ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Interview Dr Hervé Perron par Medicalresearch

Birmancat
Birmancat

Messages : 2105
Date d'inscription : 02/06/2018

Interview  Dr Hervé Perron par Medicalresearch Empty Interview Dr Hervé Perron par Medicalresearch

Message  Birmancat le Ven 7 Aoû 2020 - 10:34

Bonjour,

Dans cette interview du 5 août 2020, le Dr Hervé Perron, co-fondateur de GeNeuro, donne des explications détaillées sur 
lien entre les protéines rétrovirales endogènes humaines (HERV) et la psychose

https://medicalresearch.com/infections/link-between-human-endogenous-retroviral-herv-proteins-and-psychosis/55017

Je posterai une traduction.

Faite, via www.deepl.com, seul le texte original en anglais de la source précitée, fait foi:

"05 AOÛT : LIEN ENTRE LES PROTÉINES RÉTROVIRALES ENDOGÈNES HUMAINES (HERV) ET LA PSYCHOSE
Publié à 19:09h dans Interviews d'auteurs, Infections, Schizophrénie par Marie Benz MD FAAD

Entretien avec MedicalResearch.com :

Interview de:

Hervé Perron PhD Directeur scientifique de GeNeuro



MedicalResearch.com : Quel est le contexte de cette étude ?

Réponse : Les rétrovirus endogènes humains (HERV), vestiges des insertions génomiques virales ancestrales, sont connus pour représenter 8% du génome humain et sont associés à plusieurs pathologies. On a déjà constaté que certaines protéines produites par les HERV étaient impliquées dans des mécanismes pathogènes liés, par exemple, à la sclérose en plaques (SEP) ou à la sclérose latérale amyotrophique. Cependant, bien que les résultats précédents aient montré une expression anormale de HERV-W chez des patients souffrant de schizophrénie ou de troubles bipolaires, les mécanismes impliqués dans ces troubles psychiatriques sont mal compris.

MedicalResearch.com : Quels sont les principaux résultats ?

Réponse : Cette étude translationnelle, publiée dans Science Advances, a révélé qu'une protéine d'enveloppe HERV-W normalement réduite au silence, qui a été trouvée chez des patients souffrant de psychose, comme la schizophrénie, induit une désorganisation des récepteurs du glutamate et des déficits comportementaux, in vitro et in vivo. Cela entraîne une perturbation de la communication glutaminergique synaptique et provoque l'apparition de symptômes psychotiques. Ces effets sont spécifiquement inhibés par un anticorps monoclonal ciblant cette protéine dans des cultures cellulaires et dans un modèle animal.

MedicalResearch.com : Que doivent retenir les lecteurs de votre rapport ?

Réponse : Ces données ont maintenant établi un lien clair entre la présence d'une protéine d'enveloppe de rétrovirus endogène humain, la corruption du développement des voies nerveuses et, finalement, les symptômes de la psychose. Ce lien étant établi, les chercheurs seront désormais en mesure de fournir des outils permettant de bloquer l'action de cette protéine et d'offrir éventuellement une nouvelle voie thérapeutique pour traiter la psychose.

Quelles sont vos recommandations pour la recherche future suite à ces travaux ?

Réponse : Ces données continuent à soutenir le rôle que les membres pathogènes des rétrovirus endogènes humains jouent dans de multiples affections neurologiques. GeNeuro a développé de nouveaux anticorps qui neutralisent la protéine HERV identifiée par les recherches publiées dans Science Advances, et qui pourraient être développés comme traitement potentiel de la psychose inflammatoire.

MedicalResearch.com : Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Réponse : GeNeuro a été fondé sur la base de 30 années de recherche sur les HERV, dont 15 au sein de l'Institut Mérieux et de l'INSERM. Notre programme principal, le temelimab, est un anticorps monoclonal conçu pour neutraliser la protéine d'enveloppe pathogène, pHERV-W Env. Cette protéine, qui est systématiquement détectée dans les lésions cérébrales des patients atteints de SEP, a montré qu'elle active les cellules microgliales en un phénotype agressif causant des dommages directs au tissu cérébral, et qu'elle inhibe la différenciation des cellules précurseurs des oligodendrocytes, qui sont essentielles à la réparation de la myéline.

GeNeuro a terminé une phase II d'un an sur 260 patients atteints de SEP récurrente, suivie d'une étude de prolongation d'un an. Les résultats de deux ans ont montré un impact positif continu sur les mesures clés de l'IRM de la progression de la maladie chez les patients atteints de SEP, confirmant et étendant les données rapportées à un an. Cela comprend des réductions de l'atrophie cérébrale, en particulier dans le cortex et le thalamus, et le maintien de l'intégrité de la myéline, telle que mesurée par l'imagerie du rapport de transfert de magnétisation ("MTR"). En outre, pour la première fois, des effets encourageants, dépendants de la dose, ont été observés sur les mesures cliniques de la progression de la maladie. L'étude a également montré que le temelimab n'avait qu'un effet modeste sur la neuroinflammation induite par les cellules B et T, ce qui indique que les résultats positifs observés sur les mesures IRM associées à la progression de la maladie peuvent être spécifiques aux mécanismes de neurodégénérescence indépendants de l'inflammation associée aux rechutes. Ces observations sont maintenant consolidées par une étude clinique menée avec le Centre universitaire spécialisé de l'Institut Karolinska. Le succès de cet essai confirmerait que le temelimab a le potentiel pour traiter la progression du handicap, le principal besoin médical non satisfait dans la sclérose en plaques.

Citation :

Une protéine rétrovirale endogène humaine déclenche un déficit dans la maturation des synapses du glutamate et des comportements associés à la psychose
PAR E. M. JOHANSSON, D. BOUCHET, R. TAMOUZA, P. ELLUL, AS. MORR, E. AVIGNONE, R. GERMI, M. LEBOYER, H. PERRON, L. GROC
LA SCIENCE AVANCE17 JUILLET 2020 : EABC0708"



"La vie, c'est maintenant, pas demain"

    La date/heure actuelle est Mer 21 Oct 2020 - 22:13