ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Une autre protéine en jeu dans la sep

Partagez
avatar
Bastet

Messages : 84
Date d'inscription : 28/12/2017

Une autre protéine en jeu dans la sep

Message  Bastet le Lun 15 Oct 2018 - 17:38

avatar
fanfan

Messages : 119
Date d'inscription : 18/05/2010
Age : 58
Localisation : Touraine

TRAITEMENT RÉVOLUTIONNAIRE

Message  fanfan le Mar 16 Oct 2018 - 5:39


Birmancat

Messages : 669
Date d'inscription : 02/06/2018

Re: Une autre protéine en jeu dans la sep

Message  Birmancat le Mar 6 Nov 2018 - 10:07


Idem, sous : 

https://www.multiplesklerose.ch/fr/actualite/detail/recherche-sur-la-sep-en-suisse-la-sclerose-en-plaques-se-declenche-t-elle-dans-lintestin/




[size=46]Recherche sur la SEP en Suisse: la sclérose en plaques se déclenche-t-elle dans l’intestin?


www.multiplesklerose.ch
[/size]





Recherche sur la SEP en Suisse: la sclérose en plaques se déclenche-t-elle dans l’intestin?



  jeudi 1 novembre 2018  

En cas de sclérose en plaques, les tissus cérébraux sont endommagés par une réponse erronée du système immunitaire de l’organisme. Comme le démontrent des chercheurs de l’Université de Zurich dans leurs travaux, les bactéries peuplant l’intestin pourraient jouer un rôle beaucoup plus important qu’on ne le pensait auparavant.

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire de l’organisme exerce son action contre les gaines des cellules nerveuses et les décompose à vue d’œil. Comme ces enveloppes sont constituées de ce qu’on appelle la myéline – une membrane biologique constituée de graisses et de protéines – la science s’est concentrée jusqu’à présent sur les composants de la myéline dans sa quête des antigènes cibles de la maladie. Cependant, les nouveaux résultats du groupe de recherche dirigé par Mireia Sospedra et Roland Martin du Centre de recherche clinique sur la sclérose en plaques de l’Université de Zurich suggèrent qu’il serait utile d’élargir cette perspective limitée afin de mieux comprendre la maladie.

Cascade inflammatoire


Comme le rapportent les chercheurs dans la revue Science Translational Medicine, les lymphocytes T auxiliaires – les cellules immunitaires responsables des processus pathologiques – réagissent à une protéine appelée GDP-L-fucose synthase. Cette enzyme est produite à la fois par des cellules humaines et des bactéries, présentes dans la flore intestinale des patients atteints de SEP. «Nous pensons que les cellules immunitaires de l’intestin sont activées, puis migrent dans le cerveau où elles déclenchent une cascade inflammatoire en rencontrant la variante humaine de leur antigène cible», déclare Mireia Sospedra.
Pour le sous-groupe génétiquement défini de patients atteints de sclérose en plaques qu’ils ont étudiés, les résultats ont montré que les bactéries peuplant les intestins pourraient jouer un rôle beaucoup plus important dans l’apparition de la maladie qu’on ne le pensait auparavant, poursuit Sospedra. Elle espère pouvoir utiliser bientôt ces résultats à des fins thérapeutiques – et envisage de tester les composants immuno-actifs de la GDP-L-fucose synthase dans le cadre d’une approche que les chercheurs explorent depuis plusieurs années.

Rééduquer le système immunitaire


«Notre approche clinique est spécifique aux cellules immunitaires auto-réactives pathologiques», déclare Sospedra. Il s’agit d’une rupture radicale avec les traitements actuellement disponibles qui ralentissent l’ensemble du système immunitaire. Si ceux-ci parviennent souvent à enrayer le développement de la maladie, les traitements affaiblissent également le système immunitaire et peuvent parfois entraîner des effets secondaires graves.
Dans le cadre de l’essai clinique du groupe, les chercheurs prélèvent du sang sur des patients atteints de SEP. En laboratoire, ils collent les fragments de protéines immunogènes à la surface des globules rouges. Lorsqu’ils réinjectent ensuite le sang dans le corps, les fragments aident à rééduquer le système immunitaire du patient pour le rendre tolérant à son propre tissu cérébral. Cette thérapie a pour objectif de déboucher sur un traitement ciblé efficace sans effets secondaires graves.
>> Article spécialisé de 2017 sur les intestins, l’alimentation et la SEP
>> Influence de l’alimentation sur la SEP: vidéo





"La vie, c'est maintenant, pas demain"

Contenu sponsorisé

Re: Une autre protéine en jeu dans la sep

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 18 Nov 2018 - 20:38