ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Hépatite B

Partagez

alnama

Messages : 481
Date d'inscription : 24/06/2010
Age : 57
Localisation : En région

Re: Hépatite B

Message  alnama le Ven 26 Nov 2010 - 14:08

Voir article suivant : http://droit-medical.com/actualites/1-jurisprudences/867-vaccination-contre-hepatite-sclerose-plaques-responsabilite-laboratoire-nouvelle-jurisprudence
Une fois de plus, les labos et l'état ont bien manœuvré ...
Faut-il y voir là une victoire de la puissante industrie pharmaceutique ? Est-ce une décision qui arrive à point nommé pour protéger l'État d'éventuelles indemnisations en raison de graves effets secondaires liés à un vaccin, qu'il soit destiné à immuniser contre l'hépatite B ou la grippe, par exemple ?






dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: Hépatite B

Message  dane83 le Ven 26 Nov 2010 - 14:28

maintenant j attends de recevoir mes certifs pour tt envoyer a l avocate...

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: Hépatite B

Message  dane83 le Sam 27 Nov 2010 - 20:42


AMA

Messages : 143
Date d'inscription : 09/07/2010

Re: Hépatite B

Message  AMA le Jeu 9 Déc 2010 - 13:57

ahhh je le connais ce docteur!!c est aussi dans le dossier vaccination hep B

Dane n'ayant pas trouvé ce dossier Hépatite B...
Ci après doc PDF du Docteur Girard via le lien de M/P sur topic
CCSVI/Média
http://www.rolandsimion.org/IMG/pdf/Qui_croire.pdf

+ je m'informe + j'angoisse, mais il n'est pas question de baisser les bras No
Qui du forum n'est pas vacciné contre HEP B????

A+

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: Hépatite B

Message  dane83 le Jeu 9 Déc 2010 - 14:25

je suis perdue sur mon ordi....désolée je telecharge,je blok les pdf....faut dire que depuis le temps que je fait plein de trucs...
il y a un dossier vaccination hep B sur forseps...pas le temps mais une avocate attends mon courrier..

Invité
Invité

Re: Hépatite B

Message  Invité le Jeu 9 Déc 2010 - 15:36


La polémique SEP/HB est très très "franco-française". La France est l'un des pays occidentaux les moins protégé contre HB du fait de cette polémique. Polémique qui s'arrête net à nos frontières, qui n'existe qu'en France. Avec un nouveau cas de SEP toutes les 4h (dixit certaine association) il y a FORCEMENT des cas de SEP qui apparaissent ds les 3 mois qui suivent la vaccination. Si cela permet de toucher des sous, si la justice et les médecins hésitent et st prêts à y croire et q cela permet de toucher des sous, why not, ms de nb études ont démontré q ce n'était pas vrai. S'il pouvait y avoir une telle polémique et d'aussi nb études sur la corrélation SEP/CCSVI, ce serait le rêve.
avatar
RnRrider

Messages : 1222
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 54
Localisation : The 13th Floor

Re: Hépatite B

Message  RnRrider le Jeu 9 Déc 2010 - 15:48

@AMA a écrit:
Qui du forum n'est pas vacciné contre HEP B????

Moi !
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Hépatite B

Message  Domyleen le Jeu 9 Déc 2010 - 16:10

@RnRrider a écrit:
@AMA a écrit:
Qui du forum n'est pas vacciné contre HEP B????

Moi !

Moi!!











M

Messages : 696
Date d'inscription : 25/08/2010

Re: Hépatite B

Message  M le Jeu 9 Déc 2010 - 16:14

Moi non plus!

Mais c'est très franco français! Une firme pharmaceutique française peut-être?
M

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: Hépatite B

Message  dane83 le Jeu 9 Déc 2010 - 16:57

n empeche que pour bosser...chez total ou sanofi...une infirmiere devait se vacciner...c est obligatoire...

AMA

Messages : 143
Date d'inscription : 09/07/2010

Re: Hépatite B

Message  AMA le Jeu 9 Déc 2010 - 17:54

b)[color:25b5=redLa chronologie de l’augmentation
Compte tenu de sa proximité chronologique patente avec la campagne de vaccination contre l’hépatite B, une augmentation aussi impressionnante aurait dû suffire, à elle seule, pour alerter l’administration et tous les professionnels de santé : ce, d’autant que si l’on en croit L. Abenhaim, directeur de la DGS au moment des faits, « la
6 Rev Prat 1991; 41:1884-7 7 Rev Prat 2002; 52:529-37 8 Le Courrier de la SEP 2007 (avril), n° 107. Tout Prévoir 2007 (juin), n° 382. Etc.
6
littérature internationale ne suggèr[e] aucune variation temporelle majeure de la fréquence de la SEP »9. Pour spectaculaire qu’elle soit, l’augmentation observée en France est donc aussi surprenante – et il est d’usage, en épidémiologie, de rechercher l’irruption d’un facteur exogène dans une situation aussi inopinée : jusqu’à preuve du contraire, la campagne vaccinale, qui a touché à peu près la moitié de la population, fait quand même figure de suspect n° 1.
Mais il y a mieux. Car si les relevés épidémiologiques recensés dans le Livre Blanc ne donnent pas la chronologie exacte de l’augmentation, les données Affection Longue Durée (ALD) de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie permettent de dater avec précision une augmentation des SEP graves à partir de 1994, avec une accélération nette à partir de 1996.10 Or, si la campagne vaccinale dans les écoles n’a été lancée qu’en septembre 1994, elle n’était qu’un élément d’une promotion commencée bien auparavant et dont les effets étaient déjà parfaitement décelables en 1993 : avec quelques mois de décalage attendu, l’augmentation des SEP prises en charge par l’assurance maladie est donc strictement parallèle au nombre d’unités vaccinales vendues. c) Corrélation

La polémique SEP/HB est très très "franco-française". La France est l'un des pays occidentaux les moins protégé contre HB du fait de cette polémique. Polémique qui s'arrête net à nos frontières,

1 personne sur 2 serait vacciné en France!!! dixit le Dr Girard. Sommes nous donc un des pays les moins protégés???
Nous sommes dans un pays où l'adhésion à la protection médicale est systématique et obligatoire.(pas dans tous les autres pays)
La CPAM a donc beaucoup de données pour faire des statistiques nationales.

La CPAM constate une accélération nette ALD/SEP à partir de 1994 - 1996. les campagnes de vaccination se font auprès de nos enfants et adultes (essentiellement les prof. de santé) à partir de 1991.

Mes enfants ont été vaccinés en 91 92 93 (5 injections, enfant de 4 ans)
Nous avons eu à l'époque 2 cas de SEP chez des adultes proches suite à la vaccination en 1993. suite à çà, j'ai refusé de faire les rappels sur mes enfants en 97. Et la polémique commençait à cette époque en France.
pour ma fille, la déclaration SEP était en 2007
je ne me satisfait pas des études nous démontrant la non relation SEP/HB
L'avenir nous le dira?
L'étude sera revu et corrigé???
La prévalence est présente...





dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: Hépatite B

Message  dane83 le Ven 10 Déc 2010 - 1:36

merci AMA..
en bonne infirmière évidement mes deux enfants ont été vaccinés...en 93..
je croise les doigts et j espere que cela ne leur seras pas fatal....ils ont 26 et 27ans..pour le moment je suis la seule avec une sep...mais?
avatar
nicky34470

Messages : 258
Date d'inscription : 06/11/2010

Re: Hépatite B

Message  nicky34470 le Ven 10 Déc 2010 - 7:42

moi j'ai été obligé de me faire vacciné pour mon travail
quand on me l'a dit oulala pas les enfants, et ce qui est bizarre c'est que le médecin qui m'a vacciné et mon dossier de 23 ans de présence c'est envolé plus de trace, mais je ne suis pas comme les US pas procéduriére


Dernière édition par RnRrider le Ven 10 Déc 2010 - 8:23, édité 1 fois (Raison : Taille texte)

marco26

Messages : 62
Date d'inscription : 16/07/2010

Re: Hépatite B

Message  marco26 le Ven 10 Déc 2010 - 17:03

ca devient bien difficile à suivre cet aspect de la vaccination; il y a des gens qui ont aussi fait des corrélations vaccination et SLA.


Dernière édition par RnRrider le Ven 10 Déc 2010 - 17:06, édité 1 fois (Raison : Taille texte)
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Hépatite B

Message  Domyleen le Mer 2 Fév 2011 - 0:17



REVAHB:

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

DU 18 JANVIER 2011
(Pour diffusion immédiate le 18 janvier 2011)

L’AFFAIRE DU MEDIATOR A ÉCLATÉ MAIS QU’EN EST-IL DU SCANDALE DES EFFETS INDÉSIRABLES DU VACCIN ANTI-HÉPATITE B ?

Le scandale du MÉDIATOR, qui fait aujourd’hui l’actualité, rejoint notre combat commencé il y a près de 15 ans. L’association REVAHB, qui n’est pas une ligue anti-vaccinale mais une association de défense des victimes d’effets secondaires du vaccin anti-hépatite B, est forte des 3600 témoignages d’effets indésirables de ce vaccin qu’elle a recueillis depuis sa création en 1997. Le REVAHB veut, une nouvelle fois, dénoncer la cécité dont font preuve les instances médicales et sanitaires sur le problème de la vaccination anti-hépatite B et de ses complications graves et irréversibles chez de nombreux patients.

L’AFSSAPS A RÉPERTORIÉ PLUS DE 3000 CAS D’EFFETS INDÉSIRABLES POST-VACCINAUX ET N’A RIEN FAIT, COMME POUR LE MÉDIATOR.
De 1997 à 2000, le pourcentage de ces effets secondaires a été largement supérieur à ceux de l’Isoméride et du MEDIATOR. Ces déclarations de pharmacovigilance avaient entraîné des réunions d’urgence au sein de l’AFSSAPS, du cabinet du Ministre de la Santé et de la Direction Générale de la Santé. Réunions qui ont été sans conséquences sérieuses pour les victimes. Seul l’arrêt de la vaccination anti-hépatite B dans les collèges ayant été décidé par le ministre Bernard KOUCHNER alors en poste.
De 1999 à 2006, la pharmacovigilance française (AFSSAPS), malgré un coefficient de sous notifications important reconnu, a répertorié plus de 3000 cas d’effets secondaires graves post-vaccinaux :
- 1 396 cas d’affections démyélinisantes centrales dont 1 174 Scléroses en plaques et 54 Scléroses en plaques chez des enfants de moins de 15 ans (5 mois pour le plus jeune !) dont 90 % sont des premières poussées. Un certain nombre de ces victimes est décédé des suites de leur maladie,

- 108 cas d’atteintes démyélinisantes périphériques (Guillain-Barré),
- 57 cas de SLA., pathologie mortelle en 3 ans,
- 107 cas de lupus,
- 106 cas de polyarthrite rhumatoïde,
- 55 cas de thyroïdite,
- 87 cas de thrombopénie,
- 19 cas d’aplasie médullaire,
- plus de 500 cas de myofasciites à macrophages.

Et beaucoup d’autres pathologies atypiques qu’il serait trop long d’énumérer ici.
2461 de ces cas ont été transmis directement par le REVAHB à l’AFSSAPS dont 72 %, correctement documentés, lui étaient inconnus. Cette transmission régulière de nos observations continue d’alimenter le recensement officiel de l’AFSSAPS et de compléter la pharmacovigilance officielle défaillante dans ce domaine. Depuis 2006, et malgré nos demandes itératives auprès de l’AFSSAPS, nous n’arrivons plus à obtenir les derniers chiffres officiels de la pharmacovigilance. Le REVAHB continue de recevoir chaque jour de nouveaux appels de victimes en plein désarroi et de nouveaux témoignages que nous transmettons à l’AFSSAPS.

LA JUSTICE FRANCAISE A RECONNU DES VICTIMES

1- Au Tribunal Pénal. Plus d’une centaine de plaintes a été déposée mais, malgré l’obstination du Juge d’instruction, Marie-Odile BERTELLA-GEFFROY, le Parquet bloque l’instruction des dossiers. Aujourd’hui, ce sont plus de 80 dossiers de victimes qui sont bloqués par le Parquet. Cette pratique est inadmissible. Le REVAHB la dénonce comme une « entrave » au bon déroulement de l’instruction.

2- Le Tribunal Administratif et l’ONIAM reconnaissent enfin le lien de causalité entre la vaccination anti- hépatite B et leur maladie chez les victimes vaccinées obligatoirement, la preuve pouvant résulter d'un faisceau d’indices graves, précis et concordants, avec l’apparition des symptômes dans les 3 mois suivant la vaccination. La jurisprudence du Conseil d’Etat a fait loi. L’Etat a donc indemnisé un peu plus d’une centaine de victimes, la CPAM reconnaissant même pour certains le caractère de maladie professionnelle.

3- Il n’en est malheureusement pas de même pour les victimes ayant été vaccinées sous la pression des campagnes publicitaires excessives orchestrées par les firmes pharmaceutiques commercialisant les vaccins entre 1994 et 1998, ce qui représente une DISCRIMINATION intolérable vis-à-vis des citoyens.

Au Tribunal Civil, les plaintes déposées par les victimes à l’encontre des laboratoires fabricants aboutissent à des décisions discordantes, tant au niveau des Tribunaux de 1ère Instance, que des Cours d’Appel et de la Cour de Cassation. Les unes sont indemnisées, les autres déboutées, sur des dossiers pourtant similaires. Ainsi, le lien temporel des trois mois suivant l’inoculation vaccinale et le faisceau d’indices graves, précis et concordants devraient suffire à établir ce lien de causalité. Si quelques dossiers sont admis par certains tribunaux civils, d’autres sont réfutés. On ne peut que s’étonner là encore de décisions incohérentes et discriminatoires.

Dans ce domaine juridique, le combat s’apparente à celui de David contre Goliath. La victime a-t-elle les moyens de prouver le caractère défectueux du produit ? Que peut faire un simple particulier face à la puissance colossale de l'industrie pharmaceutique dont le lobbying atteint même l’OMS ? L’inégalité des forces est telle que la victime n’a aucune chance de bénéficier d’un jugement équitable.

Le cas exemplaire de cette victime est édifiant, M. PB est atteint d’une Sclérose en Plaque post vaccinale en 1992. Le lien de causalité sera reconnu par le TGI du Mans en 1ère instance en 2003, puis la victime sera déboutée par la Cour d’Appel d’Angers en 2005. Ce dernier arrêt sera cassé par la Cour de Cassation en 2008. M. PB retournera donc en appel en octobre 2010 et un nouvel arrêt de cette Cour d’Appel déboutera la victime en décembre 2010. Dans ce dernier arrêt de décembre 2010, la Cour condamne en plus M. PB « Au paiement des entiers dépens de première instance, d'appel et de l’arrêt cassé avec admission, et ceux d’appel, de I’ Avoué » c’est-à-dire que M. PB devra régler tous les frais de justice, les siens et ceux du laboratoire GLAXO. Cette victime est désespérée, comment pourra-t-elle régler ces frais ? Est-ce une décision équitable ?

L’AFSSAPS N’A PAS VOULU LANCER D’ETUDES SUR LES EFFETS SECONDAIRES DU VACCIN ANTI-HEPATITE B ET, COMME POUR LE MEDIATOR, LES ETUDES MONTRANT L’INOCUITE DU VACCIN ONT TOUTES ETE SPONSORISEES PAR LES FIRMES FABRIQUANT LE VACCIN.
Le REVAHB dénonce le fait que la dizaine d’études épidémiologiques démontrant le caractère inoffensif du vaccin anti-hépatite B chez l’adulte a été commanditée et/ou sponsorisée par les fabricants du vaccin étudié.
Les quelques études scientifiques INDÉPENDANTES, démontrant de façon objective un lien de causalité entre la vaccination anti-hépatite B et les atteintes démyélinisantes, les maladies auto-immunes, les myofasciites à macrophages et autres, sont systématiquement critiquées et réfutées par les autorités sanitaires et les mêmes firmes pharmaceutiques qui les déclarent biaisées, ceci de façon arbitraire alors qu’elles ont été réalisées très objectivement par des équipes dignes de foi. AUCUNE ETUDE N'A ETE FAITE par l'AFSSAPS sur les maladies auto-immunes et neuromusculaires autres que la SEP.
Malgré nos interventions, l’AFSSAPS n’a pas su répondre à nos suggestions. Pour exemple, en octobre 2003, lors d’une réunion dans ses locaux, nous avions suggéré la mise en place d’une étude rétrospective qui était peu coûteuse, une piste qui n’avait jamais été exploitée jusque-là. Au niveau sérologique, nous avions pu constater que, chez certaines victimes d’effets secondaires graves, les taux d’anticorps post-vaccinaux (anti-HBs) se révélaient négatifs ou, à contrario, très élevés. Il aurait été simple qu’en partenariat avec l’AFSSAPS et l’INSERM, une étude pilote soit mise en place pour définir si l’on pouvait tirer un enseignement de cette constatation avant d’aller plus avant dans cette recherche. Hélas, malgré les personnes présentes qui semblaient poliment intéressées par cette idée, l’AFSSAPS n’a jamais donné suite à notre demande.

L’AFSSAPS N’INFORME PAS LE CORPS MEDICAL ET LES INSTANCES RESPONSABLES
Le REVAHB dénonce avec vigueur l’omerta faite depuis des années par les différents pouvoirs en place et les instances concernées sur une affaire aussi grave.
Le REVAHB ne cesse d’informer le corps médical, via le Conseil National de l’Ordre des Médecins, de l’importance et du nombre des effets indésirables recueillis par la pharmacovigilance sans qu’aucune réponse cohérente et honnête ne lui parvienne.
Le REVAHB ne cesse d'en avertir aussi les médias, répondant systématiquement aux articles médiatiques faisant la propagande du caractère inoffensif de ce vaccin. Rappelons que la France est un pays à très faible endémie pour le virus de l’hépatite B, au point que la conférence de consensus de 2004 n’a rendu obligatoire ce vaccin que pour une population ciblée, le personnel médical. Il n’est que «recommandé » pour les toxicomanes et pour les enfants nés de mère infectées par le virus. Il n’a aucun caractère « obligatoire » pour les enfants même s’il est désormais inclus dans une association vaccinale où se retrouvent des vaccins obligatoires.

FACE A CE SCANDALE, NE RESTONS PAS AVEUGLES
Le scandale actuel du MEDIATOR et ceux plus anciens de l’amiante, du sang contaminé, de l’hormone de croissance, du Viox auraient dû interpeller les pouvoirs publics.
Nous dénonçons une nouvelle fois ce scandale de Santé Publique que l’Etat français essaie d’étouffer depuis plus de 15 ans. Les effets secondaires graves de ce vaccin doivent être enfin reconnus officiellement et les victimes toutes traitées de façon similaire, qu’elles aient été vaccinées de façon obligatoire ou sous la pression de leurs médecins ou de la presse grand public.

Sur ce sujet, les citoyens ont droit à la vérité.
(Le REVAHB tient à la disposition des journalistes les témoignages des victimes ainsi que tous les documents dont il est fait référence dans ce texte.)

Site internet : http://www.revahb.fr

Contact Presse : REVAHB

Présidente : Nelly AMÉAUME
e-mail : nellyameaume@orange.fr
Tél : 06 09 67 43 09
Secrétariat : Régine GIANNETTI 01 43 08 86 40 et 06 65 21 21 54

M

Messages : 696
Date d'inscription : 25/08/2010

Re: Hépatite B

Message  M le Mer 2 Fév 2011 - 7:14

- 1 396 cas d’affections démyélinisantes centrales dont 1 174 Scléroses en plaques et 54 Scléroses en plaques chez des enfants de moins de 15 ans (5 mois pour le plus jeune !) dont 90 % sont des premières poussées. Un certain nombre de ces victimes est décédé des suites de leur maladie,

- 108 cas d’atteintes démyélinisantes périphériques (Guillain-Barré),
- 57 cas de SLA., pathologie mortelle en 3 ans,
- 107 cas de lupus,
- 106 cas de polyarthrite rhumatoïde,
- 55 cas de thyroïdite,
- 87 cas de thrombopénie,
- 19 cas d’aplasie médullaire,
- plus de 500 cas de myofasciites à macrophages

Une origine ou un processus commun au départ de ces maladies? Il semble que des personnes saines ou avec d'autres maladies neurologiques ont également un IVCC: le vaccin serait-il un déclencheur?
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Hépatite B

Message  Domyleen le Mer 2 Fév 2011 - 10:52



Perso, je reste toujours convaincue qu'il y a deux déclencheurs de la SEP (au moins...) et même si le système veineux est impliqué: d'une part, les sténoses ou autres malformations veineuses qui font que le sang stagne et les conséquences sur certains symptômes de la SEP (qu'une angioplastie peut "réparer") et ...les vaccins (comment les adjuvants comme le mercure, traversent-ils la barrière hémato-encéphalique???, sans qu'il y ait de stagnation du flux sanguin??)
Perso, j'ai une amie, que j'ai connue (depuis au moins 20 ans) en super forme (menue, qui courrait tout le temps...) et qui a eu ses premiers symptômes de SEP qques jours seulement aprés un rappel du vaccin HB, et ils se sont aggravés trés vite, puisque 4 ans aprés, elle ne pouvait plus quitter son fauteuil et depuis prés de deux ans, elle est clouée dans son lit... et n'arrive même plus, malgré des séances de kiné quotidiennes, à tenir son écouteur plus de dix minutes, si bien qu'on évite de lui téléphonner...pénible!)
Je précise qu'elle était infirmière (donc, obligation d'être vaccinée) et quand elle s'est retrouvée en arrêt, elle avait compté 13 personnes parmi le personnel hospitalier ayant contracté cette saloperie de SEP: c'est un hopital de province, et 13 personnes, je trouve que ça fait beaucoup... Crying or Very sad

M-Pax va encore contester (la preuve par les stats...) Laughing , mais même un neuro de l'hopital "admet qu'il y a sûrement un lien" mais que pour lui, les personnes étaient susceptibles de l'avoir un jour, le vaccin ayant tout simplement "accéléré" le processus.... Question
Perso, je souhaite que tous ceux qui ont un doute, se mettent en relation avec le REVAHB, même si ça ne donne rien, il faut que la lumière soit faite sur cette possible relation SEP-vaccin anti HB, et les scandales pharmaco (Médiator etc..) ainsi que les recherches effectuées un peu partout (pour prouver, ou au contraire "descendre" la théorie veineuse) rendent propices les recherches supplémentaires sur le rôle des vaccins...

Invité
Invité

Re: Hépatite B

Message  Invité le Mer 2 Fév 2011 - 11:16


Oh lala ! Bien sûr q je conteste, stat oblige, MAIS je considère AUSSI q s'il est possible d'obtenir des indemnités c'est tjs ça... et puis mon avis n'est pas seul à prendre en compte et tant mieux. Des sous d'où q'ils viennent st tjs des sous. 13 sur combien ???

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: Hépatite B

Message  dane83 le Mer 2 Fév 2011 - 12:32

de toute façon j ai un gros dossier a poster a l avocate recommandée par la dr girard...on verra bien la suite...j espere que cela déboucheras sur une belle somme... pirat
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Hépatite B

Message  Domyleen le Mer 9 Fév 2011 - 13:05



Article du professeur CONFAVREUX (ARSEP)

SEP et VACCINATIONS:

Les vaccinations figurent parmi les plus grandes avancées de la médecine. A l’échelon d’une personne,
elles permettent de la protéger de maladies redoutables comme la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos ou la variole. A l’échelon de l’espèce humaine, elles permettent d’envisager dans certains cas l’éradication de la maladie. La variole en est la plus belle illustration.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 2 milliards d’humains sont contaminés par l’hépatite B, maladie
virale du foie. Environ 350 millions d’entre eux sont “porteurs chroniques”, c’est-à-dire que leur organisme n’est pas en mesure d’éliminer le virus qui continue ainsi à s’y multiplier. Environ 65 millions de personnes mourront d’une maladie hépatique directement imputable à ce virus. Autant dire que l’hépatite B est une maladie fréquente et redoutable. Les vaccins contre le virus de l’hépatite B sont efficaces et, administrés à grande échelle, devraient permettre d’éradiquer la maladie de la planète.

Vacciner un individu, c’est administrer artificiellement l’agent infectieux contre lequel on veut le protéger. Cet agent infectieux peut être inactivé ou vivant mais atténué. Il peut aussi s’agir d’un fragment de celui-ci. Dans tous les cas, l’individu vacciné ne développera pas la maladie. En revanche, son système immunitaire développera
contre l’agent infectieux des anticorps et des cellules immunocompétentes spécifiques. Lorsqu’ensuite
l’individu sera exposé naturellement à l’agent infectieux, il sera protégé et ne développera pas l’infection.

Vacciner c’est donc provoquer artificiellement des réactions immunitaires. Les médecins ont toujours redouté que les vaccinations n’aggravent les maladies inflammatoires et, plus particulièrement, les maladies
auto-immunes. Ce débat a été relancé à la suite de la campagne de vaccination de masse contre l’hépatite B
pratiquée chez l’adulte en France, au milieu des années 1990. 20 millions de français ont ainsi été vaccinés.

Très rapidement, certains neurologues ont été frappés par la coïncidence entre vaccination contre l’hépatite
B et apparition d’une sclérose en plaques chez des individus en parfaite santé jusqu’alors.
Dans ce contexte, la vaccination obligatoire contre l’hépatite B des adolescents en milieu scolaire a été
supprimée. Les résultats d’études épidémiologiques, lancées en France et en Grande-Bretagne, ont montré
que l’association vaccination contre l’hépatite B et début de sclérose en plaques était 1,5 fois plus fréquente que ne le voudrait le simple hasard.
Cependant, ces études n’étaient pas assez précises pour être considérées comme “significatives sur le plan statistique”. Elles péchaient aussi par une insuffisance de validation des données.
Ces imperfections pouvaient expliquer la tendance observée dans les résultats et ne permettaient pas
d’affirmer, avec une marge de sécurité suffisante, qu’il y avait augmentation réelle du risque de début de SEP suite à une vaccination récente contre l’hépatite B.

Parallèlement, 3 études, menées aux USA et au Canada, ont donné des résultats concordants, publiés dans
des revues médicales prestigieuses : il n’y a pas d’augmentation du risque de début de SEP suite à une vaccination
contre l’hépatite B. La National Multiple Sclerosis Society, société américaine de lutte contre la SEP,
a d’ailleurs considéré ces résultats comme suffisamment crédibles pour être transposés dans la pratique. Il n’empêche que des cas troublants de coïncidence ont été rapportés. Simple coïncidence entre deux événements relativement fréquents dans la population générale ou sensibilité particulière de certains individus ?

L’attitude médicale est de considérer que le doute doit bénéficier à la victime et que celle-ci doit être indemnisée.
Une telle attitude ne signifie cependant pas que l’on considère comme prouvée la relation de causalité
entre vaccination et sclérose en plaques.

avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Hépatite B

Message  Domyleen le Mer 9 Fév 2011 - 13:20


Suite ...


Qu’en est-il des vaccinations et des poussées de SEP ?

Les vaccinations sont non seulement recommandées d’une manière générale, mais peuvent être obligatoires pour certaines professions ou certains déplacements à l’étranger. A ce jour, il ressort d’une étude d’envergure menée à ce sujet*, qu’il n’y a pas d’augmentation du risque de survenue d’une poussée de SEP, dans les deux mois qui suivent une vaccination, et cela quelle que soit la vaccination : grippe, hépatite B, tétanos associé ou non à la poliomyélite ou à la diphtérie.
Dans ce dernier cas de vaccination polyvalente, une diminution du risque est même observée et atteint le niveau de significativité statistique. Ces résultats ont été obtenus chez des malades indemnes de toute poussée depuis plus de 12 mois et concordent bien avec ceux d’études, appuyées par l’analyse d’examens successifs du cerveau de malades en cours de vaccination, par IRM : il n’y a pasd’augmentation de l’activité IRM dans ce contexte.

vaccination et SEP

Quel conseil donner aux enfants de malades ?
En l’absence de données scientifiques spécifiques, on ne peut raisonner que par extrapolation. Il y a
manifestement des facteurs génétiques qui interviennent dans le risque de développer la sclérose en plaques. Leur importance est cependant mineure à tel point qu’elle ne doit pas être prise en compte dans
les décisions en rapport avec la vie courante pour les malades et leur famille. Il n’y a donc pas de raison
valable de déconseiller les vaccinations et, plus précisément celle contre l’hépatite B, aux proches de malades atteints de sclérose en plaques, en particulier leurs enfants.

Quelles vaccinations chez les malades atteints de SEP ?

Les informations actuellement disponibles permettent de considérer qu’il n’y pas non plus de raison valable
de les déconseiller. Cela est vrai aussi pour la vaccination contre l’hépatite B. La seule précaution à
prendre est d’attendre une période de « calme relatif » de la maladie avec absence de poussée depuis au moins 1 an.

Quelle crédibilité accorder à ces différentes études épidémiologiques sur vaccination et SEP ?

En effet, les études, dont les résultats ont été récemment publiés dans la littérature anglo-saxonne, ont été financées par l’industrie pharmaceutique produisant des vaccins. En fait, elles ont été, pour la plupart, commanditées par les autorités de santé. De plus, pour qu’elles puissent s’appuyer sur des données intégralement validées, elles ont nécessité des sommes considérables, pratiquement impossibles
à rassembler dans le cadre des programmes d’aide publique actuels. Enfin, une organisation matérielle,
scientifique et financière a assuré l’indépendance absolue des médecins et des chercheurs par rapport
aux intérêts privés ayant financé l’étude, avec un engagement de publication des résultats, quels qu’ils
soient, favorables ou défavorables à la vaccination.
Au nom du Comité Médico-Scientifique de la Fondation ARSEP -
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Hépatite B

Message  Domyleen le Mer 9 Fév 2011 - 13:36



Suite ....et fin l'article!


[b] Le point sur la vaccination contre l’hépatite B[/b]

La publication régulière d’articles concernant la vaccination contre l’hépatite B et la sclérose en plaques suscite de graves préoccupations aussi bien chez les patients atteints de SEP que dans la population générale. Les neurologues et les pédiatres, en particulier, sont assaillis de questions et de remises en cause sur ce sujet.

Voici quelques informations sur le sujet.

L’AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) vient de faire un travail de synthèse dans le cadre d’une réflexion collective et validée. Les conclusions sont, d’un point de vue épidémiologique, sans ambigüité : il n’y a pas d’augmentation du risque de développer une sclérose en plaques après une vaccination contre l’hépatite B.

Compte tenu des nombreux travaux réalisés depuis une quinzaine d’années sur ce sujet, l’ensemble des résultats converge vers une absence de relation. Il n’existe donc pas aujourd’hui d’argument épidémiologique pour contre-indiquer la vaccination contre l’hépatite B dans la population générale et ce
quelque soit l’âge de la personne. Cette position est endossée par l’AFSSAPS et par de multiples autres organismes dont la MSIF (Fédération Internationale de SEP).A ce jour, aucune étude scientifique n’a démontré une augmentation du risque de sclérose en plaques après vaccination contre l’hépatite B chez les apparentés des familles de malades atteints de la maladie.

Il faut cependant reconnaitre que cela n’a pas encore pu être étudié de façon spécifique et approfondie,car il s’agit d’un projet particulièrement difficile à réaliser.
Cependant, les quelques données observationnelles
disponibles sur ce sujet sont rassurantes.

En conclusion, il faut noter qu’en fonction des connaissances actuelles, étayées par de nombreuses
études, le résultat principal à retenir est qu’il n’y a pas, à l’échelle des populations et d’un point de vue statistique, d’augmentation de risque de développer une sclérose en plaques ou une pathologie apparentée à la suite d’une vaccination contre l’hépatite B, cela dans la population générale, mais aussi chez les nourrissons et dans les familles de malades atteints de sclérose en plaques.

Cependant, il faut comprendre que l’étude des populations et les statistiques sont une chose, les cas individuels en sont une autre. Des coïncidences troublantes, avec une relation
chronologique indiscutable entre vaccination contre l’hépatite B et début d’une sclérose en
plaques
ou d’un tableau apparenté ont été observées.
Toutefois, elles n’apportent pas la preuve d’une causalité. Ces cas troublants restent très exceptionnels et en l’état actuel des connaissances, ils ne remettent pas en cause le résultat principal des analyses statistiques de populations, c’est à dire l’absence de relation entre vaccination contre l’hépatite B et la sclérose en plaques ou les syndromes apparentés. C’est donc cette conclusion qui doit être retenue.

Par ailleurs, n’oublions pas que l’hépatite B est une maladie très grave qui peut aboutir à des
cas d’hépatite fulminante mortelle, de cirrhose hépatique, de cancer du foie ... Il est donc primordial
de prendre en compte le bénéfice/risque de la vaccination contre l’hépatite B pour
chaque personne individuellement.


Une discussion spécifique avec le médecin traitant et/ou le neurologue peut être faite afin de
déterminer l’intérêt personnel de l’individu.
*

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: Hépatite B

Message  dane83 le Mer 9 Fév 2011 - 17:18

c est un peu ce que j avais lue il y a quelque temps .en tout cas mon dossier est parti pour l avocate ,conseillée par le docteur Girard..en tout cas je n ai jamais fait de poussée de ma vie .il y a quelque temps le vaccin était interdit pour les enfants dont les parents avaient une sep...maintenant bernard kouchner a été changé...les obligations vaccinales changent! affraid affraid
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Hépatite B

Message  Domyleen le Mer 9 Fév 2011 - 17:49



Faut pas lâcher Dane!

Et quand on lit l'article, dct Confavreux ne semble pas trés convaincu par les études qui "prouvent" qu'il n'y aurait aucun lien entre le vaccin Hb et la SEP... Rolling Eyes

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: Hépatite B

Message  dane83 le Mer 9 Fév 2011 - 18:30

maintenant tout est dans les mains de l avocate...qui se paye avec mon assurance professionelle...je m inquiete un peu pour mes enfants.qui ont eues une injection du vaccin!pas renouvellée car maman avait la sep!en 1994!je croise les doigts car ce fric me servira...
maintenant je suis branchée zamboni et j espere que j aurais des news pour l opération...en plus je dois changer mon ordi

Contenu sponsorisé

Re: Hépatite B

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 19 Sep 2018 - 9:37