ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Partagez
avatar
joma2

Messages : 543
Date d'inscription : 02/05/2010
Localisation : Chez la dame de Haute Savoie

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  joma2 le Dim 27 Fév 2011 - 18:52

Si j'ai bien compris, la matière grise contient essentiellement le corps cellulaire du neurone et la matière blanche contient le "bras" le plus long de chaque neurone(l'axone).
Et si l'axone est endommage(demyélinise), les corps de neurones auront plus de mal a communiquer entre eux! D'où les troubles cognitifs!

En plus des autres troubles de communication:
- neurones-muscles (moteurs),
- neurones sensoriel ( les 5 sens),
-...

A+ bonne soiree

allez encore 2 petits liens vers e l'info sur les neurones!
http://fr.wikipedia.org/wiki/Substance_blanche
http://fr.wikipedia.org/wiki/Substance_grise



dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 60
Localisation : la crau

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  dane83 le Dim 27 Fév 2011 - 21:38

du moment que tu met de l ordre dans ton ordi si tu pouvais retrouver le lien qui explique les bénéfices de l angioplastie dans le cerveau...meilleure circulation ok mais je n arrive pas a retrouver ;je crois que c est hillaressene mais je cherche...par contre meme si j ai tenue 6 ans en bossant ...c était la limite ..trop c est trop..la mémoire et la marche c était pas évident...en plus mon ostéopathe ,mon sauveur est parti a l étranger et mon ostéo kiné est allé sous terre ...mais j ai mal a une jambe...aucun rapport avec la sep c est plutot osseux musculaire...

alnama

Messages : 478
Date d'inscription : 24/06/2010
Age : 56
Localisation : En région

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  alnama le Mer 16 Mar 2011 - 8:33

La chaleur augmente les troubles cognitifs, parait-il !

Des neurologues américains ont suivi 80 personnes pendant un an — la
moitié souffrant de sclérose en plaques — leur faisant passer différents
tests cognitifs (apprentissage et mémoire) en choisissant délibérément
des journées tantôt chaudes, tantôt froides. Lors de ces dernières, les
patients « performaient » 70 % mieux que pendant les journées où il
faisait chaud. Les résultats doivent être présentés au prochain congrès
de l’Académie américaine de neurologie.

http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2011/03/15/reflexion-hot
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  Domyleen le Ven 18 Mar 2011 - 12:25



Page d'accueil d'Arsep:

Au stade précoce de la sclérose en plaques, les perturbations cognitives sont reliées à la localisation des lésions cérébrales

Reuter F et collaborateurs,France. Multiple Sclerosis, Mars 2011

L’existence de perturbations cognitives au stade précoce de la sclérose en plaques a été mise en évidence dans de nombreuses études. Cependant, les processus pathologiques qui sous tendent ces troubles sont encore mal connus à ce stade de la maladie. Cette étude avait pour objectif de déterminer l’impact de la localisation des lésions cérébrales sur le fonctionnement cognitif.

Un groupe important de patients (97) a été évalué au stade le plus précoce de la SEP à l’aide d’une batterie de tests neuropsychologiques pour déterminer l’existence et l’importance de perturbations cognitives. Ces patients ont bénéficié d’un examen IRM pour évaluer l’importance des lésions cérébrales et leur localisation.
24 % des patients présentaient un déficit cognitif significatif à au moins un des tests.

Ces résultats ont montré un lien entre l’existence de troubles de la mémoire verbale et de la mémoire spatiale et la présence de lésions localisées dans certaines parties du cerveau connues pour être impliquées dans ces fonctions cognitives.

En revanche, il n’a pas été montré de liens entre la perturbation des capacités attentionnelles, très fréquente dans cette maladie, et la localisation des lésions. Ce résultat n’est pas surprenant car de nombreuses études ont montré que ce type d’altération est plutôt lié à l’atteinte diffuse des connections entre différentes régions cérébrales qu’à l’atteinte même de ces régions. Cette étude est importante car elle a permis d’évaluer un grand nombre de patients afin de mieux connaître les processus pathologiques qui sous tendent les perturbations cognitives au tout début de la maladie.

Ce travail a été réalisé avec le soutien financier de la Fondation ARSEP. Plusieurs des auteurs ont reçu des subventions au cours des dernières années. Les résultats vous sont résumés par les auteurs.
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  Domyleen le Ven 18 Mar 2011 - 12:31



En fait, c'est une étude de plus sur ce sujet... "les lésions et les troubles cognitifs"... il me semble bien que ces études avaient déjà été effectuées dans d'autres pays (Canada, entre autre) Rolling Eyes
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  Domyleen le Ven 18 Mar 2011 - 12:49



Voici un lien intéressant sur ce sujet ...

http://www.webneurologie.com/e-docs/00/04/56/FC/document_article.phtml

Et des références à cet ouvrage, dont je ne retrouve pas les "extraits"...

Deloire MS, Salort E, Bonnet M, et al. Cognitive impairment as marker of diffuse brain abnormalities in early relapsing-remitting multiple sclerosis. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2005 ; 76 : 519-26.
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  Domyleen le Mer 7 Sep 2011 - 19:12



Sur MSRC:

La dépression ou les troubles cognitifs compliquent souvent la sclérose en plaques


Les patients atteints de sclérose en plaques souffrent souvent, aussi, d’une dépression majeure ou de troubles cognitifs, mais ces conditions associées ne sont souvent pas diagnostiquées ni traitées, selon les experts lors du congrès annuel de l'European College of Neuropsychopharmacology.

«Les données actuelles précisent que la dépression est chose courante» chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP), avec une prévalence d'environ 50% au cours de leur vie a déclaré le Dr Anthony Feinstein, professeur de psychiatrie à l'Université de Toronto. «Il doit y avoir quelque chose de particulier à la SEP qui prédispose les patients à la dépression .
"Vous savez que plusieurs patients auront d'importants troubles du comportement. Les échelles de notation SEP ne prennent pas cela en compte. Ils sont très orientés vers les symptômes moteurs et ignorent dans une large mesure les troubles cognitifs et des troubles du comportement », a-t-il dit dans une interview. "Les troubles du comportement peuvent être profonds."
Les troubles cognitifs se produisent chez «jusqu'à deux tiers des patients atteints de SEP, indépendamment de l'incapacité physique», a déclaré John DeLuca, Ph.D., à la même session. "Les troubles cognitifs peuvent être repérés dans les stades précoces de la SEP, plus tard, ou jamais, » a déclaré Dr. DeLuca, vice-président pour la recherche à la Fondation Kessler à West Orange, New Jersey

Diagnostiquer et traiter la dépression chez les patients atteints de SEP est important car elle peut affecter la qualité de vie et la cognition, et peut entraîner des tendances suicidaires, a déclaré le Dr Feinstein. Le suicide chez les patients atteints de SEP est plus de sept fois supérieur que dans la population générale, et deux fois plus élevée que pour des patients atteints d'autres types de troubles neurologiques. Les résultats des études d'autres chercheurs ont révélé que les patients SEP particulièrement à risque de suicide sont les hommes, les patients de moins de 30 ans, et les patients se situant dans les 5 premières années suivant le diagnostic .

Le Dr Feinstein a examiné les résultats d'une étude qu’il a effectuée avec ses associés sur 140 patients vus dans une clinique de SEP. L'analyse a montré un taux de 29% d’intentions de suicide, et un taux de 6% de tentatives de suicide chez ces patients, comparés avec un taux de 14% d’intentions connues dans la population américaine en général et un taux de tentatives de 4% selon un rapport canadien.

L'étude réalisée par le Dr Feinstein a identifié quatre facteurs prédictifs de l'intention de suicide chez les patients SEP:
• Un diagnostic de dépression majeure chronique.
• Une dépression majeure plus grave, avec une élévation dans le score « Hospital Anxiety Depression Scale ».
• Vivre seul.
• L'abus d'alcool.
Ces quatre facteurs prédisent l'intention suicidaire avec une sensibilité de 70%, spécificité 95%, et une capacité prédictive générale de 87%. Un tiers des patients suicidaires n'avaient reçu aucun traitement pour leur dépression, et les deux tiers des patients de cette série étaient identifiés avec une dépression majeure en cours n’avaient pas de traitement antidépresseur.

Le traitement de la dépression majeure chez les patients SEP doit généralement suivre ce qui est utilisé pour traiter la dépression majeure chez des patients sans SEP.Seuls Les deux seuls essais contrôlés randomisés pour les traitements antidépresseurs n'ont jamais été signalés pour les patients atteints de SEP, et l'une de ces études a été réalisée il ya 50 ans, a noté le Dr Feinstein. "chez les patients SEP, vous devez être conscient de la sensibilité aux effets secondaires, mais c’est toujours la tendance des principes de la psychiatrie générale », at-il dit. "La mise en garde pour les dosages est de commencer doucement et de continuer lentement. Vous devez être prudent, surtout avec la polypharmacie et le [potentiel] d'effet sur la cognition et l'humeur."

Les médicaments modificateurs de la maladie communément utilisés aujourd'hui pour traiter la SEP "sont sûrs chez les patients souffrant de dépression, et ne rendent pas les patients suicidaires. Si un patient développe une dépression alors qu’il suit un de ces traitements, il faut traiter la dépression, ce qui permettra d'améliorer la conformité avec les traitements modificateurs de la maladie. Il n'est pas nécessaire d'arrêter le traitement », at-il dit.

Les patients atteints de SEP avec une dépression sévère qui restent réfractaires aux antidépresseurs sont des candidats potentiels pour la thérapie par électrochocs, surtout lorsque le risque de suicide est élevé. Mais la thérapie par électrochocs pose un risque d'affaiblissement de la barrière hémato-encéphalique et l'aggravation des symptômes de la SEP, alors qu'elle avait été recommandée lors de la première évaluation de la stabilité de la barrière hémato-encéphalique à l'aide du gadolinium de contraste IRM.

Les patients atteints de SEP montrent aussi une susceptibilité à développer d'autres troubles psychiatriques, y compris le syndrome pseudobulbaire pour jusqu'à 10%, un trouble affectif bipolaire, une psychose et une forme incurable d’euphorie provoquée par une lourde charge de lésions SEP . La prévalence de psychose chez les patients SEP de 15-24 ans, alors que la plupart des cas de SEP ne font qu’apparaître, est de 11 fois plus élevée que dans la population générale, a déclaré le Dr Feinstein, qui dirige également le programme de neuropsychiatrie à l'hôpital Sunnybrook Health Sciences Centre à Toronto.

Les résultats des études dirigées par le Dr DeLuca a montré dans ses résultats sur la SEP, des problèmes cognitifs, et le ralentissement dans le traitement de l'information et les facultés d’apprentissage et de mémorisation étaient affaiblies, et que ces déficits peuvent considérablement altérer les activités de la vie quotidienne. Ces déficits apparaissent, même chez les patients SEP sans démence ni handicap physique.

Les facteurs de risque de déficience cognitive comprennent l'âge précoce de survenue pour les patients atteints de SEP pédiatrique ou l'âge chez les patients SEP adultes, de sexe masculin, ayant des preuves de l'atrophie de la matière grise, des preuves d'une faible réserve cognitive, et d'être dans le stade de la forme progressive secondaire de SEP .

Alors que les thérapies modificatrices de la maladie semblent n’avoir que peu d'impact sur les déficits cognitifs, une approche modifiée de l'apprentissage peut faire une différence substantielle, a déclaré le Dr DeLuca, qui est également professeur de médecine physique et de réadaptation au New Jersey Medical School, à Newark. Les mesures utiles incluent le fait de (traiter) les patients "au ralenti" en essayant d'apprendre quelque chose, et poser des questions pour s'assurer qu'ils comprennent correctement.Les patients atteints de SEP trouvent aussi que l'auto-test sur de nouvelles informations contribue à renforcer leur encodage. Ces patients «apprendre lentement et en utilisant du matériel, et s'auto-tester encore et encore, cela présente un effet énorme", at-il déclaré dans une interview. "cela semble simpliste, mais c'est la première intervention."

Le Dr Feinstein a déclaré qu'il a reçu des honoraires et des subventions de Teva, Merck-Serono, et Bayer. Dr. DeLuca a dit qu'il a été consultant et avait reçu un soutien financier de Biogen et Memen Pharmaceuticlas.

Source: Nouvelles Copyright © 2011 Family Practice International Medical Nouvelles Group, LLC. (07/09/11)
-http://www.msrc.co.uk/index.cfm/fuseact ... ageid/3226
avatar
MPascale

Messages : 3192
Date d'inscription : 29/04/2010
Age : 57
Localisation : IdF (Essonne)

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  MPascale le Mer 7 Sep 2011 - 19:49


Comme c'est bizarre!
Comme c'est bizarre de déprimer qd on vs diagnostique une SEP !
Ah mais non, c'est juste un symptome de la maladie ! Car il va de soi qu'on ne peut réfléchir ni trouver déprimant de se voir diagnostiquer une SEP ! Une annonce qu'on se doit de prendre avec grâce et componction, sinon joie... tout le reste n'étant qu'état d'âme symptomatique de la maladie ! On croit rêver.
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  Domyleen le Mer 7 Sep 2011 - 20:43


M-Pax, ils parlent dans l'étude du symptôme!! Je peux t'assurer (et je sais de quoi je parle, que même sans avoir le diagnostic, ce qui était mon cas enfant et ado et le cas de ma mère jusqu'à 3ans avant son décés, la dépression et les troubles cognitifs, nous avons connu!! Et à cette époque, alors que la SEP n'était pas toujours dépistée, il y avait des suicides, de malades (qui ne savaient pas toujours de quel mal ils souffraient)J'avais ainsi appris celui d'une femme qui, d'aprés le médecin de ma mère, ignorait sa maladie, : Ce que veut dire le médecin ayant participé à l'étude, c'est que les attaques de la SEP touchent très souvent (env 50%) les parties du cerveau, dont la matière grise atrophiée, etc ... qui les centres de la cognition et des sentiments...
(La SEP peut toucher n'importe quelle partie du cerveau , pas seulement les neurones liés à la mobilité!! )

Si la dépression n'était dépendante que de l'annonce du diagnostic, .... alors, il n'y aurait pas de différence sensible avec d'autres maladies, souvent plus graves!! Or, on n'arrête pas de le dire (voir les études plus haut): la SEP est différente et les troubles et dépressions sont particuliers à cette pathologie! Et justement, les médecins ont tendance à ne pas prendre en compte cette particularité! (Qui ne touche pas tout le monde, mais au moins 50% des patients!! Et j'en fais partie, et je connais les symptômes de "MA" maladie mieux que mes médecins ou psy (et mieux que toi!) Alors, ce discours qui relie le mal-être au diagnostic, ça me révolte! Ce n'est absolument mon cas, car, en fait, je gère mieux mes symptômes depuis le diagnostic, justement, et ne suis absolument plus dépressive!!
avatar
MPascale

Messages : 3192
Date d'inscription : 29/04/2010
Age : 57
Localisation : IdF (Essonne)

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  MPascale le Mer 7 Sep 2011 - 20:58


Merci, j'avais compris. Je tenais juste à souligner qu'il est assez difficile de vivre ce diagnostic (ou son absence, en cas de troubles inexpliqués) sans déprimer. Comment est-il possible de séparer le symptome de la maladie de la réaction à son annonce ? Que de temps et d'argent gaspillé pour en arriver à ça, une lapalissade ?


Dernière édition par MPascale le Mer 7 Sep 2011 - 21:38, édité 1 fois

dane83

Messages : 1741
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 60
Localisation : la crau

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  dane83 le Mer 7 Sep 2011 - 21:00

tu as raison ;
a moins d etre completement c.. c est certain ceux qui ne comprennent rien pour eux c est la fete et ils sont meme heureux d etre handicapé...il y a des avantages entre la retraite et l allocation mais ce n est pas mon cas ...donc je dois etre bi polaire ...en tout cas je ne suis pas bi drunken
par contre sur face beaucoup se plaignent de leurs ttt mais il y a un pas a franchir et zamboni ne les concerne pas !!!
j ai vue tellement de décés sep que je ma sent a part...
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Les Troubles Cognitifs dans les maladies neurologiques

Message  Domyleen le Mer 7 Sep 2011 - 21:15

@MPascale a écrit:
.... Que de temps et d'argent gaspillé pour en arriver à ça, une lapalissade ?

Mais il y a encore des médecins qui n'en tiennent pas compte ... ou qui ne savent pas. Ces études semblent faites pour eux! (puisqu'ils n'écoutent pas toujours leurs patients ...)! Rolling Eyes

En fait, ces études confirment ce que d'autres études disaient il y a 20 ou 30ans ... ça n'avance pas beaucoup, et c'est vrai qu'ils feraient mieux d'en financer d'autres qui, elles ne verront peut-être jamais le jour ... Rolling Eyes

    La date/heure actuelle est Dim 20 Aoû 2017 - 4:02