ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

Lien Tysabri-LEMP: "inquiétant"!!.

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Lien Tysabri-LEMP: "inquiétant"!!.

Message  Domyleen le Mer 26 Mar 2014 - 23:30

   Sur MS-UK: 

  Nouveaux indices sur le lien entre Tysabri et la LEMP.


(26/03/14)
   
Des chercheurs ont rapporté que le traitement (Tysa) activait un type de cellule facilement infectée par un virus qui attaque le cerveau.
  Ces chercheurs pensent avoir compris pourquoi les patients SEP qui prennent  Tysabri sont confrontés à un risque élevé de développer une infection du cerveau, maladie rare et parfois mortelle. Le banal virus  qui peut causer la LeucoencEphalopathie Multifocale Progressive (LEMP) se plait à infecter et se cacher dans certaines cellules sanguines qui sont ciblées par Tysabri afin de les activer, ont expliqué les chercheurs ...
   Encore plus troublant, les chercheurs ont découvert que les tests actuels pouvaient rater certaines de ces cellules qui hébergent le virus. "En ce moment, le risque de LEMP chez les patients traités avec Tysabri depuis plus de deux ans est d'environ un sur 75 patients. C'est un très gros risque ", a déclaré l'auteur de l'étude Eugene Major, chercheur principal à l'Institut national américain des troubles et des maladies neurologiques (NINDS) à Bethesda, Md. "Nous devons être en mesure de comprendre pourquoi cette thérapie fait courir ce risque aux patients. Une fois le risque défini,, nous serons en mesure de développer de meilleurs tests et de meilleures décisions de traitement pourront être faites ", a déclaré le chercheur principal.
   Dans la LEMP, le "virus JC" normalement inoffensif, attaque la matière blanche du cerveau, ... (...)
. Selon le NINDS, 30% à 50% des patients atteints de LEMP meurent dans les quelques mois suivant le diagnostic.Ceux qui survivent à l'infection peuvent faire face à une invalidité permanente. Bien que la plupart des gens soient porteurs du virus JC, la LEMP est rare. Il a tendance à frapper les personnes dont la fonction immunitaire est affaiblie, comme les patients atteints du sida ou ceux qui prennent des médicaments immunosuppresseurs puissants comme Tysabri.
  (...)
  Lire l'étude sur MS-UK ....
   (...)
 Ce qui peut-être plus inquiétant, c'est qu'on avait des preuves que  10 participants à l'étude étaient porteurs du virus JC dans le sang, mais les tests se s'étaient révélés négatifs pour les anticorps. Cela suggère que les tests actuels pour le virus peuvent être défaillants, et certains patients pourraient être à risque élevé d'infection à la LEMP, expliquent les auteurs. 
  Un expert qui n'a pas participé à l'étude, publiée en ligne le 25 Mars dans la revue JAMA neurologie, a déclaré que les conclusions ont laissé quelques questions en suspens. "De toute évidence, Tysabri semble engendrer la libération de cellules contenant le virus JC dans la moelle osseuse», a déclaré le Dr Gary Birnbaum, neurologue et directeur du Centre de recherche et de traitement de sclérose en plaques à Golden Valley, Minn . "Cela pourrait expliquer pourquoi les risques de LEMP sont élevés chez les patients sous ce médicament," a-t-il noté. "Ce qui n'est pas clair, c'est la raison pour laquelle le risque s'aggrave de façon spectaculaire après deux ans, car les cellules porteuses du virus JC apparaissent tôt au cours du traitement , "a souligné Birnbaum. Lequel a ajouté  qu'il était "inquiétant" que les chercheurs aient trouvé des preuves du virus JC chez les patients qui ont ensuite été testés négatifs pour les anticorps. "Ainsi, les tests particuliers pour l'exposition au virus JC en mesurant les anticorps au virus pourraient être insuffisante pour évaluer pleinement les risques de développer une LEMP », a-t-il ajouté. 


Source: WebMD © 2005-2014 WebMD, LLC (26/03/14)
 
avatar
Pollux

Messages : 6
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 20

Re: Lien Tysabri-LEMP: "inquiétant"!!.

Message  Pollux le Jeu 2 Avr 2015 - 6:36

Si au moins ils faisaient des prises de sang de contrôle avant chaque perfusion.. Crying or Very sad mais non.

Une tous les six mois est largement suffisante selon eux pour vérifier que je jcv n'est toujours pas présent

etype

Messages : 58
Date d'inscription : 17/07/2010

Re: Lien Tysabri-LEMP: "inquiétant"!!.

Message  etype le Lun 4 Mai 2015 - 9:25

Hello,

Vu sur MS-UK:http://www.ms-uk.org/tysabri


Le risque de  LEMP pourrait être diminuée en diminuant la fréquence des perfusions.

Traduction google:
L'abscence de rechute a été maintenue dans la sclérose en plaques sur Tysabri qui ont reçu le médicament de perfusion moins fréquemment que l'intervalle de 4 semaines recommandé, à moindre risque de leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP), les résultats préliminaires d'une analyse permanente ont indiqué.

Parmi 886 patients traités avec un dosage "étendue" dans 10 centres américains de SEP, le taux annualisé moyen de rechute était le même à 0,1 par an comme dans 1078 patients recevant Tysabri à l'intervalle de 4 semaines standard, selon Lana Zhovtis-Ryerson, MD, de NYU Langone Medical Center à New York. Lésions IRM chiffres étaient également similaires.

Bien que les patients testé positif pour le virus JC - l'agent pathogène dont la réactivation déclenche PML, une inflammation du cerveau parfois mortelle - composé de 59 pour cent du groupe de dosage prolongée, aucun n'a jusqu'ici développé une LEMP, elle a rapporté à l'Académie américaine de la réunion annuelle de neurologie.

Avec un total de 1023 patients-années d'exposition à Tysabri dans ce sous-groupe JC-positif, des algorithmes de risque publiés montrent une incidence prévue de 2,5 cas, Zhovtis-Ryerson et ses collègues calculée.

À ce stade, le constat de zéro cas avec administration prolongée est pas statistiquement significatif, les chercheurs ont mis en garde - mais si l'exposition atteint 1248 années-patients avec toujours pas de cas, il sera important.

Pendant ce temps, deux cas de LEMP ont développé dans le groupe standard de dosage, parmi lesquels 41 pour cent sont des JC-positif et qui ont reçu une moyenne de 30 doses Tysabri (SD 22).

Brian Weinshenker, MD, de la Mayo Clinic, qui n'a pas participé à l'étude, dit MedPage Aujourd'hui l'approche mérite une étude plus approfondie, mais invite à la prudence dans l'adoption de ce plan clinique.

Il a noté si un seul patient dans le groupe de dosage prolongée développé PML, "il aurait complètement nié toute tendance à la réduction du risque."

PML a été la préoccupation primaire avec Tysabri presque depuis qu'il a été introduit en 2004. Lorsque plusieurs cas tourné peu de temps après son approbation, le médicament a été retiré pendant quelques mois, puis relancé avec un programme de distribution restreint qui comprenait clinicien et l'éducation des patients sur le risque .

La question de la façon de réduire le risque de LEMP avec Tysabri, qui dépasse un pour cent chez les patients positifs pour le virus JC et qui ont deux autres facteurs de risque (durée de traitement et d'histoire du traitement immunosuppresseur), a occupé des neurologues depuis la relance. La plupart des études ont montré les patients qui arrêtent la drogue ou de prendre des «vacances» longue expérience un pic dans les risques de rechute. Le passage à un autre médicament n'a pas empêché ces pointes, car une période de plusieurs mois lavage après l'arrêt Tysabri est nécessaire avant de commencer un agent différent.

Certains cliniciens ont expérimenté la place avec des intervalles plus de dosage, dans la conviction que le calendrier de quatre semaines conserve la cible de la drogue - alpha4beta1 l'intégrine, une molécule d'adhésion impliquées dans la traite des cellules immunitaires - tellement saturé que la surveillance immunitaire par le virus JC est éliminé. Extension de l'intervalle peut détendre l'immunosuppression juste assez pour garder virus latent JC sous contrôle tout en conservant l'effet anti-rechute.

Dans l'étude actuelle, Zhovtis-Ryerson et ses collègues ont cherché à capturer cette expérience empirique par démarchage centres qui ont adopté la stratégie avec certains patients.

Ils ont défini administration prolongée comme un intervalle de 31 jours à 61 jours. Ils subdivisés les patients administration prolongée dans celles avec administration prolongée précoce et tardive administration prolongée. Un autre 309 patients avaient dosage qui varie et ne pouvait être classé dans l'une de ces groupes.

Les patients dans les groupes de dosage de longues étaient à risque un peu plus élevé de LEMP que ceux traités à l'intervalle recommandé, avec une proportion plus élevée testé positif pour le virus JC, plus de patients ayant des antécédents de traitement immunosuppresseur (18 pour cent contre 11 pour cent), et plus doses totales Tysabri (moyenne 39 contre 30). L'âge du patient, la durée de la maladie, et l'équilibre entre les sexes ne diffèrent cependant nettement entre les groupes de dosage standard et étendues,.

Parmi les patients administration prolongée, la durée moyenne de ce calendrier était de 23 mois en général. Ceux-ci ne variaient que légèrement entre le début, des schémas posologiques en retard, et variables.

l'efficacité du traitement (forte de Tysabri) était excellent indépendamment de l'intervalle posologique. Quelque 65 pour cent de la norme et de 65 pour cent des groupes de dosage étendus n'a montré aucun signe d'activité de la maladie (NEDA). Autrement dit, pas de lésions IRM actives et aucune activité clinique. La variable étendue groupe de dosage a souffert un peu à cet égard, avec 55 pour cent de la réunion de la norme NEDA comparativement à environ 70 pour cent à la fois pour le dosage précoce et tardive.

Weinshenker commenté que la sélection des patients pour administration prolongée, ce qui était pas aléatoire, aurait impliqué "préjugés contre commettre patients atteints de SEP plus agressifs sur le programme intervalle étendu, ce qui pourrait réduire la capacité des enquêteurs à détecter une réduction d'efficacité."

Néanmoins, at-il dit, le dosage étendue "est une approche prometteuse et sensible qui pourrait se révéler efficace."

Zhovtis-Ryerson et ses collègues ont établi un registre appelé étendre à d'autres cliniciens qui peuvent contribuer, au www.msbase.org. Ils prévoient également une étude prospective pour examiner les effets des différents traitements sur la progression du handicap au fil du temps.

L'étude avait pas de financement externe et auteurs déclaré qu'ils avaient pas d'intérêts financiers pertinents pour le travail.

Source: MedPage Aujourd'hui MedPage aujourd'hui © 2015 (23/04/15)
avatar
Domyleen

Messages : 7765
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Lien Tysabri-LEMP: "inquiétant"!!.

Message  Domyleen le Jeu 7 Mai 2015 - 16:27

   Oui, c'est intéressant, Etype .... Le problème, c'est de voir ce que ça donnera après plusieurs années. Actuellement, les risques surviennent surtout après deux ans de traitement, alors, on peut se demander si le fait d'espacer les perfusions rendra le traitement aussi efficace, avec moins de risques, ou prolongera simplement la période sans risque, genre, risques accrus au bout de trois ans au lieu de deux. 


    Il y a cet article du 19 Avril, sur une estimation des risques:
  (pdf, en anglais, et pas le temps, en ce moment de résumer, scuzi ... ):
   
   http://vixra.org/pdf/1504.0148v2.pdf

    La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû 2017 - 21:54