ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


cellules souches,"le débat"

avatar
Invité
Invité

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Invité le Lun 18 Oct 2010 - 23:16


En principe contre don d'organes pq il leur manquerait un morceau lors de la résurrection finale. C't-à dire q le mec qui les ressucite est mm pas cap de recoller les morceaux qui manquent !
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Domyleen le Lun 18 Oct 2010 - 23:29




Laughing Laughing Laughing

Eh bien, t'es en forme, cette nuit!! vas te coucher M-Pax, sinon tu vas avoir de serieux problèmes!!! Laughing
avatar
Invité
Invité

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Invité le Mar 19 Oct 2010 - 5:44

@Domyleen a écrit:Bon,la prochaine fois que j'accouche,( Rolling Eyes ) je demande qu'on me restitue le placenta!! Laughing

Lot of laughing (j'ai horreur de abréviations, ça fait vulgos)
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Domyleen le Ven 22 Oct 2010 - 22:47



Bioéthique


Projet de loi : le gouvernement renonce à protéger certains êtres humains


22 Octobre 2010
| Fondation Jérôme-Lejeune

[Communiqué] — Le projet de loi bioéthique, présenté ce mercredi 20 octobre en conseil des ministres, traduit sur deux points essentiels de nouvelles régressions quant à la protection de l’être humain. Elles concernent certains êtres humains à leur premier stade de développement (I) et ceux qui sont atteints d’une pathologie décelable pendant la grossesse (II).
1/ Recherche sur l’embryon : une rupture avec la loi de 2004 qui n’a aucune justification scientifique

Les articles du projet de loi relatifs à la recherche sur l’embryon marquent une rupture importante avec l’encadrement législatif de 2004. Celui-ci avait déjà ouvert la brèche à l’instrumentalisation de l’être humain. En maintenant l’interdiction de la recherche sur l’embryon, il permettait tout de même de conserver encore un peu de sens au principe du respect de l’intégrité de tout être humain.

Or le texte proposé par le gouvernement, sous couvert du maintien symbolique de ce principe, le réduit à une coquille vide en raison de l’extrême fragilisation des deux exigences posées par la loi de 2004 pour y déroger :
S’agissant de la première exigence — la « finalité thérapeutique majeure » — le projet de loi la remplace par une simple « finalité médicale ». Cette dernière notion représente une contrainte faible. La substitution des termes ouvre la porte à des pratiques et des domaines qu’avait explicitement écartés le législateur en 2004 (criblage de molécules et modélisation de pathologies).

S’agissant de la deuxième exigence — « l’absence d’alternative d’efficacité comparable » —, le projet de loi la remplace par « l’impossibilité de mener une recherche similaire sans recourir à des cellules souches embryonnaires ou à des embryons ». Cette dernière formulation abandonne la notion objective d’efficacité comparable et ne retient que l’appréciation subjective du chercheur.

On en viendra donc à autoriser des recherches sur l’embryon humain pour atteindre un objectif qui pourrait l’être par d’autres méthodes, et même plus efficacement. En effet, dans la perspective d’applications thérapeutiques, les recherches sur les cellules souches adultes ou de sang de cordon sont plus efficaces que les recherches sur les cellules souches embryonnaires. De même, les cellules souches reprogrammées (iPS) sont aussi pertinentes et plus accessibles que les cellules souches embryonnaires pour le criblage des molécules et la modélisation des pathologies.

Invoquer une hypothétique complémentarité apportée par les cellules souches embryonnaires n’est pas recevable.

Deux autres points de fragilisation sont à signaler :

L’introduction d’une différence entre « cellules souches embryonnaires » et « embryons » est totalement factice : il s’agit de la même réalité à des stades de développement différent. Cette distinction est demandée par ceux qui veulent pouvoir disposer de lignées de cellules souches embryonnaires humaines sans avoir à respecter la législation relative à la recherche sur l’embryon humain.
Enfin, le projet supprime le moratoire de 5 ans qui garantissait un caractère expérimental et provisoire à cette dérogation au principe du respect de l’embryon : cette suppression aggrave encore la libéralisation de cette pratique. En effet, inscrire à titre pérenne une dérogation équivaut à son inscription comme principe.

Pour Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme-Lejeune, « cette rupture est scandaleuse et injustifiée :
« En 2010, sur le plan scientifique, rien ne justifie le maintien de dérogations au principe d’interdiction de la recherche sur l’embryon. On attend d’ailleurs toujours le bilan évaluatif des recherches sur les cellules souches que la loi de 2004 prescrivait à l’Agence de la biomédecine pour examiner le choix de l’arrêt ou de la poursuite des dérogations. Il est clair qu’il ne saurait y avoir de vrai débat tant que le ministre de tutelle n’aura pas exigé ce rapport à l’ABM. Reste le Parlement pour aborder cette question en vérité. Il devra tenir compte des conséquences des choix politiques de 2004 : le retard pris par les équipes françaises dans les recherches sur les cellules reprogrammées (intéressantes pour la modélisation), et dans les recherches en thérapie cellulaire à partir des cellules souches non embryonnaires, les seules à avoir traité et guéri des malades aujourd’hui et sans aucun coût éthique ».

2/ Diagnostics avant la naissance : aucune mesure envisagée pour limiter les dérives eugéniques
(....)
avatar
Invité
Invité

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Invité le Sam 23 Oct 2010 - 0:53

@Domyleen a écrit:

Projet de loi : le gouvernement renonce à protéger certains êtres humains

22 Octobre 2010
| Fondation Jérôme-Lejeune
[quant à la protection de l’être humain. Elles concernent certains êtres humains à leur premier stade de développement (I) et ceux qui sont atteints d’une pathologie décelable pendant la grossesse (II).

Pr la petite histoire : Jérôme Lejeune est le principal découvreur de la trisomie 21, premiere pathologie décelée à l'échographie par la suite, premiers avortements thérapeutiques ! S'il avait su...

Appeler "être humain" des embryons de qq cellules reste un point de vue très "personnel".


Dernière édition par MPascale le Sam 23 Oct 2010 - 1:14, édité 1 fois
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Domyleen le Sam 23 Oct 2010 - 1:01



Jérome! ....je viens de te le dire, M-PAX!!! (vas Sleep ) !!! Laughing
avatar
Invité
Invité

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Invité le Sam 23 Oct 2010 - 1:16


J'ai corrigé ! Le pb c'est q'il y eut antan un Prof ds mon Institut qui s'appelait Bernard Lejeune. Il s'est retiré, l'âge obligeant
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Domyleen le Sam 20 Nov 2010 - 15:34



Cellules souches embryonnaires aux USA:
je t'aime, moi non plus


Owni - ‎ ‎

Les États-Unis cultivent les paradoxes bioéthiques : entre morale religieuse et désir de progrès, la législation sur la recherche sur les cellules souches ...


Cellules souches embryonnaires aux USA:
je t’aime, moi non plus


Les États-Unis cultivent les paradoxes bioéthiques : entre morale religieuse et désir de progrès, la législation sur la recherche sur les cellules souches ne cesse de changer.
Du même auteur


Août 2010 : le juge fédéral Royce Lamberth rend une décision terrible pour la recherche sur les cellules souches humaines aux États -Unis. Suite à une plainte de deux chercheurs travaillant sur les cellules souches “adultes” (et soutenus par des associations familiales d’inspiration conservatrice), le juge prend la décision de suspendre tous les travaux sur les cellules souches financés par des fonds fédéraux. Une décision qui met en péril tout ce domaine de recherche aux États-Unis et représente sans aucun doute un point de basculement pour un pays dont la législation a en permanence jonglé entre impératifs moraux et de recherche ces 15 dernières années.

La législation américaine sur le sujet dérive en effet de l’amendement Dickey-Wicker voté en 1996. Cet amendement à forte inspiration conservatrice stipule, pour faire simple, qu’aucun fond fédéral ne peut être utilisé pour financer la recherche impliquant la destruction d’embryons humains. Comme l’extraction de cellules souches embryonnaires ne peut se faire sans destruction d’embryons, cette loi interdisait donc de facto aux scientifiques la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines.

L’astuce de Clinton, l’interdiction de Bush

Pour contourner cet amendement, l’administration Clinton (au pouvoir à l’époque) met en place une distinction subtile en 1999. L’idée est la suivante : certes on ne peut détruire des embryons sur fonds fédéraux, mais on peut demander à ce que la destruction nécessaire à l’extraction des cellules souches soit faite sur fonds privés, tout en autorisant la recherche sur fonds publics pour les cellules souches ainsi dérivées. Ainsi la recherche sur le sujet peut-elle décoller !

Bush junior est alors élu fin 2000.

Le 9 août 2001, il prononce un discours (disséqué par mes soins dans ce billet) annonçant un encadrement ferme de la recherche sur les cellules souches. W revient sur la distinction faite par Clinton : il interdit purement et simplement l’utilisation de fonds publics pour la recherche sur les cellules souches impliquant la destruction de nouveaux embryons. Bush autorise néanmoins les recherches financées par l’état fédéral pour un type de cellules souches embryonnaires humaines : celles dérivées avant la décision du 9 Août 2001, dans la mesure où l’embryon a de facto déjà été détruit.

Pendant 8 ans, les chercheurs doivent gérer cette situation tant bien que mal. Certains décident de tenir deux labos en parallèle : l’un financé sur des fonds fédéraux, utilisant les lignées dérivées avant le 9 Août 2001 autorisées par Bush, l’autre financé par des fonds privés, autorisé par conséquent à dériver des nouvelles lignées et à faire de recherche dessus. On le devine, la situation n’était pas simple. Notons toutefois que certains États (comme le Massachussets) décident de contourner la loi Bush en offrant des financements sur leurs fonds propres.

Les incertitudes de l’ère Obama

Fin 2008, Obama est élu. Début mars 2009, Obama signe un “executive order” levant l’interdiction formulée par Georges Bush, et revenant essentiellement à l’ère Clinton. Champagne dans les labos, qui peuvent de nouveau se servir de fonds fédéraux sur la seule base de la science et sans avoir à faire de la traçabilité fine de tout le financement. Cependant, l’executive order d’Obama ne revenait pas sur l’amendement Dickey-Wicker.

Ce qui permet au juge Lamberth de balayer donc début août de cette année cette fine distinction entre destruction d’embryons (interdite sur les fonds publics) et utilisation de cellules souches issue de cette destruction (autorisée de nouveau par Obama).
If one step or ‘piece of research’ of an E.S.C. research project results in the destruction of an embryo, the entire project is precluded from receiving federal funding,

Si un projet de recherche sur les cellules souches nécessite la destruction d’un embryon, le projet entier ne doit pas recevoir de financement fédéral
Pire : de facto, la décision Lamberth interdit même la recherche sur les cellules souches autorisées par Bush. Le domaine se trouve soudainement complètement bloqué : le NIH (National Institute of Health, principal organisme de financement) suspend les demandes de financement du domaine, suspend les futurs paiements planifiés, etc. L’inquiétude gagne les labos travaillant sur ce sujet exigeant et coûteux qui risquent de mettre la clé sous la porte. Finalement, le 9 septembre, un appel suspend provisoirement la décision du juge Lamberth, avant que la Cour d’Appel du District de Columbia ne conteste la validité des conclusions du juge Lamberth (sans toutefois les réfuter).

La recherche peut continuer pour l’instant, mais en l’absence d’une nouvelle législation, rien n’est sûr pour demain, nombreux sont les chercheurs du domaine dans les limbes…
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Domyleen le Sam 20 Nov 2010 - 15:50



Cellules souches embryonnaires en France: un débat au point mort

Owni -

Nous entendons peu parler des cellules souches en France. Absence de débat scientifique ou manque d'intérêt public et politique pour la question ? ...



Samedi 20 novembre 2010

OWNI
ScienceInédit


Cellules souches embryonnaires en France: un débat au point mort

Nous entendons peu parler des cellules souches en France. Absence de débat scientifique ou manque d'intérêt public et politique pour la question ? Éclairage sur un problème de bioéthique certainement trop longtemps laissé de côté.

Alors que le débat américain sur les cellules souches ressemble à un feuilleton de soap-opéra – dernier épisode en date, un juge fédéral a annulé le décret de Barack Obama sur le financement public de la recherche sur des cellules souches – nous entendons peu parler de la situation en France.

Y-a-t-il une absence de débat scientifique ou s’agit-il simplement d’un manque d’intérêt public et politique pour la question? Éclairage sur un problème d’éthique certainement trop longtemps laissé de côté.

Espoirs étouffés dans l’œuf

Il s’agit tout d’abord de faire face à la pénurie de don d’organes et réparer des tissus malades mais, les promesses longtemps portées par les cellules souches s’estompent peu à peu face aux difficultés de parcours des chercheurs en thérapie cellulaire. Pourtant, on parlait de guérir la maladie de Parkinson, l’insuffisance cardiaque ou bien des maladies génétiques, entre autres.

Le souci, c’est qu’effectuer des recherches sur les cellules souches, et plus précisément sur les cellules souches embryonnaires (cellules ES) – des cellules capables de se transformer en n’importe quel tissu ou organe – c’est toucher au vivant et à l’humain. Et le débat peut être parfois vif et houleux en ce qui concerne l’Homme, quel que soit son stade de développement.

En France, la loi de bioéthique de 1994 interdit d’abord d’effectuer des recherches sur des embryons et a fortiori sur des cellules souches embryonnaires. Dix ans plus tard, le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE), le Conseil d’Etat et l’Académie Nationale de Médecine réalisent tout le potentiel de ces cellules et préconisent une autorisation sous conditions.
Une révision de la loi de 1994 conduit donc à nuancer cette interdiction totale, en permettant pendant cinq ans certaines dérogations d’utilisation des embryons surnuméraires de fécondations in vitro, avec l’accord des géniteurs.

L’Agence de la biomédecine a d’ailleurs été créée à l’époque – le 5 mai 2005 – pour garantir un choix sélectif des projets choisis et des dérogations accordées, ces dernières n’ayant lieu que dans des cas particuliers menant à “permettre des progrès thérapeutiques majeurs” et surtout à ne pas remplacer une “méthode alternative d’efficacité comparable”. En parallèle, le gouvernement français signait à l’époque un décret permettant l’importation de cellules souches embryonnaires, sensé faciliter le travail des chercheurs et assurer une solution transitoire en attendant un débat plus décisif sur la question.
Mais, entre 2004 et 2008, seules 57 autorisations de protocoles de recherche sur les embryons ont été accordées en France et 39 autorisations d’importations.

En réalité, la recherche en thérapie cellulaire se trouve ralentie par le flou éthique et législatif mais aussi par les nombreuses étapes administratives à “subir” avant de pouvoir faire aboutir un projet viable de recherche.

La révision de la loi, un virage manqué

À l’occasion de la révision de la loi de bioéthique en 2009, le milieu de la recherche peut s’attendre à voir la situation évoluer vers une autorisation totale. En effet, une interdiction pure et simple signerait un véritable retour en arrière dans un débat de longue haleine.

À l’époque, Emmanuelle Prada-Bordenave, directrice de l’Agence de biomédecine décrit le système en marche comme étant “néfaste” d’un point de vue juridique. Dans la même veine, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) ainsi que le CCNE abondent dans le sens d’une recherche “autorisée mais encadrée”.

Mais le Conseil d’Etat, tout en reconnaissant les difficultés qu’impose le moratoire aux instituts de recherche, notamment en termes de prédictions de résultats thérapeutiques, rend sa décision en mai 2009 et préconise de conserver les mêmes normes d’autorisation. 2010 marque la mise en place d’une nouvelle réflexion autour d’une révision de la loi de 1994, une nouvelle de voir la situation évoluer.

Alors aujourd’hui, où en sommes-nous?

Jean Leonetti, rapporteur de la mission parlementaire sur la bioéthique, avait proposé en début d’année de parler dorénavant d’obligation de “finalité médicale” et non-plus de “finalité thérapeutique”. Par “finalité médicale”, il faut comprendre “ayant pour but une amélioration de la santé de l’homme, et non le savoir pour le savoir”. Une façon détournée d’élargir les champs de recherche.

Plusieurs parlementaires de l’Opecst ont ensuite défendu l’autorisation réelle des projets de recherche sur les cellules ES, dans un cadre très strict, certes, et sous certaines réserves. Dans la foulée, ils ont permis l’ouverture du débat sur les cellules de sang de cordon, porteuses d’espoirs thérapeutiques.
Le projet de loi est aujourd’hui prêt et finalement… peu de changements effectifs. La recherche sur les cellules ES est toujours interdite, sauf dérogations. Seule modification : la limite de période de dérogation initialement fixée à cinq ans disparait.

Un pas de souris.

Le salut viendra peut-être des CPI (Cellules Pluripotentes induites), des cellules souches que deux équipes de recherches japonaise et américaine ont réussi à créer à partir de… cellules de peau humaine ! Si cette nouvelle piste de recherche aboutit, le débat sur l’utilisation d’embryons humains pourra se clore de lui-même. En attendant, c’est statu quo… ou quasiment.
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Domyleen le Sam 27 Nov 2010 - 23:02



La Synthèse de presse bioéthique du vendredi 26 novembre 2010


V. Pécresse soutient la recherche sur les cellules embryonnaires


Le 25 novembre 2010, lors d'une visite à l'unité de thérapie cellulaire en pathologie cardio-vasculaire de l'hôpital Georges-Pompidou, Valérie Pécresse, ministre de la Recherche et de l'Enseignement supérieur, a assuré le "soutien de l'Etat" aux chercheurs travaillant avec des cellules souches embryonnaires humaines. A l'équipe du Pr. Philippe Ménasché qui travaille sur la déficience cardiaque, la ministre a déclaré que le gouvernement garantira aux chercheurs "une stabilité dans le cadre législatif". Il s'agit, a-t-elle indiqué, de trouver un "équilibre" entre la recherche de thérapies nouvelles et le respect des règles éthiques fixées par la loi.

Le projet de loi relatif à la bioéthique qui sera discuté début 2011 au Parlement, pourrait maintenir l'interdiction de principe de la recherche sur l'embryon humain tout en en pérennisant le régime dérogatoire, initialement prévu dans le cadre d'un moratoire de 5 ans par la loi de bioéthique de 2004. Actuellement, l'équipe du Pr. Ménasché travaille sur des cellules provenant d'embryons conçus dans le cadre de procédures de procréation assistée, ne faisant plus l'objet de "projets parentaux" et donnés par leurs parents à la recherche.

Valérie Pécresse a également affirmé son soutien au Téléthon. Selon elle, remplacer le Téléthon par un appel général à la générosité des Français serait une "fausse bonne idée".

Bertrand Monthubert, secrétaire à la recherche du parti socialiste a critiqué la position de Valérie Pécresse demandant un équilibre entre éthique et avancées de la recherche. Il demande l'arrêt des dérogations et l'autorisation de la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines.


Le Quotidien du Médecin.fr (Stéphanie Hasendahl) 25/11/10 - Libération (Sylvestre Huet) 26/11/10
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Domyleen le Dim 30 Jan 2011 - 1:53



La Synthèse de presse bioéthique du jeudi 27 janvier 2011


Recherche sur l'embryon : adoption d'une clause de conscience

La commission parlementaire spéciale sur la bioéthique a adopté une "clause de conscience" pour les soignants et les chercheurs amenés à travailler sur les embryons humains et les cellules souches embryonnaires humaines, tout en maintenant le principe d'interdiction de recherche sur les cellules souches assorti de dérogations.

"Aucun chercheur, aucun ingénieur, technicien ou auxiliaire de recherche quel qu'il soit, aucun médecin ou auxiliaire médical n'est tenu de participer à quelque titre que ce soit aux recherches sur des embryons humains ou des cellules souches embryonnaires autorisées", indique le texte de l'amendement UMP/NC adopté.

Romandie news 27/01/11
alain68
alain68

Messages : 343
Date d'inscription : 17/07/2010
Age : 63
Localisation : Alsace

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  alain68 le Dim 30 Jan 2011 - 9:37

[quote="Domyleen"]

La Synthèse de presse bioéthique du vendredi 26 novembre 2010


V. Pécresse soutient la recherche sur les cellules embryonnaires


Bertrand Monthubert, secrétaire à la recherche du parti socialiste a critiqué la position de Valérie Pécresse demandant un équilibre entre éthique et avancées de la recherche. Il demande l'arrêt des dérogations et l'autorisation de la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines. [/i][/color][/size]

Bonjour,
vous ne vous imaginez quand même pas que les partisans opposés aux décideurs vont s'aligner à leurs côtés ? surtout si ce sont des politiques... ça me rappelle le positionnement neurologues/angiologues.
Donc, de mon point de vue, cette dernière remarque n'a aucun intérêt. Ce qui n'est pas le cas du reste, l'information étant très intéressante.

Alain
avatar
Invité
Invité

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Invité le Dim 30 Jan 2011 - 11:55


Pr rappel, encore et encore :

1/ En France l'avortement est autorisé
2/ Les cellules souches embryonnaires sont dérivées des embryons qui ne seront jamais implantés, laissés de côté ds des congélos à -80, du fait d'abandon de projet parental ou de succès suffisant.

Perso, entre rester oublié ds un congélo à -80° ou servir à la recherche, je trouve la 2ème option bien plus intéressante !

Que les chercheurs opposés à l'utilisation de ce type de matériel ne fassent pas ce genre de recherche semble normal. De tte façon, ils l'ont décidé il y a bien longtemps déjà.


Dernière édition par MPascale le Mar 1 Fév 2011 - 18:00, édité 1 fois
izuba
izuba

Messages : 523
Date d'inscription : 28/04/2010

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  izuba le Dim 30 Jan 2011 - 12:01

Les associations catho poussent l'UMP à se raidir sur divers sujets et comme nous sommes en période d'échauffement pré-élection présidentielle...

Les sujets: recherche/embryon, euthanasie, mariage homo...

avatar
Invité
Invité

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Invité le Dim 30 Jan 2011 - 20:13


J'oubliais : ces embryons congelés le st en général au stade 8 CELLULES. Pas gd chose à voir av un être humain dc.

Qt aux chercheurs ou autres personnels qui auraient des états d'âme, ils choisissent la plupart du temps le laboratoire auquel ils st associés. Il est HORS de question de faire faire à qui que ce soit qqch qui lui poserait pb déontologique. En général ce genre de choix se fait en tt début de carrière. Ds le domaine public en tout cas.

Par ex : je préfère castrer des fleurs que des souris, j'ai dc choisi de travailler sur des plantes, et de cueillir des feuilles au lieu de couper des morceaux de queue pr extraire de l'ADN.
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Domyleen le Mar 1 Fév 2011 - 17:00



Sur Romandie News:

La recherche sur les cellules souches embryonnaires en panne d'autorisation

PARIS - Aucun nouveau protocole de recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires ne pourra plus être autorisé à partir du 6 février, jusqu'à ce qu'un nouveau cadre législatif prenne le relais du régime dérogatoire qui cessera de courir à cette date.

"Les recherches commencées vont se poursuivre légalement, jusqu'au terme de leur autorisation, la loi l'a prévu. Il n'y a pas d'ambiguïté", a expliqué à l'AFP Emmanuelle Prada-Bordenave, la directrice générale de l'Agence de la biomédecine, en charge de délivrer les autorisations. "En revanche, à partir du 6 février il n'y aura plus de nouvelle demande possible".

La recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires humaines a été l'un des grands enjeux de la loi de bioéthique de 2004. Tout en réaffirmant l'interdiction de la recherche, la loi a prévu une procédure dérogatoire limitée à cinq années.

Le régime dérogatoire a commencé effectivement à fonctionner le 6 février 2006, date du décret complétant la loi, et cessera donc de courir à partir du 6 février 2011.

La loi de 2004 prévoyait sa propre révision au bout de 5 ans, mais les délais se sont allongés et l'examen du projet de révision par les députés en séance publique ne débutera que le 8 février.

Tant que le nouveau dispositif législatif "n'est pas applicable complètement, on ne pourra pas donner d'autorisation", a précisé Mme Prada-Bordenave.

Une possibilité pourrait être de laisser l'agence poursuivre l'instruction des dossiers sans aller jusqu'à la prise de décision. "L'idée c'est de ne pas faire prendre de retard à la recherche", assure-t-on dans l'entourage de la ministre de la Recherche Valérie Pécresse.

L'argument ne convainc pas Marc Peschanski, directeur scientifique d'I-Stem (Evry), qui concentre une grande partie des équipes de recherche en Ile-de-France.

"C'est rageant de se retrouver face à une telle inanité politique", dit-il. "Le gouvernement par son incompétence prive une agence réglementaire des capacités de son rôle", dénonce-t-il.

Depuis 2004, 58 protocoles de recherche ont été autorisés (dont 4 sont terminés) et 6 refusés (dont 2 en 2010), selon les derniers chiffres de l'Agence de la biomédecine.

Une majorité des projets autorisés (47) portent sur les cellules souches embryonnaires. 11 portent sur les embryons, 6 visant à obtenir de nouvelles lignées de cellules souches embryonnaires humaines et 5 concernant l'étude de l'embryon à proprement parler.

Le projet de révision des lois de bioéthique, préparé par Roselyne Bachelot, maintient le principe d'interdiction de recherche, avec un régime d'autorisation à titre dérogatoire, mais cette fois sans limitation de durée. Ces dispositions n'ont pas été retouchées par la commission spéciale de révision des lois de bioéthique à l'Assemblée, au grand dam de nombre de chercheurs qui réclament que la recherche soit clairement autorisée.

"Interdire, c'est jeter l'opprobre", estime la biologiste de la reproduction Jacqueline Mandelbaum.

La recherche sur les cellules souches embryonnaires "n'est pas qu'à visée thérapeutique, elle va nous donner un outil indispensable de compréhension du corps humain", souligne pour sa part Marina Cavazzana-Calvo, directrice du département de biothérapie à l'hôpital Necker.

"Le sujet est encore plus prégnant qu'en 2004", estime le député socialiste Alain Claeys, président de la commission spéciale de révision des lois de bioéthique, qui s'attend à ce qu'il soit le "sujet central" des débats dans l'hémicycle.

(©AFP / 01 février 2011 11h38)
avatar
Invité
Invité

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Invité le Mer 2 Fév 2011 - 9:08


Régression régression régression. Ceci n'empêchera pas la recherche de se faire ailleurs, dt les français seront les derniers à bénéficier ! Excellent. Tout ça pq qq cathos tirent la couverture à eux, tandis q la plupart des gens ne comprennent mm pas l'objet du débat.
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Domyleen le Mar 8 Fév 2011 - 23:51



Le Figaro.fr:

La recherche sur les cellules souches d'embryons divise

Par Sandrine Cabut
08/02/2011

Ce sujet est l'une des questions les plus sensibles soulevée par le projet de loi sur la bioéthique.

Les recherches sur les embryons et les cellules souches embryonnaires demeurent, comme lors de la précédente révision de ces lois en 2004, l'une des questions les plus sensibles. Cela pourrait même être le «sujet central» des débats dans l'Hémicycle, selon le député socialiste Alain Claeyes, président de la commission spéciale de révision des lois bioéthiques.

En 1994, les premières lois bioéthiques avaient posé le principe d'une interdiction absolue des recherches à partir d'embryons. La révision de 2004 a ouvert des dérogations, sous condition de «progrès thérapeutiques majeurs», pour une période de cinq ans. Celle-ci vient d'expirer le 6 février (les décrets d'application datant du 6 février 2006). Pendant cette période, l'Agence de biomédecine a autorisé 58 protocoles de recherche. Le projet de révision, préparé par Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, prévoit de maintenir ce régime dérogatoire, mais sans limitation de durée. Au grand dam de nombreux chercheurs et médecins qui estiment que les recherches sur l'embryon devraient être clairement autorisées, étant aussi indispensables que celles portant sur les cellules souches adultes (qui, elles, ne posent pas de problème éthique). L'un des principaux objectifs des recherches sur les cellules souches, quelle que soit leur origine, est de les utiliser pour remplacer des organes ou des tissus malades, qu'il s'agisse de moelle osseuse, de peau, de pancréas… Dans le cadre de cette médecine régénératrice, les cellules souches embryonnaires ont a priori deux avantages: elles sont pluripotentes, c'est-à-dire capables de donner n'importe quel type de cellules de l'organisme, et leur auto-renouvellement est illimité. En comparaison, les cellules souches adultes ont un potentiel de multiplication plus faible et leurs possibilités de transformation sont moins nombreuses.


Une recherche «nécessaire»

Depuis plusieurs années, une partie de la communauté scientifique se bat pour faire autoriser les recherches sur l'embryon en France. C'est le cas d'éminents chercheurs comme le Pr Marc Peschanski (directeur scientifique d'Istem), qui s'exprime depuis des années sur le sujet. «La recherche sur l'embryon est légitime et nécessaire, a récemment déclaré le généticien Axel Kahn à l'AFP. Même si je considère que l'embryon est une personne, ça n'est pas un argument pour ne pas faire de recherche, vu que l'on fait de la recherche à tous les âges de la personne humaine.» Selon le Pr Kahn, par ailleurs président de l'université Paris-Descartes, le système d'autorisation avec dérogation est «d'un point de vue juridique et même intellectuel (…) une totale absurdité». Un avis partagé par le Pr Philippe Menasché, chirurgien à l'hôpital Pompidou et Inserm. «La loi dérogatoire était justifiée en 2004, aujourd'hui son maintien est philosophiquement absurde et complètement hypocrite , et cela pénalise l'image de la France», estime ce chirurgien, qui prépare un essai clinique avec des cellules souches embryonnaires dans l'insuffisance cardiaque. «Nous avons été auditionnés par de nombreuses missions, même le Conseil d'État avait donné un avis favorable et au final la décision est complètement opposée aux conclusions de ces structures», regrette-t-il.
Domyleen
Domyleen

Messages : 7917
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Domyleen le Mar 1 Mar 2011 - 2:16



Le pape encourage le don de sang de cordon ombilical

Discours à l’Académie pontificale pour la Vie
ROME, Mercredi 27 février 2011 (ZENIT.org)


- Benoît XVI encourage le don de sang de cordon ombilical et la recherche sur les cellules souches qu'il contient.

Le pape Benoît XVI a reçu en audience samedi matin 26 février, les membres de la 17e assemblée plénière de l'Académie pour la Vie, réunis depuis le 24 février, sur les thèmes : « Les banques de cordon ombilical » et « Le traumatisme post-avortement » (cf. Documents pour la traduction intégrale du discours du pape).

Le pape encourage le don de sang de cordon ombilical mais pas sa commercialisation ou son usage exclusivement personnel, et la recherche sur les cellules souches issues de ce sang de cordon.

Il invite les membres de l'Académie pontificale à se faire dans ce domaine les promoteurs « d'une solidarité humaine et chrétienne vraie et consciente ».

Le pape demande aussi aux catholiques de soutenir les femmes qui ont eu recours à l'avortement alors que souvent les pères des enfants « laissent seules les femmes enceintes ».

Le pape recommande aux médecins de cultiver la force morale nécessaire aujourd'hui pour « continuer à affirmer que l'avortement ne résout rien, mais tue l'enfant, détruit la femme et aveugle la conscience du père de l'enfant, en ruinant souvent la vie de la famille ».

De façon générale, le pape rappelle l'importance de la conscience morale dans le milieu médical - y compris des chercheurs - et dans toute la société, réfutant les arguments de qui nie l'existence de cette conscience en tout homme.

« Dans la conscience morale, a expliqué le pape, Dieu parle à chacun et invite à défendre la vie humaine à chaque moment. C'est dans ce lien personnel avec le Créateur que réside la dignité profonde de la conscience morale et la raison de son inviolabilité ».

Ne pas agir selon les injonctions de la conscience, voilà, souligne le pape, ce qui provoque des blessures dans l'être humain.

Anita S. Bourdin
avatar
Invité
Invité

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Invité le Mar 1 Mar 2011 - 8:08

Waouh, incroyable, on a un nouveau pape ? Ces déclarations sont historiques.

Le pape est mort, un nouveau pape est appelé à régner, araignée ? Quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ?
izuba
izuba

Messages : 523
Date d'inscription : 28/04/2010

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  izuba le Sam 9 Avr 2011 - 8:44

avatar
Invité
Invité

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Invité le Sam 9 Avr 2011 - 13:05


Et sur Rue 89 :

Et vendredi, emportés dans leur élan « progressiste humain et républicain » selon le communiqué triomphant du groupe socialiste, les sénateurs ont autorisé, contre l'avis du gouvernement, la recherche encadrée sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires.
Fred1208
Fred1208

Messages : 3129
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Fred1208 le Dim 10 Avr 2011 - 10:31

Non malheureusement, cela n'avancera pas puisque le gouvernement a immédiatement indiqué qu'il n'adopterait pas les mesures votées corageusement par le Sénat, lequel autorisait à nouveau la recherche sur les cellules souches, indiquant que ces recherches seraient encadrées, comme cela se passe dans d'autres pays.

Nous resterons donc sur le sujet un des pays les plus conservateurs du monde.

Au moins jusqu'en 2012.



Is it always like this ?

avatar
Invité
Invité

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Invité le Dim 10 Avr 2011 - 12:03


Où as-tu trouvé cette info ? Si c'est vrai, c'est absolument pathétique. Pays de vieux ringards, on va bientôt être la risée du monde entier Et on prétend encore que la religion est séparée de l'état ! cf Sativex aussi.
Fred1208
Fred1208

Messages : 3129
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 57
Localisation : Orbite géostationnaire

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Fred1208 le Dim 10 Avr 2011 - 12:09

Infos radio ou télévision, je ne sais plus.



Is it always like this ?


Contenu sponsorisé

cellules souches,"le débat" - Page 2 Empty Re: cellules souches,"le débat"

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Lun 19 Aoû 2019 - 12:41