ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Coupe budgétaire pour les instituts de Santé, en GB, les patients risquent d’en pâtir.

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Coupe budgétaire pour les instituts de Santé, en GB, les patients risquent d’en pâtir.

Message  Domyleen le Ven 22 Déc 2017 - 16:30

En Grande-Bretagne, certains traitements SEP risquent de ne plus être remboursés …. Et donc de disparaître des listes de traitements proposés par les neuros ….(Soit disant, pour leur préférer des « traitements plus novateurs).
    On peut se poser des questions … ???
 
NICE propose le retrait de six médicaments modificateurs de la maladie utilisés pour traiter la SEP rémittente et la SEP progressive secondaire
Le ministère de la Santé a demandé au « National Institute for Health and Care Excellence » (NICE) de fournir des conseils sur l'utilisation des interférons bêta et acétate de glatiramère pour le traitement de la sclérose en plaques (SEP) dans le NHS en Angleterre.
Après avoir examiné la rentabilité de six médicaments modificateurs de la maladie - le Copaxone (acétate de glatiramère) et les cinq médicaments à base d'interféron bêta (Avonex, Betaferon, Extavia, Plegridy et Rebif) - il a proposé les lignes directrices suivantes:

  • Que l’Extavia (interféron bêta 1b) soit recommandé comme une option pour le traitement de la SEP rémittente récurrente et de la SEP progressive secondaire, avec rechutes continues.
  • Que L'acétate de glatiramère, Avonex et Rebif (tous deux interféron bêta 1a), Betaferon (interféron bêta 1b) et Plegridy (interféron bêta 1a pégylé) ne soient pas proposés comme options pour le traitement de la SEP.
  • Que les patients prenant actuellement ces médicaments puissent poursuivre leur traitement jusqu'à ce qu'ils (en accord avec leur clinicien NHS (médecin conseil)) jugent approprié de l’arrêter

Les lignes directrices expliquent que le comité d'évaluation a formulé ces recommandations sur la base d'essais cliniques et du « Risk Sharing Scheme » (avantage/risque) du ministère de la Santé, démontrant l’efficacité de l'acétate de glatiramère et des interférons bêta dans le traitement de la SEP. Il montre également que tous les traitements agissent de manière similaire en ralentissant la progression vers l'invalidité et en réduisant le nombre de rechutes liées à la SEP.
L'estimation coût-efficacité d'Extavia, un interféron bêta, par rapport aux meilleurs soins de maintient, se situe dans la fourchette que NICE considère habituellement comme une utilisation rentable pour le NHS. En conséquence, Extavia a été recommandé comme une option pour le traitement de la SEP.
L'acétate de glatiramère et les autres interférons bêta (Avonex, Betaferon, Plegridy et Rebif) sont plus chers que Extavia, et les estimations de rentabilité les plus probables pour ces traitements comparés aux meilleurs soins de soutien sont plus élevées que ce que NICE considère comme normalement acceptable. Par conséquent, ces traitements ne sont pas recommandés pour la SEP parce qu'ils ne seraient pas une bonne utilisation des ressources limitées du NHS à leurs prix actuels.
Le guide indique également qu'aucune recommandation n'a été faite pour le syndrome cliniquement isolé parce que sa définition a changé et il est incertain qu’il restera une pathologie cliniquement distincte à l'avenir.
Étant donné que le NICE a évalué ces médicaments à l'origine, il a recommandé d'autres options de traitement pour la SEP rémittente, y compris l'Alemtuzumab, la cladribine, le daclizumab, le diméthylfumarate et le tériflunomide. Cependant, il existe des critères stricts que les patients doivent respecter pour y avoir accès.
NICE invite à commenter cette décision pour examen. La date limite de retour d'information est le 24 janvier 2018. Le comité d'évaluation se réunira à nouveau le 1er mars 2018 pour examiner tous les commentaires et les discussions ultérieures avec les laboratoires.
Source: MS-UK
Date: 21/12/17


Et donc, il y a de grandes chances que les « MAB » soient proposés au détriment des « CRABs ».
Exit les Copaxone, Rebif, Avonex et Betaféron, réputés peu efficaces. Quand aux nouveaux, on ne connait pas encore tous les risques, donc, le rapport bénéfice/risque sur le long terme …. ???


Ce document porte sur le National Institute for Health and Clinical Excellence (NICE), l’organisation responsable d’établir les standards cliniques du système de santé britannique (NHS).
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Coupe budgétaire pour les instituts de Santé, en GB, les patients risquent d’en pâtir.

Message  Domyleen le Mer 16 Mai 2018 - 10:09

   Bon, là, j'ai envie de rire en lisant les nouvelles recommandations du NICE. Tout est une question de prix. (Et uniquement le prix)Un médicament ou traitement est jugé "efficace" ou non, uniquement selon le fait qu'il est, ou non, rentable. (On s'en doutait, mais en arriver à ne plus permettre aux malades d'accéder aux soins, qui ont été utilisés et reconnus comme valables pendant au moins trois décennies, c'est un peu fort!) Si c'était une forme de pression auprès des labos, c'est réussi! Et, tant mieux, mais les malades ont dû se poser des questions et perdre confiance dans les traitements. 


   Enfin, aux dernières nouvelles, le NICE recommande certains des traitements qu'il fustigeait il y a quatre mois. Les grandes instances de santé se "foutent" des malades... 


    Sur MS-UK:
  
NICE approuve trois médicaments contre la SEP après avoir prévu d'en retirer six en raison du coût


En décembre 2017, l'Institut National d'Excellence en Santé et Soins (NICE) a annoncé une proposition visant à retirer six médicaments modificateurs de l'évolution de la SEP utilisés pour traiter les formes RR et SP . Mais maintenant, en raison des réductions de prix, trois de ces médicaments contre la SEP seront désormais recommandés et remboursés systématiquement par le NHS.
 
Le Copaxone (acétate de glatiramère) et les cinq médicaments à base d'interféron bêta (Avonex, Betaferon, Extavia, Plegridy et Rebif) qui devaient tous être mis au rebut. Or, les nouveaux prix pour Copaxone, Avonex et Rebif signifient que NICE est désormais en mesure de les recommander en tant qu’options efficaces.
 
Dans un communiqué publié sur le site web de NICE, Meindert Boysen, directeur du Centre d'évaluation des technologies de la santé à l’institut du NICE, a déclaré: "C'est une bonne nouvelle pour les personnes atteintes de sclérose en plaques rémittente récurrente. Nous sommes reconnaissants que les entreprises aient été en mesure d'accepter des réductions des prix NHS de ces médicaments afin de les rendre disponibles régulièrement et de s'assurer que les gens continuent à bénéficier d'un choix de traitement. "
 
Le projet de guide ne recommande pas Betaferon (un type d'interféron bêta-1b) comme une option de traitement pour les personnes atteintes de SEP, car il n'est pas rentable.
 
Source: MS-UK

    La date/heure actuelle est Sam 18 Aoû 2018 - 19:46