ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


La SEP aurait pour origine une autre zone du cerveau.

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7914
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

La SEP aurait pour origine une autre zone du cerveau.

Message  Domyleen le Mer 20 Nov 2013 - 12:43

 Sur MS-UK:  
 
  La Sclérose en Plaques proviendrait-elle d’une autre zone du cerveau, que celle qu’on croyait depuis longtemps ?
 
 (20/11/13)
 
Une analyse avancée  d’un professeur de Rutgers pourrait permettre de commencer une thérapie  plus tôt et mener la recherche sur la SEP dans de nouvelles directions.
 La recherche de la cause de la sclérose en plaques, une maladie dégénérative qui touche près de deux millions et demie de personnes dans le monde, a confondu les chercheurs et les professionnels de la santé pendant des générations. Mais Steven Schutzer, médecin et chercheur à la faculté de médecine de l'université de Rutgers New Jersey, a maintenant trouvé un indice important expliquant pourquoi les progrès ont été lents -. Il semble que la plupart des recherches sur les origines de SEP aient mis l'accent sur ​​la mauvaise partie du cerveau et qu’il
faille se tourner davantage vers la matière grise, d’après ce que suggère les nouveaux résultats publiés dans la revue PLoS ONE suggère. 
  Ce changement d'approche pourrait donner aux médecins des outils efficaces pour traiter la SEP beaucoup plus tôt qu'auparavant. Jusqu'à récemment, la plupart des recherches sur la SEP avaient a mis l'accent sur ​​la substance blanche du cerveau, qui contient les fibres nerveuses. Et pour une bonne raison: les symptômes de la maladie, qui comprennent la faiblesse musculaire et la perte de vision, se produisent quand il y a dégradation de la myéline, qui recouvre les nerfs contenus dans la substance blanche. Lorsque la myéline dans le cerveau est dégradée, apparemment par le propre système immunitaire du corps, et que la fibre nerveuse est exposée, la transmission de l'influx nerveux peut être ralentie ou interrompue, créant, ainsi, des symptômes chez les patients », la substance blanche étant le lieu où cela semble se dérouler. Mais Schutzer a attaqué le problème sous un angle différent. Il est l'un des premiers scientifiques à avoir analyser le liquide céphalo-rachidien des patients (CSF) en tirant pleinement parti d'une combinaison de technologies appelée la protéomique et la spectrométrie de masse à haute résolution. "Protéines présentes dans le liquide clair qui baigne le système nerveux central peut être une fenêtre aux changements physiques qui accompagnent la maladie neurologique», explique Schutzer », et les dernières techniques de spectrométrie de masse nous permettent de les voir comme jamais auparavant."
   Dans cette étude, il a utilisé cette nouvelle approche afin de comparer le liquide céphalo-rachidien de patients récemment  diagnostiqués avec celui de patients ayant la SEP depuis plus longtemps, ainsi que des fluides prélevés sur des personnes ne présentant aucun signe de maladie neurologique. 
  Ce que Schutzer a trouvé, a surpris un de ses co-chercheurs, Patricia K. Coyle de l'Université Stony Brook à New York, l'un des principaux cliniciens et chercheurs sur la SEP,  du pays. Les protéines dans le LCR des nouveaux patients atteints de SEP ont suggéré des perturbations physiologiques non seulement dans la substance blanche du cerveau où la myéline apparaît au final. Ils ont également signalé des perturbations importantes dans la matière grise, une autre partie du cerveau qui contient les axones et les dendrites, et les synapses qui transmettent les signaux entre les nerfs. Plusieurs scientifiques avaient en effet émis l'hypothèse qu'il pourrait y avoir l'implication de la matière grise dés le début de la SEP, mais la technologie nécessaire pour tester leurs théories n'existait pas encore.
   L'analyse de Schutzer, que Coyle qualifie «d’extrêmement sensible», en fournit la preuve matérielle solide pour la toute première fois. On constate que neuf protéines spécifiques à la matière grise étaient beaucoup plus abondantes chez les patients qui venaient de subir leur première poussée que chez les patients ayant la SEP depuis plus longtemps ou que chez les témoins sains. "Ces données démontrent que la matière grise peut être la cible initiale critique dans la SEP, plutôt que la matière blanche», explique Coyle. «Nous avons peut-être recherché dans la mauvaise zone." 
   Selon Coyle, cette découverte présente des possibilités intéressantes. L’une, dit-elle, est que les patients qui souffrent de crises qui semblent liées à la SEP pourraient faire tester plus rapidement leur liquide céphalo-rachidien. Si on y trouve les protéines qui orientent vers un début de SEP, on pourra mettre en route une thérapie appropriée, tout de suite, avant que la maladie ne progresse. Coyle affirme que les conclusions de Schutzer peuvent également conduire un jour à des traitements plus efficaces pour la SEP avec beaucoup moins d'effets secondaires. 
   Sans connaissances spécifiques sur les causes de la sclérose en plaques, les patients doivent actuellement, prendre des médicaments qui peuvent gravement affaiblir leur système immunitaire. Ces médicaments ralentissent la destruction de la myéline dans le cerveau, mais aussi dégradent la capacité du système immunitaire à maintenir le corps en bonne santé pour d’autres raisons. 
   En proposant une nouvelle direction pour la recherche sur la SEP, Schutzer et son équipe ont probablement  ouvert la voie à des traitements plus ciblés qui attaque la SEP tout en préservant les autres fonctions immunitaires importantes. Schutzer voit un avenir encore plus élargi pour le travail qu'il est en train de faire. Il a aussi utilisé l'analyse avancée du liquide céphalo-rachidien pour identifier des marqueurs physiques pour des affections neurologiques, dont la maladie de Lyme, dans lequel il a été un chef de file mondial dans la recherche depuis de nombreuses années, ainsi que le syndrome de fatigue chronique. Il dit: «Lorsque les techniques s'affinent, on peut examiner davantage de maladies, et les coûts par patient baissent, un jour il pourrait y avoir un large panel de tests à travers lesquels,  les patients et leurs médecins pourraient connaître les premiers signes d'une variété de troubles, et avoir accès aux traitements, à la fois plus rapidement et beaucoup plus efficacement ". 
Cette recherche a été financée par le National Institutes of Health. 
  Source: Newsfix.ca auteur NewsFix.ca 2013 (20/11/13)
avatar
Domyleen

Messages : 7914
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: La SEP aurait pour origine une autre zone du cerveau.

Message  Domyleen le Mer 20 Nov 2013 - 12:53

 Cela fait un bon bout de temps que l'on soupçonne la matière grise d'être touchée, en premier, dans la SEP ... Charcot en avait l'intuition, ainsi que les psys, tels que Freud, étant donné que certains symptômes cognitifs étaient souvent présents avant les problèmes "physiques" ... Mais, seule, la technologie pouvait en apporter les preuves. 
   Espérons que cette nouvelle piste ne mettra pas aussi longtemps à permettre de trouver un remède que les recherches sur la matière blanche et l'auto-immunité! Rolling Eyes 

    La date/heure actuelle est Dim 18 Nov 2018 - 21:02