ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

-10%
Le deal à ne pas rater :
Apple TV HD 4K 32Go (2021)
179 € 199 €
Voir le deal

HSCT - le meilleur DMT de la SEP ?

Birmancat
Birmancat

Messages : 2370
Date d'inscription : 02/06/2018

HSCT - le meilleur DMT de la SEP ? Empty HSCT - le meilleur DMT de la SEP ?

Message  Birmancat Lun 19 Avr 2021 - 10:07

Bonjour,


Voici des réflexions très intéressantes du 19.4.21 sur le sujet et l'annonce
de l'essai Star MS en GB :


"
L'ESSAI STAR-MS: ÊTRE HSCT OU NON..."


https://multiple-sclerosis-research.org/2021/04/the-star-ms-trial-to-be-hscted-or-not/


https://www.sheffield.ac.uk/scharr/research/centres/ctru/starms



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 2370
Date d'inscription : 02/06/2018

HSCT - le meilleur DMT de la SEP ? Empty Re: HSCT - le meilleur DMT de la SEP ?

Message  Birmancat Ven 18 Juin 2021 - 11:43

Bonjour,

Cet article du 18 juin 2021 m'a paru très intéressant :

https://multiple-sclerosis-research.org/2021/06/a-no-brainer/

Traduit via www.deepl.com, seul le texte original en anglais de la source, fait foi.


"UN NO-BRAINER ?

6 Min lecture facile

Dans essais DMT
Par Prof G
18 juin 2021


Un de mes patients, qui souhaitait désespérément être traité par alemtuzumab, m'a récemment demandé s'il pouvait changer d'avis et préférer être orienté vers une AHSCT (autogreffe de cellules souches hématopoïétiques). Pourquoi ? Parce que les chances d'obtenir une rémission à long terme, et donc de guérir potentiellement de la SEP, semblent beaucoup plus élevées avec une AHSCT. Ce patient n'a aucune inquiétude quant aux risques associés à l'alemtuzumab ou à la AHSCT. La préoccupation la plus importante pour lui est le résultat à long terme. Il veut avoir un cerveau sain quand il sera plus âgé.

C'est pourquoi cet article récent sur les résultats à long terme des patients italiens ayant reçu une AHSCT vient s'ajouter aux preuves de plus en plus nombreuses de l'efficacité de l'AHSCT. Chez les patients atteints de la forme rémittente de la SEP traités par AHSCT, 86% et 71% étaient exempts d'aggravation du handicap à 5 et 10 ans, respectivement. Ces chiffres pour les patients atteints de SEP progressive étaient de 71% et 57% à 5 et 10 ans, respectivement.



HSCT - le meilleur DMT de la SEP ? Image-28
Les résultats sont moins impressionnants lorsqu'on utilise le statut NEDA-3, c'est-à-dire l'absence de rechutes, d'activité IRM ou de progression du handicap. Pour les patients atteints de SEP-RR, les probabilités d'atteindre le statut NEDA3 étaient de 62 % à 5 ans et de 41 % à 10 ans, respectivement. Cependant, et c'est important, dans le sous-groupe de patients atteints de SEP-RR qui ont subi une AHSCT avec le protocole de conditionnement BEAM+ATG, qui est plus agressif, le statut NEDA-3 a été atteint chez 68% et 55% des sujets à 5 et 10 ans, respectivement.
HSCT - le meilleur DMT de la SEP ? Image-29
Chez les sujets atteints de SEP progressive, le statut NEDA-3 n'a été atteint que par 51% et 37% des sujets à 5 et 10 ans, respectivement.

En moyenne, les scores d'invalidité se sont améliorés chez les sujets atteints de la forme rémittente et ont empiré chez les sujets atteints de la forme progressive, ce qui implique que l'AHSCT n'arrête pas la maladie qui couve. Cependant, presque tous les sujets avaient échoué à un ou plusieurs DMT avant l'AHSCT. Ce dernier point est important. L'EDSS moyen était de ~6,0 et la plupart des patients avaient une durée de maladie supérieure à 10 ans. Je me demande donc dans quelle mesure les résultats seraient meilleurs si l'AHSCT était réalisée plus tôt dans l'évolution de la SEP, c'est-à-dire avant que les dommages au cerveau et à la moelle épinière ne soient trop importants. C'est pourquoi nous avons vraiment besoin de tester l'AHSCT comme traitement de première intention dans la SEP. Une AHSCT effectuée tôt pourrait-elle arrêter/renverser ou prévenir l'établissement d'une maladie latente ? En d'autres termes, l'AHSCT permet-elle de guérir les personnes atteintes de SEP ? C'est pourquoi un essai de l'AHSCT au tout début de la SEP, c'est-à-dire en tant que traitement de première intention, est pour moi une évidence.

Veuillez noter que trois décès sont survenus à la suite d'une AHSCT, soit 1,4 % de la population totale de l'étude.

Les messages à retenir sont les suivants :




  • L'AHSCT est le DMT le plus efficace dont nous disposons pour traiter la SEP.
  • La SEP-R répond mieux à l'AHSCT que la SEP progressive.
  • Le protocole de conditionnement BEAM+ATG est supérieur aux protocoles à base de cyclophosphamide.
  • La mortalité reste relativement élevée avec l'AHSCT.
  • Les résultats seraient bien meilleurs que cela si les patients avaient subi une AHSCT plus tôt dans l'évolution de leur maladie.



Hier, j'ai été critiqué pour avoir suggéré des changements de style de vie aux personnes atteintes de SEP alors que je n'avais aucune idée de ce que c'était que d'avoir la SEP. Il a été sous-entendu qu'à moins d'avoir vécu avec la SEP, c'est-à-dire l'expérience vécue, je ne devrais pas faire de recommandations sur le mode de vie des patients, en particulier sur la perte de poids et le régime alimentaire. Ce que je peux dire, c'est que j'ai traité et suivi des milliers de personnes atteintes de la SEP et que j'en sais suffisamment pour savoir que si j'étais atteint de la SEP, je n'aurais aucune hésitation à vouloir être traité en première ligne par AHSCT ou alemtuzumab et à gérer tous les problèmes liés au mode de vie auxquels j'ai fait référence dans mon post "ASK NOT".

Ce qui sous-tend ma décision d'être traité en première intention par l'alemtuzumab et l'AHSCT, ce sont les données manquantes de cet article sur l'organe final ; ces deux traitements normaliseront en moyenne la perte de volume cérébral chez les sujets traités. En d'autres termes, ces traitements sont en haut de l'échelle lorsqu'il s'agit de prévenir les lésions de l'organe terminal. L'inconvénient de l'AHSCT est que le cerveau subit une neurotoxicité importante due à la chimiothérapie, avec une perte de volume cérébral accélérée la première année. En outre, il faut tenir compte du risque élevé, mais retardé, de malignité secondaire et du risque élevé de mortalité associés à la GCSAT. Par conséquent, l'alemtuzumab l'emporte probablement sur le plan de la sécurité en tant que traitement potentiel de première intention. N'oubliez pas que le fait d'être traité par alemtuzumab n'exclut pas la possibilité d'être traité par AHSCT à un stade ultérieur.



Boffa et al. Résultats cliniques à long terme de la transplantation de cellules souches hématopoïétiques dans la sclérose en plaques.


Neurologie. 2021 Jan 20;10.1212/WNL.0000000000011461. doi : 10.1212/WNL.0000000000011461.

Objectif : Pour déterminer si l'autogreffe de cellules souches hématopoïétiques (aHSCT) est capable d'induire une rémission durable de la maladie chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP), nous avons analysé les résultats à long terme après la greffe dans une grande cohorte de patients atteints de SEP.

Méthodes : Pour être inclus, un ensemble minimum de données (comprenant l'âge, le phénotype de la SEP, l'EDSS au départ, des informations sur la technologie de transplantation et au moins une visite de suivi après la transplantation) était requis.

Résultats : 210 patients ont été inclus [SEP récurrente-rémittente (RR)=122(58%)]. L'EDSS médian de départ était de 6(1-9), le suivi moyen était de 6,2(±5,0) ans. Parmi les patients atteints de SEP-RR, la survie sans aggravation du handicap (IC95%) était de 85,5% (76,9-94,1%) à 5 ans et de 71,3% (57,8-84,8%) à 10 ans. Chez les patients atteints de SEP progressive, la survie sans aggravation du handicap était de 71,0 % (59,4-82,6 %) et de 57,2 % (41,8-72,7 %) à 5 et 10 ans, respectivement. Chez les patients atteints de SEP-RR, l'EDSS a diminué de manière significative après une TCSH [p=0,001 ; changement moyen de l'EDSS par an -0,09 (95%CI=-0,15 à -0,04%)]. Chez les patients atteints de SEP-RR, l'utilisation du protocole de conditionnement BEAM+ATG était indépendamment associée à un risque réduit d'échec de la NEDA-3



. Trois patients sont décédés dans les 100 jours suivant l'aHSCT (1,4%) ; aucun décès n'est survenu chez les patients transplantés après 2007.

Conclusions : l'aHSCT prévient l'aggravation du handicap chez la majorité des patients et induit une amélioration durable du handicap chez les patients atteints de SEP-RR. Le protocole de conditionnement BEAM+ATG est associé à une suppression plus prononcée des rechutes cliniques et de l'activité inflammatoire à l'IRM.

Classification des preuves : Cette étude fournit des preuves de classe IV que, pour les personnes atteintes de SEP, une TCSG induit une rémission durable de la maladie chez la plupart des patients."



"La vie, c'est maintenant, pas demain"

    La date/heure actuelle est Lun 2 Aoû 2021 - 11:22