ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis


Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Liseline
Liseline

Messages : 499
Date d'inscription : 08/11/2012
Localisation : PACA

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Liseline le Jeu 14 Sep 2017 - 10:43

Bonjour à tous,

Ci-dessous le lien vers le réseau MATHEC qui conduit des recherches sur les greffes de cellules souches pour les maladies auto-immunes, auto-inflammatoires et neurologiques.

http://www.ma-thec.com/

A l'hôpital Saint-Louis, le protocole mis en place pour la sclérodermie a eu de bons résultats :

http://www.reseau-chu.org/article/sclerodermie-systemique-severe-la-greffe-de-cellules-souches-hematopoietiques-suscite-le/

On le sait, ce type de traitement est aujourd'hui le plus efficace pour stopper l'évolution de la sclérose en plaques, voire pour permettre de récupérer jusqu'à 2 points d'EDSS sur 2 à 3 ans.
La France est très en retard comparativement à d'autres pays (Russie, Mexique, Singapour, Israël, US et même les Philippines, sans compter l'Italie et l'Allemagne aux critères de sélection ridiculement restreints), mais elle commence à s'y ouvrir.

Le réseau MATHEC  se réunit régulièrement en RCP (dates sur le site) pour ouvrir le traitement à des patients "recommandés" par leur médecin.

A toutes fins utiles, chers camarades....

Lise



Il y a toujours un jour qui s'appelle "demain".
Et "demain", l'espoir est permis.
Liseline
Liseline

Messages : 499
Date d'inscription : 08/11/2012
Localisation : PACA

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Liseline le Dim 15 Oct 2017 - 8:48

Bonjour à tous,

En pièce jointe, un récapitulatif non exhaustif du nombre de personnes atteintes de SEP (forme rémittente) et qui ont bénéficié d'une auto-greffe de cellules souches. Il s'agit des procédures reportées auprès de l'EBMT (la société européenne pour les greffes de moelle osseuse). Les statistiques des hôpitaux qui ne font pas remonter ces informations à l'EBMT n'y figurent pas ; notamment Pirogov (Russie), Mexico, Les Philippines, Singapour, l'Inde... qui  greffent aussi les formes primaires et secondaires progressives.

On peut voir qu'environ 6 personnes ont été greffées à Lille. On sait qu'il y en a aussi 1 à Marseille.

Bon dimanche !
Lise
Fichiers joints
Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire AttachmentRécap nb HCST pour RRMS.pdf
Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
(56 Ko) Téléchargé 8 fois



Il y a toujours un jour qui s'appelle "demain".
Et "demain", l'espoir est permis.
Liseline
Liseline

Messages : 499
Date d'inscription : 08/11/2012
Localisation : PACA

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Liseline le Lun 30 Oct 2017 - 7:25

Bonjour,

Ci-joint un lien qui date un peu (un peu plus d'un an) et qui montre l'efficacité de l'auto-greffe de cellules souches.

http://www.psychomedia.qc.ca/sclerose-en-plaques/2016-06-10/traitement-immunoablation-cellules-souches

Concernant le taux de mortalité, il faut savoir que depuis les protocoles ont été améliorés et que ce taux se situe à 0,5% pour la procédure non-myéloablative.

Bonne semaine !
Lise



Il y a toujours un jour qui s'appelle "demain".
Et "demain", l'espoir est permis.
Birmancat
Birmancat

Messages : 1526
Date d'inscription : 02/06/2018

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Birmancat le Mer 16 Jan 2019 - 11:19

Un grand bonjour 2019 à toutes et tous,

Pour faire le lien avec les posts précédents, voici une info datée du 15.01.2019, lue sur :

https://www.nationalmssociety.org/About-the-Society/News/Results-Published-from-Study-of-Bone-Marrow-Stem-C

Extraits, traduits, via translate google, seul le texte original, en anglais, fait foi :

"Résultats publiés de l'étude sur la greffe de cellules souches de la moelle osseuse dans des cas de sclérose en plaques récurrente.

15 janvier 2019

RÉSUMÉ

Une équipe internationale de chercheurs a publié les résultats d'une petite étude sur le traitement immunosuppresseur suivie de cellules souches hématopoïétiques (produisant des cellules sanguines) chez des personnes atteintes de SEP récurrente-récurrente agressive non contrôlée par les traitements modificateurs de la maladie disponibles.

Cette procédure vise à «redémarrer» le système immunitaire afin de ralentir ou de prévenir les attaques immunitaires de la sclérose en plaques contre le cerveau et la moelle épinière.

L'étude a atteint son critère d'évaluation principal, avec un nombre significativement inférieur de personnes présentant une progression de la SP dans le groupe ayant subi une HSCT, par rapport au groupe qui a reçu un autre traitement modifiant la maladie. Il n'y a pas eu de décès ou d'événements indésirables mettant la vie en danger dans les deux groupes.

Il s'agissait du premier essai clinique contrôlé randomisé sur la HSCT pour la SEP récurrente-rémittante. L'équipe (Richard K. Burt, MD, Northwestern University, Chicago, IL, et ses collègues) a publié les résultats dans JAMA Neurology (2019; 321 (2): 165-174). Les chercheurs considèrent que cette étude est préliminaire et recommandent de poursuivre les recherches pour confirmer ces résultats et déterminer les résultats à long terme et la sécurité.

Dans un éditorial publié dans le même numéro de la revue, le Dr Harold Atkins (Programme de greffe de sang et de moelle osseuse de l’Hôpital d’Ottawa, Université d’Ottawa) souligne que la HSCT pour les maladies auto-immunes est une procédure qui nécessite une expertise médicale hautement spécialisée en matière de thérapies à base de médicaments pour minimiser les risques.

L’étude: pour cet essai clinique contrôlé et randomisé de HSCT dans la sclérose en plaques récurrente, des chercheurs de l’Université Northwestern (Chicago, Illinois), des hôpitaux universitaires de Sheffield (Sheffield, Angleterre), de l’Université d’Uppsala (Uppsala, Suède) et de l’Université de São Paulo ( Ribeirão Preto, Brésil) ont recruté 110 personnes âgées de 18 à 55 ans atteintes de sclérose en plaques agressive. Pour être inscrits, les participants devaient avoir connu au moins deux rechutes (ou une rechute et une preuve d'activité de la maladie à l'IRM à un moment différent) malgré le traitement par un traitement de fond (DMT) au cours de l'année précédente. Les personnes atteintes de SEP moins agressive et celles présentant des formes progressives de SEP ont été exclues de l'étude.

Cinquante-cinq ont été assignés au hasard pour un traitement HSCT et 55 au hasard pour recevoir un type de traitement DMT différent ou plus fort que le traitement qu'ils avaient suivi l'année précédente. Une disposition de l’étude a permis aux participants du groupe DMT de recevoir une HSCT s’ils présentaient une progression de l’invalidité après un an dans l’étude.

Le critère d'évaluation principal de l'essai était la progression soutenue de la maladie après au moins un an, définie comme une aggravation du score EDSS de 1 point. L'EDSS est une échelle standard qui mesure le handicap physique. Les professionnels qui ont mesuré l’EDSS des participants ne connaissaient pas (en aveugle) leur groupe de traitement. L'équipe a également suivi la sûreté, les rechutes et les autres résultats.

Résultats clés: L’étude a atteint son critère principal, avec beaucoup moins de personnes du groupe HSCT présentant une progression de la maladie après un an comparées à celles du groupe DMT: la progression s’est produite chez 3 personnes sur 52 du groupe HSCT et chez 34 personnes sur 51 personnes du groupe DMT. La progression a augmenté avec le temps, mais beaucoup moins dans le groupe HSCT par rapport au groupe DMT.

Au cours de la première année, 1 personne sur 51 a connu une rechute de SEP dans le groupe HSCT, contre 36 sur 52 dans le groupe DMT. Beaucoup moins de rechutes expérimentées au fil du temps dans le groupe HSCT par rapport au groupe DMT.

Le groupe HSCT a également montré une activité significativement moindre de la maladie sur les examens IRM à 1 an et a montré une amélioration des scores sur une échelle mesurant la qualité de vie (forme abrégée 36). Ceux qui ont subi une HSCT après avoir été dans le groupe DMT pendant un an avaient généralement tendance à bien aller.

Sécurité: Il n'y a pas eu de décès dans les deux groupes. Il n'y a pas eu d'événements invalidants ou potentiellement mortels immédiatement après l'HSCT. Il y avait trois cas d'infections hospitalisées et 31 infections post-transplantation, principalement des infections des voies respiratoires supérieures, des voies urinaires et du zona. Un purpura thrombocytopénique idiopathique, un trouble de la coagulation grave, est survenu chez deux personnes du groupe HSCT et quatre personnes du groupe HSCT ont développé une maladie thyroïdienne auto-immune.

L'équipe (Richard K. Burt, MD, Northwestern University, Chicago, IL, et ses collègues) a publié les résultats de son étude dans JAMA Neurology (2019; 321 (2): 165-174). Dans le document, les chercheurs soulignent les limites de l’étude, notamment le faible nombre de participants disponibles pour évaluer les résultats à long terme, et le fait que certaines des thérapies de modification de la maladie les plus récentes et les plus puissantes, telles que l’alemtuzumab et l’ocrélizumab, ne figuraient pas parmi les traitements proposés aux membres du groupe DMT. Les chercheurs considèrent cette étude comme préliminaire et recommandent de poursuivre les recherches pour confirmer ces résultats et déterminer les résultats à long terme et la sécurité.

Commentaire: «Cet essai important ajoute aux preuves des avantages potentiels de la greffe de cellules souches de la moelle osseuse chez les personnes atteintes de sclérose en plaques agressive qui ne tirent pas de bénéfice d'un traitement conventionnel DMT», a déclaré Bruce Bebo, PhD, vice-président exécutif de la National MS Society. Président de la recherche. «On ne sait pas encore qui sont les meilleurs candidats pour cette protocol, ni quel est le schéma thérapeutique optimal, et comment les avantages et les risques se comparent à ceux de puissants traitements immunomodulateurs. Au moins un plus grand essai contrôlé de phase 3 est actuellement en cours pour aider à répondre à ces questions importantes. "
…"

Liens :

https://jamanetwork.com/journals/jama/article-abstract/2720728 https://www.nationalmssociety.org/Research/Research-News-Progress/Stem-Cells-in-MS/Bone-Marrow-Stem-Cell-Transplant-–-HSCT
https://www.nationalmssociety.org/Research/Research-News-Progress/Stem-Cells-in-MS/Bone-Marrow-Stem-Cell-Transplant-–-HSCT



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Liseline
Liseline

Messages : 499
Date d'inscription : 08/11/2012
Localisation : PACA

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Liseline le Mar 12 Fév 2019 - 20:16

Bonjour,

Enfin un article sur l'auto-greffe de cellules souches hématopoïétiques pour la SEP !
C'est dans Le Monde daté du 11/02/2019

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/02/11/sclerose-en-plaques-la-piste-de-l-autogreffe-de-moelle-negligee_5422184_1650684.html?fbclid=IwAR3RiBaLlqiNUsw4dUzcIxzdEF1dlPYm67hvyspPVwV3g559w5IvqzMFWJ4

Pour les non-abonnés au Monde, l'article est copié dans le PDF joint.

C'est un grand pas en avant.
On peut regretter une information encore erronée :le taux de mortalité n'est pas de 5% ni même de 1%, mais de 0,3% pour la procédure non-myéloablative.
On peut aussi regretter que la procédure soit présentée comme étant efficace uniquement sur les formes "inflammatoires" (donc rémittente), alors que c'est aussi le traitement le plus efficace pour les formes primaires et secondaires progressives.

Lise
Fichiers joints
Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire AttachmentArticle Le Monde ACSH.pdf
Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
(309 Ko) Téléchargé 3 fois



Il y a toujours un jour qui s'appelle "demain".
Et "demain", l'espoir est permis.
Liseline
Liseline

Messages : 499
Date d'inscription : 08/11/2012
Localisation : PACA

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Liseline le Dim 25 Aoû 2019 - 12:55

Bonjour,

Courant novembre se déroulera en Russie une grande conférence sur l'ACSH & les maladies auto-immunes, réunissant les plus grands experts actuels de la question : Dr Burt (Chicago), Dr Fedorenko (Moscou), Pr Farge (Paris), Dr Saccardi (Italie), Dr Snowden (Sheffield), etc.

https://hsct-russia.com/international-conference?fbclid=IwAR0EMLA7FKNqO1REkKiBbVNYA6hkctcynfQAjDZ6oOuzb2-DcA63Zq1njEQ

Concernant l'ACSH et la SEP, cette conférence sera certainement très riche en débats et, espérons-le, en avancées. Par exemple le Dr Burt y présentera les résultats de son essai clinique (qui touche à sa fin et dont l'actrice Selma Blair est l'une des dernières bénéficiaires), réservé aux formes rémittentes, quand le Dr Fedorenko abordera son expérience de l'ASCH sur les formes rémittentes et les formes progressives.

A suivre !

Lise



Il y a toujours un jour qui s'appelle "demain".
Et "demain", l'espoir est permis.
Birmancat
Birmancat

Messages : 1526
Date d'inscription : 02/06/2018

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Birmancat le Jeu 12 Sep 2019 - 19:37

Bonsoir,

Lors de l'ECTRIMS 2019, qui se tient du 11-13 septembre 2019, à Stockholm, entre autres, une série de présentations ont eu lieu sur les traitements à base de cellules souches.

Cet article, en anglais, publié le 12 septembre 2019, fait le point :

https://multiplesclerosisnewstoday.com/news-posts/2019/09/05/ectrims2019-talk-hot-topic-4-hsct-and-stem-cell-treatment-in-ms/

"ECTRIMS 2019 - promesses et avertissements à propos des traitements par cellules souches…"

C'est un peu long, je vous conseille d'utiliser un traducteur en ligne, à moins que quelqu'un n'aie la gentillesse de traduire et poster ici.

Bonne soirée


PS: cet article m'a paru très intéressant, parlant des résultats à 5 ans, avec le bémol de l'absence de groupe de comparaison et mentionnant des cliniques peu scrupuleuses. Enfin, certains praticiens sont réservés. A lire



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Liseline
Liseline

Messages : 499
Date d'inscription : 08/11/2012
Localisation : PACA

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Liseline le Sam 14 Sep 2019 - 7:20

Bonjour,

Je rebondis sur l'article posté par Birmancat.

Au cours de la conférence ECTRIMS, la partie ACSH / HSCT s'est déroulée sur 3/4 d'heure, avec 2 interventions.

A grands traits :
* 1 présentation "pour l'ACSH", assurée par un J. Burman, du Département Neurosciences de l'Université d'Uppsala (Suède) qui a évoqué la procédure d'autogreffe de moelle osseuse, pratiquée depuis 1995 pour la SEP (1995 !). Il évalue à 2500 le nombre de patients greffés en Europe.
Il a parlé de l'efficacité de l'ACSH, supérieure à tous les traitements de fond existants (méta-analyses à l'appui) : à 5 ans post-greffe, le nombre de patients sans signe d'activité de la maladie et sans progression du handicap s'élève à 78,5 %, contre 2,97% avec les traitements de fond.
Le risque de  mortalité (0,3%) est équivalent à celui encouru lors de chirurgies courantes (et inférieur à celui d'avoir un accident de la route - NDLR). 
Soulignons que J. Burman ne reçoit pour ses travaux que des financements des sociétés de médecine et de recherche.

* Face à M. Burman, un orateur défendant la thèse inverse ("contre l'ACSH") : S. Hauser, de l'Institut de Neurosciences de l'Université de Californie, qui déclare participer aux bureaux scientifiques de  Symbiotix, Annexon, Bionure, Alector, Molecular Stethoscope (liste  non-exhaustive), tous des laboratoires pharmaceutiques privés opposés au développement de l'ACSH, pour d'évidentes raisons économiques.
Lui, tout en reconnaissant l'efficacité de l'ACSH, développe des arguments que l'on entend de la bouche d'un grand nombre de neurologues : les risques de la procédure (or, on sait qu'ils sont faibles), la bonne efficacité des traitements de fond actuels (or, on sait qu'elle est inférieure à celle de l'autogreffe), les interrogations quant à l’efficacité de l'ACSH sur les formes avancées de SEP (mais quel traitement de fond actuel pourrait se prévaloir de fonctionner sur ces formes ?) et l'absence d'étude comparant l'ACSH avec un traitement de fond.

Ce dernier argument est discutable à deux titres au moins :

- Quand on a 15 ans de recul sur un traitement qui a montré sa supériorité sur tous les autres, dans quelle mesure est-il de l'intérêt des patients d'attendre les conclusions d'une étude comparative qui va durer plusieurs années ? La SEP des malades fera-t-elle gentiment une pause pendant le déroulement de l'étude ?

- Selon le Dr Burt, la mise en place d'une étude de ce type pose un  autre problème éthique : peut-on monter 2 groupes (un avec l'ACSH et un avec, par exemple, l'Ocrevus) en sachant déjà par avance que d'une certaine manière on "sacrifie" le groupe Ocrevus car, méta-analyses à l'appui, on sait déjà que l'autogreffe sera plus efficace ?

Je souligne que, contrairement à Burman, Hauser ne produit aucun chiffre, mais laisse penser, contre les faits, que le taux de mortalité de l'ACSH pourrait être de 1%. Il s'agit d'une technique argumentative discutable.


Pour conclure, j'insiste sur le nombre de plus en plus élevé de patients qui se tournent aujourd'hui vers l'autogreffe. Certains quelques mois à peine après leur diagnostic : ceux-là ont de bonnes chances de ne plus jamais avoir de manifestation de la maladie.


Il est URGENT de rendre ce traitement largement disponible.


Lise


Dernière édition par Liseline le Dim 15 Sep 2019 - 16:43, édité 2 fois



Il y a toujours un jour qui s'appelle "demain".
Et "demain", l'espoir est permis.
Birmancat
Birmancat

Messages : 1526
Date d'inscription : 02/06/2018

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Birmancat le Sam 14 Sep 2019 - 10:55

Bonjour,

Merci beaucoup Liseline pour ce retour, qui permet d'éclairer un sujet dont on parle de plus en plus sur les réseaux sociaux :

A ce propos, voici encore deux articles, que je vais essayer de traduire dès que j'en ai le temps.

https://multiplesclerosisnewstoday.com/columns/2019/09/09/stem-cell-program-that-treated-selma-blair-closes-its-doors/

"Le programme de traitement par cellules souches qui a traité Selma Blair, ferme ses portes…."

https://multiplesclerosisnewstoday.com/news-posts/2019/09/06/ectrims2019-talk-157-indications-of-neuroprotective-effects-in-progressive-multiple-sclerosis-following-autologous-mesenchymal-stem-cells-msc-transplantation-report-of-a-randomised-phase-iib-double-blind-trial/

"# ECTRIMS2019 - Les greffes de cellules souches mésenchymateuses sont sûres et aident à stopper la SEP progressive, selon les données de l'essai…"

Personnellement, j'ai du mal à comprendre la différence entre ces différents traitements, qui me paraissent tous très intéressants.

Je suis d'avis qu'il faut en parler, les malades doivent avoir accès à une information éclairée et fiable pour leur SEP. 

Merci encore Liseline pour votre aide et vos explications.


Dernière édition par Birmancat le Sam 14 Sep 2019 - 18:14, édité 2 fois



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Liseline
Liseline

Messages : 499
Date d'inscription : 08/11/2012
Localisation : PACA

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Liseline le Sam 14 Sep 2019 - 15:51

Re bonjour,

Des confusions sont très souvent faites entre l'ACSH et les thérapies par cellules souches (y compris par des médecins autres qu'hématologues) :

- L'auto-greffe de cellules souches hématopoïétiques (ACSH - en anglais HSCT) qui est un traitement utilisé depuis 40 en oncologie / hématologie pour soigner certains cancers du sang. Cette procédure lourde a montré son efficacité pour les maladies auto-immunes, dont la SEP. En cela, l'ASCH n'est pas un traitement "expérimental" sur le plan pratique; il est parfaitement maîtrisé et mis en œuvre quotidiennement, pour des cancers, dans les services d'hématologie.
L'erreur commune est de ne retenir que la séduisante expression de "cellules souches". Or, dans l'autogreffe, le plus important est la chimiothérapie intensive qui va permettre de détruire le système immunitaire autoréactif. Les cellules souches hématopoïétiques (c'est-à-dire les cellules souches dont sont issues les différentes cellules du sang: lymphocytes, globules rouges et plaquettes) ne sont utilisées "que" pour accélérer la reconstitution d'un nouveau système immunitaire. Mais il serait possible de s'en passer et de laisser la moelle osseuse redémarrer toute seule après la chimiothérapie. Les patients seraient cependant exposés bien plus longtemps aux risques infectieux, mais aussi anémiques et hémorragiques.

- Les greffes de cellules souches mésenchymateuses sont, elles, encore expérimentales. Ces cellules souches donnent naissance à d'autres cellules que celles du sang ; elles sont présentes dans différents tissus de l'organisme (moelle osseuse, peau, graisse).
Les travaux menés actuellement visent à améliorer la neuroprotection, via la modulation du système immunitaire et la régénération de la myéline. Il n'y a pas de chimiothérapie.

Un certain nombre d'entreprises peu scrupuleuses, en Europe et ailleurs, proposent déjà des greffes de cellules souches mésenchymateuses à un tarif de 25.000 Euros en moyenne.
Certains patients SEP ont franchi le pas avec ces établissements. Résultats : un effet positif réel, mais qui s'estompe au bout de quelques mois. Pourquoi ? Parce que le système immunitaire a conservé sa dimension inflammatoire : ce qui a été reconstruit grâce aux cellules souches est de nouveau détruit.

A ma connaissance, certains patients prévoient une greffe de cellules mésenchymateuses (qui pourrait remyéliniser et donc permettre de faire reculer leur handicap) après une ACSH (qui aura réinitialisé leur système immunitaire.)

Lise


Dernière édition par Liseline le Dim 15 Sep 2019 - 7:07, édité 1 fois



Il y a toujours un jour qui s'appelle "demain".
Et "demain", l'espoir est permis.
Birmancat
Birmancat

Messages : 1526
Date d'inscription : 02/06/2018

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Birmancat le Sam 14 Sep 2019 - 17:37

Bonsoir,

Un grand merci, Liseline, pour vos explications très claires et précises, très utiles!

Et maintenant, la traduction des deux articles mentionnés plus haut à l'aide de translate google, seul, le texte original, en anglais, fait foi :

https://multiplesclerosisnewstoday.com/columns/2019/09/09/stem-cell-program-that-treated-selma-blair-closes-its-doors/

13 septembre 2019

"Le programme de traitement par cellules souches, qui a traité Selma Blair (nb : cf rubrique "détente et vie quotidienne" du forum) ferme ses portes.

Le Dr Richard Burt, chef de la division Immunothérapie pour maladies auto-immunes de Northwestern Medicine, prend un congé sabbatique et le programme de cellules souches qu’il dirige depuis de nombreuses années, qui traitait un certain nombre de personnes atteintes de SEP, est en train de se terminer.

Burt a dirigé un essai clinique de phase 3 portant sur la transplantation de cellules souches hématopoïétiques (HSCT) avec un groupe de 110 patients atteints de SEP du 20 septembre 2005 au 7 juillet 2016. Les suivis ont pris fin en janvier 2018 et des résultats encourageants ont été publiés pour l'essai. un an plus tard. Cependant, il y a environ six semaines, sur un groupe Facebook dirigé par des patients et axé sur l'étude de Burt, la fermeture de la clinique HSCT a été brutalement signalée.

«Après 30 ans à développer une HSCT pour les maladies auto-immunes allant des modèles animaux aux études de phase I, II et III, et 15 ans à travailler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an pour pouvoir prendre en charge les patients hospitalisés et ambulatoires, le Dr Burt mettra fin au programme de transplantation. Au cours de cette année et ensuite, il prendra un congé de recherche universitaire pour se consacrer à la publication d'articles, à la publication d'un manuel médical demandé dans ce domaine, à des conférences pédagogiques pour aider d'autres centres d'Amérique à mettre au point cette thérapie, et à la réalisation d'une autre découverte scientifique sur les cellules souches que le Dr Burt souhaite transformer en essais cliniques pour aider les patients. Le Dr Burt et toute son équipe sont extrêmement reconnaissants du soutien et de la gratitude de tous ses patients. Nous sommes si fiers et honorés d'avoir parcouru ce chemin avec vous. Merci de nous tous. “

Depuis que cette publication a été publiée sur Facebook, un porte-parole de Northwestern Memorial HealthCare a confirmé la fermeture de plusieurs sites de médias, dont le magazine The Scientist.

Problèmes liés à l’essai clinique HSCT du Dr Burt.L’histoire de The Scientist soulève un certain nombre de préoccupations concernant l’essai clinique du Dr Burt. Un scientifique cité dans l'article, inquiet par l'essai clinique, est le biologiste spécialisé dans les cellules souches et blogueur Paul Knoepf. Il soulève le fait que le programme Burt a facturé 100 000 $ ou plus pour participer à l'essai.

En outre, à la fin de 2016, la US Food and Drug Administration (ie FDA) a envoyé une lettre d’avertissement à Burt, affirmant que l’essai «violait la réglementation régissant la conduite d’essais cliniques impliquant de nouveaux médicaments expérimentaux…». The Scientist explique en détail l'avertissement de la FDA et cite le Dr Burt, affirmant que la lettre n'avait rien à voir avec son congé sabbatique soudain: «Burt souligne que la fermeture de sa clinique n'est pas liée aux problèmes évoqués dans la lettre de la FDA. «En décembre 2016, la FDA a envoyé une lettre de suivi indiquant que notre réponse était satisfaisante et qu’il n’y avait plus aucune action ou question à poser. La FDA n’a trouvé aucun cas de décès lié au traitement dans aucune des études ", écrit-il à The Scientist dans un courrier électronique."

Selma Blair braque les projecteurs sur la clinique Burt.

L’essai clinique mené par Burt est devenu plus largement connu il y a quelques mois, lorsque l’actrice Selma Blair a confié à ses abonnés Instagram qu’elle faisait partie des personnes qui ont reçu la HSCT dans sa clinique Northwestern. Bien que l’essai clinique officiel sur la sclérose en plaques ait pris fin en juillet 2016, Blair a été traitée cet été, probablement dans le cadre du processus d’accès élargi de la FDA. Il permet aux patients atteints d'une maladie grave ou mettant la vie en danger de recevoir un traitement non approuvé par la FDA, en dehors d'un essai clinique, dans certaines conditions. Sur Instagram, Blair écrit: «Je m'améliore en raison de #hsct #drburt. … Je peux marcher beaucoup mieux. 

La fermeture de la clinique HSCT était-elle liée à la routine ou s'est-elle faite sous pression?

L’essai de la phase 3 de la clinique de Burt s’est achevé en 2016. Il a achevé ses travaux de suivi au début de 2018 et publié ses conclusions au début de 2019. Y avait-il une raison de garder ouvertes plus longtemps les portes de la clinique de cellules souches du Nord-Ouest? The Scientist rapporte que pendant son congé sabbatique, Burt prévoit de travailler avec les universités et les cliniques américaines pour rendre son protocole HSCT plus accessible. Il déclare: «C’est, à mon avis, le meilleur moyen d’aider le monde et l’humanité, et d’aider les patients à avancer et bénéficier de ce traitement plus largement dans le monde." Tous les patients déjà inscrits, poursuivront leur traitement au centre, a déclaré le directeur des relations avec les médias de Northwestern Memorial HealthCare à The Scientist. Aucun nouveau patient ne sera vu…."

par Ed Tobias



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1526
Date d'inscription : 02/06/2018

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Birmancat le Sam 14 Sep 2019 - 18:13

Et voici la traduction du 2ème article, paru le 13 septembre 2019, à l'aide de translate google, seul, le texte original, en anglais, fait foi :


https://multiplesclerosisnewstoday.com/news-posts/2019/09/06/ectrims2019-talk-157-indications-of-neuroprotective-effects-in-progressive-multiple-sclerosis-following-autologous-mesenchymal-stem-cells-msc-transplantation-report-of-a-randomised-phase-iib-double-blind-trial/


"# ECTRIMS2019 - Les greffes de cellules souches mésenchymateuses sont sûres et aident à stopper la SEP progressive, selon les données d'une étude.

par Ana Pena, PHD

La greffe de cellules souches mésenchymateuses (CSM) est sûre et peut retarder la progression de la maladie chez les personnes atteintes de sclérose en plaques active, progressive, selon les résultats d'un essai clinique monocentrique mené en Israël.

Six mois après la greffe, une proportion considérable de patients ne présentait aucun signe d'activité de la maladie par rapport au traitement par placebo.

Les résultats ont été partagés lors du 35ème Congrès du Comité européen pour le traitement et la recherche sur la sclérose en plaques (ECTRIMS), qui s'est tenu du 11 au 13 septembre à Stockholm.

Dimitrios Karussios, MD, Ph.D., neurologue à l'hôpital universitaire Hadassah en Israël, a présenté les résultats de l'essai dans le cadre d'une conférence intitulée «Indications des effets neuroprotecteurs dans la sclérose en plaques progressive après la transplantation de cellules souches mésenchymateuses (CSM) autologues: rapport d'une phase IIb randomisée en double aveugle."Des études récentes ont fait naître l'espoir d'une thérapie par cellules souches chez l'adulte en tant que traitement de la SEP afin de ralentir la progression de la maladie et d'aider à réparer les dommages causés au système nerveux.

La greffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH) a suscité un vif intérêt, mais certaines recherches portent également sur l’utilisation des CSM - cellules souches adultes trouvées dans plusieurs parties du corps, notamment la moelle osseuse, la peau et la graisse. tissu.

Une greffe de CSM consiste à collecter les CSM d’un patient dans la moelle osseuse ou le sang et à augmenter leur nombre en laboratoire. Les cellules sont ensuite réinjectées dans le sang du patient (injection intraveineuse) ou dans le liquide entourant la moelle épinière (injection intrathécale).Les CSM ont été étudiés pour leurs avantages dans les maladies neurodégénératives en raison de leur capacité à réduire l'inflammation, à rendre le système immunitaire moins actif et à améliorer la réparation neuronale, y compris la réparation de la myéline. 

(La myéline est l'enveloppe protectrice entourant les neurones, qui est détruite dans la SEP.)

Quelques études cliniques suggèrent que la greffe de CSM est sans danger pour les personnes atteintes de SEP et de sclérose latérale amyotrophique (SLA).Les chercheurs rapportent maintenant les résultats d'un essai clinique de phase 2 (NCT02166021) évaluant la sécurité et l'efficacité de deux protocoles de greffe de CSM chez des personnes atteintes de SEP active et progressive.

Cet essai a été mené à l'hôpital universitaire Hadassah et a inclus 48 patients atteints de SEP évolutive (65 ans ou moins) et présentant une invalidité modérée à sévère (EDSS allant de 3,0 à 6,5). Tous n'avaient pas répondu à au moins une ligne de traitement de la SEP.

Les patients ont été répartis au hasard en trois groupes, chacun recevant des cellules souches mésenchymateuses soit par injection intrathécale (IT), soit par injection intraveineuse (IV), soit par injection d'un placebo. Après six mois, les groupes de traitement se sont croisés et les patients ont reçu à nouveau un greffon MSC ou un placebo. Il convient de noter que les CSM ont été prélevés dans la moelle osseuse des patients.

Au cours de l’étude et à la fin de celle-ci, les participants ont été suivis pour rechercher des modifications de leurs capacités physiques et neurocognitives, à l’aide de plusieurs mesures ou outils, y compris des examens par imagerie par résonance magnétique (IRM). Un examen de la vue a été inclu pour détecter une perte de vision due à une lésion du nerf optique, un symptôme courant de la SEP. 

L’efficacité a été déterminée principalement par les mesures de l’échec du traitement chez les patients, objectif principal de l’étude. Les données couvrant deux cycles de six mois ont été regroupées pour fournir une mesure unique pour chaque groupe. Les résultats ont montré qu’un nombre significativement inférieur de patients transplantés ont connu un échec thérapeutique, qui a été déterminé SOIT par une augmentation du score EDSS SOIT par une attente fonctionnelle aggravée, observée avec cette échelle par rapport au début de l’étude.

Plus précisément, la proportion de patients ayant connu une aggravation de leur handicap était de 6,7% dans le groupe CSM-IT, de 9,7% dans le groupe CSM-IV et de 48,4% dans le groupe placebo.

Il est important de noter que chez 58,6% des patients ayant reçu une greffe par injection intrathécale et 40,6% de ceux ayant reçu un CSM par injection intraveineuse il n'a pas été mis en évidence d’activité de la maladie (NEDA, mesure qui fait référence à un état sans rechute, sans progression de l’EDSS et sans nouvelle ou lésions actives en IRM), contre 9,7% dans le groupe placebo….Le traitement semblait sans danger et «aucun événement indésirable grave lié au traitement n'a été observé», a déclaré Karussios.

Les effets indésirables les plus fréquents étaient les maux de tête, mais ils étaient similaires dans tous les groupes. En tant que tel, il était considéré comme le plus susceptible d'être lié à la procédure elle-même et non au traitement.

Globalement, «l'administration intraveineuse et intrathécale de CSM autologues de la [moelle osseuse] était sans danger» et «induisait des effets cliniques bénéfiques par rapport au traitement par placebo dans tous les critères d'évaluation primaires (modifications EDSS)», a déclaré Karussios.

Concernant la fourniture du traitement utilisée pour les CSM, "le traitement intrathécal était supérieur à la voie intraveineuse", a déclaré Karussios, et "une injection répétée [six mois plus tard] induit des avantages supplémentaires."

Le chercheur a souligné la nécessité d'un essai clinique de phase 3 pour confirmer ces résultats..."

NB : intrathécale ?

définition selon fr.wikipedia.org:
"
L' injection intrathécale désigne en général plus particulièrement une injection sous l'arachnoïde (une des trois méninges). L'injection dans l'espace sous-arachnoïdien permet d'atteindre le liquide céphalo-rachidien qui diffusera à son tour le produit injecté...."



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat

Messages : 1526
Date d'inscription : 02/06/2018

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Birmancat le Dim 6 Oct 2019 - 10:25

Bonjour, 

Voici les recommandations concernant les cellules souches parues le 
26 septembre 2019, dans la revue Nature.

L'article est en libre accès ici :

https://www.nature.com/articles/s41409-019-0684-0

Traduction de l'introduction :

"Transplantation autologue de cellules souches hématopoïétiques et autres thérapies cellulaires dans le traitement de la sclérose en plaques et des maladies neurologiques à médiation immunitaire: directives et recommandations actualisées du groupe de travail sur les maladies auto-immunes de l'EBMT et du comité d'accréditation conjoint de l'EBMT et de l'ISCT (JACIE)..."



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Liseline
Liseline

Messages : 499
Date d'inscription : 08/11/2012
Localisation : PACA

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Liseline le Sam 9 Nov 2019 - 10:59

Bonjour à toutes et tous,

En Écosse, les autorités médicales viennent d'approuver l'ACSH comme traitement standard dans le traitement de la SEP rémittente-récurrente.

Extraits :

"Le Groupe écossais des Technologies de la Santé (SHTG) a déclaré qu'il existe maintenant suffisamment de preuves pour pouvoir recommander de rendre l'ACSH accessible dans le cadre du NHS (Système National de Santé, NLDR) pour les patients atteints de SEP de forme rémittente-récurrente et qui ne répondent pas aux traitements médicamenteux."

"L’Écosse a l'un des taux de SEP les plus élevés au monde, mais jusqu'à présent les patients écossais à la recherche d'une ACSH devaient se rendre au Mexique, en Russie ou en Israël et financer eux-mêmes leur traitement pour un coût d'environ 40 à 60 000 £."

L'intégralité de l'article en anglais et consultable ci-après... et VIVE L’ÉCOSSE !!!


https://www.heraldscotland.com/news/18001269.huge-step-forward-ms-patients-stem-cell-therapy-hsct-approved-nhs/


Lise



Il y a toujours un jour qui s'appelle "demain".
Et "demain", l'espoir est permis.

Contenu sponsorisé

Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire Empty Re: Maladies auto-immunes et thérapie cellulaire

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 10 Déc 2019 - 6:27