ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Modèle EAE...

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Modèle EAE...

Message  Domyleen le Sam 13 Nov 2010 - 21:34


Qu'est-ce que le modèle EAE ?



Pr. Olivier Sabouraud, Pr. Gilles Edan

Service de neurologie, CHU de Rennes, 2 rue Henri Le Guilloux, 35033 Rennes Cedex

mis à jour le 1er août 1998

L'auto-immunité


Nous disposons d'un modèle expérimental de la SEP : l'encéphalite allergique expérimentale dans ses formes chroniques à rechutes (chez l'homme, les complications neurologiques de la vaccination anti-rabique de type pastorien réalisent une véritable maladie expérimentale très proche de l'EAE). Cette maladie provoquée par une injection unique d'extrait de myéline (ou d'autres antigènes mieux définis : la protéine basique et ses peptides encéphalitogènes ; le protéo-lipide) avec l'adjuvant de Freund complet, partage avec la SEP le fait :
- d'être une démyélinisation inflammatoire
- d'évoluer de façon rémittente et prolongée
- de dépendre de restrictions génétiques, n'étant possible que dans certaines souches de souris
- d'être liée au complexe majeur d'histo-compatibilité.
Elle en diffère cependant du fait que les lésions sont essentiellement péri-veineuses, non en plaques, et surtout qu'aucun antigène n'a pu dans la SEP faire la preuve absolue de son rôle immunogène (responsable d'une auto-immunité).
L'histoire du développement des lésions est très superposable jusque dans le détail entre le modèle animal et la SEP. Le premier phénomène est l'atteinte de l'endothelium des vaisseaux du SNC, avec rupture de barrière, passage de globulines, de lymphocytes et sécrétion de lymphokines. Contemporaine de ce début de la maladie ou du départ d'une poussée, on note dans le sang circulant une chute des cellules CD8 (qui entre autres ont une fonction suppressive). Ces premiers évènements vont induire localement l'activation des macrophages qui dissocient et détruisent les gaines de myéline, ainsi que l'attaque des oligodendrocytes (dans laquelle intervient le complément).
La poussée est un phénomène local, où chaque site lésionnel évolue ou reste éteint de façon indépendante. L'interféron gamma est un des principaux activateurs du développement des lésions.
Si l'on ne peut, en l'absence d'antigènes responsables, affirmer une maladie auto-immune, du moins a-t-on créé pour la SEP le concept de maladie à médiation immunologique.


http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/neuro/SEP.htm#A)
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Modèle EAE...

Message  Domyleen le Sam 13 Nov 2010 - 21:38




Rappel de ce qu'est le modèle EAE pour la Recherche sur la sclérose en plaques:

Revue Neurologique

Vol 163, N° 6-7 - juin 2007
Sclérose en plaques
Experimental models of multiple sclerosis


Center for Brain Research, Medical University of Vienna, Spitalgasse 4, A-1090 Wien, Austria. hans.lassmann@meduniwien.ac.at


Résumé

Modèles expérimentaux et sclérose en plaques.

H. Lassmann, Rev Neurol (Paris) 2007; 163: 6-7, 651-655

Considérée comme une maladie auto-immune, la sclérose en plaques (SEP) provoque des lésions démyélinisantes inflammatoires de la substance blanche du système nerveux central (SNC). Cependant, de récentes études montrent le caractère hétérogène et complexe de la maladie. Dans les modèles expérimentaux utilisant des antigènes cérébraux, il est possible d’induire un processus d’auto-immunisation produisant des lésions quasi-identiques à celles de la SEP. Ce modèle, l’encéphalomyélite autoimmune expérimentale (EAE), est largement utilisé pour étudier la physiopathologie de la maladie et pour tester de nouvelles approches thérapeutiques. Néanmoins, l’EAE ne reflète qu’une partie de la gamme pathologique de la SEP. Par ailleurs, il existe plusieurs modèles différents de l’EAE, chacun simulant un aspect de la maladie mais aucun n’en présentant toutes les caractéristiques. Ainsi, l’EAE est un modèle utile pour étudier des questions spécifiques sur la SEP et sa physiopathologie, mais n’apporte qu’un bénéfice limité pour l’étude de nouvelles approches thérapeutiques. Aussi est-il important de choisir un modèle d’EAE adapté pour chaque étude spécifique.
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Modèle EAE...

Message  Domyleen le Sam 13 Nov 2010 - 22:28



En définitif: l'auto-immunité demeure une théorie... Rolling Eyes

Qu'est-ce que l'auto-immunité?

L'auto-immunité est l'échec d'un organisme à reconnaître ses éléments constitutifs propres''''self, ce qui permet une réponse immunitaire contre ses propres cellules et tissus. Toute maladie qui résulte d'une réponse immunitaire aberrante que l'on appelle une maladie auto-immune. exemples les plus connus incluent la maladie cœliaque, le diabète sucré de type 1 (DID), le lupus érythémateux disséminé (SLE), le syndrome de Gougerot-Sjögren, syndrome de Churg-Strauss, la thyroïdite de Hashimoto, une maladie de Basedow, purpura thrombopénique idiopathique, et la polyarthrite rhumatoïde (RA). ''Voir la liste des maladies auto-immunes''.

L'idée fausse que le système immunitaire d'un individu est totalement incapable de reconnaître les antigènes''''soi n'est pas nouvelle. Paul Ehrlich, au début du XXe siècle, a proposé le concept de autotoxicus horreur, dans lequel un corps «normal» ne monte pas une réponse immunitaire contre ses propres tissus. Ainsi, toute réponse auto-immune a été perçue comme anormale et supposée être liée à la maladie humaine. Maintenant, il est admis que les réponses auto-immunes sont partie intégrante du système immunitaire des vertébrés (parfois appelé «l'auto-immunité naturelle»), normalement empêché de causer la maladie par le phénomène de la tolérance immunologique aux antigènes du soi. L'auto-immunité ne doit pas être confondue avec l'allo-immunité.

Invité
Invité

Re: Modèle EAE...

Message  Invité le Sam 13 Nov 2010 - 23:00

@Domyleen a écrit:
l'encéphalite allergique expérimentale (EAE) partage avec la SEP le fait :
- d'être une démyélinisation inflammatoire
- d'évoluer de façon rémittente et prolongée
- de dépendre de restrictions génétiques, n'étant possible que dans certaines souches de souris
- d'être liée au complexe majeur d'histo-compatibilité.
Elle en diffère cependant du fait que les lésions sont essentiellement péri-veineuses, non en plaques, et surtout qu'aucun antigène n'a pu dans la SEP faire la preuve absolue de son rôle immunogène (responsable d'une auto-immunité).
La poussée est un phénomène local, où chaque site lésionnel évolue ou reste éteint de façon indépendante. L'interféron gamma est un des principaux activateurs du développement des lésions.
Si l'on ne peut, en l'absence d'antigènes responsables, affirmer une maladie auto-immune, du moins a-t-on créé pour la SEP le concept de maladie à médiation immunologique.

Pas mal !
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Modèle EAE...

Message  Domyleen le Sam 13 Nov 2010 - 23:34



Quelle est la maladie auto-immune?

Les maladies auto-immunes résultent d'une réaction immunitaire hyperactive du corps contre les substances et les tissus normalement présents dans le corps. En d'autres termes, l'organisme s'attaque effectivement à ses propres cellules.
Ce peut être limité à certains organes (par exemple dans la thyroïdite) ou qui impliquent un tissu particulier dans des lieux différents (par exemple la maladie de Goodpasture qui peuvent affecter la membrane basale dans les poumons et les reins). Le traitement des maladies auto-immunes est en général basé sur des immunosuppresseurs qui diminuent la réponse immunitaire.
Il ya un débat en cours sur le moment où une maladie auto-immune doit être considérée, conduisant à différents critères tels que postule la Witebsky.
Les causes peuvent être un mimétisme moléculaire, ou la présence de cellules fœtales dans le sang maternel, (microchimérisme), ou les infections avec des virus et des bactéries.



http://www.news-medical.net/health/What-is-Autoimmunity.aspx

Invité
Invité

Re: Modèle EAE...

Message  Invité le Sam 13 Nov 2010 - 23:54


Les EAE ont p'tet une bonne CCSVI ?
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Modèle EAE...

Message  Domyleen le Dim 14 Nov 2010 - 0:12



Types de maladies auto-immunes


Nom Accepté /soupçonné
encéphalomyélite aiguë disséminée (ADEM) Accepté
Maladie d'Addison Accepté
Pemphigoïde bulleuse Accepté
La maladie coeliaque Accepté
la maladie de Chagas Soupçonné
Maladie pulmonaire obstructive chronique Soupçonné
Maladie de Crohn
(l'un des deux types de maladie intestinale inflammatoire idiopathique "EIA") Accepté
Syndrome de Goodpasture Accepté
La maladie de Kawasaki Soupçonné
IgA néphropathie Soupçonné
Purpura thrombopénique idiopathique Accepté
Lupus érythémateux Accepté
La sclérose en plaques (MS) Soupçonné
Myasthénie Accepté
Neuromyotonie Soupçonné
Pemphigus vulgaris Accepté
Psoriasis Soupçonné
Psoriasique Arthrite Soupçonné
Polymyosite Accepté
La cirrhose biliaire primitive Accepté

La polyarthrite rhumatoïde Accepté
Sclérodermie Soupçonné
Vitiligo Soupçonné
Granulomatose de Wegener Accepté

http://www.news-medical.net/health/Types-of-Autoimmune-Disease.aspx
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Modèle EAE...

Message  Domyleen le Dim 14 Nov 2010 - 0:19

MPascale a écrit:
Les EAE ont p'tet une bonne CCSVI ?

Oui, je ne comprends pas pourquoi les chercheurs ne font pas un modèle en serrant tout simplement le cou des souris...comme le chien de Putnam...(ce serait trop simple, sûrement... Laughing )
Je fais référence au post de M. quand le neuro dit que CCSVI pour la SEP: "ce serait trop simple" !!!
Pourquoi faire simple si on peut faire compliqué!!! Rolling Eyes
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Modèle EAE...

Message  Domyleen le Dim 14 Nov 2010 - 11:13




Titre du document:


Rôle de l'auto-immunité dans la sclérose en plaques :


Auteur(s):
CHABAS D. (1) ; LIBLAU R. (1 2) ;
Affiliation(s) du ou des auteurs:

(1) Fédération de neurologie, Groupe hospitalier Pitiè-Salpêtrière, Paris, FRANCE
(2) Laboratoire d'immunologie cellulaire et Inserm CJF 97-11, Groupe hospitalier de la Pitié-Salpêtrière, 47, boulevard de l'Hôpital, 75013 Paris, FRANCE


Résumé

De nombreux arguments suggèrent qu'une réaction immunitaire spécifique d'antigène est responsable de l'initiation et/ou de l'entretien des lésions de sclérose en plaques (SEP). La maladie a les caractéristiques suivantes :
1 - une infiltration de la substance blanche de la moelle épinière et du cerveau par des cellules inflammatoires ;
2 - les lymphocytes T et les lymphocytes B présents dans les lésions, ou dans le liquide céphalorachidien des patients, présentent des signes d'activation : ce sont les classiques bandes oligoclonales IgG du liquide céphalorachidien (activation des lymphocytes B) et la présence de marqueurs d'activation à la surface des lymphocytes T ;
3 - il existe une association et une liaison entre la maladie et des gènes du complexe human leucocyte antigen (HLA) ; or les molécules HLA sont impliquées dans la présentation de l'antigène aux lymphocytes T ;
4 - enfin, les thérapeutiques visant à diminuer (immunosuppresseurs) ou à moduler les réponses immunitaires (l'interféron β, copolymère 1) ont un effet bénéfique dans cette affection alors que les thérapeutiques activant le système immunitaire (interféron γ) ont, au contraire, un effet délétère. Les travaux de recherche menés actuellement s'attachent à répondre à deux questions centrales. La première est de déterminer quels sont les antigènes responsables de l'activation du système immunitaire chez les patients atteints de SEP. Deux hypothèses sont les plus étudiées: - selon la première, les lésions seraient dues à une auto-immunité vis-à-vis de composants du système nerveux central: c'est l'hypothèse qui est particulièrement explorée ici; - dans la deuxième hypothèse, une réaction immune contre un ou différents antigènes exogènes (restant à identifier) infectant le système nerveux central conduirait à une atteinte prédominant sur la myéline. La deuxième question concerne les mécanismes de la démyélinisation par le système immunitaire. De nombreux travaux portent sur ce thème et des progrès substantiels ont été réalisés. On sait, en effet, que les lymphocytes T activés peuvent être cytotoxiques in vitro vis-à-vis d'oligodendrocytes, mais surtout ils peuvent activer, par leur sécrétion de cytokines et de chimiokines, les cellules microgliales et les macrophages environnants. Cette activation macrophagique peut ainsi relayer les lymphocytes T et contribuer à la destruction de la myéline. Les anticorps (notamment les auto-anticorps anti-MOG) semblent également avoir un rôle pathogène en activant localement le système du complément et en recrutant les cellules phagocytaires mononucléées. Ainsi, de nouvelles cibles thérapeutiques sont envisageables visant soit à bloquer les événements primaires de l'activation des lymphocytes autoréactifs, soit la pénétration des lymphocytes dans le système nerveux central, ou les effecteurs de la démyélinisation.

Revue:
Pathologie et biologie ISSN 0369-8114
Source:
2000, vol. 48, no 1 (92 p.) (139 ref.), pp. 25-46
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Modèle EAE...

Message  Domyleen le Dim 14 Nov 2010 - 11:42



Alors, la SEP.....une maladie autoimmune???
Finalement, on n'en sait rien et les auteurs ne font que parler d'hypothèses, de probabilité et n'emploient que le conditionnel à ce sujet... Pas de PREUVES!!!

Et ma neuro qui m'avait rappelé (quand j'avais parlé CCSVI)que: "la SEP est une maladie autoimmune, nous le savons...des études l'ont démontré" (en fait, elle avait fini par dire..."on n'a pas encore toutes les données sur ce qui déclenche la SEP, mais les chercheurs avancent à pas de géant"...)
"Des études l'ont démontré"...mais quelles études???? j'ai beau chercher, je ne trouve que des études qui soit contredisent carrément cette théorie sur l'immunité, ou soit, qui à coup de conditionnels concluent en disant que des études sont encore nécessaires! Donc, on ne sait toujours pas si SEP est une maladie "autoimmune"! Il y a un désordre immunitaire (prouvé!), mais comment est-il provoqué???
(et quand je pense qu'il faut avoir la PREUVE que CCSVI est liée à la SEP, pour pouvoir "libérer" certains patients dont on a la PREUVE (Doppler)qu'ils ont des problèmes veineux ...) Shocked
avatar
RnRrider

Messages : 1222
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 54
Localisation : The 13th Floor

Re: Modèle EAE...

Message  RnRrider le Dim 14 Nov 2010 - 11:57

Quelques neurologues se posent la question aussi, le Pr Michel Clanet déclarait il n'y a pas longtemps :
"Nous traitons nos patients parce que nous pensons que la réponse immunitaire est l'élément prépondérant et que si nous traitons cette anomalie, cette maladie autoimmune, nous pourrons régler le problème, mais il y a un vrai débat à l'heure actuelle qui agite les milieux neuropathologiques qui est celui de savoir si le mécanisme autoimmun est primitif ou si il est éventuellement secondaire à quelque chose..."
avatar
Dom88

Messages : 102
Date d'inscription : 06/09/2010
Age : 64
Localisation : Vosges

Re: Modèle EAE...

Message  Dom88 le Dim 14 Nov 2010 - 12:44

Bonjour à tous

Alors voila, après lecture des procédures décrites ci dessus je pense avoir trouvé la solution à notre chère maladie qui nous tient compagnie lors des longues soirée d'hiver Very Happy lol
En fait ce n'est qu'un problème de plomberie ! je m'explique : les tuyaux (veines) sont pincés ou tire-bouchonnés (hic) ce qui empêche l'évacuation des différents détritus (fer et autres substances agressives) celles-ci s'accumulent sur les gaines de myéline et nos anticorps font leur boulot qui est de les bouffer (miam-miam).
Donc la solution parait simple (un peu trop peut être)il suffit de réparer les tuyaux et de rincer tout le système avec un bon coup de "Destop".
Je pense donc qu'il serait utile d'axer la recherche sur ce fameux liquide de rinçage.
Mon hypothèse vaut bien celle de nos chers neuneu après tout car quand on voit toutes leurs suppositions, les "peut être", les "il semble" et j'en passe pour des résultats très passables, il serait temps de suivre la piste de PAULO Z.

Bon dimanche


dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 61
Localisation : la crau

Re: Modèle EAE...

Message  dane83 le Dim 14 Nov 2010 - 18:56

ne me parles pas de destop..heureusement des entreprises sont venues chez moi....mauvais souvenirs!! affraid

Invité
Invité

Re: Modèle EAE...

Message  Invité le Dim 14 Nov 2010 - 20:07


Oh depuis q'on évoque CCSVI, on parle de Destop !
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Modèle EAE...

Message  Domyleen le Dim 14 Nov 2010 - 20:51



Les plombiers polonais, ce sont les meilleurs!!! Laughing

Au fait, Fred... c'est quand ton (re) départ vers la Pologne???
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Modèle EAE...

Message  Domyleen le Dim 14 Nov 2010 - 23:11



Encore un ouvrage sur une remise en cause de l'autoimmunité (telle qu'elle est admise actuellement):


L'auto-immunité : un concept à réviser?


J.L. Duponda, B de Wazièresa, H Gila, H Desmursa, F Jaegera, S Berthiera and F Duchênea
aService de médecine interne et immunologie clinique CHU Jean-Minjoz, boulevard Fleming, 25030 Besançon cedex, France


Received 1 October 1996;
accepted 7 October 1996.
Available online 29 April 1999.


Résumé

Le concept d'auto-immunité repose sur le principe d'un défaut de tolérance immunitaire, à l'origine d'une activation et expansion clonale de lymphocytes T et B autoréactifs, de la production d'autoanticorps et d'une myriade de cytokines et autres médiateurs de l'inflammation. Cette hypothèse, qui suppose l'existence d'une réponse aberrante du système immunitaire vis-à-vis d'antigènes du soi normaux, a exercé une puissante influence sur la conception moderne des maladies auto-immunes et a favorisé la mise au point de thérapeutiques biologiques révolutionnaires. En dépit d'une accumulation considérable d'informations, le mécanisme des maladies auto-immunes reste cependant mal compris et peu d'attention a été accordée à l'idée que les maladies auto-immunes pourraient être causées par une réponse immunitaire conventionnelle, dirigée contre des antigènes du soi pour lesquels une tolérance n'a jamais eu besoin d'être établie. La clinique aurait pourtant beaucoup à y gagner et trouverait sans doute matière à proposer de nouveaux outils diagnostiques et thérapeutiques.

Author Keywords:auto-immunité; tolérance; controverses


http://www.sciencedirect.com/science?_ob=ArticleURL&_udi=B6VMG-3WBXYV9-12&_user=10&_coverDate=01%2F31%2F1997&_rdoc=1&_fmt=high&_orig=search&_origin=search&_sort=d&_docanchor=&view=c&_acct=C000050221&_version=1&_urlVersion=0&_userid=10&md5=7a196d5cdf33dbb56e9b873ad953e1f5&searchtype=a
avatar
Domyleen

Messages : 7915
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Modèle EAE...

Message  Domyleen le Sam 18 Déc 2010 - 22:33


Une publication de Peter O Behan (Glasgow) sur "la futilité de l'orthodoxie auto-immunne dans la Recherche sur la Sclérose En Plaques":

(en Anglais)


Peter O Behan
Division of Clinical Neuroscience, Faculty of Medicine, University of Glasgow, UK and School of Life Sciences, Glasgow Caledonian University, Glasgow, UK pob1w@clinmed.gla.ac.uk


http://www.expert-reviews.com/doi/pdf/10.1586/ern.10.69


Contenu sponsorisé

Re: Modèle EAE...

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 14 Déc 2018 - 21:57