éocène. Les écosystèmes de la terre ont été en mesure d'adapter le PETM parce que le réchauffement fut progressif; cependant, le réchauffement en ce moment est environ 10 fois plus rapide, et mère nature pourrait ne pas être en mesure de suivre cette fois l'évolution du climat.

Réchauffement de la planète il y a 56 millions d'années

Après des années de recherche, le PETM est maintenant considéré avoir été causé par les émissions de gaz à effet de serre, de la même façon dont la terre se réchauffe aujourd'hui. Il y a 56 millions d'années, à la fin de l'époque du Paléocène, le supercontinent, la Pangée, était dans les dernières étapes pour se briser en continents tels que nous les connaissons aujourd'hui. Alors que les masses terrestres se séparaient, les volcans entrèrent en éruption et la roche en fusion vint émerger à la surface de la terre, cuisant littéralement des sédiments riches en carbone et en libérant du gaz à effet de serre dans l'air. Pendant ce temps, la température atmosphérique a probablement augmenté de deux degrés.

L'augmentation initiale de la température a déclenché des événements qui ont conduit à une augmentation des émissions de gaz à effet de serre et un plus grand réchauffement. Les scientifiques du climat s'accordent généralement sur le fait que ce qui a eu le plus d'impact sur l'augmentation de la température atmosphérique était la fonte des hydrates de méthane dans les fonds marins de l'océan. L'atmosphère étant plus chaude à la surface de l'océan, les courants auraient canalisé l'eau chaude au fond de l'océan, où il a fait fondre les hydrates de méthane congelés (également appelés clathrates de méthane), libérant le puissant gaz à effet de serre dans l'océan et finalement dans l'atmosphère, un processus appelé dégazage. Les hydrates auraient également été dégazés par l'intermédiaire d'autres mécanismes tels que soulèvements tectoniques, l'activité volcanique, ou des changements de température de l'océan profond liés à la fermeture de certaines passerelles en raison du déplacement des plaques continentales. Peu importe la façon dont le processus a commencé, le méthane (CH4) est un gaz à effet de serre qui est 20 à 25 fois plus puissant (ndlr : 28 fois selon les dernières estimations du GIEC) comme gaz à effet de serre que le dioxyde de carbone, mais il se dégrade en dioxyde de carbone après une dizaine d'années dans l'atmosphère. Cependant, un afflux régulier du gaz aurait été suffisant pour réchauffer la planète de quelques degrés supplémentaires.

Figure 2. Taux de variation de température aujourd'hui (rouge) et pour le PETM (bleu). La température a augmenté régulièrement dans le PETM en raison de la lente libération de gaz à effet de serre (environ 2 milliards de tonnes par an). Aujourd'hui, la combustion des combustibles fossiles est de 30 milliards de tonnes de carbone dans l'atmosphère chaque année, la température grimpe à un rythme incroyable.

La plupart des autres rétroactions climatiques que nous observons aujourd'hui ont probablement déjà eu lieu au cours du réchauffement PETM. Une grave sécheresse aurait conduit à une augmentation des feux de forêt, en injectant encore plus de carbone dans l'atmosphère. Certaines recherches montrent que le pergélisol de l'Antarctique suite au dégel des glaciers aurait également favorisé l'émission de dioxyde de carbone et de méthane. Une autre source intéressante de carbone dont certains scientifiques ont émis l'hypothèse est la combustion de la tourbe et des veines de charbon. La tourbe est une végétation pourrie et a une très haute teneur en carbone. La tourbe, qui se trouve dans le sol sous la surface, peut être allumée par quelque chose comme un feu de forêt et continuer à se consumer durant des siècles. Des veines de charbon peuvent être allumées de manière similaire, et brûlent pendant des décennies ou des siècles, libérant d'énormes quantités de carbone dans l'atmosphère.


Comparaison réchauffement PETM et réchauffement actuel

Pendant le PETM, environ 5 milliards de tonnes de CO2 ont été rejetées dans l'atmosphère par an. La Terre s'est réchauffée d'environ 6 °C  sur plus de 20.000 ans, bien que certaines estimations donnent ce réchauffement à plus de 9° C. en utilisant la valeur minimale de cette fourchette estimée, le monde s'est réchauffé environ de 0,025 °C tous les 100 ans. Aujourd'hui, le monde se réchauffe au moins dix fois plus vite, avec 1 à 4 °C tous les 100 ans. En 2010, notre combustion de combustibles fossiles a libéré 35 milliards de tonnes de CO2 dans l'atmosphère. Par comparaison, les volcans libèrent 0,2 milliards de tonnes de CO2 par an. Puisque le carbone pénètre rapidement dans l'atmosphère, cela se traduit par la façon dont la température augmente rapidement, et les conséquences environnementales et sociales du réchauffement à une vitesse casse-cou pourrait être dévastatrices.

Tableau :

 1 PETM
2 réchauffement actuel

Causes

1 La dérive des continents, des volcans, fusion des hydrates de méthane, incendies, fonte du pergélisol 
2 Combustion anthropique des combustibles fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel, etc.)
Emissions de CO2

Emissions

1 Environ 5 milliards de tonnes par an 
2 Au moins 30 milliards de tonnes par an

Taux de réchauffement

1 0,025 °C pour 100 ans
2 1 à 4 ° C pour 100 ans

Impact environnemental

1 Circulation océanique inversée, océans acidifiés, pergélisol fondu, des tourbières et des forêts brûlées dans des incendies 
2 Impacts observés : déclin significatif de la banquise, 'extrême sécheresse, accroissement des feux de forêt, augmentation de la fonte des glaciers, des inondations plus catastrophiques, l'acidification des océans, l'élévation du niveau de la mer, l'érosion des berges 
Iimpacts potentiels : dégradation de l'air et de la qualité de l'eau, la fonte du pergélisol, les changements globaux de circulation océanique, les tempêtes hivernales plus violentes et printemps avec tornades, ouragans plus intenses

Ecosystème et impact humain

1 La migration des mammifères terrestres, l'extinction de certaines espèces, blanchissement corallien 
2 Impacts observés : la famine et la malnutrition due à la sécheresse, le blanchiment des coraux, la mise en danger des espèces (par exemple les ours polaires, les tortues marines, les baleines de l'Atlantique Nord, les pandas géants, les orangs-outans, les éléphants) Impacts potentiels : augmentation de la mortalité liée aux phénomènes météorologiques extrêmes et malnutrition, augmentation des vecteurs de maladies, diminution du rendement agricole, la migration massive de la faune et extinction, effondrement social total.

Figure 3. Sur la grande barrière de corail au large de la côte de l'Australie, corail blanchi au premier plan, corail sain en arrière plan. Source : Wikipedia
 
Circulation océanique

Les impacts environnementaux du PETM étaient semblables aux impacts qu'on craint aujourd'hui. Il existe certaines preuves que pendant le PETM, la circulation océanique fut inversée, ce qui aurait induit plus de réchauffement. La circulation océanique est en grande partie liée à la température et la salinité (concentration en sel), et le réchauffement de l'eau de mer à des latitudes élevées aurait agi au moins en ralentissant, sinon en inversant totalement, la «ceinture mondiale de transport."


Montée du niveau de la mer

Étant donné que le PETM a eu lieu dans un climat déjà chaud (une autre chose qui définit le PETM en dehors du réchauffement moderne), il y avait très peu de banquise et de couverture glaciaire à faire fondre, donc le niveau de la mer n'a pas changé de façon spectaculaire. Cependant, il y a beaucoup de glace pouvant fondre sur notre planète moderne, et nous nous attendons à une hausse du niveau de la mer allant de 0,2 à 0,6 mètres d'ici l'an 2100. Nous avons déjà constaté une élévation du niveau de la mer à un rythme qui appuierait l'extrémité supérieure de cette fourchette (0,6 mètres).

Permafrost et hydrates de méthane

Les scientifiques s'accordent pour dire qu' un contributeur majeur au réchauffement PETM était la fonte des hydrates de méthane sur le fond marin et le pergélisol sous les hautes latitudes. Ces deux immenses réservoirs de carbone constituent un paramètre primordial pour le climat et pour le pergélisol, une fois que les hydrates et le pergélisol commencent à fondre, le processus sera irréversible. Les réservoirs d''hydrate de méthane stocké dans les sédiments marins (500 à 10.000 milliards de tonnes de carbone) et dans le pergélisol (7,5 à 400 milliards de tonnes) sont constamment surveillés. La fonte des hydrates de méthane et pergélisol ont augmenté le réchauffement PETM, et pourrait faire aussi pencher la balance du réchauffement moderne. Déjà, nous voyons que le pergélisol se dégrade, et les scientifiques soupçonnent que les hydrates de méthane sont en train de fondre à proximité du plateau continental arctique.

L'acidification des océans

L'impact le plus perturbateur pendant le PETM était probablement l'acidification exceptionnelle de l'océan. L'océan absorbe naturellement le dioxyde de carbone de l'atmosphère, ainsi que celui du fond de la mer (sous forme de carbonate de calcium). Lorsque l'excès de carbone entre l'atmosphère, les océans essaient d'équilibrer le système en en absorbant davantage. De nombreuses études ont montré que ce fut le cas au cours du PETM. L'effet en est une diminution du pH de l'eau, ou «acidification». Malheureusement, cela a un impact négatif ravageur sur la calcification de créatures comme les foraminifères, les mollusques et les coraux. Le blanchiment des coraux est causée par un certain nombre de changements environnementaux, y compris l'acidification des océans et l'augmentation de la température de l'eau.

Impacts écosystémiques


Figure 4. Les manchots empereurs sont particulièrement sensibles à un réchauffement climatique. Source: Wikipedia.

Les écosystèmes étaient remarquablement bien adaptés au réchauffement PETM, probablement parce qu'il était assez progressif de façon à ce que la vie s'ajuste au nouvel environnement. La seule extinction des espèces que les scientifiques ont découvert étaient certains foraminifères qui vivaient sur le fond marin. On suppose que ces foraminifères ne pouvaient pas s'adapter à la nouvelle chaleur de ces grandes profondeurs (eaux de profondeur plus chaudes de 4 à 5° C). Comme l'excès de carbone s'est dissous dans l'océan, l'eau acidifiée a probablement entraîné le blanchissement des coraux. La vie marine a alors opté pour une migration vers les pôles, vers l'eau plus froide. Sur terre, les mammifères ont non seulement migré pour trouver des environnements plus durables, mais ils ont également diminué en taille, probablement parce qu'il est plus facile pour les petits animaux de dissiper la chaleur. Les ongulés et les tortues étaient confinés dans les tropiques avant le PETM, mais pendant le réchauffement ces animaux  fait le trajet vers le nord en Amérique du Nord et en Europe. Le PETM n'a pas causé des extinctions de masse de plantes et d'animaux sur la terre, mais un renouvellement important dans la vie des mammifères a eu lieu à ce moment-là. Beaucoup de grands ordres de mammifères d'aujourd'hui ont émergé dans le sillage de la PETM.

Les écosystèmes modernes ont d'ores et déjà du mal à s'adapter à leurs nouveaux environnements plus chauds. Les pingouins, les ours polaires, les baleines, les phoques, les saumons et les orangs-outans ne sont que quelques-uns des mammifères étant touchés par le changement climatique anthropique. Les Foraminifères ont déjà diminué de façon marquée dans certaines régions. Le corail subit un blanchiment à un rythme très rapide. Alors qu'il était possible pour les mammifères terrestres de migrer vers des régions plus froides dans le PETM, l'infrastructure d'origine humaine (routes, chemins de fer, villes, etc.) les empêchera de le faire cette fois-ci. Compte tenu de la vitesse du réchauffement que le globe connaît, il est probable que de nombreux écosystèmes seront totalement incapables de s'adapter.


Conclusion

Il y a beaucoup d'incertitudes entourant le PETM-cette période géologique extrêmement chaude a été notoirement difficile à recréer, mais des récents progrès dans la compréhension du réchauffement ont été faits. Les incertitudes ne doivent pas être interprétées comme des incompréhensions. Au lieu de cela, cet épisode devrait être analysé comme un testament témoignant de la sensibilité du système climatique, et comment les humains sont influents sur la balance délicate énergétique mondiale. Il est clair que la terre a déversé la quasi-totalité de son carbone stocké dans l'atmosphère, et maintenant nous faisons la même chose en tirant les combustibles fossiles de la terre et en les brûlant. Tout comme il s'est produit durant le grand réchauffement précédent de la planète, nous sommes susceptibles de nous catapulter dans une nouvelle ère géologique: l'anthropocène."

Source :

https://www.wunderground.com/climate/PETM.asp?MR=1



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mer 3 Aoû 2016 - 10:00

Il semble que les scientifiques aient compris pourquoi ces dernières années il y avait extension de la banquise Antarctique.

Cela pourrait changer :

https://global-climat.com/2016/07/09/lextension-de-la-glace-de-mer-de-lantarctique-liee-aux-oscillations-du-pacifique/



Is it always like this ?

avatar
Domyleen

Messages : 7808
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Hulot

Message  Domyleen le Mer 3 Aoû 2016 - 14:43

    OK, .... J'avais lu un article similaire ... 
    En fait, si je comprends bien, les scientifiques disent que les phases réchauffement climatique/refroidissement seraient un processus naturel. (Ce que disent également les contradicteurs ...). Ils n'insistent pas beaucoup sur le phénomène d'aggravation du réchauffement climatique dû à l'activité humaine ... 
    Me trompe-je?
avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mer 3 Aoû 2016 - 16:01

Oui tu te trompes Smile .

Les scientifiques essaient de définir un modèle le plus précis possible.

Ils constatent le réchauffement global, savent qu'il est d'origine anthropique, et essaient de mieux comprendre pourquoi il y a des éléments qui collent moins au modèle, comme le fait de savoir pourquoi l'Antarctique ne se comporte pas comme l'Arctique.
On ne parle dans l'article précédent que de l'Antarctique dont la banquise a progressé ces dernières années.

Leurs recherches ne valident absolument pas les mensonges et approximations des sceptiques étayées par du vent. 

Les "contradicteurs" essaient d'en déduire qu'il n'y a pas réchauffement global, ce qui est évidemment complètement faux, puisque tous les autres paramètres ne font que démontrer le contraire.

Le climat reste complexe, et les paramètres multiples.

Les certitudes sont les suivantes :

La température du globe est de plus en plus élevée décennie après décennie.
Le taux de CO2 est passé de 280 ppm avant l'ère industrielle à plus de 400 ppm aujourd'hui.
On sait depuis des lustres que le CO2 est un gaz à effet de serre.

On sait aussi que d'autres paramètres peuvent influencer le climat, ce qui a déjà modifié le climat dans le passé.

Une plus grande activité solaire par exemple.
Exclu aujourd'hui, car cette activité solaire est en ce moment en déclin, donc la hausse de température actuelle ne peut être de son fait, de plus cette dernière est beaucoup trop rapide et sans précédent dans l'histoire.

De même il existe des variations de l'orbite de la terre appelées cycles de Milankovitch qui expliquent les différences de climat du passé comme les grandes glaciations, mais là encore on parle de cycles de plusieurs dizaines de milliers d'années.

Il existe des cycles courts pouvant influer sur le climat.
El Niño en positif, La Niña en négatif, ou des oscillations propres au Pacifique qui expliqueraient pourquoi l'Antarctique est pour le moment épargné par le réchauffement. 
Les scientifiques mettent en place des modèles pour déterminer le pourcentage purement anthropique du réchauffement. 
Même si des éléments l'influencent en plus ou en moins, il reste globalement lié aux activités humaines, qui ont fait monter le taux de CO2.

On sait que le taux de CO2 entraîne des températures plus élevées, qui elles mêmes entraînent l'émission d'autres gaz à effet de serre comme le méthane. On sait également que l'océan, qui absorbe énormément de CO2 s'acidifie, et que de nombreuses espèces disparaissent, les coraux également. 
On sait que chaque hausse de 1 °C entraîne une hausse de 7% de vapeur d'eau en plus, qui augmente encore l'effet de serre.

On sait aussi que ces phénomènes se sont déjà produits avec les mêmes conséquences mais de façon beaucoup plus lentes lors du PETM. Aujourd'hui compte tenu de la rapidité du réchauffement, énormément d'espèces n'y survivront pas. Ces espèces disparaissent aujourd'hui plus vite que lors de l'extinction des dinosaures.

Face à toutes ces évidences, sans compter d'autres observations comme la montée des eaux, reste une poignée de climato-sceptiques qu'on entend d'ailleurs de moins en moins, qui racontent tout et n'importe quoi sur le sujet sans aucune donnée scientifique, la plupart payés par des industriels qui n'ont aucun intérêt à ce que les choses changent enfin. 

Mon avis personnel est que nous sommes assez mal barrés.

Mais nous sommes un peu comme le gars qui tombe d'un immeuble et qui passant au niveau du 5 ième étage se dit : "jusqu'ici tout va bien"...


Dernière édition par Fred1208 le Jeu 4 Aoû 2016 - 11:21, édité 2 fois



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Jeu 4 Aoû 2016 - 7:20

Le mois de juillet 2016 semble bien battre un nouveau record de température globale mensuel, ce serait le 16 ième consécutif.

Je relaie d'habitude les informations du NOAA, dont les informations basées sur des stations au sol, ne seront connues que mi-août.

Plus les mois passent, plus il est probable que 2016 batte encore une fois le record de température global depuis 1880, après 2015 et 2014.

https://global-climat.com/2016/08/03/la-temperature-mondiale-grimpe-legerement-en-juillet-nouveau-record/



Is it always like this ?

avatar
Fred1208

Messages : 2688
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 56
Localisation : Orbite géostationnaire

Re: Hulot

Message  Fred1208 le Jeu 4 Aoû 2016 - 11:15

10 indicateurs d'un monde qui se réchauffe 

source  : https://www.ncdc.noaa.gov/climate-information/climate-change-and-variability

En hausse :

La température de l'air proche de la surface (troposphère)
La vapeur d'eau
La température au dessus des océans
La température de surface des mers
Le niveau des mers
La température des océans
La température terrestre

En baisse :

Les glaciers et couches de glace
La couverture neigeuse
La banquise

"Le climat se définit comme des variations et des moyennes à long terme concernant les températures mesurées sur des périodes de plusieurs décennies. Le système du climat terrestre inclut les terres, l'atmosphère, les océans et la glace. Beaucoup d'aspects du climat global changent rapidement, et la première raison de ce changement est d'origine humaine. Les évidences du changement du système climatique abondent, du sommet de l'atmosphère aux fonds des océans"



Is it always like this ?


Contenu sponsorisé

Re: Hulot

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 16 Déc 2017 - 1:19