ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Hulot

Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Sam 20 Avr 2019 - 7:04




Is it always like this ?

Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Sam 20 Avr 2019 - 7:10




Is it always like this ?

Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Sam 20 Avr 2019 - 7:46

Hulot  - Page 14 Climat10

"Les politiciens qui n'agissent pas de façon adéquate sur la catastrophe climatique qui s'annonce commettent un crime contre l'humanité et devraient être poursuivis devant la cour pénale internationale à La Hague, Pays-bas"



Is it always like this ?

Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Lun 22 Avr 2019 - 11:26

Crying or Very sad




Is it always like this ?

Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Mer 8 Mai 2019 - 10:52

Il le chantait il y a 10 ans ....

C'est toujours d'actualité et de + en + ....




"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Mer 8 Mai 2019 - 11:01

http://www.fao.org/news/story/fr/item/1181464/icode/

"
La biodiversité, si cruciale pour notre alimentation et notre agriculture, disparaît de jour en jour


La FAO publie le tout premier rapport mondial sur l'état de la biodiversité qui sous-tend nos systèmes alimentaires


Hulot  - Page 14 082073552f
De nombreuses espèces associées à la biodiversité, telles que les abeilles, sont gravement menacées.


22 février 2019, Rome - Le premier rapport du genre sur l’état de la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture présente des preuves de plus en plus tangibles et inquiétantes que la biodiversité qui sous-tend nos systèmes alimentaires est en train de disparaître, menaçant gravement l'avenir de notre alimentation, de nos moyens de subsistance, de notre santé et de notre environnement.

Une fois perdue, prévient le 
rapport de la FAOdiffusé aujourd'hui, la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture -- c'est-à-dire toutes les espèces qui sous-tendent nos systèmes alimentaires et soutiennent les personnes qui cultivent et/ou produisent notre nourriture -- ne peut plus être récupérée.

La biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture comprend toutes les plantes et tous les animaux –sauvages et d’élevage – qui fournissent de la nourriture aux humains, des aliments pour les animaux, des combustibles et des fibres. C'est aussi la myriade d'organismes qui soutiennent la production alimentaire par le biais de services écosystémiques et qu’on appelle la «biodiversité associée». Cela inclut toutes les plantes, animaux et micro-organismes (tels qu'insectes, chauves-souris, oiseaux, mangroves, coraux, herbiers, vers de terre, champignons et bactéries du sol) qui maintiennent la fertilité des sols, pollinisent les plantes, purifient l'eau et l'air, gardent les poissons et les arbres en bonne santé, et combattent les parasites et les maladies des plantes et du bétail.


Le 
rapport, élaboré par la FAO sous la direction de la Commission des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture, examine tous ces éléments. Il s’appuie sur les informations fournies spécifiquement pour son élaboration par 91 pays et sur l'analyse des dernières données mondiales.
«La perte de la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture compromet sérieusement notre capacité à alimenter et à nourrir une population mondiale en croissance constante. Cela réduit notre efficacité face aux défis croissants du changement climatique et limite notre capacité à cultiver sans nuire à l’environnement», a déclaré notamment M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

«Moins de biodiversité signifie que les plantes et les animaux sont plus vulnérables aux parasites et aux maladies. En plus de notre dépendance à l’égard d’un nombre décroissant d'espèces pour nous nourrir, la perte croissante de la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture met en péril notre sécurité alimentaire déjà fragile», a encore dit M. Graziano da Silva.


La base de nos systèmes alimentaires gravement menacée

Le rapport souligne la réduction de la diversité végétale dans les champs des agriculteurs, l’augmentation du nombre de races d’élevage menacées de disparition et la hausse de la proportion de stocks de poissons surexploités.


Sur quelque 6 000 espèces de plantes cultivées à des fins alimentaires, moins de 200 contribuent de manière substantielle à la production alimentaire mondiale et neuf d'entre elles seulement représentent 66% de la production agricole totale.


La production animale mondiale repose sur environ 40 espèces animales, dont une poignée seulement fournit la grande majorité de la viande, du lait et des œufs. Sur les 7 745 races de bétail locales répertoriées par pays dans le monde, 26% sont menacées d'extinction.

Près du tiers des stocks de poisson sont surexploités et plus de la moitié ont atteint leur limite de résistance.

Les informations provenant des 91 pays qui ont contribué au rapport révèlent que les espèces alimentaires sauvages et de nombreuses espèces contribuant aux services écosystémiques essentiels à l'alimentation et à l'agriculture, notamment les pollinisateurs, les organismes du sol et les ennemis naturels des parasites, disparaissent rapidement.

Par exemple, les pays signalent que 24% de quelque 4 000 espèces d'aliments sauvages – principalement des plantes, des poissons et des mammifères – diminuent fortement. Mais la proportion des aliments sauvages en déclin serait encore plus importante, car l'état véritable de plus de la moitié des espèces d'aliments sauvages signalées est inconnu.
Le plus grand nombre d'espèces d'aliments sauvages en déclin est signalé dans des pays d'Amérique latine et des Caraïbes, suivis de pays situés en Asie-Pacifique et en Afrique. 


Cela s’expliquerait peut-être par le fait que les espèces d'aliments sauvages sont davantage étudiées et /ou font l'objet de plus de rapports dans ces pays que dans d'autres.

De nombreuses espèces associées à la biodiversité sont également gravement menacées. Elles comprennent les oiseaux, les chauves-souris et les insectes qui contribuent à contrôler les parasites et les maladies, la biodiversité des sols et les pollinisateurs sauvages, tels que les papillons, les abeilles, les chauves-souris et les oiseaux.


Les forêts, les pâturages, les mangroves, les herbiers marins, les récifs coralliens et les zones humides en général – des écosystèmes essentiels qui fournissent de nombreux services à l'alimentation et à l'agriculture et abritent d'innombrables espèces – connaissent également un déclin rapide.


Principales causes de perte de la biodiversité

Les principaux facteurs de la perte de la biodiversité alimentaire et agricole, cités par la plupart des pays déclarants, sont les changements dans l'utilisation et la gestion des terres et de l’eau, suivis par la pollution, la surexploitation et la surpêche, le changement climatique, la croissance démographique et l'urbanisation.

Dans le cas de la biodiversité associée, alors que toutes les régions signalent l'altération et la perte de l'habitat comme une menace majeure, les autres facteurs clés varient d'une région à l'autre. Ce sont la surexploitation, la chasse et le braconnage en Afrique; la déforestation, les changements dans l'utilisation des terres et l'intensification de l'agriculture en Europe et en Asie centrale; la surexploitation, les parasites, les maladies et les espèces envahissantes en Amérique latine et dans les Caraïbes; la surexploitation au Proche-Orient et en Afrique du Nord et la déforestation en Asie.

Les pratiques favorables à la biodiversité sont en hausse

Le rapport souligne qu’il y a quand même un intérêt croissant pour les pratiques et approches respectueuses de la biodiversité. Quatre-vingt pour cent des 91 pays déclarants indiquent utiliser une ou plusieurs pratiques et approches respectueuses de la biodiversité, telles que l’
agriculture biologique, la lutte antiparasitaire intégrée, l’agriculture de conservation, la gestion durable des sols, l’agroécologie, la gestion durable des forêts, l’agroforesterie, les pratiques de diversification en aquaculture, l’approche écosystémique de la pêche et la restauration des écosystèmes.
Les efforts de conservation, à la fois sur site (par exemple, les zones protégées, la gestion de la ferme) et hors site (par exemple, les banques de gènes, les zoos, les collections de cultures, les jardins botaniques) augmentent également dans le monde, bien que les niveaux de couverture et de protection soient souvent inadéquats.

Inverser les tendances menant à la perte de la biodiversité

Bien que l’augmentation des pratiques respectueuses de la biodiversité soit encourageante, il reste encore beaucoup à faire pour mettre fin à l’érosion de la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture.

La plupart des pays ont mis en place des cadres juridiques, politiques et institutionnels pour l'utilisation durable et la conservation de la biodiversité, mais ils sont souvent inadéquats ou insuffisants.
Le rapport appelle les gouvernements et la communauté internationale à déployer davantage d’efforts pour renforcer les cadres habilitants, créer des incitations et des mesures de partage des avantages, promouvoir les initiatives en faveur de la biodiversité et s'attaquer aux principaux facteurs de perte de la biodiversité.

Des efforts plus importants doivent également être déployés pour améliorer l'état des connaissances sur la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture, car de nombreuses lacunes en matière d'information subsistent, en particulier pour les espèces associées à la biodiversité. Nombre de ces espèces n'ont jamais été identifiées et décrites, en particulier les invertébrés et les micro-organismes. Plus de 99% des bactéries et des espèces protistes – et leur impact sur l'alimentation et l'agriculture – restent inconnues.


Il est nécessaire d'améliorer la collaboration entre les décideurs, les organisations de producteurs, les consommateurs, le secteur privé et les organisations de la société civile dans les secteurs de l'alimentation, de l'agriculture et de l'environnement.


Les possibilités de développer plus de marchés pour des produits respectueux de la biodiversité pourraient être explorées davantage.

Le rapport souligne également le rôle que le grand public peut jouer dans la réduction des pressions sur la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture. Les consommateurs devraient être en mesure d’opter pour des produits cultivés de manière durable, d’acquérir directement sur les marchés des producteurs ou de boycotter les aliments considérés comme non durables. Dans plusieurs pays, les «citoyens scientifiques» jouent un rôle important dans la surveillance de la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture.
 
Exemples d'impacts de la biodiversité sur les pertes alimentaires et agricoles et pratiques favorables à la biodiversité:


• En Gambie, les pertes massives d'aliments sauvages ont contraint les communautés à se tourner vers des aliments de remplacement, souvent issus de l'industrie, pour compléter leur régime alimentaire.

• En Égypte, la hausse des températures entraînera des déplacements vers le nord des aires de répartition des espèces de poissons, avec des répercussions sur la production halieutique.


• Au Népal, les pénuries de main-d'œuvre, les flux d'envois de fonds et la disponibilité croissante de produits alternatifs bon marché sur les marchés locaux ont contribué à l'abandon de cultures locales.


• Dans les forêts amazoniennes du Pérou, les changements climatiques devraient conduire à une «savannisation», avec des impacts négatifs sur l’approvisionnement en aliments sauvages.


• Les agriculteurs californiens laissent leurs champs de riz déborder en hiver au lieu de pratiquer le brulis après la saison de croissance. Cela fournit 111 000 hectares de zones humides et d'espaces ouverts à 230 espèces d'oiseaux, dont beaucoup sont en danger d'extinction. En conséquence, de nombreuses espèces se sont multipliées et le nombre de canards a doublé.


• En France, environ 300 000 hectares de terres sont gérés selon les principes de l’agroécologie.


• A Kiribati, l’élevage intégré de poissons (holothuries de sable, chanidés), de concombres de mer et d’algues assure des revenus et un approvisionnement régulier en nourriture, car malgré les conditions météorologiques changeantes, au moins un élément du système produit toujours des aliments."



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Dim 26 Mai 2019 - 5:27

ça monte, inéluctablement..

N'oubliez pas avant de voter, quelles que soient vos opinions politiques, que le réchauffement climatique est LE problème le plus URGENT à résoudre..

https://global-climat.com/2019/05/14/la-barre-des-415-ppm-de-co2-franchie-pour-la-premiere-fois-en-mai-2019/



Is it always like this ?

Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Dim 26 Mai 2019 - 5:48

La cocotte minute proche de i'explosion..

https://arctic-news.blogspot.com/



Is it always like this ?

Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Ven 7 Juin 2019 - 10:53




"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Mer 12 Juin 2019 - 7:51

Pour celles et ceux que cela intéresse, je signalerai le mouvement apolitique et non violent, Extinction Rebellion, qui prône la désobéissance civile non violente contre l'inaction climatique (liens ci-dessous).

https://extinctionrebellion.fr/

Je ne poste pas ces videos dans un but de propagande, mais de partage d'informations... 

Radiohead a décidé mardin, de proposer au public, pendant 18 jours, 18 heures d'enregistrements inédits, sur Bandcamp, pour courcircuiter un pirate informatique, en faveur du mouvement Extinction Rebellion :





"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Dim 16 Juin 2019 - 20:51

https://www.carbonbrief.org/northern-hemispheres-extreme-heatwave-in-2018-impossible-without-climate-change

"La vague de chaleur extrême qui a eu lieu dans l'hémisphère Nord en 2018 aurait été impossible sans changement climatique…"

L'étude, publiée le 7 juin 2019, et validée, qui impute ce changement climatique aux activités humaines

https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1029/2019EF001189

Et comme tous ces avertissements ne suffisent pas, compte tenu du changement climatique, il faut s'attendre à une augmentation du risque de conflits armés :

"Comment le changement climatique affecte-t-il le risque de conflits armés?

Résumé : 

Selon une nouvelle étude, l'intensification du changement climatique augmentera le risque futur de conflit armé violent dans les pays. Synthétisant les points de vue de tous les experts, l’étude estime que le climat a influencé entre 3% et 20% des conflits armés au cours du siècle dernier et que l’influence augmentera vraisemblablement considérablement….

Etude du 12 juin 2019, source Université de Stanford,

https://www.sciencedaily.com/releases/2019/06/190612141426.htm




"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Sam 29 Juin 2019 - 17:04

La fin semble inéluctable..

TRÈS bientôt.. Crying or Very sad

Lire.
Aussi données sur le site.
Édifiant.

No comment.

Le 24 juin 2019, le Comité de la protection de l'environnement du conseil municipal de New York a organisé une audition sur la résolution «Déclarer une urgence climatique et appeler à une mobilisation urgente pour rétablir un climat sûr». Ci-dessous, le témoignage de Guy McPherson.

"Merci de nous avoir donné l’occasion de prendre la parole devant le Comité du Conseil sur le sujet de la résolution 864. Le sujet à l’examen est le plus important de l’histoire de notre espèce. Nous sommes confrontés à un risque existentiel extrêmement grave qui est systématiquement ignoré ou minimisé par les gouvernements, les médias d'entreprise et les climatologues rémunérés.

Je suis Guy McPherson, professeur émérite de biologie de la conservation à l'Université de l'Arizona. J'ai commencé mon mandat à cette université en 1989. On m'a accordé le poste et j'ai été promu professeur agrégé, puis professeur ordinaire, plus tôt que d'habitude. Je suis l'une des rares personnes dans l'histoire à avoir obtenu le statut de professeur titulaire avant d'avoir 40 ans. Mon long curriculum vitae regorge de publications, y compris des dizaines d'articles de revues examinés par des pairs, «l'étalon-or» grâce auquel le processus scientifique crée des connaissances fiables. J'ai reçu les plus hautes distinctions décernées par chacun des deux collèges transdisciplinaires de l'Université de l'Arizona, et j'ai obtenu le statut de membre émérite après avoir refusé de nouveaux salaires de l'université à l'âge de 49 ans. Pour éviter l'ennui au cours de ces deux décennies, j'ai également été professeur à l'Université de Californie à Berkeley, à la Southern Utah University, et à la minuscule école d'arts libéraux du Grinnell College.

Mais ce n’est pas à propos de moi. Nous sommes réunis ici aujourd'hui pour discuter du sujet le plus important de l'histoire de l'humanité.

J'ai quitté le service actif à l'académie il y a plus de dix ans pour donner l'exemple. Je me suis éloigné du système monétaire, qui, je le savais, était à l'origine du changement climatique anthropique et du pire des événements d'extinction de masse sur Terre. J'espérais que beaucoup de gens suivraient mon exemple alors que je vivais hors réseau dans une maison en ballots de paille, que je serais alimenté en eau avec deux pompes solaires et une pompe à main, que je produisais une grande majorité de mes aliments, que je déféquais dans un seau pour la création d'une communauté humaine décente. Ces actions semblaient être de grands sacrifices au niveau individuel. Ils n’ont pas produit le résultat souhaité, en partie parce que les sacrifices n’ont pas été «étendus» au niveau de la société.

Nous sommes au cœur d'un changement climatique brutal et irréversible. Nous sommes au milieu de la sixième extinction de masse sur Terre. À la suite de ces deux phénomènes en cours, nous sommes confrontés à une extinction humaine à court terme.

La Terre est actuellement à la température moyenne mondiale la plus élevée enregistrée par Homo sapiens. Aucune technologie connue ne permet de réduire la température moyenne mondiale. Nous semblons avoir l’intention d’augmenter la température moyenne mondiale jusqu’à ce que tout l’habitat ait disparu, que ce soit pour les humains ou pour de nombreuses autres espèces.

Il existe plusieurs chemins par lesquels nous pourrions perdre brusquement un habitat pour les humains à travers le monde. La perte d'habitat est déjà à l'origine de crises de réfugiés au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, dans le Pacifique Sud, en Amérique centrale et aux États-Unis. Les réfugiés qui tentent de traverser la frontière sud de ce pays (US) ne cherchent pas de vacances à Disney Land. Ils cherchent plutôt un moyen de survie pour eux-mêmes et leurs familles.

Comment agirons-nous face à la plus grande menace existentielle jamais rencontrée par notre espèce? Extinction Rebellion propose de déclarer une urgence climatique. Cette approche a été adoptée par plusieurs entités gouvernementales à travers le monde. C'est un bon point de départ.

Si la déclaration d'une urgence planétaire est le point de départ, que fait-on? Où allons-nous à partir d'ici?

Si nous allons tous mourir - et c'est le cas - alors comment allons-nous procéder, en tant que société? Si notre espèce est en train de disparaître dans un proche avenir - et c'est bien le cas - comment allons-nous procéder, en tant que communauté? Ce sont les deux questions critiques que je vous pose aujourd'hui. Telles sont les questions importantes que je voudrais que le Conseil, et nous tous, auxquelles nous réfléchissions au cours des prochains jours et des prochaines semaines.

Notre réponse à ces deux questions définit notre humanité. Existe-t-il une meilleure mesure de notre caractère que la façon dont nous faisons face à notre mort individuelle et à la disparition de notre espèce?

Je suis ici pour poser ces questions. Contrairement à Socrate, je suis ici pour faire plus que poser des questions difficiles: je proposerai également une réponse. Avant de révéler ma réponse, je voudrais lire un court extrait du livre de 1946 de Viktor Frankl, Man’s Search for Meaning. Peu de temps après que Frankl fût prisonnier de guerre dans l’Allemagne nazie, Man’s For Meaning a été publié. Cela a inspiré des millions de personnes, y compris moi.

«Entre un stimulus et une réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve le pouvoir de choisir notre réponse. Notre réponse repose sur notre croissance et notre liberté. La dernière des libertés humaines consiste à choisir son attitude dans toutes les circonstances. "

J'ajouterais que nous pouvons choisir non seulement notre attitude, mais également nos actions.

J'ajouterais que nous pouvons choisir non seulement notre attitude, mais également nos actions. Encore une fois, quelle meilleure mesure de notre caractère que notre façon de réagir face à des chances impossibles?

Je soutiens Extinction Rebellion dans son appel à une urgence climatique. Cependant, de nombreuses preuves indiquent qu'il est trop tard pour une déclaration d'urgence afin d'empêcher notre extinction imminente. La stratégie que je propose va au-delà de la simple alarme. Je propose les soins palliatifs planétaires.

De peur que vous ne croyiez le contraire, je ne propose pas que nous «abandonnions» la lutte contre le changement climatique. Cependant, en tant que médecin le mieux informé dans la salle, et probablement sur la planète, je pense qu'il est temps d'accepter que nous soyons à l'étape 4 en tant qu'espèce. Je le répète, car il est important de comprendre: la planète vivante est presque certainement dans la quatrième et dernière étape d’une condition terminale. Ni l’espoir ni l’action n’empêcheront la sixième extinction de masse. Ni l’espoir ni aucune combinaison d’actions connues ne ralentiront ou ne freineront l’extinction humaine. Il est plus que temps que nous admettions que les soins palliatifs sont la voie à suivre.

Comment les gens agissent-ils lorsqu'ils acceptent leur disparition imminente? Comment les gens réagissent-ils aux soins palliatifs dans les centres de soins palliatifs? Un rapide aperçu de ces questions suggère une voie à suivre pour cette communauté.

Les médecins, en particulier les oncologues, mentaient régulièrement avec leurs patients. Au cours des années 1960, le mensonge était considéré comme parfaitement approprié. Après tout, l’espoir était perçu comme irréprochable et, par conséquent, il était indésirable de le faire.

Plus récemment, et avec beaucoup de discussions entre médecins et éthiciens, il est devenu acceptable de dire la vérité aux patients. Sur la base de recherches menées au cours des dernières décennies, l’espoir n’est plus considéré comme un facteur de motivation pour de nombreux patients. En réponse, les médecins ont tendance à révéler toute la vérité aux patients. Il semble que la communauté médicale «rattrape» le bon sens en concluant que l’espoir est un facteur de motivation faible pour l’action.

Il est temps de dire toute la vérité. Il est temps de poursuivre les soins palliatifs, avec autant d’honnêteté, d’intégrité et de compassion que possible. Il est temps d’admettre que le fait d’ignorer les avertissements contre le changement climatique qui ont duré des décennies a directement conduit au résultat attendu. Il est temps de réconforter les affligés, qui comprend chacun de nous.

On me demande souvent des conseils sur la façon de vivre pendant ces temps difficiles. En réponse, je recommande de vivre pleinement. Je recommande de vivre avec l'intention. Je recommande de vivre l'urgence, avec la mort à l'esprit. Je recommande la poursuite de l'excellence. Je recommande la poursuite de l'amour. À la lumière du peu de temps qui reste dans votre vie et de la mienne, je vous recommande tout ce qui précède, plus fort qu’avant. Plus complètement que vous ne pouvez l'imaginer. Aux limites de cette culture restrictive et au-delà. Vivez comme vous mourrez. Le jour approche.

Chacun de nous est né dans un ensemble de conditions de vie sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle. Les politiques de la terre brûlée que nous avons adoptées et mises en œuvre au cours des deux derniers siècles ont abouti au résultat attendu: une Terre brûlée.

Le temps pour blâmer est passé depuis longtemps. Le temps de faire honte aux autres est passé depuis longtemps. Pas de blâme, pas de honte: au bord de l'extinction, il ne reste que l'amour. Poursuivons les soins palliatifs comme une expression de notre amour."




Source : http://arctic-news.blogspot.com/


Dernière édition par Fred1208 le Dim 30 Juin 2019 - 12:49, édité 1 fois



Is it always like this ?

Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Bienvenue au miocène !

Message  Fred1208 le Dim 30 Juin 2019 - 12:40

"Le rythme du réchauffement climatique a été nettement sous-estimé. Alors que le monde continue à augmenter ses émissions de dioxyde de carbone (CO₂), atteignant le niveau record de 33,1 milliards de tonnes de CO₂ par an en 2018, le niveau de gaz à effet de serre dans l'atmosphère dépasse désormais 560 ppm (parties par million) d'équivalent CO₂, notamment lorsque le méthane et le protoxyde d'azote sont inclus. Ce niveau dépasse le seuil de stabilité  du Groenland et de l'Antarctique. Le terme «changement climatique» n’est donc plus approprié, car ce qui se passe dans le système atmosphère-océan, qui s’est accéléré au cours des 70 dernières années, constitue une calamité soudaine sur le plan géologique, menaçant la nature et la civilisation humaine. Ignorant ce que dit la science, les pouvoirs présagent la sixième extinction massive d'espèces, y compris l'humanité.

Selon des scientifiques éminents: «Le changement climatique touche maintenant à sa fin, où très bientôt, l'humanité doit choisir entre prendre des mesures sans précédent ou accepter le fait que ce soit trop tardif et en supporter les conséquences» (Prof. Hans Joachim Schellnhuber). «Nous sommes arrivés à un point où nous avons une crise, une urgence, mais les gens ne le savent pas ... Il y a un grand fossé entre ce que l'on comprend du réchauffement climatique par la communauté scientifique et ce que savent le public et les décideurs ”(Prof. James Hansen).

Hausse des gaz à effet de serre et des températures

En mai 2019, les niveaux de CO₂ (mesurés à Mauna Loa, à Hawaii) atteignaient 414,66 ppm, augmentant à un taux de 3,42 ppm / an, bien au-dessus du taux le plus élevé enregistré depuis 65 millions d'années. Les émissions totales de CO₂, de méthane (CH₄) et de protoxyde d'azote (N₂O) exprimées en équivalents CO₂ ont atteint au moins 560,3 ppm (avec une très faible valeur de forçage pour le méthane), la plus forte concentration enregistrée depuis 34 à 23 millions d’années. Il y a bien longtemps, lorsque le CO₂ atmosphérique variait entre 350 et 500 ppm.

L'augmentation actuelle des niveaux totaux de gaz à effet de serre à au moins 560 ppm d'équivalent CO₂, soit le double du niveau de CO₂ préindustriel de 280 ppm, signifie que le réchauffement planétaire a potentiellement atteint + 2 ° C à + 3 ° C par rapport à la température pré-industrielle. . Compte tenu des effets atténués de l'albédo / reflet des aérosols atmosphériques, notamment du dioxyde de soufre, des poussières, des nitrates et du carbone organique, l'élévation moyenne de la température du sol dépasse 1,5 ° C (Berkeley Earth Institute).

Le seuil d’effondrement de la calotte glaciaire du Groenland est estimé entre 400 et 560 ppm de CO₂ entre 2,0 et 2,5 degrés Celsius au-dessus des températures préindustrielles et est retardé par l’hystérésis. Le seuil de répartition de la calotte glaciaire de l'Antarctique occidental est similaire. Le niveau de gaz à effet de serre et les conditions de température dans lesquelles la calotte glaciaire de l’Antarctique Est s’est formée il ya environ 34 millions d’années sont estimés à environ 800-2000 ppm à une température de 4 à 6 degrés Celsius au-dessus des valeurs préindustrielles. Il ressort principalement des données gravimétriques satellitaires que la calotte glaciaire de l’Antarctique oriental commence à fondre par endroits (Jones, 2019), avec des taux de perte de glace d’environ 40 Gt / an (gigatonne de glace par an) en 1979–1990 et jusqu’à 252 Gt / a en 2009-2017 (Rignot et al., 2019).

La contribution cumulée à la hausse du niveau de la mer de la fonte des glaces antarctiques est de 14,0 ± 2,0 mm depuis 1979. Elle comprend 6,9 ± 0,6 mm de l’Antarctique occidental, 4,4 ± 0,9 mm de l’Antarctique oriental et 2,5 ± 0,4 mm de la péninsule Antarctique (Rignot et al., 2019). Sur la base de ce qui précède, le niveau actuel d'équivalent CO₂ d'au moins 560 ppm est étroitement corrélé au pic de température atteint il y a environ 16 millions d'années, lorsque la calotte glaciaire du Groenland n'existait pas et que d'importantes variations affectaient la calotte glaciaire de l'Antarctique. (Gasson et al., 2016).

Événements de fusion transitoires

Alors que les couches glaciaires se désintègrent, de grandes eaux glacées coulent dans l’océan, ce qui se manifeste tout au long des cycles glaciaires et interglaciaires des 450 000 dernières années, ce qui se manifeste par la croissance des régions froides du nord de l’Atlantique. L'océan Atlantique Sud du Groenland et de l’Antarctique frangeant dans l’océan Austral. Le réchauffement de l'Arctique est lié au retournement d'albédo dans la banquise (où l'énergie solaire absorbée par l'eau de mer sombre alterne avec la glace et la neige à fort albédo) et par l'affaiblissement de la frontière polaire et du jet-stream. La pénétration de masses d'air froid provenant de l'Arctique à travers la frontière affaiblie entraîne des phénomènes météorologiques extrêmes en Amérique du Nord, en Europe et en Asie du Nord, tels que «l'événement Beast from the East».

Un réchauffement de + 3 ° C à + 4 ° C supérieur aux niveaux préindustriels, entraînant une augmentation de la fonte de la banquise, ferait monter le niveau de la mer de 2 à 5 mètres vers la fin du siècle et probablement de 25 mètres à long terme . Golledge et al. (2019) montrent que les eaux de fonte du Groenland ralentiront considérablement la circulation de l'Atlantique, alors que les eaux de fonte de l'Antarctique emprisonneront les eaux chaudes sous la surface de la mer, augmentant ainsi les pertes de glace de l'Antarctique. Les effets des eaux de fonte des glaces sur les océans ont été à peine inclus dans les modèles du GIEC. En fonction des réactions amplificatrices, une fusion prolongée du Groenland et de l'Antarctique (figures 3 et 4) et un gel consécutif peuvent s'ensuivre, pouvant durer jusqu'à deux ou trois siècles.

Territoire climatique non cartographié des 21 eme et 23 eme siècles

La modélisation des tendances climatiques pour les années 2100 à 2300 d'après le rapport de synthèse du GIEC AR5, 2014 présente de manière prédominante des modèles linéaires de l'augmentation des gaz à effet de serre, des températures globales et du niveau de la mer. Cependant, ces modèles semblent peu prendre en compte les rétroactions amplificatrices de la terre et des océans et les effets des eaux de fonte des glaces sur les océans. D'après Steffen et al. (2018) «des réactions auto-renforçantes pourraient pousser le système terrestre vers un seuil planétaire» et «entraîneraient une température moyenne globale beaucoup plus élevée que toute période interglaciaire des 1,2 millions d'années écoulées et un niveau de la mer nettement supérieur à celui de toutes les périodes  de l'holocène ”.
Les réactions amplificatrices du réchauffement climatique incluent:

- Le retournement de l'albédo dans la fonte de la banquise et des calottes glaciaires et l'augmentation de la surface de l'eau et donc la séquestration de CO₂. Hudson (2011) estime une augmentation du forçage radiatif due au retrait de la glace de mer estivale arctique de 0,7 Watt / m², une valeur proche du rejet total de méthane depuis 1750.

- Réduction de l'apport de CO₂ dans les océans en raison de la moindre solubilité du gaz lorsque les températures sont élevées.

- Dessèchement et perte de végétation dans certaines régions, réduisant ainsi l'évaporation grâce à son effet de refroidissement. Ce facteur et l'augmentation des précipitations dans d'autres régions entraînent des réactions différentielles de la végétation lorsque le globe se réchauffe (Notaro et al. 2007).

- Une augmentation des feux de forêt, libérant des gaz à effet de serre.

- Émission de méthane par le pergélisol, les tourbières et les sédiments et d'autres facteurs.

Les modèles de température linéaires ne semblent pas prendre en compte les effets sur les océans de la fonte des glaces provenant des grandes calottes glaciaires, y compris la possibilité d'un événement majeur tel que déjà commencé dans les étendues océaniques bordant le Groenland et l'Antarctique. À plus court terme, l'élévation du niveau de la mer inclut la calotte glaciaire du Groenland (élévation de 6 à 7 mètres du niveau de la mer) et la fonte de la calotte glaciaire de l'Antarctique occidental (élévation du niveau de la mer de 4,8 mètres). En se référant aux événements importants survenus dans le passé, y compris l’événement de fonte de la Laurentienne, vieille de 8200 ans, et l’épisode plus jeune du dryas, un chaos prolongé sur les couches de la calotte glaciaire de l’Antarctique pourrait entraîner une élévation importante du niveau de la mer et un refroidissement important des latitudes nord et sud, parallèle au réchauffement des latitudes tropicales et moyennes (Hansen et al., 2016). Les affrontements entre les fronts froids d'origine polaire et les masses d'air tropicales vont certainement conduire à des phénomènes météorologiques extrêmes (Hansen, 2010).

Résumé et conclusions

1 Les gaz à effet de serre dans le monde ont atteint un niveau dépassant le seuil de stabilité des couches de glace du Groenland et de l'Antarctique, fondant à un rythme accéléré.

2 Le taux de croissance actuel des gaz à effet de serre dans l'atmosphère de 3,42 ppm de CO₂ / an est le plus rapide enregistré depuis 55 millions d'années.

3 Compte tenu des effets transitoires du dioxyde de soufre et des autres aérosols sur l’albédo, la température mondiale moyenne a atteint environ 2 degrés Celsius de plus que la température préindustrielle.

4 En raison de l'hystérésis, les grandes couches de glace durent plus longtemps que leurs températures de fusion.

5 L'eau de fonte des glaces froides s'écoulant à un rythme accéléré des couches de glace réduira la température des vastes étendues océaniques de l'Atlantique Nord et de l'Antarctique. De forts contrastes de température entre les masses d’air et d’eau dérivées de polaires froides et les masses d’air et d’eau tropicales provoqueraient des phénomènes météorologiques extrêmes, retardant ainsi l’agriculture dans de nombreuses régions du monde.

6 Les humains survivront dans des régions relativement favorables de la Terre, telles que les régions sub-polaires et les vallées abritées des montagnes, où la chasse de la faune survivante pourrait être possible.

7 À la suite de la fonte partielle des grandes calottes glaciaires, le climat de la Terre passerait à des conditions polarisées, comprenant des inlandsis polaires réduits et des régions tropicales à super tropicales telles qu’elles existaient au Miocène (il ya 5,3 à 23 millions d’années) (Figure 5). .

Le forçage actuel de gaz à effet de serre et la température moyenne mondiale approchent de la composition du Miocène Optimum, à l’exception des effets d’hystérésis de la réduction des inlandsis (figure 5). Les contrastes entre une calotte glaciaire antarctique réduite et des conditions super-tropicales aux basses et moyennes latitudes suggèrent de fortes polarités de température. Les zones terrestres seraient considérablement réduites en raison d'une élévation du niveau de la mer d'environ 40 ± 15 mètres.

Andrew Glikson
Dr Andrew Glikson
Scientifique Terre et Climat
Université nationale australienne
Canberra, Territoire australien, Australie
geospec@iinet.net.au



Is it always like this ?

Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mar 16 Juil 2019 - 8:42

10 ans... Crying or Very sad
afficher sous titres au besoin




Is it always like this ?

Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Mar 16 Juil 2019 - 8:43




Is it always like this ?

Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Dim 21 Juil 2019 - 19:21

Juin 2019 mois le plus chaud depuis 140 ans.
La banquise de l'Antarctique n'a jamais été aussi peu étendue..

https://www.ncdc.noaa.gov/cag/global/time-series?fbclid=IwAR0-sEWZSQ3cMJpou9y0qytqT3ZngKzZUWs2G36U_A-ZR0J9SQQQXc2QOXI



Is it always like this ?

Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Dim 21 Juil 2019 - 19:39




Is it always like this ?

Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Lun 5 Aoû 2019 - 11:46

Parce que c'est quand-même les jeunes générations qui vont payer le prix fort… en dépit des détracteurs de Greta Thunberg et des lycéens qui manifestent… ne l'oublions pas!

https://www.smileforfuture.eu/

Le sommet Smile for Future se tient en ce moment à Lausanne, en Suisse.

En live :

https://www.arcinfo.ch/articles/suisse/environnement-greta-thunberg-et-jacques-dubochet-ouvrent-en-direct-les-rencontres-smile-for-future-857978



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Mar 6 Aoû 2019 - 10:32

Pour rappel, on en parlait déjà en 1965 :

"
[size=39]En 1965, un rapport alertait déjà sur les dangers du réchauffement climatique.[/size]

Un rapport scientifique remis au président Lyndon B. Johnson prônait une véritable prise de conscience écologique..."


http://www.slate.fr/story/109537/rechauffement-changement-climatique-rappor

Et voici ce qui pourrait nous attendre dans un avenir proche, très proche peut-être, selon une étude de l'EPFZ (Ecole polytechnique fédérale Zürich):

Climat : en 2050, Paris sera comme en Australie



https://www.france24.com/fr/video/20190712-une-etude-illustre-le-changement-climatique-spectaculaire-prevu-2050



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Mer 7 Aoû 2019 - 6:00

Un QUART (!) de la population mondiale menacée par une pénurie d'eau :

https://www.lci.fr/planete/en-cours-une-penurie-d-eau-extremement-elevee-touche-pres-d-un-quart-de-la-population-mondiale-2128965.html

"

High Water Stress

by Hulot  - Page 14 Rutger-hofste-p Rutger Willem HofstePaul Reig and Leah Schleifer- August 06, 2019




Print
         


Hulot  - Page 14 Water_stress
Water withdrawals globally have more than doubled since the 1960s due to increased demand. Photo by Tim J. Keegan/Flickr
Once-unthinkable water crises are becoming commonplace.
Reservoirs in Chennai, India’s sixth-largest city, are nearly dry right now. Last year, residents of Cape Town, South Africa narrowly avoided their own “Day Zero” water shut-off. And the year before that, Rome rationed water to conserve scarce resources.
The reasons for these crises go far deeper than drought: Through new hydrological models, WRI found that water withdrawals globally have more than doubled since the 1960s due to growing demand – and they show no signs of slowing down.
New data from WRI’s Aqueduct tools reveal that 17 countries – home to one-quarter of the world’s population—face “extremely high” levels of baseline water stress, where irrigated agriculture, industries and municipalities withdraw more than 80% of their available supply on average every year. Forty-four countries, home to one-third of the world, face “high” levels of stress, where on average more than 40% of available supply is withdrawn every year. (Check your country’s water stress level in the full rankings at the end of this post.) Such a narrow gap between supply and demand leaves countries vulnerable to fluctuations like droughts or increased water withdrawals, which is why we’re seeing more and more communities facing their own “Day Zeros” and other crises.

Hulot  - Page 14 Aqueduct-30-blog-01

Water Stress Creates Ripple Effects Throughout Societies and Economies

Water stress poses serious threats to human lives, livelihoods and business stability. It’s poised to worsen unless countries act: Population growth, socioeconomic development and urbanization are increasing water demands, while climate change can make precipitation and demand more variable.  
We’re already witnessing some of these impacts play out around the world. Here are four trends we’re seeing in the data:  

Middle East and North Africa (MENA) Is the Most Water-Stressed Region on Earth

Twelve out of the 17 most water-stressed countries are in the Middle East and North Africa (MENA). The region is hot and dry, so water supply is low to begin with, but growing demands have pushed countries further into extreme stress. Climate change is set to complicate matters further: The World Bank found that this region has the greatest expected economic losses from climate-related water scarcity, estimated at 6-14% of GDP by 2050.

Hulot  - Page 14 Aqueduct-30-blog-02

Yet there are untapped opportunities to boost water security in MENA. About 82% of the region’s wastewater is not reused; harnessing this resource would generate a new source of clean water. Leaders in treatment and reuse are already emerging: Oman, ranked #16 on our list of water-stressed countries, treats 100% of its collected wastewater and reuses 78% of it.  About 84% of all wastewater collected in Gulf Cooperation Council countries (Bahrain, Kuwait, Oman, Qatar, Saudi Arabia and the United Arab Emirates) is treated to safe levels, but only 44% goes on to be reused.

India’s Water Stress Goes Beyond the Surface

India’s water challenges extend beyond current events in Chennai. Last year, the National Institution for Transforming India (NITI Aayog), a government research agency, declared that the country is “suffering from the worst water crisis in its history, and millions of lives and livelihoods are under threat.” Aqueduct’s findings put this crisis in context: India ranks 13th for overall water stress and has more than three times the population of the other 17 extremely highly stressed countries combined.
The new Aqueduct data includes both surface and groundwater stress for the first time. In addition to rivers, lakes and streams, India’s groundwater resources are severely overdrawn, largely to provide water for irrigation. Groundwater tables in some northern aquifers  declined at a rate of more than 8 centimeters per year from 1990-2014.

Hulot  - Page 14 Aqueduct-30-blog-03

India is starting to take critical steps to mitigate water stress, including setting up the Jal Shakti Ministry to prioritize all water issues—including supply, drinking water and sanitation—under one national government umbrella. Other solutions the country could pursue include more efficient irrigation; conserving and restoring lakes, floodplains, and groundwater recharge areas; and collecting and storing rainwater.

Pockets of Extreme Water Stress Exist Even in Countries with Low Overall Water Stress

While it’s helpful for policymakers to understand and take action on water stress at the national level, water is an inherently local issue. That’s why in addition to ranking countries’ water stress, Aqueduct includes data at the sub-national and sub-watershed levels.
It’s clear that even in countries with low overall water stress, communities may still be experiencing extremely stressed conditions. For example, South Africa and the United States rank #48 and #71 on WRI’s list, respectively, yet the Western Cape (the state home to Cape Town) and New Mexico experience extremely high stress levels. The populations in these two states rival those of entire nations on the list of most water-stressed countries.

Hulot  - Page 14 US_state_map

Water Stress Is Not Your Destiny

Water stress is just one dimension of water security. Like any challenge, its outlook depends on management. Even countries with relatively high water stress have effectively secured their water supplies through proper management.
Saudi Arabia, ranked #8 for water stress, prices water to incentivize conservation. Its new Qatrah (“droplet” in Arabic) program sets water conservation targets and aims to reduce water usage 43% within the next decade.  Namibia, one of the most arid countries in the world, has been turning sewage water into drinking water for the past 50 years. And Australia nearly halved domestic water use to avert its own Day Zero moment during the Millennium Drought. The country’s water-trading scheme, the largest in the world, allows for smart allocation of water among users in the face of variable supplies.




Why Rank Water Stress in Countries and States?

Water does not follow boundaries set by humans--rivers run across countries, and a flood may only affect a few city blocks. For this reason, most water-related information is collected at a watershed or sub-watershed scale. Yet the policy decisions required to reverse water stress – like setting withdrawal caps, encouraging wastewater treatment and establishing pricing schemes – primarily take place at an administrative scale, such as at a country, state or provincial level.

Data broken down by watershed is more useful to a scientist than a member of parliament. This presents a challenge for decision-makers keen to inform policy with the best available data on water risks. To aid with this process, WRI produces national and sub-national estimates of water stress, drought and flood risks that can help decision-makers better understand exposure to water challenges.




3 Ways to Reduce Water Stress

In any geography, water stress can be reduced by measures ranging from common sense to cutting-edge. There are countless solutions, but here are three of the most straightforward:
1. Increase agricultural efficiency: The world needs to make every drop of water go further in its food systems. Farmers can use seeds that require less water and improve their irrigation techniques by using precision watering rather than flooding their fields. Financiers can provide capital for water productivity investments, while engineers can develop technologies that improve efficiency in agriculture. And consumers can reduce food loss and waste, which uses one-quarter of all agricultural water.
2. Invest in grey and green infrastructure: Aqueduct’s new data shows that water stress can vary tremendously over the year. WRI and the World Bank’s research shows that built infrastructure (like pipes and treatment plants) and green infrastructure (like wetlands and healthy watersheds) can work in tandem to tackle issues of both water supply and water quality.
3. Treat, reuse and recycle: We need to stop thinking of wastewater as waste. Treating and reusing it creates a “new” water source. There are also useful resources in wastewater that can be harvested to help lower water treatment costs. For example, plants in Xiangyang, China and Washington, D.C. reuse or sell the energy- and nutrient-rich byproducts captured during wastewater treatment.
The data is clear: There are undeniably worrying trends in water. But by taking action now and investing in better management, we can solve water issues for the good of people, economies and the planet.
..."

Le triste classement par pays
 figure dans ce lien, à la fin de l'article.

Source :

https://www.wri.org/blog/2019/08/17-countries-home-one-quarter-world-population-face-extremely-high-water-stress

"La FRANCE, notamment est dans le 3ème groupe à risque !!!!
 La BELGIQUE, entre autres, est dans le 2ème groupe à risque ?!?!?

Video rajoutée le 9.8.19,



Dernière édition par Birmancat le Ven 9 Aoû 2019 - 7:02, édité 1 fois



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Fred1208
Fred1208

Messages : 3143
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Fred1208 le Jeu 8 Aoû 2019 - 6:05

C'est loin.
Pour le moment... Crying or Very sad




Is it always like this ?

Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Ven 9 Aoû 2019 - 7:04

Le rapport du GIEC d'août 2019 : Sad




"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Ven 9 Aoû 2019 - 11:31

@Birmancat a écrit:Parce que c'est quand-même les jeunes générations qui vont payer le prix fort… en dépit des détracteurs de Greta Thunberg et des lycéens qui manifestent… ne l'oublions pas!

https://www.smileforfuture.eu/

Le sommet Smile for Future se tient en ce moment à Lausanne, en Suisse.

En live :

https://www.arcinfo.ch/articles/suisse/environnement-greta-thunberg-et-jacques-dubochet-ouvrent-en-direct-les-rencontres-smile-for-future-857978""

"
Le sommet Smile for Future débouche sur une «Déclaration de Lausanne sur le climat»."

Trois demandes principales, cf.



Source : 
https://www.letemps.ch/suisse/sommet-smile-for-future-debouche-une-declaration-lausanne-climat


La déclaration :


https://drive.google.com/file/d/1befzKdbd2F4vd5FRUuE7ZU92_nXnS0Fw/view



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Sam 24 Aoû 2019 - 10:35

Rapport 2019 de la Banque Mondiale sur la qualité de l'eau à l'échelle planétaire :

communiqué de presse du 20 août 2019 :

https://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2019/08/20/worsening-water-quality-reducing-economic-growth-by-a-third-in-some-countries


Extraits :

"
[size=32]La détérioration de la qualité de l’eau réduit la croissance économique d’un tiers dans certains pays.[/size]


WASHINGTON, 20 août 2019 — Le monde est confronté à une invisible crise de la qualité de l'eau qui réduit d'un tiers la croissance économique potentielle des zones fortement polluées et menace le bien-être humain et environnemental: c’est la conclusion d’un rapport publié aujourd’hui par la Banque mondiale sous le titre Quality Unknown : The Invisible Water Crisis (Qualité inconnue : l'invisible crise de l’eau).


À l’aide de nouvelles données et méthodes, cette étude démontre comment la conjonction de bactéries, d’eaux usées et de produits chimiques et plastiques peut extirper l’oxygène de l’approvisionnement en eau et transformer l’eau en poison pour les êtres humains et les écosystèmes. Afin d’apporter un éclairage sur la question, la Banque mondiale a constitué la plus grande banque de données au monde sur la qualité de l’eau à partir de données relevées sur le terrain dans des stations de contrôle, au moyen de techniques de télédétection et selon le processus d’apprentissage automatique.


Selon le rapport, le manque d'eau potable réduit la croissance économique d'un tiers. Ses auteurs demandent que l’on accorde, au plan mondial, national et local, une attention immédiate à ces dangers qui menacent aussi bien les pays développés que les pays en développement.  


« L’eau propre est un facteur essentiel de croissance économique. La détérioration de la qualité de l’eau entrave la croissance économique, aggrave les problèmes sanitaires, réduit la production de denrées alimentaires et exacerbe la pauvreté dans de nombreux pays », constate David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale« Les pouvoirs publics doivent prendre d’urgence des mesures pour lutter contre la pollution de l’eau de sorte que les pays puissent croître plus rapidement de manière équitable et durable sur le plan environnemental. »


Lorsque la demande biochimique en oxygène — mesure de la quantité de pollution organique qui se trouve dans l’eau et mesure indirecte de la qualité globale de l’eau — dépasse un certain seuil, la croissance du PIB des régions situées en aval subit une baisse pouvant atteindre un tiers en raison des répercussions sur la santé, l’agriculture et les écosystèmes.


L’azote est l’une des principales causes de la mauvaise qualité de l’eau : répandu sous forme d’engrais sur les terres agricoles, il finit sa course dans les rivières, les lacs et les océans où il se transforme en nitrates. Les enfants exposés aux nitrates dès leur plus jeune âge souffrent de problèmes de croissance et de développement cérébral qui ont des répercussions sur leur santé et, plus tard, sur leur capacité à gagner leur vie à l’âge adulte. Le ruissellement et le déversement dans l’eau de chaque kilogramme d’engrais azoté supplémentaire par hectare sont susceptibles de relever dans une proportion pouvant aller jusqu’à 19 % le niveau de retard de croissance chez les enfants et de réduire de quelque 2 % leurs revenus à l’âge adulte en comparaison des enfants non exposés à ces produits.


Le rapport constate aussi que les rendements agricoles diminuent sous l’effet de l’augmentation de la salinité de l’eau et des sols résultant de sécheresses plus intenses, d’ondes de tempête et de l’accroissement de l’extraction d’eau. La quantité de nourriture que l'humanité perd chaque année à cause des eaux salées permettrait de nourrir 170 millions de personnes.

Le rapport recommande aux pays de prendre diverses mesures pour améliorer la qualité de l’eau : politiques et normes environnementales ; évaluation exacte des charges polluantes ; systèmes efficaces d’application de la réglementation ; infrastructures de traitement des eaux facilitées par des mesures d’incitation en faveur de l’investissement privé ; communication d’informations fiables et exactes aux ménages pour encourager la participation citoyenne ; etc.
..."

Le rapport est téléchargeable via :

https://openknowledge.worldbank.org/handle/10986/32245






"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1431
Date d'inscription : 02/06/2018

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Birmancat le Dim 25 Aoû 2019 - 15:19

Bonjour,

Les nouvelles de notre planète bleue ne sont pas bonnes: on parle de phénomènes inquiétants quasiment tous les jours, cf. réchauffement climatique, statistiques sur les températures de plus en plus élevées, sécheresse des sols ici, inondations record là, incendies, dont le méga, en cours, de la forêt Amazonienne, pollution des sols, des cours d'eau, de l'air, disparition de glacier (Okjökull, en Islande, et pose d'une plaque commémorative!), et j'en passe…. tout ceci génère une forme d'anxiété constante, d'inquiétude sourde, d'impuissance aussi, etc...

Sur le site internet 

https://www.isthishowyoufeel.com/how-do-you-feel.html
(littéralement, est-ce comme cela que tu te sens?

des scientifiques du monde entier partagent leurs sentiments sur le réchauffement climatique en y postant des lettres écrites de leur main.

Et alors ? Comme proposition de réponses, rendez-vous sur le lien:

https://www.isthishowyoufeel.com/now-what.html

Il s'agit de garder une forme d'espoir, aussi ténue soit-elle!



"La vie, c'est maintenant, pas demain"

Contenu sponsorisé

Hulot  - Page 14 Empty Re: Hulot

Message  Contenu sponsorisé

    Sujets similaires

    -

    La date/heure actuelle est Mar 22 Oct 2019 - 11:13