ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Gradient SEP:,Nouvelle-Zélande

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Gradient SEP:,Nouvelle-Zélande

Message  Domyleen le Mer 8 Sep 2010 - 10:49


Sur MS Research Center: (logo en haut à droite de la page d'accueil)



Prévalence de la sclérose en plaques en Nouvelle-Zélande


Diversité ethnique et Latitude dans la prévalence de la SEP en Nouvelle-Zélande:

Résumé

Contexte: La prévalence de la sclérose en plaques (MS) n'est pas uniforme, avec un gradient latitudinal qui situe sa présence, ce qui (ressort) dans la plupart des études. Comprendre les moteurs de ce gradient pourrait permettre une meilleure compréhension des facteurs environnementaux impliqués dans la pathogénie de la SP.

Méthode: L'étude nationale sur la prévalence de la SEP en Nouvelle-Zélande (NZMSPS) est une étude transversale des personnes atteintes de SP, définie selon les critères de McDonald 2005 (DMS), résidant en Nouvelle-Zélande dans la nuit du recensement, le 7 Mars 2006, utilisant de multiples sources de notification. Capture-recapture analyse (ARC) a été utilisée pour permettre l’estimation .

Résultats: Sur 2917 personnes identifiées DMS, la prévalence brute était de 72,4 pour 100.000 habitants, et 73,1 pour 100.000 en « normalisé » selon l'âge de la population européenne. ARC estime que 96,7% des cas ont été identifiés. Un gradient latitudinal a permis de constater une prévalence croissante de la SEP multipliée par 3 du Nord (35 degrés S) vers le Sud (48 ° S). Le gradient n’est pas uniforme, les femmes avec SEP de forme rémittente-récurrente et secondaire-progressive (RRMS / SPMS) ont un gradient de 11 fois plus élevé que chez les hommes avec la SP progressive primaire (p <1 x 10 (-7)). DMS a été significativement moins fréquente chez les personnes de l'ethnie Maori.

Conclusions: Cette étude confirme la présence d'un gradient latitudinal important de prévalence de la SP en Nouvelle-Zélande. Les femmes européennes avec le phénotype la SEP rémittente /SPMS sont principalement représentées dans ce gradient.
Ces résultats indiquent que les facteurs environnementaux qui sous-tendent la « règle » sur le gradient latitudinal différe selon le sexe, l'ethnicité et le phénotype SEP.
Une meilleure compréhension de ces facteurs peut permettre de mieux cibler les thérapies visant à modifier le déclenchement de la SEP (en fonction ) des facteurs environnementaux au niveau de la population.

BV Taylor, JF Pearson, G Clarke, DF Mason, DA Abernethy, Willoughby E, Sabel C.

Institut de recherche Menzies, Université de Tasmanie, Hobart, en Australie.

Source: PMID Pubmed: 20813774 (08/09/10)


    La date/heure actuelle est Dim 16 Déc 2018 - 5:51