ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Domyleen le Mar 2 Nov 2010 - 20:20



Sur la page d'accueil de l'Arsep:

Compte-rendu de l'ECTRIMS 2010 sur l'Insuffisance veineuse cérébrospinale chronique (IVCC) - Göteborg, 13 - 16 Octobre 2010. (PDF)

ECTRIMS 2010
13 – 16 Octobre 2010, Göteborg, Suède.

Ce congrès international spécialement dédié à la Sclérose en Plaques permet de faire le point sur les
avancées thérapeutiques, sur la recherche en immunologie, en génétique, en neurobiologie, en
virologie, … ainsi que sur la prise en charge de la maladie.
Cette rencontre est devenue incontournable pour tous les acteurs médicaux et scientifiques impliqués
dans cette pathologie.
De nombreux aspects ont été abordés, en voici résumés quelques-uns :

Le point sur l’Insuffisance Veineuse cérébrospinale chronique (IVCC)

Un symposium spécial, organisé par la Fondation Européenne Charcot, a été consacré à
« Insuffisance veineuse cérébrospinale chronique (IVCC). Un lien avec la SEP ? ».
Sous la présidence de G. Comi (Milan, Italie), 5 intervenants ont présentés leurs travaux :
- O.R. Hommes (Molenhoek, Hollande) : Introduction ;
- P. Zamboni (Ferrara, Italie) : IVCC : de l’hypothèse à la réalité ;
- R. Zivadinov (Buffalo, Etats-Unis) : IVCC : relation à la SEP ;
- F. Doepp (Berlin, Allemagne) : Doppler du flux veineux cérébral dans la SEP ;
- O. Kahn (Detroit, US) : Questions sur IVCC et SEP ;

Le Pr Zamboni a de nouveau présenté les résultats de ces études publiées en 2009. La 1ère portait sur
69 patients atteints de différentes formes de SEP versus 235 témoins. Il avait observé, à l’aide de
techniques sophistiquées de doppler, des anomalies du flux sanguin dans les veines extra-crâniennes
(jugulaires, azygos et vertébrales) chez une majorité des patients atteints de SEP. Ces résultats
préliminaires lui avaient permis de formuler l’hypothèse qu’une insuffisance veineuse cérébrospinale
chronique (IVCC) pourrait contribuer aux altérations du système nerveux observées dans la SEP.
Toutefois, il n’avait pas été établi de relation claire entre l’ampleur des troubles veineux et la sévérité
de la maladie. Dans un deuxième temps, son équipe avait évalué dans une étude ouverte l’efficacité
d’une dilatation par ballonnet sur l’évolution de la SEP (réduction des nouvelles lésions en IRM et du
nombre de poussées) chez 65 patients. Ces résultats, considérés comme positifs, ont ouvert la voie à
d’autres essais thérapeutiques contrôlés.

Le Pr Zivadinov a présenté les résultats préliminaires de l’étude CTEVD (Combined Transcranial and
Extracranial Venous Doppler Evaluation in Multiple Sclerosis) réalisée sur 500 patients inclus (1700 prévus
au total : SEP, autres maladies neurologiques et témoins) et combinant une évaluation par doppler
veineux trans et extra-crânien. Parmi les 289 patients atteints de SEP, 55 % présentaient une IVCC
(versus 22 % chez les 163 sujets contrôles). Pour l’auteur, ces résultats mettent en évidence une
importante association entre rétrécissement veineux et sclérose en plaques. Néanmoins, les données
de l'IRM permettront d'en savoir plus lorsqu'elles seront disponibles. Une étude randomisée
d’intervention endo-vasculaire (PREMISE : Prospective Randomized Endovascular Therapy in Multiple
Sclerosis) a prévu d’inclure 10, puis 20 patients présentant une SEP rémittente avec une évaluation
combinant doppler et IRM.

Le Pr Doepp a présenté son étude dans laquelle il ne retrouve pas une corrélation significative entre
IVCC et SEP. Avec le Pr Kahn, ils ont rappelé que le lien entre SEP et IVCC était loin d’être établi de
façon certaine et que se posaient, en particulier, les questions de fiabilité de l’interprétation des
examens ultra-sonographiques et de l’innocuité des procédures endo-vasculaires.

Le Pr Comi a conclu cette session en insistant sur le fait que les connaissances actuelles sur cette
question restent très largement insuffisantes et que le lien entre ces deux entités n'étant pas confirmé,
il n'est pas envisageable de proposer un traitement endo-vasculaire à des patients ayant une SEP et
une insuffisance veineuse cérébrospinale chronique. Des études multicentriques suivant une
méthodologie rigoureuse et utilisant des critères homogènes et validés sont nécessaires pour apporter
de véritables réponses à ces questions.

Invité
Invité

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Invité le Mar 2 Nov 2010 - 20:39


Ben alors, z'attendent quoi pr lancer les appels d'offre et financer. Il est pas tt trouvé le sujet ? Tjs plus intéressant q les trucs genre "Qd le handicap intervient, le niveau de vie s'en ressent", comme si on n'était pas au courant !

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  dane83 le Mar 2 Nov 2010 - 20:42

quand je lis ça je dis: amen.!..et oui je suis athée!!!!voila le rapport elephant
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Domyleen le Mar 2 Nov 2010 - 20:56



Suite:

Aucune Insuffisance veineuse cérébro-spinale (IVCC) dans les syndromes cliniquement isolés
(SCI) suggestifs de Sclérose en Plaques (SEP).


Baracchini C et collaborateurs, Italie.
Poster 81

L’objectif de cette étude était de déterminer si un lien causatif existait entre IVCC et SEP. Pour cela
les auteurs ont étudié le flux veineux cérébro-spinal chez 50 patients (35 femmes, 15 hommes ; âge
moyen 33 ans ; EDSS 1.6) ayant présenté un syndrome cliniquement isolé (SCI) et ayant des critères
de dissémination spatiale. Tous les patients avaient eu un diagnostic approfondi, une ponction
lombaire, des IRM encéphalique et médullaire rehaussées au Gadolinium, un écho-doppler des
vaisseaux du cou et transcrâniens. Les patients présentant des anomalies à l’écho-doppler ont
bénéficié d’une veinographie sélective. Le groupe contrôle était constitué de personnes en bonne
santé et de patients ayant présenté un ictus amnésique.
Parmi les 50 patients, 8 (16 %) présentaient des anomalies à l’échographie doppler compatible avec
une insuffisance veineuse cérébrale. La veinographie était normale chez 6 patients, 1 avait un
rétrécissement veineux, 1 patient a fait une tachycardie entrainant l’arrêt de l’examen.
En conclusion, ces résultats ne confirment pas l’hypothèse qu’un rétrécissement des veines
cérébrales et du cou jouerait un rôle causal dans la pathogénie de la SEP.


La présence et la sévérité de l’insuffisance veineuse cérébrospinale (IVCC) est liée à une
vascularisation veineuse du parenchyme cérébral plus faible chez les patients atteints de
Sclérose en Plaques (SEP).


Zivadinov R et collaborateurs, Etats-Unis.
Poster 82

Dans cette étude, les auteurs ont voulu étudier le lien entre la présence d’une IVCC et l’altération
visible de la vascularisation du parenchyme cérébral chez 59 patients atteints de SEP (41 avec la
forme rémittente ; 18 avec la forme secondairement progressive) et 33 témoins appariés selon le sexe
et l’âge. L’âge moyen des patients était de 44.3 ans, la durée moyenne de la maladie 13.2 ans et
l’EDSS de 2.5. La présence d’une IVCC a été déterminée en utilisant une évaluation par doppler extra
et transcrânienne, avec au moins 2 critères évocateurs.
Une IVCC ont été observée chez 47 patients atteints de SEP (79.7%) et 6 contrôles (18.2%).
Différentes valeurs et notamment les volumes veineux absolus étaient plus faibles chez les patients
que chez les contrôles. Ces modifications étaient corrélées au nombre de critères évocateurs d’IVCC
chez les patients.
Les auteurs concluent que la présence et la sévérité de l’insuffisance veineuse cérébrospinale (IVCC)
est liée à une vascularisation veineuse du parenchyme cérébral plus faible chez les patients atteints
de Sclérose en Plaques.


Aucune association entre un drainage anormal du système nerveux crânial et la SEP : une
étude en IRM veineuse et quantification de flux.


Wattjes MP et collaborateurs, Hollande.
Poster 324


Au cours de cette étude, les auteurs ont étudié la circulation veineuse intracérébrale ainsi que
l’anatomie des veines intra et extra-crâniennes à l’aide d’une veinographie par résonnance
magnétique 3T incluant une angiographie 3D avec contraste de phase. Cette étude a été réalisée
chez 20 patients atteints de SEP (15 femmes, 5 hommes ; âge moyen : 35.1 ans ; EDSS moyen :
2.25) et 19 témoins (14 femmes, 5 hommes ; âge moyen 33.9 ans). Une sténose intracrânienne a été
retrouvée chez 4 patients SEP et 1 témoin, une sténose extracrânienne chez 8 patients SEP et 7
témoins. Quatre patients SEP et 3 témoins ont été classés comme ayant possiblement un système
veineux anormal ; 6 patients SEP et 5 témoins ont été classés comme ayant probablement un
système veineux anormal. La quantification des flux n’a montré aucune anomalie chez les patients
SEP et les témoins.
Les auteurs concluent que, bien que les sténoses veineuses semblent être légèrement plus
fréquentes chez les patients SEP, une anomalie du système veineux crânien (avec un drainage
anormal) se produit aussi fréquemment chez les patients SEP que chez les témoins. Compte tenu des
résultats normaux de quantification des flux veineux chez tous les sujets, il est probable que les
anomalies veineuses décrites reflètent des variants anatomiques du drainage veineux plutôt que des
obstructions relevant de la clinique.


Traitement endovasculaire pour l’insuffisance veineuse cérébrospinale dans la SEP. Une étude
pilote longitudinale.


Zamboni P et collaborateurs, Italie et Etats-Unis.
Poster 508.


Cette étude ouverte, randomisée et réalisée sur 12 mois dans 2 centres (Italie et Etats-Unis) voulait
évaluer la sécurité et la tolérance de l’angioplastie (par ballon) chez 15 patients présentant la forme
rémittente de SEP. Tous les patients présentaient une IVCC et étaient sous traitement de fond
(modificateur). Les patients furent répartis en 2 groupes : ceux opérés immédiatement (groupe
précoce) et ceux opérés 6 mois (groupe tardif) après la mise en évidence d’une anomalie veineuse.
Tous les patients recevaient un examen clinique, une IRM et en doppler à 0, 3, 6, 9 et 12 mois.
Aucun effet indésirable grave n’a été observé excepté un syndrome vaso-vagal approximativement
une heure après l’intervention. Une re-sténose a été observée dans 29 % des cas (dans le groupe
tardif : 2 à 3 mois et 1 à 6 mois ; 1 dans le groupe précoce à 12 mois). Aucune différence au niveau
IRM et critères cliniques n’a été observée entre les 2 groupes 6 mois après l’intervention.
Les auteurs concluent que l’intervention est bien tolérée et que le taux de re-sténose est faible.
[/i]

Invité
Invité

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Invité le Mar 2 Nov 2010 - 21:00


Vivement q'ils utilisent ts le mm protocole...
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Domyleen le Mar 2 Nov 2010 - 21:06



Suite:

Aucune évidence de congestion veineuse cérébro-cervicale chez les patients atteints de
Sclérose en Plaques.


Doepp F et collaborateurs, Allemagne & Royaume-Uni
Poster 579


Dans cette étude, les auteurs ont effectué des études en écho-doppler extra et trans-crâniennes
incluant le flux du volume sanguin dans les veines extracrâniennes, l’aire des sections transversales,
et les critères d’IVCC chez 59 patients SEP et 20 contrôles.
Les résultats obtenus montrent que le flux sanguin était normal chez tous les patients sauf un ;
qu’aucune sténose n’a été détectée. Aucune différence entre les patients et les contrôles n’a été
observée dans les veines intracrâniennes. Aucun des sujets impliqués dans l’étude ne remplissait plus
d’un critère pour l’IVCC.
Les auteurs concluent que les résultats ne confirment pas le rôle de l’insuffisance veineuse
cérébrospinale dans la pathogénie de la Sclérose en Plaques.


Corrélats cliniques de l’insuffisance veineuse cérébrospinale dans la Sclérose en Plaques.

Weinstock-Guttman B et collaborateurs, Etats-Unis.
Poster 653


Dans cette étude, les auteurs ont cherché à évaluer s’il existait une corrélation entre les signes
cliniques et l’IVCC chez les patients atteints de SEP. Ils ont pratiqué un doppler trans et extra-crânien
de la tête et du cou chez 163 contrôles, 289 patients, 21 personnes ayant présenté un syndrome
cliniquement isolé et 26 personnes avec des troubles neurologiques autres. La prévalence de l’IVCC
était supérieure pour les formes avancées de SEP : 89.5% dans les formes secondairement
progressives avec poussées ; 67.2% dans les formes secondairement progressives ; 54.5% dans les
formes primaire progressive ; 49.2% dans les formes rémittentes et 38.1% dans les cliniquement
isolés. Les personnes présentant une IVCC était en moyenne plus âgées que les personnes sans
IVCC.
Les auteurs concluent que l’insuffisance veineuse cérébrospinale chez les patients atteints de
Sclérose en Plaques est associée à des formes plus avancées de la maladie.
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Domyleen le Mar 2 Nov 2010 - 21:47



Suite:


L’insuffisance veineuse cérébrospinale est une cause peu probable de la Sclérose en Plaques.


Yamout B et collaborateurs, Liban.
Poster 663


Au cours de cette étude, les auteurs ont réalisé des angiographies veineuses extracrâniennes chez 42patients : 29 présentant une SEP débutante (syndrome cliniquement isolé ou forme rémittente de moins de 5 ans) ; 13 présentant une SEP évoluée (forme rémittente avec plus de 10 ans d’évolution).
Ils ont également étudié les IRM et les évènements cliniques chez les patients.
Parmi les patients ayant une SEP débutante, 7/29 (24%) présentaient une sténose veineuse
extracrânienne contre 12/13 (92%) patients dans les formes évoluées. L’incidence d’une sténose veineuse extracrânienne était de 9% dans les syndromes cliniquement isolés contre 33% dans les formes rémittentes avec moins de 5 ans d’évolution. Chez les 19 patients ayant une sténose veineuse extracrânienne, la durée moyenne d’évolution de la maladie était de 9.4 +/- 6.8 ans, contre 3.2 +/- 4.1 ans chez les patients sans sténose veineuse extracrânienne. Dans le groupe des patients avec une SEP débutante, les patients avec une sténose veineuse extracrânienne (7) ou sans (22) avaient un EDSS similaire, suggérant une même sévérité de la maladie. Aucune corrélation n’a pu être établie entre le site de la sténose veineuse extracrânienne et la localisation anatomique des poussées ou les
lésions rehaussées au Gadolimium.
Les auteurs concluent que l’insuffisance veineuse cérébrospinale est une cause peu probable de la Sclérose en Plaques puisqu’elle n’est pas présente chez la majorité des patients au début de la maladie. Cette insuffisance est probablement un phénomène secondaire tardif, lié à la maladie chronique du système nerveux et à son atrophie.


Utilisation de la veinographie par résonnance magnétique pour la visualisation des veines
jugulaires internes chez les patients atteints de Sclérose en Plaques et diagnostiqués avec une
insuffisance veineuse cérébrospinale et traités par angioplastie.


Lopez-Soriano A et collaborateurs, Italie, Etats-Unis
Poster 773


L’objectif de cette étude était d’évaluer le rôle de la veinographie par résonnance magnétique pour visualiser les veines jugulaires internes chez des patients atteints de SEP avec une IVCC et chez des contrôles sur une période de 12 mois par rapport au doppler (non invasif) et la veinographie sélective (invasive). Deux techniques d’IRM ont été utilisées.
Les résultats montrent une correspondance de 90% entre le doppler et la veinographie sélective. Par contre, il existe aucune correspondance entre les 2 techniques d’IRM et le doppler dans 85% des examens ; entre les 2 techniques d’IRM et la veinographie veineuse dans 80 et 70% des cas ; entre les 2 techniques d’IRM dans 22% des cas.
En conclusion, les auteurs estiment que la veinographie par résonnance magnétique a des limites pour diagnostiquer l’insuffisance veineuse cérébrospinale.
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Domyleen le Mar 2 Nov 2010 - 21:54


Suite et fin:



Les patients atteints de Sclérose en Plaques avec une insuffisance veineuse cérébrospinale
présentent une augmentation de la concentration en fer dans la substance grise profonde.


Zivadinov R et collaborateurs, Etats-Unis
Poster 774


L’objectif de l’étude était d’étudier la relation entre la présence d’IVCC et la concentration en fer dans les différentes régions de la substance grise chez 93 patients atteints de SEP (66 avec la forme rémittente, 23 avec la forme secondairement progressive) et 51 contrôles appariés en âge et sexe. L’âge moyen des patients était de 49.9 ans, la durée de la maladie de 14.6 ans et l’EDSS de 2.5. La présence de l’IVCC a été déterminée par un doppler extra et transcrânien. Une IVCC a été trouvée chez 62 patients (66.7%) et 14 témoins (27.5%). Les patients présentant une IVCC avait une augmentation du fer total dans la substance grise par rapport aux patients sans IVCC. Aucune différence n’a été observée chez les contrôles. La corrélation entre la présence et la sévérité de l’IVCC et l’augmentation de la concentration globale en fer dans la substance grise était plus forte pour les formes secondairement progressives que pour les formes rémittentes.
En conclusion, il s’agit de la 1ère étude de cohorte qui suggère qu’il existe une association entre la présence et la sévérité de l’insuffisance veineuse cérébrospinale et la concentration en fer dans la substance grise des personnes atteintes de SEP.


Imagerie par résonnance magnétique sur les veines cervicales des patients.

Alikhani K et collaborateurs, Canada.
Poster 778


L’objectif de cette étude était d’analyser la fréquence des veinographies par résonnance magnétique rehaussées par le gadolinium chez les patients SEP.
Les patients, non sélectionnés, ont été suivis à la clinique de la SEP de décembre 2009 à juin 2010. Toutes les informations concernant l’âge, le sexe, le début de la maladie, les symptômes, l’évolution, le handicap, les traitements ont été enregistrés. le diagnostic a été établi selon les critères de Mc Donald.
Parmi les 46 patients 21 avaient une SEP cliniquement définie (16 femmes, 5 hommes ; 14 avec la forme rémittente, 7 avec la forme secondairement progressive), 5 avaient une SEP probable, 6 avaient un syndrome cliniquement isolé. Une anomalie à la veinographie par résonnance magnétique a été observée chez 23.8% des patients SEP et 21.4 % des personnes qui n’avaient pas la SEP, un patient avec un syndrome cliniquement isolé et personne chez les personnes avec une SEP probable.
L’âge moyen des patients SEP était 47.04 ans ; 44.14 ans chez les personnes sans signe à la veinographie ; 54.8 ans chez les personnes avec une veinographie anormale. L’EDSS moyen était de 3.7 ; 6.1 chez les personnes avec une veinographie anormale ; 4.07 chez les personnes sans signe à la veinographie. La durée moyenne de la maladie était de 15.5 ans ; 13.64 ans chez les personnes sans signe à la veinographie ; 19.63 ans chez les personnes avec une veinographie anormale.
Les auteurs concluent que les patients avec une sténose ou une occlusion des veines sont une minorité plus âgée et que ces anomalies sont observées également chez les personnes avec ou sans SEP. Bien que cette étude soit limitée par le faible nombre de patients, les résultats suggèrent que les anomalies veineuses sont indépendantes du diagnostic de SEP.

Tous les résumés ont été faits à partir des données publiées dans le livre des « Abstracts » édité par
la revue « Multiple Sclerosis ».
avatar
Domyleen

Messages : 7904
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Domyleen le Mar 2 Nov 2010 - 22:21



La réponse d'Adrienne sur son blog:
Lundi 18 octobre 2010 1 18 /10 /2010


Ectrims aura mis la pression à l'arSEP et...
Le congrès garantit publiquement que personne ne pourra s'attribuer la découverte de paolo Zamboni, et d'une. De toute façon, la CCSVI est brevetée et déposée, certifiée auprès du ministre de la santé italien. Puis, peut-être bonne nouvelle pour nous, l'arSEP et sa L. indigne présente, seront obligés, du moins moralement, de financer des études approfondies sur l'IVCC/CCSVI. Et toc! Sauf que s'ils sont financés par de grands labos dont le seul but est la côtation en bourse, on est mal, ça traînera et les résultats seront forcément volontairement négatifs, un labo qui embauche un publicitaire pour mentir positivement sur ses derniers traitements fait cela. Mais heureusement il y aura dans le monde des études neutres et donc fiables. Ce qui repousse à de longues années la veinoplastie pour nous. Perso, je n'ai pas tellement confiance en des équipes à l'étranger, et comme je ne peux pas voyager, je dépends de la France qui est dans la m... sanitaire et politique depuis S.
Médecin français sous le manteau? N'opérant pas veines et azygos selon le protocole Zamboni, le seul toub n'a pas ma confiance. Quand on parle de 5 à 20 pour cent de succès détection CCSVIselon la personne à qui on parle (contre 80 à 97 pourcent chez d'autres angiologues qui ont témoigné à Ectrims et établi ainsi le lien entre SEP et CCSVI), ce n'est pas net. Or Zamboni, très humble, a toute ma confiance. Ok, comme je l'ai publié ici il y a deux jours, la ccsvi n'est pas à l'origine de la SEP, les CCSVistes de face s'en fichent mais veulent la procédure qui soigne, voire guérit, même et surtout les troubles moteurs. Et ça, après enquête, j'y crois. C'est mon espoir. Dans quelques années que je souhaite longtemps avant ma grande vieillesse, la vérité éclatera et Zamboni aura le Nobel de médecine. On parie?


Par Handi@dy - Publié dans : CCSVI/IVCC Zamboni théorie veineuse - Communauté : SEP(sclérose en plaques)HANDI



Invité
Invité

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Invité le Mer 3 Nov 2010 - 3:55

@Domyleen a écrit:Puis, peut-être bonne nouvelle pour nous, l'arSEP et sa L. indigne présente, seront obligés, du moins moralement, de financer des études approfondies sur l'IVCC/CCSVI.

Obligés my ass, z'arriveront tjs derrière, diront q'ils en ont déjà parlé y'a plus d'un an (oui ils m'ont déjà fait le coup) dc ça suffit. Quant à financer des études sur le sujet : jamais, ils ne ft jamais d'appel d'offre m'a affirmé leur resp scientifik ! (ms si, celle qui fait courir des garçons) ce n'est pas leur rôle... C'est qui L ? Non, j'y crois pas, m'en vais lui demander de ce pas (à Adrienne).

Aïre AÏe Aïe, j'ai pas trouvé, tu me mets le link Domy, please !?

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  dane83 le Mer 3 Nov 2010 - 7:35


Invité
Invité

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Invité le Mer 3 Nov 2010 - 7:45



Gracias (gogol: traduc espagnol -> français = merci).


Dernière édition par MPascale le Mer 3 Nov 2010 - 8:13, édité 1 fois

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  dane83 le Mer 3 Nov 2010 - 7:56

no comprendé ...c est ce que j avais appris a mes enfants quand ils passaient devant les autres au ski ..puisque j ai habite a luchon ..jusqu au jour ou un francais leur a crié dessus ...je ne vais pas dire quoi!!! farao
et oui du temps ou j ai appris a skier a mes enfants....on allait meme skier en espagne!!!!


Contenu sponsorisé

Re: ARSEP: compte-rendu ECTRIMS sur l'IVCC.

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 23 Juin 2018 - 0:32