ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  Domyleen le Mar 14 Sep 2010 - 20:42

Le virus Epstein-Barr, toujours impliqué dans l'apparition de la SEP, fait l'objet de nombreuses études... (je ferai un récap, dés que j'aurai un moment), mais si on constate un lien entre ce virus et la SEP, les études n'expliquent toujours pas comment ce virus peut provoquer le désordre immunitaire ...

Le virus Epstein-Barr perturbe la barrière hémato-encéphalique, ce qui prédispose à la SP.

L infection par le virus Epstein-Barrdes des cellules endothéliales des microvaisseaux du cerveau humain: Un nouveau rôle dans la sclérose en plaques

Résumé

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire neurologique qui est largement considérée comme le résultat d'interactions complexes entre une prédisposition génétique et un déclencheur
environnemental.

Le virus Epstein-Barr (EBV) a été récemment associée à l'apparition de la SEP, mais comprendre comment il provoque l'auto-immunité reste insaisissable.

Neuroinflammation, y compris l'entrée des cellules T autoréactives, suit probablement une violation de la barrière hémato-encéphalique (BHE) conduisant à des lésions du SNC chez MS.

Nous montrons que l'EBV peut infecter des cellules humaines BBB conduisant à une production accrue de médiateurs pro-inflammatoires qui aboutissent à l'adhésion des cellules immunitaires, modélisant ainsi une étape clé dans la pathogenèse de la SEP.

C Casiraghi, Dorovini-K Zis, MS Horwitz.
Département de microbiologie et d'immunologie, Université de la Colombie-Britannique, Vancouver, Colombie-Britannique, Canada V6T 1Z3.

Source: Neuroimmunol J. 6 septembre 2010.
Pubmed PMID: 20826008

[/size]
avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  Domyleen le Mar 14 Sep 2010 - 21:07




Rappel: Premières études. (voir sur MS Resources Centre, en haut à droite de l'écran...)



Des chercheurs examinent les déclencheurs viraux de la sclérose en plaques chez les enfants

TORONTO - Des chercheurs de l'Hospital pour enfants (Sick Kids) ont montré une association entre la sclérose en plaques pédiatrique (MS) et le virus d'Epstein-Barr (EBV), indiquant que l'exposition au virus à un certain moment dans l'enfance peut être un important déclencheur environnemental pour le développement de la SP. Cette recherche est signalée dans le Fascicule de la JAMA (Journal de l'American Medical Association).du 21 Avril 2004

«Des études antérieures avaient suggéré une relation entre l'exposition des enfants au virus Epstein-Barr et le risque de développer la SP. Cela est pratiquement impossible à quantifier chez les adultes atteints de SP, comme près de 90 pour cent de la population adulte en bonne santé dans les pays occidentaux a été exposée à EBV .
Chez les patients pédiatriques, nous pouvons étudier l'exposition virale plus facilement, car les enfants ont moins de risques viraux en raison de leur jeune âge », a déclaré le Dr Brenda Banwell, chercheur principal de l'étude, neurologue pour enfants malades , chercheur associée, et professeur adjoint dans le département de pédiatrie à l'Université de Toronto.

L'équipe de recherche a révélé que 83 pour cent des patients atteints de SEP pédiatriques montraient des signes d'une infection passée EBV, comparativement à 42 pour cent pour le groupe témoin sain. Les patients pédiatriques MS étaient également moins susceptibles que les sujets témoins d'avoir été exposés aux virus de l'herpès simplex. Le virus d'Epstein-Barr est très fréquent et transmissible , virus de la famille des herpès, qui provoque la mononucléose infectieuse.
(…)

La SEP est censée impliquer une interaction complexe entre les déclencheurs de l'environnement (telles que les infections), la prédisposition génétique, et une réponse anormale du système immunitaire. Au moins cinq pour cent de tous les patients atteints de SEP, ont l'expérience de l'apparition de leur maladie avant l'âge de 18 ans. On estime que 50.000 Canadiens en sont atteints. La sclérose en plaques est la plus répandue dans les pays qui sont les plus éloignés de l'équateur, comme le Canada, l'Europe du Nord et l’ Australie.
(…)

D'autres membres de l'équipe de recherche comprenait le Dr Souad ALOTAIBI (maintenant à l'hôpital Al-Sabah au Koweït), et Julia Kennedy, le Dr Raymond Tellier, et Derek Stephens, tous de l'Hospital for Sick Children.

Cette recherche a été financée par le Hospital for Sick Children Foundation.
(…)


Source: © Copyright 1995-2006 ScienceDaily LLC

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Les chercheurs suggèrent que des niveaux plus élevés d'anticorps immunitaires qui combattent le virus d'Epstein-Barr (EBV), le virus qui cause la mononucléose infectieuse et d'autres troubles, peut être associée à un risque accru de développer la sclérose en plaques ..........

(…)
Virus sclérose en plaques et d'Epstein-Barr
Encore une fois, les scientifiques ont trouvé un lien solide entre le virus Epstein Barr et la sclérose en plaques.

Dans une étude publiée dans le prestigieux Journal of the American Medical Association, les scientifiques ont constaté que le diagnostic de la SEP a suivi, en moyenne, quatre ans après l'infection par le virus d'Epstein-Barr.

Des échantillons de sang prélevés entre 1988 et 2000 sur plus de 3 millions de militaires, ont révélé que 83 cas de SEP ont été identifiés. Ils ont été testés pour le virus d'Epstein-Barr et comparés à des contrôles.


Réf: Le Journal de l'Association médicale américaine vol 289, n ° 12. 1533-1536 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Une autre étude a trouvé un lien entre le virus d'Epstein-Barr et la SP.

les chercheurs de Harvard ont constaté des niveaux plus élevés d'anticorps immunitaires contre le virus d'Epstein-Barr (EBV) chez les personnes qui ont continué à développer la SP que chez les personnes qui n'ont pas.

VEB est l'un des virus les plus communs de l'homme. La plupart des personnes dans le monde en sont infectées avec à un moment donné au cours de leur vie. La plupart du temps, l'infection à EBV est silencieuse. Mais à l'adolescence ou l'âge adulte, EBV peut entraîner la mononucléose infectieuse (fièvre glandulaire) près de la moitié du temps.

Les chercheurs ont suivi la santé de 230.000 femmes infirmières américaines depuis 1976. Ils ont cherché des preuves de l'exposition à l'EBV et autres virus, à la fois avant et après le diagnostic de SP. Les infirmières qui ont continué à développer la SP, avaient en moyenne, des niveaux plus élevés d'anticorps EBV dans le sang que ceux qui n'ont pas développé la SP. L'équipe a également analysé le sang de 126 femmes atteintes de SP, dont le sang a été recueilli après l'apparition de la SP - et ont trouvé des niveaux significativement plus élevés d'anticorps que chez les femmes non atteintes de SP.

Bien que l'EBV a été proposée comme un déclencheur infectieux possible pour la SEP dans le passé, cette étude est la première publication dans laquelle l'exposition au virus a été déterminée avant le diagnostic.

D'autres études ont montré des associations de sclérose en plaques avec EBV et de nombreuses autres infections virales et bactériennes. Aucune, y compris la présente étude la plus récente, a été en mesure de prouver un lien de causalité.

L'équipe de Harvard, en notant que l'exposition à EBV est courante chez la plupart des adultes, suggère que l'EBV peut être l'un des facteurs qui déterminent la SP. D'autres recherches sont nécessaires pour déterminer si EBV joue un rôle direct.


Ref: Journal de l'American Medical Association, 26 Décembre, 2001.
Ref: InsideMS, Hiver 2002, Vol. 20, No. 1.





M

Messages : 696
Date d'inscription : 25/08/2010

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  M le Mer 15 Sep 2010 - 7:08

Quid de la relation virus/myéline...?
avatar
MPascale

Messages : 3192
Date d'inscription : 29/04/2010
Age : 57
Localisation : IdF (Essonne)

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  MPascale le Mer 15 Sep 2010 - 9:15


Je crois q c'est pq anticorps anti-une protéine d'enveloppe du virus croise av myéline. Ms je vérifie. En gros ça veut dire que y'a une protéine de l'enveloppe du virus qui ressemble à la myéline et du cp qd tu fais des anticorps (Ac) contre le virus, en réponse à l'infection, ces mm Ac st capables de reconnaître ta myéline.

M

Messages : 696
Date d'inscription : 25/08/2010

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  M le Mer 15 Sep 2010 - 9:40

Alors, les anti-corps (développés à cause du virus) attaquent la myéline (ou pourquoi pas les cellules qui produisent la myèline car ils confondent avec le virus), si l'IVCC a affaibli la paroi BEH... et leur permet d'être en contact avec la myéline...

Cela me convient!
avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  Domyleen le Mer 15 Sep 2010 - 22:54



Oh lala, ça devient compliqué.... n'étant pas scientifique, les virus, les anticorps, les cellules etc... je mélange tout... Mais, nos propres cellules qui s'attaquent à notre propre corps, ça peut être passionnant d'étudier cette anormalité, mais depuis le temps que des études sont entreprises pour trouver une explication, et que justement ces études se contredisent sans arrêt, c'est fatigant! Les chercheurs font une découverte, et qques mois aprés, c'est remis en cause... : c'est le cas de l'implication du virus Epstein-Barr, entre autres. (il y a un lien, probablement, ... mais la cause???)

Cette théorie de l'immunité est de plus en plus controversée, mais on continue à chercher les facteurs environnementaux qui peuvent être liés à la défaillance de notre système immunitaire, mais pas les causes du franchissement de la BHE.. Et si c'était notre système veineux qui était défaillant??

Pas facile de changer de rail, et d'admettre qu'on n'est (peut-être)pas dans la bonne direction: le train (-train) de la Recherche n'est pas évident à manoeuvrer! Evil or Very Mad

Moi, aussi, l'hypothèse de Zamboni me convient parfaitement: le problème, c'est qu'elle est simple et logique...(trop ??) et "pourquoi faire simple, si on peut faire compliqué" ??? Laughing
Mais Charcot avait, lui, pensé à cette éventualité, donc, ça ne doit pas être tout à fait idiot .. Rolling Eyes

avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  Domyleen le Mer 15 Sep 2010 - 23:12


Et encore 2 études sur le LIEN entre SEP et mononucléose!

Le risque de (développer)la sclérose en plaques serait lié à la mononucléose

Les personnes qui ont eu la mononucléose infectieuse ont un risque accru de développer une sclérose en plaques (MS), même 30 ans après l'infection, selon des constatations publiées dans les Archives of Neurology.
Alors que "mono" a été lié avec MS avant ", on connaît peu les caractéristiques de cette association», écrivent le Dr Trine Rasmussen Nielsen, de Statens Serum Institut, Copenhague, et ses collègues.

Les chercheurs ont suivi un groupe de 25 234 patients danois qui avait eu la mononucléose, pour évaluer le développement de la SEP, en commençant le 1 er avril 1968 ou en Janvier de l'année après que la mononucléose soit diagnostiquée.

Il y avait 104 cas de SEP observés , soit 58 cas de plus que la normale. Cela correspond à un ratio standardisé d'incidence de 2,27, soit plus du double de risque de sclérose en plaques, selon les rapports des équipes de Nielsen.

Le risque accru MS a continué pendant plus de 30 ans après la mononucléose infectieuse. Aucune différence dans le risque de SP ont été observées selon le sexe ou l'âge et la gravité de la mononucléose ne semble pas influer sur le risque.

Les chercheurs émettent l'hypothèse que cette poursuite à long terme du risque de SP "peut refléter un changement dans le statut immunologique» après la mononucléose, ce qui devrait être étudiée plus avant.

Source: Archives de neurologie, Janvier 2007.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Infection d'Epstein-Barr est lié à la sclérose en plaques


Les résultats d’une large étude suggèrent que l'infection par le virus Epstein-Barr (EBV), entraînant la mononucléose infectieuse (fièvre glandulaire), qui affecte principalement des adolescents et jeunes adultes, augmente de plus du double le risque de développer une sclérose en plaques (MS) tard dans la vie, les résultats
. (…)
Les similitudes dans les habitudes de la mononucléose infectieuse et MS ont conduit les chercheurs à envisager l'EBV comme une cause de MS, M. Thacker et deux collègues de la Harvard point dans la revue Annals of Neurology.

Les deux conditions se produisent chez les jeunes adultes, les deux sont plus fréquentes dans certaines régions géographiques et tous deux sont rares dans les populations où les infections se produisent à un âge précoce, ce qui suggère que l'infection par l'EBV , comme en témoigne la mononucléose infectieuse, est un facteur causal important dans MS ", expliquent-ils.

Toutefois, les études qui ont évalué la relation entre la mononucléose infectieuse et le risque de SP ont produit des résultats contradictoires.
(…)

«L'observation la plus importante dans notre étude est que les gens qui ont mono infectieuses en grandissant étaient environ deux fois plus de chances d'obtenir la sclérose en plaques plus tard, par rapport aux personnes qui n'ont jamais eu mono infectieuses», a déclaré à Reuters Santé Thacker.
(…)

SOURCE: Annals of Neurology, Mars 2006 et de la santé Reuters © Reuters 2006. Tous droits réservés.



[/size]
avatar
MPascale

Messages : 3192
Date d'inscription : 29/04/2010
Age : 57
Localisation : IdF (Essonne)

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  MPascale le Jeu 16 Sep 2010 - 2:31


J'ai dit "je crois" dc à prendre av des pincettes, il faut q je vérifie ms submergée de boulot en ce mmt dc pas tt de suite. En revanche, si quasi tt le monde exposé à EBV pdt sa vie, reste q tt le monde ne fait pas une SEP, dc y'a encore un facteur "favorisant" en plus chz certains.

M

Messages : 696
Date d'inscription : 25/08/2010

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  M le Jeu 16 Sep 2010 - 6:26

Depuis mon scanner, cette histoire de mononucléose m'intéresse puisque quelque chose qui n'existe plus a compressé mes jugulaires contre mes vertèbres durant ma croissance et a causé leur atrophie... Or j'ai fait la mononucléose dans ma jeunesse! Les ganglions sont bien a cet endroit! Ce qui me dérange dans cette hypothèse, c'est que ces ganglions, même s'ils peuvent devenir énormes, ne resteraient en état que quelques semaines! Est-ce assez pour développer une IVCC? Ou, étant donné que ma mono ne fût pas traitée car détectée plus tard, est-ce possible que j'ai eu des ganglions pendant des mois?
M
avatar
MPascale

Messages : 3192
Date d'inscription : 29/04/2010
Age : 57
Localisation : IdF (Essonne)

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  MPascale le Jeu 16 Sep 2010 - 8:52


Ah, les boules ! Very Happy
avatar
jalno

Messages : 341
Date d'inscription : 03/05/2010
Localisation : Montréal, Québec

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  jalno le Jeu 16 Sep 2010 - 16:41

Ne pas oublier que l'IVCC est congénital.

M

Messages : 696
Date d'inscription : 25/08/2010

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  M le Lun 20 Sep 2010 - 7:37

Peut-être congénital mais aussi dû à un accident, ou autre... (suite d'une opération etc...)

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 60
Localisation : la crau

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  dane83 le Lun 20 Sep 2010 - 8:34

j ai vue que la mononuclose ...26ans apres
je ne comprends pas comment cela peut se faire ..
j ai eue la mononucleose il y a 26ans et la sep il y a 7ans..et meme si c est congenital mon hypoplasie de la veine vertabrale..
vous ne pensez pas que ,justement ,puisque zamboni a trouvé la cause ,les neuros font des decouvertes...faramineuses pour essayer de le contrer...c est bien la recherche sert a ça ...
mais en attendant faut aller a l etranger a cause d eux!!!
ps je n ai pas ete opérée je n ai pas eue d accident..


M

Messages : 696
Date d'inscription : 25/08/2010

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  M le Lun 20 Sep 2010 - 9:47

Je pars du principe que tous les sépiens ont une IVCC... Ce n'est pas (encore) démontré scientifiquement, mais vu que l'on atteint 90 % ou plus chez les médecins qui traitent l'IVCC (je parle de la Belgique, de Zamboni, de la Bulgarie, la Pologne, le koweit...) et que l'on ne peut pas tout voir au scanner et/ou au doppler etc... Et que l'on sait aussi que certains d'entre nous ont probablement été déclarés sépiens par erreur...

Il existe aussi des personnes ayant un IVCC et pas de SEP! Soit ils la développeront plus tard, soit l'IVCC ne suffit pas pour développer une SEP! C'est le point de vue du docteur B et aussi de Smika et Petrov je pense... Zamboni ne dit pas non plus que l'IVCC est la cause de la SEP!
Conclusion, si l'IVCC n'est pas la cause unique de la SEP, elle est probablement nécessaire pour l'avoir! Ce qui revient à dire: supprimez la et vous supprimez la SEP! Evidemment, lorsque la SEP est déjà là... Traiter l'IVCC ne suffit pas, il faudra encore soigner les dégâts! Reconstruire la myèline et colmater les brèches (fuites) dues à l'IVCC...
M

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 60
Localisation : la crau

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  dane83 le Lun 20 Sep 2010 - 10:38

tres bonne reponse...enfin maintenant que je sais tout ça reste a voir pour mes enfants..et oui ,les migraines de ma fille sont peut etre liées a ivcc..elle a été contaminéee ,son frere aussi ...dans leur enfance ...de toute façon crois que la liberation en France sera bienvenue!
je ne vais quand meme pas les mener en belgique!
avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  Domyleen le Mar 17 Mai 2011 - 22:45



Et encore une étude sur le virus Epstein-Barr!! une de plus!! Rolling Eyes

Sur MSRC:


Le virus d'Epstein-Barr pourrait être un facteur de risque de sclérose en plaques

Les scientifiques de l'Université de Grenade ont trouvé une relation entre le virus d'Epstein-Barr - qui appartient à la famille des herpès virus - et le développement de cette condition.
Le virus d'Epstein-Barr (EVB) , appartenant à la famille des herpès virus, qui comprend également le virus de l'herpès simplex et le cytomégalovirus, est l'un des facteurs environnementaux susceptibles de causer la sclérose en plaques, une maladie qui affecte le système nerveux central, dont les causes sont inconnues. Cela a été confirmé par les scientifiques de l'Université de Grenade, qui ont analysé la présence de ce virus chez les patients atteints de sclérose en plaques. Les chercheurs ont analysé les taux d'anticorps, qui sont produits dans le système nerveux central et qui pourraient être directement impliqués dans le développement de la sclérose en plaques.
(….)


Lire la suite :

http://www.msrc.co.uk/index.cfm/fuseaction/show/pageid/2479

babar

Messages : 217
Date d'inscription : 15/03/2011

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  babar le Sam 21 Mai 2011 - 12:43

EBV pouvant déclencher la sep puis rester silencieux, il pourait, suite à je ne sais qu'elle réaction ( nouveau virus entrant dans l'organisme , etc...) se réveiller, réveiller les anticorps correspondants, provoquer une réaction d'agression de la myéline par ces mêmes Ac et donc une poussée. Non ?

A-t-on essayer, dans le cadre d'essais thérapeutiques, je fais appel aux connaissances des plus anciens (je ne suis l'actualité SEP que depuis mon inscription sur le forum, donc pas très longtemps) des traitements avec des anti-virus, allopathiques, naturels ou autres, dont le spectre d'action comprend EBV ?

Des membres du forum ont-ils fait cette démarche de leur côté, sans passer forcément par un neurologue, cette démarche anti virus EBV ne relevant pas forcément de sa seule compétence.

Merci pour vos réponses.

babar

Messages : 217
Date d'inscription : 15/03/2011

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  babar le Mar 7 Juin 2011 - 16:34

Personne peut répondre Exclamation Question

M

Messages : 696
Date d'inscription : 25/08/2010

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  M le Mar 7 Juin 2011 - 18:18

Babar, le problème n'est pas tellement le virus mais ses marqueurs, l'influence qu'il a sur l'immunité. Je supopose que c'est la même chose pour Lyme... Tu as des lymphocytes entrainés à tuer ce virus et si ils se trouvent en présence de myèline... ils confondraient Myèline et virus... Mais que font-ils en présence de myèline? -> CCSVI?

Moduler l'immunité: neutraliser certains lymphocytes semble avoir une influence sur les poussées (inflammation). Mais n'arrête pas la maladie... Pour moi on ne s'occupe que des symptômes, pas de la cause! Renforcer la BHE (comme le Tysabri) et ou neutraliser partiellement les Lymphocytes (CRAB), c'est trop peu! Il faut surtout empêcher les oligocytes de mourrir! Cela au moins sera valables pour toutes les formes de SEP! Et je suis 100% d'accord avec Hubbard: double effet de la CCSVI.

C'est loin d'être prouvé scientifiquement mais c'est logique!
avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  Domyleen le Ven 11 Nov 2011 - 21:55



Sur MSRC:


Les variations génétiques et la fièvre glandulaire affinent la probalité de SEP


Des scientifiques d’Australie Occidentale cherchent à résoudre un lien entre le développement de la SEP et la fièvre glandulaire.
Combinée avec des variations génétiques dans le système immunitaire, la fièvre glandulaire pourrait être l'un des facteurs qui augmentent considérablement le risque de développer une SEP.
Une étude de l'Université Murdoch travaille pour savoir comment ces facteurs affectent le développement de la sclérose en plaques.
(…).
«C'est un projet vraiment passionnant de collaboration qui devrait conduire à de nouvelles méthodes de diagnostic et de traitement»
Une autre étude de l'Université nationale australienne (ANU), dirigé par le professeur agrégé Lucas Robyn trouve que ceux qui ont les anticorps de la fièvre glandulaire ont un risque accru de développer une SEP.
Ce résultat est cohérent avec d'autres études montrant un lien entre les marqueurs d'épisodes précédents de fièvre glandulaire et la SEP.
«Ce que nous avons démontrén, c’est qu’ il est plus susceptible de déceler des antécédents de fièvre glandulaire cjez les personnes qui développent une démyélinisation du système nerveux central , selon le professeur Lucas.
D’après le ANRI, le début de la SEP survient généralement chez le jeune adulte, est plus fréquente chez les femmes et touche environ 18.000 personnes à travers l'Australie avec plus de 30 affectés pour 1.000 personnes dans WA. (Australie Occidentale)
Source: Réseau des sciences Western Australia © Copyright Réseau des sciences 2011 (11/11/11)


La mononucléose infectieuse (Fièvre glandulaire) est provoquée par le virus d'Epstein-Barr (VEB), un agent qui affecte à peu près tout le monde plus ou moins gravement.
avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  Domyleen le Sam 7 Jan 2012 - 0:27



Sur MSRC:


Le virus latent suscite l'inflammation dans la SEP !

Le virus Epstein-Barr peut jouer un rôle dans la sclérose en plaques (SEP) en activant des réactions immunitaires innées, d’après des chercheurs.

L'examen du tissu cérébral post-mortem a remonté des segments d'A.R.N. du virus, spécifiquement dans les zones de lésions actives de SEP, mettant en évidence une inflammation des cytokines impliquées dans l'immunité innée, selon une étude faite par les docteurs Ute C. Meier, et Reine Mary de l’Université de Londres et leurs collègues.

Cette cytokine, d'interféron alpha a été surexprimée dans les lésions des zones actives SEP de la matière blanche mais pas dans des lésions inactives, la matière blanche apparaissant normale, ainsi que le tissu cérébral lors des contrôles, a annoncé l’équipe, en ligne dans Neurology.

La densité Significativement plus haute de cellules d’interféron alpha était représentée dans les lésions aigües de SEP (130 ± 9.4 cells/mm2) et les lésions chroniques limites actives de SEP (114.8 ± 9.7 cells/mm2) comparée avec les lésions inactives (18.22 ± 2.8 cells/mm2), la matière blanche apparaissant normale (4.4 ± 1.2 cells/mm2) et le tissu (cérébral) de contrôle (12.25 ± 2 cells/mm2, P < 0.0001).

"Il est possible que le rôle subtil du virus Epstein-Barr ne soit pas trop surprenant étant donné qu’il s’agit d’un virus persistant dont le but est de coexister plutôt que de supprimer l'hôte," ont écrit les auteurs.

Le virus a un lien épidémiologique fort avec la SEP ont-ils indiqué.

Les individus qui ont eu un épisode symptomatique de mononucléose infectieuse par le virus Epstein-Barr ont deux fois plus de chances de développer une SEP, plus tard, avec un risque apparaissant plus élevé pour des fumeurs.

La détermination du mécanisme pour le lien avec le virus Epstein-Barr pourrait aider dans le développement de meilleurs traitements pour la maladie neurodégénérative, suggère le groupe de Meier et il pourrait y avoir des implications plus larges également.

"Notre étude jette un nouvel éclairage sur les interactions mécanistes des A.R.N. viraux et l'activation de l’immunité innée dans le système nerveux central et peut mettre en évidence la propension pour les infections virales latentes à contribuer à la neuro-inflammation dans le CNS, non seulement dans la sclérose en plaques, mais aussi dans d'autres maladies neuro-inflammatoires," ont-ils écrit.

Leur étude relance le débat sur « comment le virus Epstein-Barr infecte couramment les cellules B dans la SEP » … , célèbre Jan D. Lünemann, de l'Université de Zurich, Suisse, dans un éditorial d'accompagnement.

Mais même si l'accumulation de cellules B infectées par le virus Epstein-Barr dans de telles lésions ne représente simplement qu’un rôle de témoin, cela ne le rend pas nécessairement silencieux ou innocent, a-t-il écrit.

Plutôt que d’exiger une infection active, l'infection latente dans ces cellules immunitaires a semblé stimuler ou entretenir des réactions immunitaires innées contribuant au milieu inflammatoire des lésions dans la SEP.

Dans la SEP, le tissu cérébral post-mortem des patients qui ont été étudiés, les lésions actives de SEP (définies par la présence dense de lymphocytes infiltrés avec des nombreuses cellules B) contenaient toutes des cellules infectées par le virus Epstein-Barr.

Mais peu de ces cellules infectées ont exprimé une protéine virale indiquant la reproduction active, suggérant "que l'expression du gène viral est limitée à quelques protéines qui sont exprimées pendant l'infection latente, a expliqué Lünemann.

De telles cellules n'étaient pas uniques à la SEP, mais ont été aussi détectées dans le tissu du CNS (Système Nerveux Central) de deux patients témoins, (qui avaient fait un infarctus ( ??)), ce qui, d’après les chercheurs est aussi une maladie dans laquelle l'inflammation joue un rôle important.

Il est à noter que des cellules virales-positives d’Epstein-Barr étaient présentes dans des proportions beaucoup plus élevées dans les lésions actives de SEP que les cellules B attendues, " ce qui suggère que ces cellules étaient, soit recrutées, ou accumulées en s’infiltrant dans le CNS" a noté Lünemann.

Le groupe de Meier a aussi évalué que le processus, en infectant des cellules embryonnaires humaines des reins, avec l’A.R.N. codé du virus Epstein-Barr, on a constaté que ceci stimulait significativement la production d'interférons alpha.

Démasquer des interférons alpha dans les cellules macrophages et micro gliales suggère que la production locale serait une partie d'un processus inflammatoire aigu.

"Ainsi, l'infection virale Epstein-Barr, même latente peut déclencher la production d'interférons alpha, observés dans des lésions de sclérose en plaques actives, et contribuer ainsi à la neuro-inflammation," ont conclu les experts.

L'étude a été soutenue par AIMS2CURE, le Trust Caritatif Rouanne et par des subventions du Conseil de la Recherche Médicale, l’UAEU FMHS, le Projet et le Trust Wellcome.

Meier a déclaré avoir reçu le support du Groupe Technologique britannique, ABN/MS Society, Aims2Cure et le Trust caritatif Rouanne.

Lünemann annoncé qu’il était soutenu par Baxter International, la Fondation de Science nationale suisse, le Gemeinnutzige Hertie-Stiftung, la Fondation pour la Sclérose en plaques suisse, la Fondation Betty et David Koetser la Base et la Fondation Ernst Schering.

Source primaire : Neurology
Référence source :
Tzartos JS et Al-"Association d'activation immunitaire innée avec le virus Epstein-Barr latent dans les lésions actives de SEP" Neurology 2012; 78 : 15-23.

Source supplémentaire : Neurology
Référence source :
Lünemann JD "Epstein-Barr virus dans sclérose en plaques : une énigme ininterrompue" Neurology 2012; 78 : 11-12.

Source : Medpage Aujourd'hui © 2012 Everyday Health, Inc. (04/01/12)


avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  Domyleen le Jeu 8 Mar 2012 - 23:09


Sur MSRC :


Epstein-Barr virus stimule la réplication des Virus Transmis par les Transfusions: un lien possible avec la SEP??

Résumé:

Cet article Allemand, très intéressant : une recherche sur une interaction potentielle entre deux virus précédemment impliqués dans la pathogenèse de la SEP; Le Virus Transmis par une Transfusion (TTV) et le virus d'Epstein-Barr (EBV). Les auteurs rapportent que la réplication virale, telle que mesurée par amplification du génome, ainsi que la PCR quantitative des deux isolats TTV-HD14, isolés du cerveau (de patients) SEP, étaient significativement plus élevées dans les lignées cellulaires des positifs au virus Epstein-Barr (EBV), que chez les « négatifs » des cellules du lymphome de Burkitt. Les auteurs suggèrent que l'interaction possible de l'EBV et TTV peut exister dans l'étiologie et la progression de la sclérose en plaques.

(Voir l’article de Plos-One)

Source @ PLoS One. 2012; 7 (2): e32160. Epub 2012 Fev 22. & Pubmed PMID: 22384166 (03/07/12)

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0032160




avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Virus EPSTEIN-BARR: (EBV)

Message  Domyleen le Jeu 8 Mar 2012 - 23:16



Qques définitions:

Virus TTV

Un nouveau virus hépatotrope (qui a un tropisme pour le foie, comme ceux des hépatites A ,B ,C ,D ,E ,G ) a été découvert en 1997 au Japon.
TTV correspond aux initiales du patient chez qui ce virus a été découvert la première fois. et non à" transfusion transmitted virus".
Du reste on devrait parler de virus TT au pluriel car il s'agit d'une véritable famille virale connue depuis longtemps et qui est d'évolution lente. (il a été permis de distinguer 6 principaux types eux mêmes sous divisés en un grand nombre de sous-types) .

Il s'agit d'un virus à ADN (Voir ce terme) simple brin, dépourvu d'enveloppe constitué de 3739 NUCLEOTIDES
(Voir ce terme) .et classé encore provisoirement dans la famille des parvoviridae (Voir PARVOVIRUS ) .

Il semble présent chez 2 % des donneurs de sang.

De façon plus importante chez les transfusés.(5 À 25 %) .

On retrouve ce virus partout dans le monde.
Il est vraisemblable que sa transmission par la salive soit possible, ce qui pourrait expliquer les prévalences élevées dans la population générale.
.
On le retrouve de façon plus importante chez les malades infestés par le virus de l'hépatite B , et de l'hépatite C mais il ne semblerait pas que cette association aggrave la sévérité de ces hépathopathies.

Deux catégories de populations semblent plus exposées
les transfusés et les homosexuels.
mais les hémophiles et les hémodialysés sont également des sujets à risques.
Tous en raison de leur immuno-déficience.

Il semblerait également que ce virus soit plus fréquemment présent dans les populations du pourtour Méditerranéen.

Il ne semblerait pas que ce virus soit hautement pathogène, mais l'existence possible de génotypes à pouvoir pathogène exacerbé ne peut être exclue.
La transmission parentérale est certaine (transfusion, toxicomanie, facteurs anti hémophiliques), mais il n’est pas impossible qu'une transmission oro-fécale puisse exister.( les études se poursuivent pour l'affirmer)
La transmission mère- enfant semble très probable.

Ce virus est à rechercher devant toute hépatite inexpliquée


http://sante-guerir.notrefamille.com/v2/services-sante/article-sante.asp?id_guerir=10104
Le Lymphome de Burkitt est une tumeur (lymphome non-hodgkinien) qui provient de l'évolution maligne et de la prolifération de cellules lymphoïdes de type B. Elle est souvent d'origine virale. Classiquement, on définit trois variantes cliniques1 : la forme endémique, la forme associée à l'immunodéficience et la forme sporadique.
(…)
Le virus Epstein-Barr est associé aux trois formes de lymphome de Burkitt, de manière constante dans la forme endémique, de manière inconstante dans les deux autres formes2. L'infection précède le développement tumoral3. le mécanisme de la transformation tumorale n'est pas clair. Plusieurs protéines synthétisées par le génome du virus Epstein-Barr seraient impliquées, entraînant des altérations au niveau de l'ADN de la cellule contaminée4.
Le rôle favorisant du paludisme a été suspecté dans la forme endémique pour des raisons épidémiologiques. Certains antigènes du parasite pourrait réactiver le virus Epstein-Barr présent de manière latente chez un hôte5.

La PCR quantitative (ou PCR en temps réel, QPCR) est une méthode particulière de réaction en chaîne par polymérase permettant de mesurer la quantité initiale d'ADN. En réalité, la PCR quantitative mesure le nombre d'amplicon (portion d'ADN définie par un couple d'amorces).







    La date/heure actuelle est Dim 25 Juin 2017 - 0:08