ForSEPs est un forum dont le but est d'aider à la naissance de nouvelles pistes de recherche pour la SEP (Sclérose En Plaques), et également un lieu d'entraide pour les malades, leurs familles et leurs amis

-61%
Le deal à ne pas rater :
SEB Yaourtière multifonction : yaourtière, fromagère, desserts ...
39.49 € 99.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -25%
PC portable GIGABYTE AERO 16 15.6” Ultra HD ...
Voir le deal
1499 €

3 participants

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Mer 3 Juin 2020 - 14:25

Bonjour,

Voici une autre notion, qu'on peut lire dans certains articles récents sur la SEP, 
PIRA.

Signification ?

PIRA : Progression Indipendent of Relapses Activity,
Traduction: UNE PROGRESSION INDÉPENDANTE DES RECHUTES

GeNeuro, dans sa présentation de mars 2020 (cf. Rubrique "rétrovirus endogène..." du forum.


Cet article aussi, traduit via 
https://www.deepl.com/translator

Extraits, seul, le texte original en anglais, de la source ci-dessous, fait foi.

http://neuro-sens.com/progression-independent-of-relapses-pira-in-ms/

"21 novembre 2019

"
Un nouveau terme dans la recherche sur la SEP qui a émergé ces dernières années est PIRA, ou progression indépendante de l'activité de la rechute. Il vise à quantifier la proportion d'aggravation du handicap due à des processus neurodégénératifs non inflammatoires. Cependant, cette nouvelle mesure a ses défauts et la méthodologie utilisée pour quantifier l'IRAE a varié depuis l'apparition du concept en 2017.
À première vue, l'IRAE semble similaire à la "SEP incandescente" ou à la "progression silencieuse", bien que les trois concepts soient très différents. L'inflammation couvante ou la démyélinisation font généralement référence à des lésions chroniques actives et à expansion lente en IRM (Elliott et al. Brain 2019;142:2787-2799 ; texte complet gratuit sur www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6736181/pdf/awz212.pdf). "Progression silencieuse" décrit l'aggravation du handicap qui survient indépendamment des rechutes ou des lésions de la substance blanche et qui semble être corrélée à l'atrophie cérébrale (Cree et al. Ann Neurol 2019;85 : 653-666)..."


Dernière édition par Birmancat le Jeu 2 Déc 2021 - 11:41, édité 2 fois



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Jeu 11 Juin 2020 - 15:14

Bonjour,

Voici une nouvelle étude (OPERA 1 et 2) sur ce thème, publiée le 8 juin 2020, dont les résultats ne donnent pas le sourire.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32511687/?from_term=multiple+sclerosis&from_sort=date&from_filter=simsearch3.fft&from_pos=8

Contribution of Relapse-Independent Progression vs Relapse-Associated Worsening to Overall Confirmed Disability Accumulation in Typical Relapsing Multiple Sclerosis in a Pooled Analysis of 2 Randomized Clinical Trials
Ludwig Kappos et al. JAMA Neurol. 2020 (voir la liste des auteurs complète sur le lien d'origine):

Extraits traduits, via https://www.deepl.com/fr/translator, seul, le texte original en anglais de la source précitée, fait foi.

"
Contribution de la progression indépendante de la rechute par rapport à l'aggravation associée à la rechute à l'accumulation globale d'incapacités confirmées dans la sclérose en plaques récurrente typique dans une analyse groupée de deux essais cliniques randomisés.

Résumé

Importance : L'accumulation de handicaps dans la sclérose en plaques peut se produire sous forme d'aggravation associée à une rechute (RAW) ou de progression régulière indépendante de l'activité de la rechute (PIRA), la PIRA étant considérée comme une caractéristique de la sclérose en plaques primaire et secondaire progressive.


Objectif : Étudier les contributions de l'aggravation associée aux rechutes par rapport à la progression indépendante des rechutes à l'accumulation globale d'incapacité confirmée (ACI) et évaluer les facteurs pronostiques de base respectifs et les résultats de deux traitements.

Conception, cadre et participants : Les analyses se sont déroulées de juillet 2015 à février 2020 sur des données regroupées provenant de la population en intention de traiter de 2 essais cliniques randomisés identiques, de phase 3, multicentriques, en double aveugle, en double aveugle, en groupes parallèles (OPERA I et II), menés entre août 2011 et avril 2015. Dans le cadre de ces essais, des patients atteints de sclérose en plaques récurrente (RMS), diagnostiqués selon les critères révisés de McDonald en 2010, ont été randomisés à partir de 307 sites d'essai dans 56 pays ; les données résultantes ont été analysées dans l'ensemble de données regroupées.

Interventions : Les participants ont été randomisés 1:1 pour recevoir 600 mg d'ocrelizumab par perfusion intraveineuse toutes les 24 semaines ou de l'interféron sous-cutané β-1a 3 fois par semaine à une dose de 44 μg pendant une période de traitement de 96 semaines.

Principaux résultats et mesures : L'accumulation d'incapacités confirmées a été définie par une augmentation d'au moins 1 des 3 mesures (Expanded Disability Status Scale, marche chronométrée de 25 pieds, ou test de la cheville de 9 trous), confirmée après 3 ou 6 mois, et classée par association temporelle avec les rechutes cliniques confirmées (PIRA ou RAW).

Résultats : Dans la population OPERA I et II regroupée (1656 des 2096 participants éligibles), les données démographiques de base et les caractéristiques de la maladie étaient similaires pour les patients randomisés à l'interféron β-1a par rapport à l'ocrelizumab (âge moyen [SD], 37,2 [9,2] par rapport à 37,1 [9,2] ans ; 552 [66,6%] par rapport à 541 femmes [65,4%]). Après 96 semaines, un ADC composite de 12 semaines a été observé chez 223 femmes (29,6 % selon l'estimation de Kaplan-Meier) randomisées pour l'interféron β-1a et 167 (21,1 %) randomisées pour l'ocrelizumab ; un ADC composite de 24 semaines a été observé chez 170 femmes (22,7 %) prenant l'interféron β-1a et 129 (16,2 %) prenant l'ocrelizumab. Les événements PIRA ont été les principaux responsables de l'ADC composite à 12 et 24 semaines après 96 semaines chez les patients traités par l'interféron β-1a (174 sur 223 [78,0%] et 137 sur 170 [80,6%], respectivement) et l'ocrelizumab (147 sur 167 [88,0%] et 115 sur 129 [89,1%], respectivement) ; une minorité d'ADC s'explique par des événements RAW (69 sur 390 [17,7%] et 52 sur 299 [17,4%], respectivement). Très peu de patients présentant un ADC composite ont présenté à la fois des événements de PRW et de PIRA (17 sur 390 [4,4 %] pendant 12 semaines et 15 sur 299 [5,0 %] pour un ADC composite de 24 semaines). L'ocrelizumab (par rapport à l'interféron β-1a) a été associé à un risque réduit d'ADC composite (rapport de risque



, 0,67) et à des événements PIRA (HR, 0,78) et RAW (HR, 0,47) confirmés.

Conclusions et pertinence

La plupart des accumulations de handicaps dans le RMS ne sont pas associées à des rechutes manifestes. Cela indique une progression sous-jacente dans cette population typique de RMS et remet en question la distinction clinique actuelle entre les formes récurrentes et progressives de la sclérose en plaques. L'ocrelizumab s'est révélé supérieur à l'interféron β-1a dans la prévention de la PR et du PIRA.



Enregistrement de l'essai : ClinicalTrials.gov Identifiers : OPERA I (NCT01247324) et OPERA II (NCT01412333)."


Dernière édition par Birmancat le Lun 29 Juin 2020 - 18:20, édité 1 fois



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Jeu 11 Juin 2020 - 15:26

Commentaire d'un neurologue américain, le Dr B. Beaber, qui a repris l'info sur son compte Twitter, le 11 juin 2020 :

"Dans une analyse choquante d'OPERA I//II, des études d'Ocrevus dans la SEP récurrente, la plupart des augmentations de l'invalidité n'étaient pas dues à des rechutes! ~17% seulement ! L'augmentation du handicap était principalement liée à une "progression indépendante de l'activité de rechute" PIRA.

Traduit de cette source en anglais, qui fait foi :
"
In a shocking analysis of OPERA I/II, studies of Ocrevus in relapsing MS, most of the increases in disability were not due to relapses!  Only ~17%!  Increased disability was primarily linked to steady "progression independent of relapse activity" (PIRA). https://t.co/Zqc8fV9Lhy"

No comment  Sad



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Liseline
Liseline


Messages : 576
Date d'inscription : 08/11/2012
Localisation : PACA

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Liseline Jeu 11 Juin 2020 - 18:28

Merci pour toutes ces informations Birmancat, qui mettent en évidence que l'on connait encore si peu de choses sur la SEP et qui bousculent les connaissances actuelles.

Lise



Il y a toujours un jour qui s'appelle "demain".
Et "demain", l'espoir est permis.
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Mar 16 Juin 2020 - 6:50

Merci Lise,

Voici la video du 15 juin 2020 du Dr B. Beaber expliquant ceci:


"Dans une analyse choquante d'OPERA I//II, des études d'Ocrevus dans la SEP récurrente, la plupart des augmentations de l'invalidité n'étaient pas dues à des rechutes! ~17% seulement ! L'augmentation du handicap était principalement liée à une "progression indépendante de l'activité de rechute" PIRA."


Sélectionnez les sous-titres en français (traduction sommaire...)








"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty PIRA et TYSABRI

Message  Birmancat Sam 13 Nov 2021 - 11:30

Bonjour,


Ajoutons une pierre de plus à l'édifice de la PIRA (progression du handicap indépendamment des rechutes, des poussées) avec cet article scientifique du 9 octobre 2021,

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34755108/


(Traduit via Google translate, seule la v.o. en anglais, fait foi)

"
Progression de la sclérose en plaques indépendante des rechutes sous natalizumab (ie Tysabri)

Jonas Graf  et al. Commun du cerveau . 2021



Résumé


L'objectif de cette étude était d'étudier la progression confirmée indépendante de l'activité de rechute chez les patients atteints de sclérose en plaques récurrente-rémittente sous traitement au natalizumab à long terme.

 Nous avons effectué une étude rétrospective et transversale des données cliniques recueillies entre 1994 et 2019 dans deux centres de référence allemands pour la sclérose en plaques. Les fichiers de données de tous les patients atteints de sclérose en plaques récurrente-rémittente traités par natalizumab pendant ≥ 24 mois ont été analysés. La progression confirmée indépendamment de l'activité de rechute a été définie comme une progression de l'incapacité confirmée 12 semaines sur un score de référence de l'échelle d'état d'invalidité élargie itinérante de 1 point chez les patients avec un score sur l'échelle d'état d'invalidité élargi 3 ou 0,5 chez les patients avec un score sur l'échelle d'état d'invalidité étendue ≥ 3,5 en l'absence de rechute. 

Des modèles de risque proportionnel de Cox ont été utilisés pour analyser la probabilité de développer une progression confirmée indépendante de l'activité de rechute en fonction à la fois de la maladie et de la durée du traitement par le natalizumab. 

Parmi les 184 patients identifiés, 44 (24 %) ont développé une progression confirmée indépendante de l'activité de rechute sous natalizumab, quel que soit le score de l'échelle élargie d'état d'invalidité au début du natalizumab. 

Le temps jusqu'à la progression confirmée indépendamment de l'activité de rechute n'a pas été affecté par l'Échelle élargie d'état d'invalidité au début du natalizumab (catégorie selon le score de l'Échelle élargie d'état d'invalidité ≤ 3,5 contre > 3,5) ni par la durée de la maladie ni par la durée du traitement. 

Une progression confirmée indépendamment de l'activité de la rechute est survenue plus tôt dans l'évolution de la maladie chez les patients avec un début de traitement au natalizumab plus précoce en fonction de la durée de la maladie.p = 0,005). 

Dans l'ensemble, une progression confirmée indépendamment de l'activité de rechute se produit chez une proportion substantielle de patients sous traitement au natalizumab à long terme et indépendamment du score de l'échelle élargie d'état d'invalidité au début du natalizumab. 


Nos résultats suggèrent que les patients qui commencent le natalizumab tôt au cours de l'évolution de la maladie, généralement pour traiter un phénotype clinique agressif, ont un risque plus élevé de progression confirmée précoce indépendamment de l'activité de rechute."

Bonne journée



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty La véritable SEP, une seule maladie PIRA

Message  Birmancat Jeu 2 Déc 2021 - 11:38

Bonjour,

C'est à lire, du 2.12 2021  PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! 26a0  PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! 26a0  PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! 26a0  PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! 1f525  PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! 1f525  PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! 1f525 

https://gavingiovannoni.substack.com/p/case-study-mri-negative-relapses?token=eyJ1c2VyX2lkIjo0MDY4MDc1NSwicG9zdF9pZCI6NDQ4Nzk2MTAsIl8iOiJBZDdyZCIsImlhdCI6MTYzODQ0NDc2NCwiZXhwIjoxNjM4NDQ4MzY0LCJpc3MiOiJwdWItMzk1MjYzIiwic3ViIjoicG9zdC1yZWFjdGlvbiJ9.haLxAIq6Hrbglsc444bCrLyp_ELr4omTZdtC7_STs_k

"
Étude de cas : rechutes IRM-négatives

Je fais campagne pour que la SEP soit redéfinie en tant que maladie biologique et pour que la communauté de la SEP s'éloigne de la définition clinico-radiologique actuelle de la SEP. Êtes-vous d'accord avec moi là-dessus?..."


Si j'ai le temps, je posterai une traduction.

La voici, (traduction à l'aide de www.deepl.com, seule la version originale de la source, en anglais, fait foi.)

Par Gavin Giovanni

Étude de cas
Bonjour Gavin

Re : Maladie couvante et poussées sans activité IRM

Pour moi, le concept de maladie couvante a du sens avec ma SEP, qui récupère toujours complètement. Mon EDSS est de 1,5 et je suis sous ocrelizumab après l'échec de l'alemtuzumab.

De nombreux neurologues adhèrent-ils au concept de la sclérose en plaques latente ? J'ai l'impression de me heurter à des murs lorsque je mentionne que j'ai l'impression que mon état empire et que j'ai eu une nouvelle petite poussée, sans rien sur l'IRM, et on me regarde comme si c'était juste de l'anxiété ou que j'inventais tout ça parce que rien n'apparaît sur mon IRM.

On ne me donne pas de stéroïdes pour les traiter car rien n'apparaît sur l'IRM. Cependant, les symptômes durent de 2 à 3 semaines avant de se rétablir complètement. L'ocrélizumab a stoppé l'activité des lésions pendant 3 ans et demi, mais j'ai l'impression qu'il y a toujours une activité sous-jacente de la maladie, est-ce que c'est considéré comme une activité latente ?

Merci.

Mme Pseudo-anonyme



L'avis du Prof G.

La sclérose en plaques à évolution lente.


La sclérose en plaques en sommeil (couvrante, latente) n'est pas un concept nouveau et la plupart des neurologues spécialisés dans la sclérose en plaques comprennent les principes qui sous-tendent la maladie en sommeil. Veuillez noter que la terminologie de la SP en sommeil n'a pas été largement acceptée. D'autres termes incluent la SEP progressive non récurrente, la progression indépendante des poussées ou PIRA, la progression silencieuse ou la progression cachée.


Les neurologues n'aiment pas parler de la sclérose en plaques latente parce que nous n'avons pas de traitement pour cette composante de la SEP.

Je viens de rédiger, avec un grand nombre de collègues, un article de synthèse sur le concept de la sclérose en plaques latente et nous y défendons l'idée qu'il s'agit de la "vraie sclérose en plaques" en utilisant le terme "maladie latente". Je suppose que vous avez lu le bulletin d'information de MS-Selfie intitulé "Getting Worse" (2 juillet 2021), qui explique les concepts biologiques à la base de vos observations.


Je ne veux pas vous déprimer, mais il existe de bonnes preuves que la SEP latente commence très tôt. En fait, on la trouve chez les personnes asymptomatiques (syndrome radiologiquement isolé) et chez les personnes atteintes de SEP après leur première poussée (SCI ou syndrome cliniquement isolé). Lors de l'ECTRIMS de cette année, le groupe de Barcelone a présenté un exposé montrant que 30 % des personnes atteintes d'un CIS ont présenté une PIRA dans les 2 à 3 ans de suivi. C'est la raison pour laquelle nos DMT (disease-modifying therapies) actuels ne sont tout simplement pas assez efficaces pour arrêter la maladie qui couve.

Je note que vous êtes sous ocrelizumab. Je suppose que vous savez que le PIRA se produit toujours sous ocrelizumab et sous d'autres thérapies anti-CD20. En général, les thérapies anti-CD20 ne normalisent pas le taux de perte de volume cérébral. En d'autres termes, les thérapies anti-CD20 sont efficaces pour arrêter les rechutes et l'activité IRM focale, mais elles n'arrêtent pas la maladie qui couve. C'est pourquoi nous devons procéder à des essais complémentaires dans la SEP.


Poussées sans activité IRM.

À mon avis, la SEP est une maladie biologique et non radiologique.

La SEP est une maladie biologique qui se caractérise pathologiquement par des lésions inflammatoires multifocales qui provoquent une démyélinisation et des degrés variables de perte axonale. Veuillez noter que je n'utilise plus le terme de matière blanche. La SEP est clairement une maladie de la matière blanche et de la matière grise, plus de la moitié des lésions se trouvant dans la composante de la matière grise, en grande partie invisible à l'IRM. Même dans la substance blanche, où il est plus facile de voir les lésions, la résolution d'un examen IRM n'est que de 3 à 4 mm. La pathologie révèle beaucoup plus de lésions que ce qui est visible à l'IRM ou à l'œil nu.


Une très petite lésion dans une voie stratégique peut provoquer des symptômes et des signes typiques, mais lorsque vous examinez un grand nombre de ces patients à l'aide d'une IRM, vous ne voyez aucune lésion évidente dans la zone prévue. C'est ce qui se produit le plus souvent dans le cas d'une ophtalmoplégie internucléaire (INO), un problème de mouvement oculaire très spécifique qui se manifeste par une double vision en regardant à gauche ou à droite. C'est un exemple de lésion microscopique provoquant une poussée de SEP. C'est pourquoi nous ne devrions pas utiliser l'IRM pour confirmer ou établir un diagnostic de poussée chez les personnes atteintes de SP.






L'étude de Kutzelnigg est en train de devenir rapidement un classique de la citation dans le domaine de la SEP, car elle montre, à l'aide d'élégantes infographies, l'importance de la charge lésionnelle dans des zones invisibles à l'IRM avec nos séquences d'IRM cliniques standard (Kutzelnigg et al. Cortical demyelination and diffuse white matter injury in multiple sclerosis. Cerveau. 2005 Nov;128(Pt 11):2705-12.).


(Illustration à voir sur le texte de la source)


Ne vous laissez donc pas décourager par votre neurologue. Je soupçonne qu'au moins 20 % des rechutes, et probablement plus, ne sont pas associées à de nouvelles lésions à l'IRM. J'ai une petite collection de ces rechutes IRM-négatives que nous pouvons confirmer en trouvant des niveaux élevés de neurofilament. Je les appelle désormais des poussées de SEP biochimiquement confirmées.

Je mène une longue et lente campagne pour que la SEP soit redéfinie comme une maladie biologique et pour que la communauté de la SEP s'éloigne de la définition clinico-radiologique actuelle de la SEP (voir Endophénotype de la SEP ci-dessous). Êtes-vous d'accord avec moi ? Je sais que beaucoup de mes collègues ne le sont pas.




(Endophénotype : une autre illustration très importante à voir sur le texte original)


. '"


Donc, on a une nouvelle approche de ce qu'est la véritable SEP, et elle serait présente dès le début de la maladie (dès le déclenchement ?)


Il n'y a pas de médicament actuellement, pour traiter la véritable SEP.  affraid


Parmi les développements cliniques en cours, je vois temelimab en phase 2, en Suède, qui cible PIRA, dont les résultats sont attendus pour mars 2022 (voir la rubrique du forum "rétrovirus endogène HERV W 7/Q").


Les inhibiteurs BTK, voir la rubrique du forum "traitements oraux" en tests ?


D'autres développements?


A suivre  



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Mar 25 Jan 2022 - 20:01

Bonsoir,

Je vous suggère la lecture de cet article scientifique du 25 janvier 2022, paru

ici :

https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/17562864211066751

Par Gavin Giovannoni et collègues, sur la sclérose en plaques latente, la vraie sclérose en plaques..."

Extraits (seul le texte original en anglais dans son intégralité fait foi)[/i]

"... Résumé

En utilisant une approche philosophique ou un raisonnement déductif, nous remettons en question la vision du monde clinico-radiologique dominante qui définit la sclérose en plaques (SEP) comme une maladie inflammatoire focale du système nerveux central (SNC).

Nous fournissons une série de preuves pour soutenir que la "vraie SEP" est en fait principalement due à un processus pathologique latent. Dans le cadre d'études sur l'histoire naturelle et d'essais cliniques, les poussées et l'activité focale révélées par l'imagerie par résonance magnétique (IRM) chez les patients atteints de SEP sous placebo ou sous traitement modificateur de la maladie (TMM) se sont révélées être de mauvais indicateurs de l'évolution à long terme de la maladie et étaient dissociées des résultats en matière d'invalidité. En outre, l'accumulation progressive du handicap dans la SEP peut se produire indépendamment de l'activité des poussées au début de l'évolution de la maladie.

Ce scénario est étayé par un processus pathologique plus diffus qui couve et qui peut affecter l'ensemble du SNC. De nombreux facteurs pathologiques putatifs de la sclérose en plaques latente peuvent être potentiellement modifiés par des stratégies thérapeutiques spécifiques, une approche qui pourrait avoir des implications majeures pour la prise en charge des patients atteints de sclérose en plaques.

Nous supposons que le fait de cibler thérapeutiquement un état d'"absence d'activité inflammatoire évidente de la maladie" (NEIDA) ne peut pas suffisamment prévenir l'accumulation de handicaps dans la SEP, ce qui signifie que le traitement doit également se concentrer sur d'autres processus pathologiques du cerveau et de la moelle épinière contribuant à la lente perte de la fonction neurologique.

Ce traitement devrait également être complété par une approche holistique de la prise en charge d'autres processus pathologiques systémiques dont il a été démontré qu'ils aggravent l'évolution de la SEP..."

...

"... Infections

Les infections modifient l'histoire naturelle de la SEP, car la probabilité de poussées augmente au cours de la période "à risque" de 5 à 6 semaines après l'infection.75-78 Ces observations ont été largement décrites à l'époque pré-DMT et ne s'appliquent pas aux patients sous traitement. Dans les cas de SEP plus avancés, la survenue d'infections peut aggraver transitoirement les symptômes préexistants en raison d'une fièvre concomitante, qui provoque un bloc de conduction réversible ou le phénomène d'Uhthoff.79 Il est intéressant de noter qu'une infection systémique peut réguler à la hausse les réponses immunitaires innées dans le SNC en raison de l'effet endocrine des cytokines. Ce phénomène a été décrit comme accélérant la perte neuroaxonale dans des modèles animaux de SEP80 et peut également se produire chez les patients atteints de SEP76.

Bien que de nombreuses personnes pensent que le virus d'Epstein-Barr (VEB) est la cause de la SEP, les preuves expérimentales manquent. Il a été suggéré que l'infection persistante du SNC par l'EBV entraîne une activité pathologique continue de la SEP.81,82 L'EBV et d'autres herpèsvirus transactivent les rétrovirus endogènes humains (HERV), qui sont régulés à la hausse dans le cerveau des patients atteints de SEP.83 La production de protéines d'enveloppe (Env) de HERV-W et HERV-K induit des effets pro-inflammatoires et de type superantigène (SAg),84 qui peuvent être pertinents pour les processus pathologiques qui entraînent des lésions de SEP latentes. Ces observations et d'autres justifient l'exploration des effets thérapeutiques potentiels des agents antiviraux dans la SEP.

Il est intéressant de noter que tous les DMT autorisés pour la SEP ciblent et/ou réduisent le nombre absolu de cellules B à mémoire,85 à l'exception du natalizumab qui augmente le nombre de cellules périphériques mais bloque leur trafic vers le SNC.86,87 Les cellules B à mémoire contiennent un sous-ensemble de cellules qui sont infectées de manière latente par l'EBV.85 De plus, l'interféron bêta et le tériflunomide86 ont des effets antiviraux directs et étendus qui peuvent être pertinents pour leur mode d'action thérapeutique dans la SEP..."

J'ai lu cet article en entier et suis d'avis qu'il explique très bien ce qu'est la SEP.



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Jeu 3 Fév 2022 - 10:37

Bonjour, 

Voici une nouvelle étude qui refait le même constat, la présence de PIRA dans tous les phénotypes de SEP .... 

https://doi.org/10.1093/brain/awac016

Comment les patients atteints de sclérose en plaques acquièrent un handicap ..."

Une newsletter du 4.2.22 commente cette étude :


https://gavingiovannoni.substack.com/p/research-big-data-and-smouldering?token=eyJ1c2VyX2lkIjo0MDY4MDc1NSwicG9zdF9pZCI6NDgxNDM5MDMsIl8iOiI4QmRRcCIsImlhdCI6MTY0Mzg4NDA1NiwiZXhwIjoxNjQzODg3NjU2LCJpc3MiOiJwdWItMzk1MjYzIiwic3ViIjoicG9zdC1yZWFjdGlvbiJ9.u2gVB9B_HM_oldzGFiN7GA5XbIxTNzfEEZyOAnc2qq4



[size=40]Recherche : données volumineuses et SEP latente..."[/size]


Il ne faut pas se décourager, il est temps que la compréhension médicale de la SEP change.

Je note, parmi les auteurs de cette étude, F. Lublin :

https://www.neurodiem.fr/author/Lublin-jQj8AjhFMwdvZAlce14dR

Voir le sujet :

https://www.forseps.org/t3174-sep-une-seule-maladie-revoir-la-classification-lublin?highlight=Lublin

Bonne journée
cat



"La vie, c'est maintenant, pas demain"

Liseline aime ce message

Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Mer 25 Mai 2022 - 14:54

Bonjour,

Un article très intéressant, du 25 mai 2022, présentant les résultats d'une étude italo-suisse, sur la progression silencieuse du handicap dans la SEP (PIRA), au stade RRMS déjà !

https://multiplesclerosisnewstoday.com/news-posts/2022/05/25/relapsing-ms-silent-progression-show-similar-brain-volume-loss-rate/


La " progression silencieuse " de la SEP rémittente est liée à une atrophie cérébrale significative..."

https://jamanetwork.com/journals/jamaneurology/fullarticle/2792415

La question brûlante : " quel mécanisme sous-jacent provoque cette atrophie...?"

La protéine d'enveloppe du rétrovirus HERV-w semblerait être impliquée, temelimab de Geneuro la cible, c'était l'objet de l'étude P2 qui vient de s'achever (janvier 2022).

Voir ici pour les résultats préliminaires :

https://www.forseps.org/t3097p50-temelimab-etude-protect-ms-progression-sep-karolinska-i#35015

cat



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty La SEP - Une SEULE et MÊME maladie

Message  Birmancat Mar 14 Juin 2022 - 11:42

Bonjour,

Posté le 14.6.22 sur Twitter par dr G. Giovannoni, prof. de neurologie:

#La SEP n'est pas 1, 2 ou 3 maladies - êtes-vous d'accord ? Le gâchis dans lequel nous nous trouvons actuellement, à savoir tenter de justifier les sous-types cliniques de la SEP, s'est produit parce que nous avons adopté une vision non biologique, ou une vision des grandes entreprises pharmaceutiques, de la SEP et non une vision biologique."

Article joint (juillet 22)

https://doi.org/10.1016/j.msard.2022.103961


La sclérose en plaques est une maladie..."


A lire avec votre traducteur en ligne ou.

Tant mieux, il est plus que temps d'améliorer la compréhension des la SEP !! Ce n'est PAS 4 phénotypes, mais une seule maladie, qui a mille visages selon les symptômes, MAIS QUI PROGRESSE dès le début, indépendamment des poussées, probablement à un rythme très différent chez chaque malade 

Pour m'en convaincre, c'est en repensant aux personnes chez qui on a détecté un SRI ou SCI (syndrome radiologiquement isolé ou syndrome cliniquement isolé) qui, pas toutes, peuvent, quelques années plus tard, se voir diagnostiquer une SEP. 

J'en déduis qu'il y a dû y avoir une progression sous-jacente...

Bonne journée  sunny



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Fred1208
Fred1208


Messages : 3333
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 61
Localisation : Orbite géostationnaire

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Fred1208 Mar 30 Aoû 2022 - 8:03

PIRA est en passe de devenir le nouvel élément définissant le niveau paradigme de description des SEP.

Auparavant on considérait que la SEP pouvait se classer en 3 types :

1 SEP rémittente (par poussées inflammatoire)
2 SEP secondaire progressive qui suit souvent la SEP rémittente
Dans ce cas la progression de la maladie devient continue)
Dans la plupart des cas plus de poussées.
3 SEP primaire progressive dans laquelle la progression est continue dès le départ donc sans poussées.

Aujourd'hui on considère plutôt que la SEP n'est qu'une maladie progressive avec parfois des épisodes inflammatoires mai il existe dans les formes rémittentes dès le départ une composante progressive non détectable au départ mais qui devient prédominante en phase appelée maintenant PIRA (progression de la maladie continue à priori sans poussées surajoutée.

Ce sont ces cas PIRA qui ont été traités en Suède auparavant appelés progressifs



Is it always like this ?

Birmancat aime ce message

Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Mar 30 Aoû 2022 - 9:08

Bonjour et merci pour ces explications Very Happy

Pour compléter, voir aussi le sujet « le feu couve dans la sep », qui est une notion plus large que PIRA:

https://www.forseps.org/t3134-smoldering-ms-le-feu-couve-dans-la-sep-quid

Et « aggravation de ma sep? »

https://www.forseps.org/t3200-aggravation-de-ma-sep

Enfin la « classification Lublin » artificielle en 4 phénotypes, est remise en question :

https://www.forseps.org/t3174-sep-une-seule-maladie-revoir-la-classification-lublin

(… La raison pour laquelle nous nous trouvons dans cette situation ridicule est que la SEP a été découpée en trois et quatre maladies dans les années 1990 pour permettre à l'interféron bêta d'être homologué dans le cadre de la loi américaine sur les médicaments orphelins…)


Bonne journée sunny


PS : je ne reprends pas le « service » sur le forum Smile, je me borne à préciser certains points… je vous laisse.



"La vie, c'est maintenant, pas demain"

Liseline aime ce message

Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Mar 22 Nov 2022 - 15:08

Bonjour,

Voici une bonne illustration de la compréhension actuelle de la SEP, soit une maladie biologique, avec une inflammation couvante présente très tôt dans la maladie, qui occasionne des poussées, les pointes et provoque une neurodégénérescence (une atrophie cérébrale chez la plupart des malades RRMS) déjà. La sep est UNE SEULE maladie non pas 2, 3 ou 4. On discute de traiter avec des DMT(immunosuppresseurs)  puissants le plus vite possible, voire même en cas de symptôme cliniquement/ radiologiquement isolé survenant en moyenne 5 ans avant les poussées 

Voici un  visuel très efficace pour expliquer que 'invisible' ne veut pas dire 'non-progressif' dans la SEP …

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! 20221116


Dernière édition par Birmancat le Jeu 8 Déc 2022 - 12:46, édité 1 fois



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Mar 22 Nov 2022 - 20:34

https://multiplesclerosisnewstoday.com/news-posts/2022/11/22/panel-calls-new-way-classify-ms-based-underlying-biology/

22.11.2022 


Un groupe d'experts demande une nouvelle façon de classer la SEP en fonction de la biologie sous-jacente.


Le passage à un nouveau système peut aider à individualiser et à améliorer les soins aux patients.

(...) "



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Jeu 1 Déc 2022 - 13:03

Bonjour,

On se dirige à grands pas vers une nouvelle conception de la sep dans le monde de la neurologie (enfin presque, il y a encore des visions moyenâgeuses...). Suite à l'ectrims 2022,

https://www.medscape.com/viewarticle/984749

"Nouveau cadre pour le diagnostic de la sclérose en plaques, traitement proposé
Kelli Whitlock Burton

30 novembre 2022

Un panel international d'experts a proposé une nouvelle façon de classer la sclérose en plaques (SEP) qui finirait par changer la façon dont les patients sont diagnostiqués et traités.

L'objectif est de s'éloigner à terme du système actuel, qui classe la SEP en fonction de la progression de la maladie en sous-types distincts récurrents-rémittents, progressifs secondaires et progressifs primaires.(...)"

Commentaires du Dr Brandon Beaber, neurologue, sur Twitter :

' Le Dr Jeffrey Cohen affirme que toute SEP est progressive : ".... les patients n'évoluent pas vers une SEP progressive secondaire. Les processus qui sous-tendent la progression et les résultats des mesures indirectes de la progression sont présents dès les premiers stades de la maladie."

Voilà !!


La SEP EST UNE MALADIE PROGRESSIVE dès le début (en arrière-plan, cela s'appelle PIRA, la progression indépendante des rechutes ou poussées)


Question


ALORS ON DEVRAIT TRAITER dès le TOUT DEBUT AVEC UN ANTI-INFLAMMATOIRE (1) ou DMT en combinaison avec UN MÉDICAMENT CONTRE LA NEURODÉGÉNÉRESCENCE (2) !


Question :


Ça ne vous rappelle rien ?


Pour 1) Les DMT, on en a plus de 15, avec les génériques, les biosimilaires, plus ceux en développement comme les*inib (TKI) par ex., 6 en cours d'essais cliniques, lol.


Pour 2) Là RIEN DU TOUT sur le marché ...... SAUF  l'espoir que le développement du temelimab aille à son terme.


( Parce qu'il est possible de le combiner avec un anti-inflammatoires et qu'il a montré des bons résultats sur la neurodégénérescence, ECTRIMS 2022).


--------------->>>>>      ON.   A T T E N D .  !!!!  Ça commence à presser !!!


bounce bounce bounce   bounce bounce



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Ven 9 Déc 2022 - 18:31

Bonsoir,

Cet article du 9.12.2022, rédigé par un Sépien, revient sur cette thématique :

https://multiplesclerosisnewstoday.com/columns/2022/12/09/managing-brain-atrophy-multiple-sclerosis/

(traduction automatique, seul le texte intégral en anglais de la source fait foi

"  Time Is Brain »  (le temps est le cerveau): gérer l'atrophie cérébrale associée à la SEP.

Une intervention précoce est essentielle pour réduire le rétrécissement du cerveau

par Ed Tobias | 9 décembre 2022

C'est l'une de mes colonnes "personne ne m'a jamais dit ça".

J'ai été étonné quand j'ai lu récemment un commentaire d'un de mes lecteurs de "MS Wire" sur le rétrécissement du cerveau . "J'ai la SEP depuis 2011. Je n'avais aucune idée du rétrécissement du cerveau", a-t-elle écrit. Je suppose que je n'aurais pas dû être surpris.

Une enquête menée en 2018 par la Multiple Sclerosis Association of America a rapporté que, sur les 1 337 personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP) qui ont répondu, seulement 20 % se considéraient comme modérément ou très satisfaites des informations qu'elles recevaient des prestataires de soins de santé sur le cerveau. rétrécissement. Et 62,7 % ont déclaré n'en avoir jamais discuté avec un membre de leur équipe de soins. D'autre part, environ 78 % des répondants ont déclaré être très ou extrêmement préoccupés par le déclin cognitif lié à la SEP, et 29 % ont déclaré que les troubles cognitifs affectaient considérablement leur qualité de vie.

Il semble donc judicieux de fournir un petit aperçu de notre cerveau et de la SEP.

Le rétrécissement du cerveau est silencieux
Le terme médical pour le rétrécissement du cerveau est l'atrophie cérébrale. Mais le rétrécissement est un bon moyen de décrire ce qui se passe. Le volume du cerveau est réduit. Cela arrive à tout le monde, dans une certaine mesure, à mesure que nous vieillissons. Mais le terme atrophie cérébrale  est utilisé lorsque le rétrécissement se produit plus que ce à quoi on pourrait s'attendre pour l'âge d'une personne.

La recherche indique que chez les personnes atteintes de SEP, le taux d'atrophie cérébrale est plus rapide que chez les personnes en bonne santé et est associé à la progression de l'invalidité en l'absence de rechutes. C'est ce qu'on appelle parfois la SEP silencieuse, et c'est quelque chose dont nous devrions tous être conscients.

"Alors que l'accumulation insidieuse d'invalidité est caractéristique des évolutions progressives de la SEP, PIRA [progression indépendante de l'activité de rechute] est récemment apparue comme une caractéristique clinique cruciale également dans la SEP récurrente", ont écrit des chercheurs dans JAMA Neurology .


Que peut-on y faire ?
Les essais cliniques rapportent que plusieurs traitements modificateurs de la maladie (DMT) de la SEP peuvent ralentir l'atrophie cérébrale, parmi lesquels Aubagio (tériflunomide), Mavenclad (cladribine), Lemtrada (alemtuzumab), Gilenya (fingolimod) et le traitement expérimental ibudilast. Vous pouvez trouver des articles sur ces DMT en recherchant "atrophie cérébrale" sur le site Web MS News Today .

Une autre stratégie pour lutter contre l'atrophie cérébrale consiste à augmenter la « réserve cérébrale », la capacité du cerveau à s'adapter après un dommage. Certaines recherches indiquent que cela peut être accompli en adoptant un mode de vie sain pour le cerveau . Cela implique des choses telles que la participation à une activité physique et mentale, le contrôle du poids, la limitation de la consommation d'alcool et l'arrêt du tabac.

Frappe fort, frappe vite
Qu'il s'agisse de médicaments ou de modifications du mode de vie, la clé de la réduction de l'atrophie cérébrale semble être de commencer le traitement tôt avec le médicament le plus efficace possible. Comme mon neurologue aime à le dire, « Le temps, c'est le cerveau ». L'expression a été inventée il y a un quart de siècle par le neurologue Camilo Gomez en relation avec le traitement des patients victimes d'AVC, mais elle semble également applicable aux personnes atteintes de SEP.

« Une intervention précoce est vitale » avec un traitement qui peut réduire l'activité de la maladie, comme le note le rapport de 2015 « Santé cérébrale : le temps compte dans la sclérose en plaques ». Je pense que c'est aussi vrai aujourd'hui qu'il y a sept ans. Peut-être, avec les DMT hautement efficaces disponibles aujourd'hui, encore plus. Rappelez-vous, le temps est le cerveau.

Vous êtes invité à visiter mon blog personnel à www.themswire.com
... "



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Hier à 21:09

Bonsoir,

En "haut lieu" ;-), post-ECTRIMS 2022, on a discuté lors d'un webinaire, 
la nécessite de redéfinir la SEP, comme étant une maladie progressive, progression déjà présente chez certains Sépiens RRMS.

Lire cet article du 30.01.2023 (traduction automatique seul le texte intégral de la source en anglais fait foi)

https://www.msif.org/news/2022/12/14/pioneering-proposal-for-a-new-framework-to-describe-types-of-ms/

"

[size=30]Proposition pionnière d'un nouveau cadre pour décrire les types de SEP
Dernière mise à jour : 30 janvier 2023[/size]


Cet article a été adapté d'un article publié par la National MS Society (États-Unis).

Un panel international d'experts de la SEP a publié un article qui propose une nouvelle approche de la manière dont les différents types de SEP sont généralement décrits. Actuellement, nous utilisons différents descripteurs pour catégoriser les types de SEP, comme la SEP récurrente-rémittente, la SEP progressive primaire ou la SEP progressive secondaire , mais il est de plus en plus évident que la SEP est mieux comprise comme un processus continu. 



Ce processus varie d'un individu à l'autre et dans le temps, selon la manière dont le système nerveux est endommagé et la capacité du corps d'un individu à réparer ou à compenser ces dommages. S'éloigner des catégories traditionnelles de SEP peut conduire à de nouvelles connaissances, recherches et outils pour des traitements meilleurs et plus personnalisés de la SEP.



Tout futur cadre de classification de la SEP nécessitera un changement radical dans la façon dont les personnes atteintes de SEP, les cliniciens, les développeurs de médicaments et les régulateurs comprennent et décrivent la SEP. Il sera essentiel de travailler en étroite collaboration avec ces groupes à mesure qu'un nouveau cadre est élaboré, communiqué et mis en œuvre.


 Il est important de s'assurer que toutes les nouvelles mesures ou tests requis sont pratiques et réalisables dans la diversité des systèmes de santé mondiaux.
Décrire la SEP en se basant sur les processus sous-jacents se produisant dans le système nerveux de chaque personne, plutôt que sur son apparition clinique (par exemple si un individu rechute ou non), nécessitera une meilleure compréhension de la progression de la SEP. Le document passe en revue les recherches en cours dans ce domaine et identifie les lacunes dans les connaissances.


La vision du comité est qu'un nouveau cadre soutiendra le développement des outils (par exemple, les biomarqueurs nécessaires pour détecter l'évolution de la maladie d'un individu. À l'avenir, ces outils devraient être mis à disposition dans les milieux cliniques pour éclairer les décisions de traitement, conduisant à de meilleurs résultats pour personnes atteintes de SEP.

Le document de proposition, rédigé par Tanja Kuhlmann, MD (Hôpital universitaire de Münster, Allemagne) et ses collaborateurs, a été rédigé au nom du Comité consultatif international sur les essais cliniques sur la SEP .


 Ce comité comprend des représentants du Conseil médical et scientifique international  (IMSB) de la MSIF et fournit des conseils relatifs à la planification et à la mise en œuvre d'essais cliniques pour les nouveaux traitements de la SEP. Le comité est soutenu conjointement par la National MS Society (États-Unis) et le Comité européen pour le traitement et la recherche sur la sclérose en plaques (ECTRIMS). Le professeur Takashi Yamamura, l'un des membres de l'IMSB de la MSIF, a également écrit un commentaire sur cette publication .
Vous pouvez accéder à l'article scientifique ici :


« Progression de la sclérose en plaques : il est temps d'adopter un nouveau cadre axé sur les mécanismes » par les Drs. Tanja Kuhlmann, Marcello Moccia, Timothy Coetzee, Jeffrey A. Cohen, Jorge Correale, Jennifer Graves, Ruth Ann Marrie, Xavier Montalban, V. Wee Yong, Alan J. Thompson, Daniel S. Reich, au nom du Comité consultatif international sur Clinical Trials in Multiple Sclerosis , a été publié le 18 novembre 2022 dans Lancet Neurology.

Nos remerciements à la National MS Society qui a initialement publié cet article."



"La vie, c'est maintenant, pas demain"
Birmancat
Birmancat


Messages : 2747
Date d'inscription : 02/06/2018

PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Birmancat Hier à 21:29

Cet article lu sur ce site :

https://www.nationalmssociety.org/About-the-Society/News/Conference-Focuses-on-Improving-MS-Therapy-Trials

(Traduction automatique seul le texte original en anglais de la source fait foi)


C'est long mais nous sommes dans une periode charnière dans la SEP, d'où l'importance pour nous les malades, de comprendre vers quels changements on s'achemine. 

"

La conférence se concentre sur l'amélioration des essais de traitement de la SP pour accélérer les traitements pour tous


24 janvier 2023

Deux questions étaient au cœur d'une récente conférence scientifique qui s'est tenue à Toronto, au Canada : comment les essais cliniques sur la SEP peuvent-ils être mieux conçus pour détecter les premiers signes de bénéfices potentiels et accélérer les tests, en particulier pour la SEP progressive ? Et comment les essais peuvent-ils être rendus plus inclusifs afin qu'il y ait des informations sur la sécurité et les avantages pour un éventail plus large et plus diversifié de personnes lorsque la thérapie est approuvée ?
 
Les réponses pourraient accélérer le développement de meilleurs traitements et ouvrir la voie à une médecine plus personnalisée pour stopper toutes les formes de SEP. Des progrès sont réalisés sur de nombreux fronts différents, y compris parmi les agences de réglementation des médicaments qui élargissent les possibilités de nouvelles conceptions d'essais cliniques et établissent des exigences selon lesquelles les essais ont des plans de recrutement pour inclure des participants plus diversifiés.
 
La conférence a été convoquée dans le cadre des travaux en cours du Comité consultatif international sur les essais cliniques , qui est parrainé conjointement par l' ECTRIMS et la National MS Society. Les coprésidents de la conférence Ruth Ann Marrie, MD, PhD (Université du Manitoba), Jeremy Chataway, MD, PhD (University College London) et Maria Pia Sormani, PhD (University of Genoa) et d'autres ont mené des discussions et travaillent à la publication de recommandations pour faire avancer ce travail dans la communauté mondiale de la SEP.  

NOUVELLES CONCEPTIONS D'ESSAIS CLINIQUES 


Le problème : Le plus souvent, dans le cas de la SEP, les thérapies sont testées une par une. Les tests typiques impliquent les étapes de la phase 1 (test de sécurité), de la phase 2 (test de sécurité et des indices d'efficacité) et enfin de la phase 3 (test de sécurité et des signes plus robustes que la thérapie a des avantages). Ce n'est qu'après les essais de phase 3 qu'une thérapie peut être évaluée pour l'approbation de commercialisation par les autorités de réglementation des médicaments. Ces étapes peuvent prendre des décennies, sans aucune garantie que la thérapie expérimentale fonctionnera ou sera approuvée.
 
Un problème particulier dans la SEP progressive est qu'il faut généralement beaucoup de temps pour détecter les changements qui peuvent indiquer les avantages d'une thérapie. Une mesure qui a été utilisée est le rétrécissement du cerveau ou l'atrophie. Selon les participants à la conférence, la détection du ralentissement de l'atrophie cérébrale prend au minimum 18 mois. Des recherches sont en cours pour développer des tests sanguins ou d'autres biomarqueurs capables de détecter plus rapidement les avantages afin que les essais nécessaires à l'approbation puissent commencer plus tôt.
 
Conceptions "inutiles":Marcus Koch, MD, PhD (Université de Calgary) a expliqué que les essais de « futilité » sont un moyen d'éliminer rapidement les thérapies candidates peu prometteuses dans les essais de phase 2. Ces essais peuvent utiliser un petit nombre de participants et aucun groupe témoin. Les résultats des participants traités sont comparés à ce que l'on sait de «l'histoire naturelle» de la façon dont des groupes de personnes sont susceptibles de progresser s'ils ne recevaient pas un traitement efficace. L'équipe du Dr Koch a appliqué cette méthode pour tester des thérapies génériques qui pourraient être réutilisées pour la SEP progressive. Les candidats prometteurs mériteraient alors des tests plus rigoureux.
 
Tester plusieurs thérapies à la fois :Le Dr Chataway a discuté de nouvelles conceptions d'essais cliniques qui combinent des étapes et testent plusieurs thérapies à la fois - appelées essais à plusieurs bras et à plusieurs étapes (MAMS) qui peuvent s'adapter au fur et à mesure. Cette conception peut accélérer l'identification et le test de thérapies prometteuses. Tous les bras de traitement sont comparés à un groupe témoin. Le groupe témoin est également traité selon les normes de soins, donc personne n'est sous placebo.
 
À des moments précis au cours de l'essai, les chercheurs peuvent abandonner une thérapie qui ne semble pas prometteuse. Les personnes de ce bras peuvent être réaffectées à un nouveau bras de traitement. Les médicaments prometteurs restent dans l'essai, avec plus de personnes rejoignant les participants existants. De cette façon, ce qui serait normalement deux essais consécutifs ou plus sont livrés en un seul, ce qui permet d'économiser du temps et de l'argent.

Ces types d'essais sont nouveaux dans le domaine de la SEP, mais ont été adoptés pour d'autres affections telles que les cancers. Un vaste essai comme celui-ci est en cours au Royaume-Uni, appelé l' essai OCTOPUS , qui se concentre sur la sclérose en plaques progressive. Les présentatrices Susan Scott et Judy Beveridge (personnes atteintes de SEP qui participent à la conception d'OCTOPUS) et Emma Gray, PhD (UK MS Society) ont décrit comment cet essai a été conçu avec la contribution continue de personnes atteintes de SEP. L'intégration des points de vue des personnes atteintes de SEP dans la conception des essais a été un thème important souligné tout au long de la conférence.

Essais de rééducation :Le Dr Peter Feys (Université de Hasselt, Belgique) a noté la complexité de la conception des essais de réadaptation. Dans le passé, ces essais étaient généralement de petite taille et leurs résultats étaient parfois difficiles à interpréter. L'un des défis est que le fait d'être impliqué dans un essai lui-même est motivant et peut modifier le comportement, tout comme le coaching et le lien qui se développe avec le thérapeute en réadaptation. Il faut être prudent dans le choix de l'intervention de contrôle, et il y a des considérations éthiques à faire attendre les personnes du groupe de contrôle pour quelque chose qui peut les aider. Certaines autres variables parmi les participants, telles que la posologie, l'intensité et la pratique, peuvent également modifier les résultats d'un essai. Il a noté qu'il y a des leçons à tirer de la communauté de la réadaptation après un AVC.
 
Statistiques d'essais non traditionnels :Dans la plupart des essais cliniques sur la SEP, les statistiques permettent de déterminer si les différences entre ces bras sont peu susceptibles de s'expliquer uniquement par le hasard. Le cadre statistique le plus souvent utilisé est appelé une approche fréquentiste, qui suppose au départ que les différences sont aléatoires à moins qu'elles n'atteignent un certain seuil de signification.
 
L'utilisation de cadres statistiques alternatifs pourrait faire gagner du temps et réduire le nombre de participants nécessaires. L'une est appelée statistique bayésienne. Le Dr Sormani a expliqué que cette approche intègre des informations préalables sur la question, telles que les résultats des essais précédents ou les taux de progression, et le résultat vous donne la probabilité que votre idée (que la thérapie fonctionne) soit correcte.
 
Elle a noté que cette approche peut être particulièrement utile lorsqu'il serait difficile de recruter le nombre nécessaire pour un essai plus conventionnel, comme la SEP pédiatrique relativement rare. Les participants à la conférence ont noté que les organismes de réglementation des médicaments commencent à se préparer à l'utilisation du cadre bayésien pour les essais cliniques, mais qu'il reste du travail à faire pour normaliser son adoption.
 
Registres et essais « pragmatiques » :Il existe une liste croissante d'études qui recrutent des personnes qui sont vues dans des centres de SEP et suivent systématiquement leur état de santé, leurs visites, leurs traitements, leurs changements de traitement et d'autres facteurs au fil du temps. C'est ce qu'on appelle des registres. Les essais pragmatiques sont conçus avec des questions spécifiques à l'esprit et les personnes sont assignées au hasard pour recevoir un type particulier de thérapie. Ils peuvent répondre à des questions plus générales sur les soins, comme y a-t-il un moment où il est sécuritaire d'arrêter le traitement ?
 
Plusieurs présentateurs ont décrit des essais pragmatiques sur la SEP (financés par le PCORI), les accidents vasculaires cérébraux et la COVID. L'un des avantages de ces essais est qu'ils intègrent des visites médicales normales et une surveillance standard, de sorte que certains de leurs coûts sont couverts par les systèmes de santé ou les assureurs. Ces études reflètent plus fidèlement les conditions du monde réel et l'efficacité des thérapies chez un plus large éventail de personnes que les essais de médicaments standard.
 
Fredrik Piehl, MD, PhD (Karolinska Institutet) a décrit un essai appelé COMBAT-MS , qui utilise le registre suédois de la SEP et le registre Kaiser Permanente de Californie du Sud pour comparer l'innocuité et l'efficacité du rituximab à toutes les autres thérapies disponibles contre la SEP. Ellen Mowry, MD (Université Johns Hopkins) a décrit le TREAT-MS et le DELIVER-MSdes essais pragmatiques qui comparent les résultats chez les personnes qui ont commencé des thérapies de dernière génération plus puissantes par rapport à des personnes qui ont commencé avec des thérapies moins risquées et plus modérément efficaces et qui augmentent à partir de là si nécessaire.  
 
Les participants à la conférence ont discuté des questions de traitement auxquelles il serait préférable de répondre par des essais pragmatiques. Ceux-ci comprennent des études de gestion des symptômes, combinant un traitement standard avec une stratégie de réadaptation, comparant des modèles de soins et examinant l'impact des comorbidités (conditions de santé en plus de la SEP) sur la progression. L'obtention du consentement à plus long terme des participants et des organismes de réglementation et l'établissement de normes minimales de données recueillies par tous les registres de la SEP augmenteraient la capacité d'utiliser et de combiner les registres de patients pour répondre aux questions.
 
Personnalisation du traitement : le Dr Sormani et David Kent, MD, MSc (Tufts Medical Center) ont expliqué que la plupart des essais mesurent les réponses moyennes aux traitements, en combinant les résultats de personnes qui peuvent très bien réagir avec celles de personnes qui ne le font pas. Il est difficile de savoir qui répondrait le mieux au traitement, mais il s'agit d'une question clinique clé. Le Dr Kent a noté que l'examen des résultats de sous-groupes d'individus nécessiterait beaucoup plus de participants à l'essai.
 
Le Dr Sormani a discuté de nouvelles méthodes statistiques qui examinent les caractéristiques des participants à leur entrée dans l'essai. Cela pourrait aider à définir à l'avance les individus qui devraient répondre à une thérapie dans différents aspects de la fonction (comme la marche ou la cognition), plutôt que d'obtenir des moyennes.
 
Mesurer les résultats :Pour déterminer si une thérapie fonctionne, des mesures d'efficacité sont établies avant le début de l'essai. Les mesures des résultats sont souvent des remplaçants (substituts) du véritable objectif de la thérapie. Par exemple, le nombre de pas remplace l'objectif d'une meilleure mobilité. Les examens IRM peuvent détecter s'il y a moins de lésions de SP actives dans le cerveau, comme substitut pour ralentir ou arrêter le processus de la maladie. Des mesures de substitution peuvent donner des indices d'efficacité dans les essais de phase 2 et de phase 3, et peuvent également être planifiées pour donner des indices avant la fin d'un essai. Dans les essais de phase 3, les régulateurs s'attendent généralement à voir également des résultats cliniques, tels que moins de rechutes ou un meilleur fonctionnement. Il est nécessaire de disposer de meilleures mesures des résultats qui puissent prédire les avantages plus rapidement et de manière plus fiable. 
 
Les panélistes et les participants ont discuté des mesures de résultats émergentes telles que des techniques d'imagerie plus raffinées et ciblées pour détecter les lésions nerveuses, l'atrophie et la réparation. Gary Cutter, PhD (Université de l'Alabama, Birmingham) a discuté de certains problèmes statistiques qui peuvent survenir lors de la combinaison de mesures ou de l'utilisation d'un trop grand nombre, ce qui peut diluer les résultats. Il y a également eu une discussion sur la manière d'établir le nombre minimum de participants nécessaires lors de l'utilisation de mesures de résultats spécifiques, et sur la manière d'établir un seuil minimum pour un résultat particulier qui prédirait les avantages.    
 
Un autre panel s'est concentré sur les résultats des essais de réadaptation. De manière optimale, ceux-ci devraient être établis en fonction du déficit ciblé, a noté la panéliste Marcia Finlayson, PhD, OT (Université Queen's), mais cela peut être complexe. Même mesurer l'engagement et la participation des personnes inscrites aux essais est difficile et souvent négligé, a noté le panéliste Ulrik Dalgas, PhD (Université d'Aarhus). L'utilisation de trackers d'activité portables pourrait aider à cela. Ces appareils pourraient également détecter l'adhésion à un programme, ainsi que le phénomène courant des personnes d'un groupe témoin augmentant leur niveau d'activité simplement parce qu'elles étaient inscrites à un essai.  
 
Plusieurs participants ont mentionné une mesure utile incorporée dans les essais de réadaptation, la mesure canadienne de la performance des résultats. Il interroge l'opinion d'un individu sur son propre fonctionnement dans de nombreux domaines de la vie quotidienne.   

COMMENT AUGMENTER LA PARTICIPATION LARGE AUX ESSAIS CLINIQUES


Le problème : Les essais cliniques typiques sont très spécifiques quant aux personnes qui peuvent participer, telles que la spécification d'un type de SEP, les types ou la fréquence d'activité de la maladie et les tranches d'âge. Ils excluent souvent les personnes qui ont d'autres problèmes de santé. Les essais excluent indirectement des personnes si l'essai n'est mené que dans les grandes villes, ou si les visites en personne doivent être effectuées pendant les heures de travail typiques et qu'il serait difficile pour certains de décoller du travail. De plus, la participation des personnes de couleur est généralement faible en raison de la méfiance institutionnelle ou des régions géographiques à faible diversité de population.
 
Pour ces raisons et d'autres, lorsqu'une thérapie est finalement approuvée, nous ne savons souvent pas comment un plus large éventail de personnes atteintes de SEP pourrait en bénéficier, ou s'il pourrait y avoir des problèmes de sécurité supplémentaires.
 
La sclérose en plaques n'est pas une maladie de personne blanche : Mitzi Williams, MD (Joi Life Wellness Group Multiple Sclerosis Center, Newnan, Géorgie) a présenté des preuves de plus en plus nombreuses montrant que la sclérose en plaques est beaucoup plus répandue chez les Noirs qu'on ne le croyait auparavant. Malgré cela, le nombre de Noirs inscrits aux essais sur la SEP est faible, et l'ascendance, la race et l'origine ethnique des participants aux essais sont rarement signalées pour les essais cliniques de phase 3. Le Dr Williams a décrit les avancées récentes, notamment la création du Registre national des Afro-Américains atteints de SEP ( NAAMSR ), l'Alliance pour la recherche sur la SEP hispanique ( ARHMS ) et le recrutement réussi de l' essai CHIMES , le premier essai sur la SEP axé sur les Noirs et les Noirs. peuple hispanique.
 
Disparités de santé :Lilyana Amezcua, MD, MS (Université de Californie du Sud) a présenté l'impact des déterminants sociaux de la santé - tels que la stabilité économique, l'emploi, le revenu, les dépenses, le quartier, l'éducation, la nourriture et d'autres facteurs, combinés à l'accès aux soins médicaux - sur l'ensemble des personnes bien-être et leur SEP. Cela est particulièrement vrai pour les personnes noires ou hispaniques/latines, qui ont généralement de moins bons résultats avec la SEP que les personnes blanches. Pourtant, la plupart des études ne recueillent ni ne rapportent de données sur les déterminants sociaux de la santé des participants.
 
Vers la diversité :Barbara Bierer, MD (Centre d'essais cliniques multirégional de la Harvard Medical School) s'est concentrée sur l'amélioration de la rigueur des essais mondiaux. Elle a noté que les essais devraient refléter la population touchée par la condition à l'étude. Son équipe a développé des boîtes à outils pour améliorer les stratégies de recrutement. Ils suggèrent de recruter au sein des communautés, et non dans un lieu central, tout en tenant compte de la faisabilité, de la littératie en santé, de la sélection du site et du soutien disponible. Les présentatrices Elena Hernandez Martinez de Lapiscina, MD, PhD (Agence européenne des médicaments) et Jennifer Panagoulias, RAC (Consortium Angelman Syndrome Biomarker and Outcome Measure) ont noté que les organismes de réglementation des médicaments évoluent.
 
Manque de diversité dans les essais de réadaptation : le Dr Finlayson a discuté des revues de littérature des essais de réadaptation, révélant un manque systémique d'efforts pour recruter plus largement et peu de rapports sur les caractéristiques des participants. De nombreux essais ont recruté à partir d'une seule source, généralement une clinique de SEP. En fonction de l'intervention testée, de nombreux essais excluent les personnes présentant un handicap plus important, un âge avancé et des troubles cognitifs. Parmi les autres obstacles, citons le fait de vivre dans une zone rurale, de ne pas pouvoir payer les frais liés aux études et de ne pas pouvoir se rendre sur le site de l'étude. Le Dr Finlayson a déclaré qu'il serait utile que les chercheurs rendent compte des méthodes de recrutement qui ont fonctionné et qui n'ont pas fonctionné, et que les bailleurs de fonds et les éditeurs établissent des attentes en matière de communication des caractéristiques des participants.
 
Les participants à la conférence ont discuté d'idées pour accroître la diversité dans les essais. Une idée est de mener un essai parallèle plus petit qui inclut des participants exclus pour l'âge ou les comorbidités, ou une population plus diversifiée non disponible dans le lieu de l'essai principal. D'autres idées impliquaient de rembourser des dépenses telles que la garde d'enfants, de faire appel à des influenceurs de groupes de pairs, de traduire des documents, d'utiliser des vidéos au lieu de simplement imprimer, d'utiliser des capteurs portables et des télévisites, d'avoir un « copain » d'essai pour aider à la communication et à la conformité, et de prélever des échantillons de sang et de faire évaluations de sécurité au niveau local.  
 
Travail futur:Les organisateurs de la conférence évaluent les discussions et les commentaires réfléchis des participants. Ils prévoient de publier des recommandations sur les stratégies visant à améliorer la conception des essais cliniques et à accroître la diversité des essais. Ceux-ci aideront à guider les chercheurs, les régulateurs et les bailleurs de fonds qui cherchent à trouver des thérapies et des approches de réadaptation plus efficaces pour tous les types de personnes atteintes de SEP.


cat posté dans cette file, en lien avec la nouvelle compréhension de la SEP, voir les posts précédents.



"La vie, c'est maintenant, pas demain"

Contenu sponsorisé


PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!! Empty Re: PIRA (Progression handicap indépendante rechutes) et SEP/ la VERITABLE SEP!!

Message  Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 2 Fév 2023 - 20:54