ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

Essai thérapie avec les HELMINTHES: (beuuuurk!!)

Partagez
avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Essai thérapie avec les HELMINTHES: (beuuuurk!!)

Message  Domyleen le Jeu 1 Mar 2012 - 20:44




Sur MSRC:

Le recrutement commence pour les essais sur les ankylostomes pour la sclérose en plaques.

Les vers parasites pourraient offrir un espoir de nouveau traitement pour les patients souffrant de la sclérose en plaques, maladie auto-immune, pensent des scientifiques de l'Université de Nottingham qui ont commencé à recruter des personnes souffrant de cette maladie neurologique pour un essai consistant à être infectés avec une dose faible, sans danger, d’helminthes parasites, (le Necator americanus)

Les scientifiques espèrent prouver que la présence de l'ankylostome dans le corps pourrait stopper le mécanisme par lequel le système immunitaire du corps devient hyperactif - la principale cause de la SEP - et permettrait de réduire, à la fois, la gravité des symptômes et le nombre de rechutes vécues par les patients. L'étude est dirigée par Cris Constantinescu, professeur de neurologie à l'Université des sciences cliniques et grand spécialiste de la SEP, et David Pritchard, professeur en immunologie parasitaire à l'Université de pharmacologie, qui a passé des décennies à étudier la biologie de l'ankylostome.

Le professeur Pritchard a déclaré: «Cette étude semble contre-intuitive (nous mettons en place un parasite, ce qui est par définition, dangereux, qui censé agir comme un stimulus pour modérer la maladie), mais, la présence des ankylostomes s’effectuera dans de bonnes conditions, soigneusement contrôlée et surveillée, et en cas de succès, nous pourrons annoncer une thérapie plus que nécessaire pour les patients atteints de SEP.

"Actuellement, il y a de nombreux patients atteints de SEP pour lesquels les médicaments conventionnels sont inefficaces ou sont associés à des effets secondaires indésirables. Les ankylostomes ont une capacité innée à modérer le système immunitaire afin de leur permettre de survivre dans le corps pendant des années. Cette modération peut avoir un effet « stand-by » sur la progression de la SEP. "

L'équipe de recherche est en train de recruter plus de 70 patients dans les régions de Nottingham et Derby, souffrant de la forme la plus fréquente de la maladie, forme rémittente-récurrente (SEP RR) , dans laquelle les symptômes des patients tels que des problèmes de vision, des étourdissements et la fatigue, apparaissent puis disparaissent partiellement ou complètement, et, aussi la forme secondairement progressive (SEP SP) avec des rechutes qui s'ajoutent à la progression.

La moitié des patients de l'essai, financé par les 400,000 livres octroyées par la Société de la SEP, (MS Society) recevront une dose faible d’ankylostomes -25 larves microscopiques -. sur un plâtre appliqué sur le bras, tandis que l'autre moitié recevra un plâtre placebo Une fois les larves entrées en contact avec la peau, elles passeront au travers pour se frayer un chemin dans le flux sanguin jusqu'à ce qu'elles aient atteint les poumons, où elles seront dégluties, lors d’une toux, pour se rendre à leur destination finale, l'intestin. Là, elles survivront en s'accrochant à la paroi intestinale en se nourrissant du sang de l'hôte.

Les vers ne se multiplient pas dans l'hôte, mais se reproduisent en produisant des œufs fertiles, qui sont expulsés dans les matières fécales Ceux-ci éclosent en larves infectant l'extérieur du corps, et sont utilisés pour infecter des patients.

Les patients de l'étude seront soumis à des examens sanguins réguliers pour vérifier qu'ils ne sont pas anémiques - un signe que la dose d’ankylostomes pourrait être trop élevée pour cette personne.
Les études de sécurité préalables indiquent que cela est peu probable de se produire, et le déparasitage aura lieu au cas où.

Au début de l’essai, les participants seront soumis à un examen IRM pour enregistrer les lésions cicatrisées et actives, présentes dans le cerveau chez les patients atteints de SEP. Pendant neuf mois, tous les patients seront analysés sur une base régulière pour voir si de nouvelles lésions sont apparues ou si les existantes se sont aggravées, ce qui pourrait être un signe révélateur de la rechute.
À la fin de l’étude, les résultats des deux groupes de patients seront comparés pour déterminer si les ankylostomes ont réussi à réguler le système immunitaire des patients, en gardant leurs symptômes en échec et prévenu les rechutes. Le professeur Pritchard a étudié les ankylostomes pendant près de deux décennies suite à son travail de zoologiste passé dans des villages reculés en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour enquêter sur les parasites dans la population indigène. Il a acquis la preuve que l'infection naturelle par le parasite menait à une plus faible incidence sur d'autres maladies liées au système immunitaire telles que l'allergie. Cela a suscité des recherches sur le potentiel thérapeutique de l’infection par le ver.

Avant d’être en mesure d’inclure les vers dans un essai clinique pour tester leur efficacité contre la maladie humaine, l'équipe avait besoin d'établir leur aspect sécuritaire pour les utiliser sans aucun risque de maladie en passant par les poumons.
Initialement, les chercheurs se sont portés volontaires pour être eux-mêmes infectés afin d’établir un dosage sécuritaire au cours duquel il n'y a pas eu d'effets secondaires, avant que les participants souffrant d'asthme et de rhinite n’aient été recrutés pour les essais cliniques dans lesquels ils ont été infectés pendant une période de 12 semaines, et ont étudié pour s'assurer qu'il n'y avait eu aucun effet sur la fonction respiratoire, les parasites ayant transité par les poumons.

Après le succès des essais de sécurité, l'équipe a effectué le processus nécessaire pour se procurer les ankylostomes approuvés, comme tout médicament expérimental par les agences du médicament et des soins de santé de l'Agence de réglementation (MHRA).


avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Essai thérapie avec les HELMINTHES: (beuuuurk!!)

Message  Domyleen le Jeu 1 Mar 2012 - 21:06



Bon, j'en ai marre de chercher, ... mais je suis certaine d'avoir déjà posté des articles sur les Helminthes ...

Pour ceux que ça intéresse, il y a une étude qui est effectuée depuis deux ans aux US, et des participants qui racontent ce qu'ils en tirent comme bénéfices, ... sur Thisisms!!! (une "cobaye" a pour pseudo "Egg-girl"!)
avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Essai thérapie avec les HELMINTHES: (beuuuurk!!)

Message  Domyleen le Jeu 1 Mar 2012 - 21:30



Précisions:

Les ankylostomes sont des parasites de l’intestin :
Les ankylostomoses sont des parasitoses intestinales provoquées par deux nématodes (petits vers ronds très voisins) qui entraînent par leur présence dans le duodéno-jéjunum de l'homme, une seule et même maladie à savoir l'ankylostomose :
 Ancylostoma duodenale
 Necator americanus
Parmi les 1,3 milliard de personnes infectées par ces vers, 150 millions seraient gravement atteintes de cette verminose cosmopoliteoccasionnant 65 000 décès annuels, selon l'OMS1.
(Source Wikipédia)


Effectivement, ils peuvent être dangereux ! affraid
avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Essai thérapie avec les HELMINTHES: (beuuuurk!!)

Message  Domyleen le Jeu 1 Mar 2012 - 21:44

avatar
Domyleen

Messages : 7737
Date d'inscription : 29/04/2010
Localisation : Normandie

Re: Essai thérapie avec les HELMINTHES: (beuuuurk!!)

Message  Domyleen le Jeu 1 Mar 2012 - 21:54


    La date/heure actuelle est Dim 25 Juin 2017 - 0:02