ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

-44%
Le deal à ne pas rater :
Casque Gamer sans fil STEELSERIES Arctis 7P+ (PS5/PS4, PC)
86.99 € 155.01 €
Voir le deal

    FCH, cellules souches mésenchymateuses

    Fred1208
    Fred1208


    Messages : 3333
    Date d'inscription : 28/04/2010
    Age : 62
    Localisation : Orbite géostationnaire

    FCH, cellules souches mésenchymateuses Empty FCH, cellules souches mésenchymateuses

    Message  Fred1208 Sam 5 Jan 2013 - 11:39

    Traduction de http://www.cleveland.com/healthfit/index.ssf/2012/09/cleveland_researchers_find_key.html

    CLEVELAND, Ohio - Une des pistes les plus prometteuse et passionnante pour la sclérose en plaques est 'utilisation des propres cellules souches du patient pour tenter d'arrêter - ou même réparer - certains des dommages de la maladie du tissu cérébral.

    Mais l'injection d'un patient avec une dose de ses propres cellules souches de la moelle osseuse était en fait une méthode assez grossière pour traiter la maladie, parce que personne n'était sûr de savoir comment ou pourquoi cela a fonctionné.

    L'année dernière, les médecins de la clinique Cleveland Hôpitaux du centre universitaire Seidman sur le cancer et l'Université Case Western a commencé à essayer cela pour des patients atteints de SEP dans une étude de phase 1 clinique après que des résultats positifs ont été observés chez les souris.

    La sclérose en plaques est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque la gaine de myéline qui entoure et protège les cellules nerveuses. Lorsque la myéline est endommagée, les cellules nerveuses sont exposées et incapables de faire leur travail, qui est d'envoyer des signaux du cerveau et de les recevoir.

    Cela se traduit par la perte de la motricité, de la coordination et des capacités cognitives.
    Comme de nombreux autres chercheurs utilisant des cellules souches, ce groupe ne savait pas exactement comment leur traitement fonctionnait, mais ils savaient que quand ils ont donné ces cellules souches mésenchymateuses humaines ou CSM, à des souris avec une version de la souris mimant la maladie, les souris se portent mieux.

    Comprendre pourquoi les souris vont mieux pourrait aider les chercheurs à voir si l'injection CSM va bien travailler chez un patient particulier avant que le patient soit perfusé, et peut-être aussi augmenter ou améliorer le traitement.

    En mai, le groupe de recherche de CWRU, dirigée par Robert Miller professeur en neurosciences, a découvert exactement ce qui avait un effet curatif dans la soupe de cellules souches qui a un effet curatif: une molécule appelée facteur de croissance des hépatocytes, ou FCH. L'équipe a publié ses résultats dans la revue Nature Neuroscience.

    Le groupe de Miller savait que cela pouvait être les cellules souches elles-mêmes, en entrant en contact physique avec la détérioration de la myéline, qui avaient un effet curatif. Ou que cela pourrait être quelque chose que les cellules souches secrètent dans le milieu liquide environnant, ou le fluide dans lequel elles ont poussé, qui est la clé. FCH est sécrété par les cellules souches, a déclaré M. Miller.

    L'équipe a identifié le FCH en injectant d'abord que le liquide des cellules souches dans lequel elles ont été cultivées, mais pas les cellules souches elles-mêmes, dans les souris qu'ils étudiaient. Les souris se sont améliorées, alors l'équipe a su que ce qui les aidait était dans le fluide.

    Ensuite, ils ont isolé les molécules de petites, moyennes et grandes dimensions du fluide et ont essayé chaque taille sur les souris. Seul le traitement à grande molécule a eu pour effet la guérison, ce qui signifie que tout ce qui aidait était quelque part dans ce mélange, a déclaré M. Miller.

    "La molécule qui nous a semblé évidente était le FCH », a t-il dit, parce que c'est la bonne taille, il est fabriqué par par les CSM, et dans quelques études ils se sont révélés comme étant impliqués dans la réparation de la myéline.

    Alors les scientifiques ont prélevé un échantillon purifié de FCH et l'ont injecté dans les souris malades. elles se sont améliorées. Quand ils ont bloqué le récepteur de FCH chez les souris, elles sont restées malades. C'était une preuve assez convaincante de ce qu'ils avaient trouvé et de ce qu'ils avaient cherché, a déclaré M. Miller.

    "Nous avons montré que FCH, comme les cellules souches mésenchymateuses, est à la fois lié à la régulation de la réponse immunitaire, et il favorise indépendamment la réparation de la myéline dans le cerveau», a t-il dit.

    Les CSM, tirés de la moelle osseuse, sont actuellement testées dans plus de 150 essais cliniques aux Etats-Unis et partout dans le monde pour traiter des conditions telles que l'arthrose, le diabète, l'emphysème et l'AVC.

    Voir la Clinique Cleveland le Dr Jeffrey Cohen, neurologue et chercheur principal sur un test clinique pour la SEP avec les cellules souches.

    L'essai de phase 1 a recruté 16 des 24 patients au total, et huit d'entre eux ont complété le protocole de l'essai, a déclaré le Dr Jeffrey Cohen, neurologue à la clinique de Cleveland et investigateur principal de l'essai.

    Jusqu'à présent, le traitement semble fonctionner, a déclaré Cohen.
    «C'est un peu tôt pour être le dire, mais les choses se présentent de façon encourageante."
    Il n'ya pas eu de problèmes de sécurité et pratiquement aucun effet secondaire. Il y n'y a également eu aucune activation - aggravation ou le retour des symptômes - de cette maladie récurrente chez les patients concernés, qui se sont produits de façon inattendue avec d'autres types de traitements de la SEP.

    la découverte de Miller ne changera pas le cours des essais actuellement en cours avec les CSM, mais il peut changer l'avenir du traitement par CSM.

    Bien qu'ils ne savent pas encore quel sera le résultat de cet essai, il est possible que si un patient ne répond pas au traitement, cela pourrait signifier que ses cellules souches ne produisent pas assez de FCH pour entraîner des améliorations, dit Miller. Miller étudiera les échantillons CSM de tous les patients de l'essai pour trouver ceux qui sont le plus à même de produire les FCH.
    Il va également essayer de voir s'ils peuvent prédire comment un patient réagira en fonction des FCH produits par ces CSM.

    "Enfin, si nous sommes bien loin de cela, nous pourrions augmenter l'expression de FCH chez les patients dont les cellules souches ne sont pas efficaces pour améliorer leur efficacité», a t-il dit.

    Mais pourquoi ne pas injecter le seul FCH?
    Miller dit qu'il y a deux raisons. Tout d'abord, le récepteur de FCH dans les cellules, appelé c-MET, a été impliqué dans le cancer du foie et du sein. L'injection de FCH par lui-même dans le corps peut stimuler la voie c-MET, dit-il, et l'équipe de recherche n'est pas prête à prendre ce risque.

    "Les cellules souches présentent l'avantage de se fixer dans la région de a lésion, de sorte qu'elles ne se collent pas dans d'autres parties du corps", a t-il dit.

    "Elles ciblent le traitement là où c'est nécessaire."
    Miller a déclaré que son groupe va expérimenter un mode d'application de FCH directement dans la zone de lésion dans le cerveau pour réduire au minimum ses contacts avec le reste du corps. FCH et c-MET sont pas associés à des tumeurs cérébrales.

    Ils sont également en train de tester de petits fragments du facteur de croissance en tant que traitement pour voir si ils peuvent éliminer certaines des préoccupations liées au cancer.

    Le groupe de Cohen espère que les résultats de l'essai de phase 1 sera disponible au printemps et a déjà commencé à planifier une étude plus vaste sur la base de ces résultats.

      La date/heure actuelle est Lun 22 Juil 2024 - 19:31